Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Éric de DAMPIERRE. Satires de Lamadani

Paris : Armand Colin, 1987
Vincent Dehoux
p. 258-260
Référence(s) :

Éric de DAMPIERRE. Satires de Lamadani.Paris : Armand Colin, 1987, 155 p. et une cassette [coll. Classiques Africains].

Texte intégral

1L’ouvrage Satires de Lamadani est composé de trois parties complémentaires : une introduction replaçant ce genre poético-musical dans son contexte, le texte proprement dit et la traduction de ces satires et enfin, dans un second volume, une cassette contenant les exemples musicaux enregistrés sur le terrain et servant de référence à cette étude.

2D’emblée, l’auteur nous situe son affaire (yongo) : « Ce répertoire a été constitué pour une part au début de ce siècle : si certains chants font allusion à des événements plus récents, la plupart sont des chants satiriques composés sous le règne du roi Labasso (1907-1917) » (p. 9). C’est dire que nous nous trouvons dans l’Histoire, ce qu’il convient de souligner quand on connaît les difficultés à établir une chronologie des événements historiques de cette partie de l’Afrique. En second lieu, il s’agit d’un art de cour (p. 21), ce qui est là encore une donnée tout à fait particulière compte tenu du contexte culturel régional, dans lequel les activités artistiques sont le plus souvent populaires et non pas l’oeuvre de spécialistes : « Le fait est exceptionnel : chaque vrai poète s’ingénie à faire œuvre personnelle, à se démarquer des autres et se soucie fort peu de transmettre ses chants aux générations futures » (p. 22).

3Lamadani est le pseudonyme de Nzouka, un poète rencontré par Éric de Dampierre en 1967 et enregistré par lui cette même année. Les conditions de l’enregistrement sont révélatrices des caractéristiques de cet « art » : « Ce matin du 2 janvier […] Lamadani chanta d’un trait tout ce qu’il savait, ne s’arrêtant guère que pour réaccorder sa harpe. Jamais personne n’avait chanté devant moi aussi vite, de façon si précise, sans hésitation ni pause, aussi longtemps, le tout dans une langue ramassée, archaïsante » (p. 13). Il s’agit en l’occurence d’un répertoire figé dont le texte ne se renouvelle pas au fil du temps : « Les variantes sont peu nombreuses et dans l’ensemble les versets sont très exactement les mêmes d’un enregistrement à l’autre » (p. 25). Un répertoire plus littéraire que musical, d’ailleurs, Éric de Dampierre qualifiant lui-même Lamadani de poète plutôt que de musicien. Or, curieusement, les informations concernant le texte proprement dit furent difficiles à établir : « je n’obtins jamais que des paraphrases, pour me mettre sur la voie d’une transcription ou d’un découpage morphologique satisfaisant » (p. 25).

4« C’est l’événement, dit Nzouka, qui crée le chant » (p. 19). Les dix-sept satires composant ce recueil évoquent aussi bien des moments historiquement datés que d’autres faisant référence au parcours du poète auxquels se superposent des réflexions d’ordre personnel. D’un point de vue musical, maintenant, les pièces qui constituent le répertoire de Lamadani sont de courte durée (2 à 5 minutes). Il n’y a pas d’évolution en cours de jeu, la voix est véritablement calée sur le jeu de la harpe, et les rapports de l’une à l’autre demeurent constants. La musique est constituée d’une brève mélodie instrumentale, dont la forme est identique quelle que soit la pièce : un ostinato strict au tempo et à l’intensité uniformes. On le voit : le jeu instrumental ne peut en rien influer sur le chant. Or, si – comme l’écrit Éric de Dampierre –, « le souci de la forme est [...] d’ordre musical, ordonné par la musique elle-même qui commande le choix des vocables, rythme la phrase, souligne les ruptures de sens, altère les séquences de prose parlée « (p. 9), il ne peut s’agir que de la partie chantée, ce qui semble bien être le cas ici. Le chant est de style « parlé-chanté », l’un de ces deux traitements prenant le pas sur l’autre suivant les pièces ou bien certains moments à l’intérieur de chacune d’elles. Le musicien module sa phrase en fonction du texte poétique exclusivement : les syllabes non significatives étant fort peu nombreuses, les différences de durées des valeurs chantées sont quasiment nulles et les « tenues » – les repos sur une hauteur déterminée – inexistantes. Autrement dit, les passages strictement mélodiques sont très rares, et la scansion se trouve avant tout déterminée par le découpage syllabique du poème ; en revanche, le ton de la voix et son timbre évoluent sans cesse, soulignant la verve du musicien-poète et faisant ainsi ressentir différents états émotionnels évoqués par le texte. Notons enfin, sur un autre plan, un point tout à fait singulier et qui concerne l’échelle musicale : dans une aire dominée par l’utilisation du pentatonisme anhémitonique, nous nous trouvons ici face à des échelles pentatoniques hémitoniques mais également à un type d’échelle comprenant l’intervalle de triton (par exemple de haut en bas : Fa, Ré, Do, Si bémol, La bémol), ce qui apparaît en particulier très clairement lorsque Ladamani réaccorde son instrument et ne fait que confirmer le caractère bien particulier de cette esthétique.

5Bien des questions se trouvent soulevées par un tel répertoire : questions de traduction et d’interprétation du texte chanté, comme le souligne Éric de Dampierre lui-même (p. 24-25 notamment), mais également conditions d’exécution : « Souvent jadis les poètes se mettaient à deux ou trois pour jouer et chanter » (p. 19). Dès lors, on serait en droit de se demander ce qu’il advient et du texte et de la musique, a fortiori lorsque l’on apprend (comme le souligne Susanne Fürniß dans son compte rendu) que « les duos de harpe représentent la manière “normale” – musicalement parlant – de jouer. Et l’Européen qui, depuis cent ans maintenant, convoque un harpiste pour déclarer ensuite que la harpe est un instrument de solo, n’obtient que ce qu’il a demandé » (Harpes zandé p. 35).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Dehoux, « Éric de DAMPIERRE. Satires de Lamadani », Cahiers d’ethnomusicologie, 7 | 1994, 258-260.

Référence électronique

Vincent Dehoux, « Éric de DAMPIERRE. Satires de Lamadani », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 7 | 1994, mis en ligne le 03 janvier 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1451

Haut de page

Auteur

Vincent Dehoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page