Navigation – Plan du site
Livres

Cyril ISNART et Jean-François TRUBERT : Musique du col de Tende. Les archives de Bernard Lortat-Jacob 1967-1968

Nice : Editions ADEM06, 2007
Jean-Jacques Castéret
p. 326-327
Référence(s) :

Cyril ISNART et Jean-François TRUBERT : Musique du col de Tende. Les archives de Bernard Lortat-Jacob 1967-1968. Nice : Editions ADEM06, 2007. 108 p., transcriptions, accompagné d’un CD.

Texte intégral

1Ce livre-CD nous convie à une ethnomusicologie des marges. Tout à la fois incursion aux confins du territoire métropolitain français et exploration d’un fonds sonore tiré d’un long sommeil institutionnel, il ressuscite un terrain sans lendemain, resté en lisière d’une carrière qui faillit bien aussi s’arrêter là. L’ouvrage combine trois contributions autour de la culture plurivocale de la Vallée de La Roya, regards croisés de l’ethnologue Cyril Isnart et du musicologue Jean-François Trubert, précédés d’un entretien avec Bernard Lortat-Jacob, l’auteur d’enquêtes dans la région de Tende en 1967 et 1968 éditées ici pour la première fois.

2Malgré tout, au-delà d’un simple regard diachronique, c’est déjà à une mise en perspective musicale et sociale que se livrent les auteurs, qui amorcent ici une « petite histoire de la plurivocalité » de cette région, avec la connivence de Bernard Lortat-Jacob : petit contrepied à son aversion pour les livres d’Histoire   !

3En peu de pages, l’ouvrage, bien équilibré, sonne juste. Il révèle une vallée, carrefour géographique et culturel, que le postulat de départ ou les premiers questionnements auraient pu laisser envisager comme un tout homogène, voire même un isolat : un pays, une catégorie musico-poétique, un style vocal. Mais, comme dans toute société complexe, principalement en zone de contact des langues et de diglossie, la notion de répertoire se décline au pluriel, au plan tant stylistique que linguistique. L’attention se déporte alors de l’objet poético-musical vers les hommes, les dynamiques de groupe et les conduites vocales. Par-delà les contenus poétiques et la réduction des espaces de production, ce que retient Cyril Isnart – avec Bernard Lortat-Jacob – ce sont les conduites et styles plurivocaux, plus homogènes et beaucoup plus stables dans le temps, renvoyant à la notion même de tradition. La contribution de Jean-François Trubert illustre quant à elle très justement la façon dont s’effectue, au plan mélodique – interaction du système scalaire et du profil – le « grand partage » de l’expression communautaire plurivocale et de l’expression soliste, et par là même, les conditions mélodiques de cette transmission et de l’appropriation musicale par le collectif. Au-delà, entre le dire et le faire, allers et retours entre hier et aujourd’hui, l’ouvrage brosse l’imbrication des motivations et significations des productions polyphoniques quel que soit d’ailleurs le degré exact de patrimonialisation acquis en quarante ans – phénomène complexe, bien souvent plein de faux-semblants – qui reste encore ici assez flou.

4Particulièrement intéressant, l’entretien avec Lortat-Jacob, dans lequel l’enquêteur-enquêté n’est jamais contraint et nous entraîne volontiers vers d’autres destinations, de Tende à Castelsardo en passant par le Drăguş de Brăiloiu ou le Haut-Atlas, attiré comme malgré lui vers des terrains que la vie l’a amené à s’approprier, dans un jeu de va-et-vient finalement très éclairant. On y découvre encore au détour, en quelques mots simples, les conditions plus intimes de l’épanouissement à long terme d’un projet de recherche, les incertitudes du jeune père de famille, sans statut, sur fond de mai 68, conditions situées en amont de l’enquête et qui forgent aussi le projet et le chercheur. Au-delà, les tâtonnements de l’ethnographe, son premier flirt avec une réalité collective et plurivocale, fascinante mais volontiers opaque, n’offrant guère de verbalisation spontanée à l’image de ces bergers-chanteurs qui lui parlent abondamment de la vie pastorale mais jamais du chant.

5Si l’auteur de ces archives apparaît aujourd’hui relativement détaché de ce terrain, l’empathie caractéristique du « style Lortat » est malgré tout déjà bien présente, particulièrement bien retranscrite par les photographies originales. L’œil de l’ethnographe – évidemment passé au prisme des éditeurs – s’y révèle déjà vif. On y voit, en quelques planches, l’ambiance de cette époque, celle d’une vallée en marge des grandes concentrations. Entre voiture à cheval et panneau publicitaire, affiches des fêtes, qu’elles soient votives ou autoproclamées folkloriques ; style vestimentaire des années 60, celui d’une jeune ménagère en cuisine ou des couples enlacés sous les guirlandes du bal du 14 juillet, qui n’est pas sans rappeler le bal du Comice agricole de Pierre Bourdieu. Style des hommes dans l’entre-soi polyphonique ou des musiciens de la fanfare de Pigna jouant en terrasse de café, affalés sur leurs sièges, devant un verre de bière… Style d’un sociologue du fait musical qui ne se focalise déjà plus sur le seul objet poético-musical.

6Un CD de 30 titres sélectionnés parmi les enregistrements originaux complète cette immersion rétrospective, rendue d’autant plus aisée que nombre d’entre eux ont été effectués en situation festive, ce qui tranche avec bien des enquêtes de cette époque réalisées dans le cadre de l’ancien M.N.A.T.P. Ils sont utilement complétés par la transcription des textes et musiques – qui auraient peut-être pu se passer de barres de mesure ; seuls manquent à l’appel les chants (hormis un) dans les variantes dialectales de La Roya – transitoires entre occitan et ligure : une précision linguistique absente de cette étude.

7Dans tous les cas, à la façon d’un petit chansonnier, CD et partitions permettent d’élargir le public de l’ouvrage, parfaitement servi par l’impeccable travail éditorial de l’ADEM06 et trait d’union entre communauté scientifique, amateurs de musiques traditionnelles et, plus largement, grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Castéret, « Cyril ISNART et Jean-François TRUBERT : Musique du col de Tende. Les archives de Bernard Lortat-Jacob 1967-1968 », Cahiers d’ethnomusicologie, 21 | 2008, 326-327.

Référence électronique

Jean-Jacques Castéret, « Cyril ISNART et Jean-François TRUBERT : Musique du col de Tende. Les archives de Bernard Lortat-Jacob 1967-1968 », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1339

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Castéret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page