Navigation – Plan du site
Livres

Antonello RICCI & Roberta TUCCI : Musica arbëreshe in Calabria. Le registrazioni di Diego Carpitella ed Ernesto de Martino (1954)

Roma : Squilibri, 2006
Ardian Ahmedaja
p. 323-325
Référence(s) :

Antonello RICCI & Roberta TUCCI : Musica arbëreshe in Calabria. Le registrazioni di Diego Carpitella ed Ernesto de Martino (1954). Roma : Squilibri, 2006. 214 p., tableaux, transcriptions, 2 CD.

Texte intégral

1C’est par le terme d’Arbëresh (et d’Arbëreshë au pluriel) que se désignent les Albanais vivant dans le sud de l’Italie et en Sicile, où ils arrivèrent d’Albanie et de Grèce méridionale en plusieurs vagues successives, du XV e au XVIIIe siècle (Kellner 1972 : 25 ; Schukalla 1986 : 212-213).

2Provenant de huit communautés arbëreshë de Calabre (p. 8), les enregistrements étudiés par Ricci et Tucci furent réalisés par Carpitella, de Martino, de Palma et trois techniciens de la RAI (Radiotelevisione Italiana) lors d’une recherche de terrain en avril 1954 (p. 7). C’est en effet en Calabre que vivent la majorité des Arbëresh d’Italie méridionale.

3Le matériel fait partie de la raccolta (ou collection) 22 du Centro Nazionale Studi di Musica Popolare (CNSMP), les actuelles Archivi di Etnomusicologia de l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia (p. 7). Sur un total de 86 enregistrements, douze ont déjà fait l’objet d’une publication sur cassette audio (Scaldaferri 1994). Ils illustrent les traditions musicales de San Costantino Albanese, dans le Basilicate (p. 8). Pour ce qui est de la partie de la collection se rapportant plus spécifiquement à la Calabre (74 enregistrements), elle est restée largement inconnue du grand public, à l’exception de sept plages figurant sur le 33 tours intitulé Northern and Central Italy and the Albanians of Calabria (Lomax & Carpitella 1957), auxquelles ils faut ajouter quelques transcriptions musicales reprises dans des travaux scientifiques (p. 8).

4Ricci et Tucci ont méticuleusement dépouillé les informations contenues dans les archives et la littérature. Ils ont en outre eux-mêmes effectué des recherches de terrain en 2003, 2004 et 2005. Grâce à leurs contacts avec des représentants communaux, des musiciens populaires rencontrés à l’occasion d’autres séjours de terrain, ainsi qu’avec des chercheurs locaux et des informateurs et intermédiaires déjà impliqués à l’époque (pp. 10-11), ils ont pu reconstituer tout l’historique des enregistrements en question.

5Lors de leurs recherches, Carpitella et de Martino s’intéressaient principalement aux chants populaires et aux traditions liées au cycle de la vie et aux rituels (p. 7). Ils ont été aidés de personnes qui non seulement connaissaient bien le lieu, mais qui leur servaient aussi d’interprètes. En effet, Ricci et Tucci rapportent à plusieurs reprises (p. 12, p. 85 note 10) qu’à l’époque des enregistrements, les Arbëresh ne parlaient guère l’italien dans la vie courante, et ce jusque dans les années 1960.

  • 1  Le récit de de Martino provient d’une émission à la radio, diffusée le 6 décembre 1954 (p. 186).

6D’après Carpitella, les chants enregistrés faisaient partie intégrante de la vie quotidienne et étaient fortement empreints de la tradition, ce qui est notamment le cas des chants de mariage (p. 9). A ce propos, il convient de relever l’avantage que représente l’inclusion, en annexe, des récits par lesquels Carpitella et de Martino1 rendent compte de leur séjour de terrain. De cette manière, Ricci et Tucci permettent au lecteur de se faire sa propre idée des intentions et des impressions des deux chercheurs.

7Sur les 74 enregistrements réalisés, 48 ont été retenus pour les deux CD. Ceux-ci contiennent exclusivement de la musique vocale, en partie avec accompagnement instrumental. L’une des raisons expliquant ce choix tient à la qualité des enregistrements (p. 9). Quant aux neuf chants de la liturgie gréco-byzantine enregistrés au Collegio Albanese de San Demetrio Corone (nos 29-37), ils n’ont pas été inclus en raison de leur « caractère différent » (pp. 9-10). Il est à noter que les nombreuses collections de liturgies ethnico-religieuses, rassemblées en diverses régions du monde et conservées aux Archivi di Etnomusicologia, sont actuellement en train d’être dépouillées et analysées dans le cadre d’un programme spécialement créé à cet effet (p. 85 note 4).

8Grâce à leur dépouillement des données relatives à la musique des Arbëreshë de Calabre et à leurs propres recherches, Ricci et Tucci ont pu analyser en détail les répertoires (pp. 27-41) ainsi que les formes et les styles musicaux (pp. 42-81) propres aux enregistrements. Pour ce qui est des conclusions des auteurs, il est intéressant de relever par ailleurs la prédominance des femmes dans la culture musicale des Arbëreshë (pp. 42-43), spécialement dans les répertoires vocaux et quel que soit le nombre de voix. Les chants à deux voix semblent être les plus fréquents ; mais on trouve aussi des chants à trois voix (cf. plage 14 du second CD, interprété par trois hommes). Les transcriptions musicales, soigneusement effectuées par Kruta, De Gaudio (provenant de publications antérieures) et Ricci aident considérablement à l’étude de cette musique.

9Un autre intérêt de cette publication provient de la transcription des textes, qui fait état de toutes les nuances dialectales. Cette transcription, de même que leur traduction en italien, ont été effectuées par Giovanni Belluscio, conseillé en cela par Francesco Altimari qui occupe la chaire de langue et littérature albanaises à l’Université de Calabre.

10Cette édition critique d’enregistrements historiques ne représente pas seulement une contribution fondamentale à l’étude de la musique des Arbëreshë ; le matériau présenté et les précieuses données dont il est assorti constituent des sources indispensables pour comprendre l’époque étudiée et pour guider toute recherche future. En outre, le travail minutieux des auteurs, présentant les résultats de l’enquête de terrain sous tous ses aspects, permet de revivre de près un moment crucial de la recherche ethnomusicologique en Italie.

11Cet ouvrage illustre enfin de manière exemplaire la manière d’étudier la musique des minorités ethniques en Italie, hier comme aujourd’hui. Il serait à souhaiter qu’il suscite des émules dans les Balkans dont sont originaires les Arbëreshë.

Haut de page

Bibliographie

KELLNER Heidrun, 1972, Die albanische Minderheit in Sizilien [Eine ethnosoziologische Untersuchung der Siculo-Albaner, dargestellt anhand historischer und volkskundlicher Quellen sowie eigener Beobachtung in Piana degli Albanesi]. Wiesbaden : Albanische Forschungen, Band 10.

LOMAX Alan & Diego CARPITELLA, 1957, Northern and Central Italy and the Albanians of Calabria. LP Columbia KL 5173, 1957.

SCALDAFERRI Nicola, 1994, Musica arbëreshe in Basilicata. La tradizione musicale di San Costantino Albanese con riferimenti a quella di San Paolo Albanese (1 cassette audio). Lecce : Adriatica Editrice Salentina.

SCHUKALLA Karl-Josef, 1986, « Ethnische Minderheiten in Albanien und Albaner als Minderheit », in Albanien. Beiträge zur Geographie und Geschichte. Cay Lienau und Günter Prinzing, Hrsg. Münster : 175-222.

Haut de page

Notes

1  Le récit de de Martino provient d’une émission à la radio, diffusée le 6 décembre 1954 (p. 186).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ardian Ahmedaja, « Antonello RICCI & Roberta TUCCI : Musica arbëreshe in Calabria. Le registrazioni di Diego Carpitella ed Ernesto de Martino (1954) », Cahiers d’ethnomusicologie, 21 | 2008, 323-325.

Référence électronique

Ardian Ahmedaja, « Antonello RICCI & Roberta TUCCI : Musica arbëreshe in Calabria. Le registrazioni di Diego Carpitella ed Ernesto de Martino (1954) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1337

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page