Navigation – Plan du site
Disques

Sing my Khomus. Jew’s Harp of the Sakhat (Yakuti) People, Eastern Siberia. Ivan Alexeyev & Spiridon Shishigin

Enregistrements (1993) de Nakumura Soichiro, 1996
Trân Quang Hai
p. 364-365
Référence(s) :

Sing my Khomus. Jew’s Harp of the Sakhat (Yakuti) People, Eastern Siberia. Ivan Alexeyev & Spiridon Shishigin. Enregistrements (1993) de Nakumura Soichiro. Texte trilingue (Yakut, Japonais, Anglais) de Tadagawa Leo, Ivan Alexeyev et Spiridon Shishigin; photographies de Saito Tadanori et Arifuku Kazuaki. 1 CD Nihon Koukin Kyoukai NKK 001, 1996 (54’19’’).

Texte intégral

1Il existe très peu de disques sur la guimbarde. Le grand virtuose yakoute Ivan Alexeyev a joué pour tout un disque microsillon (Ivan Alexeyev: Xomus, LP Melodia C30-08081-82, 1973) plusieurs morceaux de guimbarde avec une virtuosité incomparable. Ensuite, John Wright, un autre virtuose, de nationalité britannique, a promu cet instrument en Europe avec un disque sur la guimbarde (La Guimbarde par John Wright, LP Le Chant du Monde LDX 74434, collection Spécial Instrumental, 1971) et, avec Geneviève Dournon, le catalogue Les Guimbardes du Musée de l’Homme (1978). En 1995, Pan Records des Pays-Bas a également sorti un CD consacré à ce petit instrument (Khomus: Jew’s Harp Music of Turkic peoples in the Urals, Siberia, and Central Asia, Pan Records PAN 2032CD, 1995).

2La République Yakoute est le seul pays au monde à avoir un Centre international de guimbardes. Dirigé actuellement par Ivan Alexeyev, ce centre réunit tous les documents sonores et écrits sur la guimbarde dans le monde; il organise aussi des rencontres internationales sur le sujet.

3La guimbarde yakoute est en métal comme la plupart des guimbardes européennes. Celles entendues dans ce disque ont été fabriquées par Egor Petrovich Goglev (1924-1994), le plus grand facteur de cet instrument. Il y a deux écoles de guimbardes en Yakoutie: l’ancienne école était caractérisée par la création des mélodies, et la nouvelle école est spécialisée dans l’improvisation. Ce CD donne des échantillons de cette nouvelle école, représentée par Ivan Alexeyev et Spiridon Shishigin, considérés comme les deux meilleurs joueurs de guimbarde en Yakoutie à l’heure actuelle.

4Les onze pièces improvisées par ces deux virtuoses (huit en solo et trois en duo) illustrent toutes les ressources de l’instrument: imitation des sons de la nature, des chants d’oiseaux (oie, coucou), de la pluie, du son d’un ruisseau, ou du galop du cheval. On peut aussi apprécier la production des harmoniques à plusieurs niveaux obtenue grâce à la variation de la cavité buccale.

5Cet excellent disque est produit par le Nihon Koukin Kyokai (Journal Japonais de Guimbarde) que dirige Tadagawa Leo, joueur et collectionneur de guimbardes.

6A titre indicatif, il existe depuis 1982 une revue spécialisée en anglais sur les guimbardes, VIM, dirigée par Frederick Crane, le plus grand spécialiste de guimbarde en Amérique (4 numéros parus à ce jour), un bulletin sur les guimbardes Pluck dirigé par Gordon Frazier de l’État de Seattle aux Etats-Unis (4 numéros parus depuis 1992) et, depuis 1992, un festival annuel, le Stumpter Valley Jew’s Harp Festival, à Stumpter, Oregon. Depuis les dix dernières années, quelques travaux sérieux ont été consacrés à la guimbarde en Occident.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Trân Quang Hai, « Sing my Khomus. Jew’s Harp of the Sakhat (Yakuti) People, Eastern Siberia. Ivan Alexeyev & Spiridon Shishigin », Cahiers d’ethnomusicologie, 9 | 1996, 364-365.

Référence électronique

Trân Quang Hai, « Sing my Khomus. Jew’s Harp of the Sakhat (Yakuti) People, Eastern Siberia. Ivan Alexeyev & Spiridon Shishigin », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 9 | 1996, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1326

Haut de page

Auteur

Trân Quang Hai

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page