Navigation – Plan du site
Livres

Simha AROM et Frank ALVAREZ-PÉREYRE : Précis d’ethnomusicologie

Paris : CNRS Editions, 2007
Michel Plisson
p. 291-294
Référence(s) :

Simha AROM et Frank ALVAREZ-PÉREYRE : Précis d’ethnomusicologie. Paris : CNRS Editions, 2007. 171 p.

Texte intégral

  • 1  On pense notamment à l’ouvrage Musiques. Une encyclopédie pour le XXI e siècle édité par Actes Sud (...)
  • 2  Citons notamment les deux numéros de la revue L’Homme (2004 et 2006).

1Il n’existe toujours pas de manuel d’ethnomusicologie en langue française et on attend encore la traduction de l’excellent Etnomusicología de l’Argentin Enrique Cámara de Landa, professeur d’ethnomusicologie à l’Université de Valladolid (Esp.) dont nous avons rendu compte en son temps dans les colonnes des Cahiers (Plisson 2006). Il existe bien entendu de nombreuses publications en français d’ouvrages fondamentaux1 ou de numéros spéciaux de revues2 dans lesquels l’ethnomusicologue peut ramener dans son grenier une riche moisson, mais de manuel d’ethnomusicologie ès qualités, point. En revanche il existe dorénavant un précis d’ethnomusicologie écrit en collaboration par Simha Arom (Directeur de recherches au CNRS) et Frank Alvarez-Péreyre (Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire Langues-Musiques-Sociétés) qui, sans prétendre régler tous les problèmes de la discipline, a au moins le mérite d’en aborder une bonne partie.

2Ainsi que l’affirment les auteurs dans leur préface, l’ouvrage est articulé en trois volets ou trois parties (p. 9).

3La première (pp. 11-47) est consacrée à l’histoire de la discipline et aux principaux courants et écoles qui l’ont traversée et en ont façonné la philosophie, les méthodes et les théories. Souvent contradictoires, ces conceptions sont néanmoins dans l’ensemble complémentaires : selon les auteurs, ce sont l’école dite de Berlin, à laquelle se rattachent des auteurs tels que Curt Sachs et Erich Von Hornbostel, l’école américaine, avec des personnalités comme George Herzog et George List, et l’école est-européenne, avec Béla Bártok, Zoltán Kodály et Constantin Brăiloiu.

4Dans la « seconde moitié du XXe siècle », selon Alvarez et Arom, l’ethnomusicologie n’est plus une « affaire d’Ecoles mais bien d’individus » (p. 44). Certains s’inscrivent dans une démarche théorique dans la lignée de Brăiloiu, d’autres dans une démarche plutôt anthropologique. Cependant, au-delà de ces développements, les auteurs considèrent que deux tendances se sont progressivement affirmées quant à l’étude du matériel sonore : l’une porte sur une analyse immanente des données musicales, ce que les auteurs nomment l’approche extrinsèque, l’autre vise à une identification des seuls traits pertinents d’une culture musicale : c’est la perspective intrinsèque (p. 46).

5La deuxième partie (pp. 49-81) tente de répondre aux questions essentielles du « métier d’ethnomusicologue », qui doit s’attacher avant tout à « l’étude des différents aspects du phénomène musique dans les sociétés qui relèvent de l’oralité » (p. 49). Ainsi, l’un des premiers problèmes auquel est confronté l’ethnomusicologue est-il celui de la pertinence musicale, concernant notamment les questions suivantes : Qu’entend-on par « musique » dans la culture que l’on étudie   ? Quels sont les rapports entre le musical et le non musical   ? Qu’est ce qui est spécifique à une culture et qu’est-ce qui est partagé par d’autres   ? S’ensuivent les attitudes à acquérir sur le terrain avec les musiciens, des questions pratiques telles que « où établir ses quartiers » – et les auteurs de proposer, pour l’Afrique, d’« élire domicile à la Mission chrétienne la plus proche » (p. 55), ce qui, reconnaissent-ils, n’est pas sans poser de problèmes. À l’évocation des questions liées au collectage des données, il ressort que la meilleure méthode est ce qu’ils appellent l’empirisme, c’est-à-dire « une capacité permanente à corréler des ensembles appartenant à des ordres différents » (p. 56). Un important développement est consacré au problème de la transcription, des paradigmes à retenir, de la modélisation qui s’ensuit, et enfin de la validation du modèle, occasion de mettre l’accent sur ce que l’ethnomusicologie doit à la linguistique, notamment dans l’analyse paradigmatique (p. 73). Transcription à l’occidentale ou non, les auteurs mentionnent bien que le relevé graphique d’une musique non occidentale dépend essentiellement de ce que l’on y cherche, de ce que l’on relève comme pertinent de la culture. La transcription peut donc varier d’un ethnomusicologue à l’autre.

6La troisième partie (pp. 83-125) examine les différents constituants des musiques traditionnelles : timbres, échelles, modes, texture, densité, intensité et tempo, puis les procédés mis en œuvre par les cultures, qui relèvent dans tous les cas d’une systématique qui, « comme une langue, est dotée d’une grammaire et, à ce titre, est sanctionnée par un ensemble de règles qui constituent une théorie, même si celle-ci est le plus souvent implicite » (p. 91). De même qu’une langue ou qu’un dialecte, la musique est spécifique d’un groupe social ou d’une ethnie, qui possède toujours un « ensemble fini de catégories musicales » (p. 92). Cette spécificité musicale propre à chaque culture concerne l’organisation des hauteurs, des échelles, du temps, strié ou non, de la monodie ou de la polyphonie, des différents timbres et des diverses formes, ainsi que des fonctionnalités sociales ou religieuses. Est aussi traitée dans cette partie la question des relations entre musiques ethniques et composition musicale, ainsi que la question de la transculturalité et des universaux en musique, à partir de plusieurs citations de textes de Jean Molino qui permettent au final de dégager « une typologie des rythmes à valeur universelle » (p. 101). Sont enfin évoquées les questions relatives à l’organologie et aux notions complexes de métrique, de mesure et de rythme : terrain déjà largement défriché par Simha Arom dans son ouvrage sur les polyrythmies africaines (1985).

7L’ouvrage se termine sur une conclusion (pp. 127-129) dans laquelle est réaffirmé que, contrairement à l’anthropologie musicale, l’ethnomusicologie, pour sa part, « se consacre beaucoup plus à la systématique musicale tout en s’attachant à une connaissance approfondie des faits extramusicaux qui en sont indissociables » (p. 128). L’ethnomusicologie est ainsi plus que jamais nécessaire dans un contexte où un grand nombre de patrimoines musicaux sont « susceptibles de disparaître dans un futur proche » (p. 129).

8D’ores et déjà il s’agit d’un ouvrage que la discipline devra engranger dans ses fondamentaux parce qu’il n’existait jusqu’à présent rien qui lui ressemblât, du moins en français. Pour autant, une fois cette position affirmée, on pourra formuler – « du bout de la pensée », pour paraphraser Erik Satie – un certain nombre de critiques. Parmi celles-ci, on pourra regretter la trop grande brièveté de l’ouvrage (171 pages) pour un sujet de cette ampleur avec un titre qui reste somme toute assez ambitieux. Est-ce une contrainte éditoriale   ? Les Éditions du CNRS nous ont pourtant habitué à des ouvrages autrement plus volumineux.

9En poursuivant sur l’aspect formel, on peut reprocher une table des matières trop lapidaire qui, en réalité, est plutôt un « sommaire » car elle ne mentionne pas les nombreuses subdivisions et paragraphes que contient l’ouvrage et qui sont pourtant indispensables à un « précis », d’autant plus qu’il n’existe pas d’index général à la fin de l’ouvrage, ce qui aurait permis de suppléer à cette absence. Concernant la bibliographie, la séparation entre ouvrages cités d’une part, et bibliographie en français, anglais, allemand et espagnol d’autre part ne semble pas très pertinente.

10Pour le reste, outre le sentiment parfois diffus d’une écriture un peu rapide, il s’agit de questions d’école. Sur le plan épistémologique, donner plus d’importance à la « systématique musicale » qu’à l’« anthropologie musicale », ou à la recherche d’une « typologie des rythmes à valeur universelle » (p. 101) pourra sembler étranger aux préoccupations de certains ethnomusicologues se réclamant d’autres positionnements et d’autres méthodes.

11D’autres questions pourraient être soulevées à propos de cet ouvrage, concernant notamment la question des relations entre écrit et oralité, celle de la ritualisation de la musique, ou celle de l’implication, pour ne pas dire de l’immersion dans la culture étudiée, notamment par l’apprentissage et la pratique de la ou des langues vernaculaires, ce qui permettrait d’éviter le « besoin de recourir à un traducteur » (p. 54). Mais ces questions dépasseraient largement le cadre de cette chronique. Il reste que ce Précis d’ethnomusicologie met très correctement en lumière la richesse et la diversité des questionnements de l’ethnomusicologie et affirme – s’il le fallait encore – cette dernière comme discipline à part entière.

Haut de page

Bibliographie

AROM Simha, 1985, Polyphonies et polyrythmies instrumentales d’Afrique centrale. Structure et Méthodologie. 2 Vols. Paris : SELAF.

L’Homme, 2004, Vol. 171-172 : « Musique et anthropologie ».

L’Homme, 2006, Vol. 177-178 : « Chanter, musiquer, écouter ».

NATTIEZ Jean-Jacques, dir., 2003-2007, Musiques. Une encyclopédie pour le XXIe siècle, 5 vols. Arles : Actes-Sud / Paris : Cité de la Musique.

PLISSON Michel, 2006, Compte rendu de Enrique Cámara de Landa : Etnomusicología. Cahiers de musiques traditionnelles 19 : 256-258.

Haut de page

Notes

1  On pense notamment à l’ouvrage Musiques. Une encyclopédie pour le XXI e siècle édité par Actes Sud sous la direction de Jean-Jacques Nattiez, et en particulier les vol. 2, 3 et 5.

2  Citons notamment les deux numéros de la revue L’Homme (2004 et 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Plisson, « Simha AROM et Frank ALVAREZ-PÉREYRE : Précis d’ethnomusicologie », Cahiers d’ethnomusicologie, 21 | 2008, 291-294.

Référence électronique

Michel Plisson, « Simha AROM et Frank ALVAREZ-PÉREYRE : Précis d’ethnomusicologie », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1304

Haut de page

Auteur

Michel Plisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page