Navigation – Plan du site
Livres

Enrique CÁMARA DE LANDA : Etnomusicología

Madrid : Instituto complutense de Ciencias musicales (ICCMU), 2004
Michel Plisson
p. 256-258
Référence(s) :

Enrique CÁMARA DE LANDA : Etnomusicología, Madrid : Instituto complutense de Ciencias musicales (ICCMU). Colección Manuales / Música Hispana, Textos, 2004. 572 p., accompagné d’un CD.

Texte intégral

1Il manquait encore à l’ethnomusicologie un manuel qui embrassât les aspects les plus importants de la discipline, concernant son histoire, son champ d’investigation, ses problématiques épistémologiques et cognitives (qui ne sont pas parmi les plus simples à dominer !), ainsi que ses méthodes spécifiques de terrain et d’analyse musicale. On peut dire aujourd’hui que c’est chose faite. L’ethnomusicologue argentin Enrique Cámara de Landa, aujourd’hui professeur d’ethnomusicologie à l’Université de Valladolid, vient de combler cette lacune en publiant en langue espagnole un gros ouvrage de près de 600 pages (format 23 × 17 cm) accompagné d’un CD. Les problèmes de la discipline y sont pour la plupart abordés et traités. Enrique Cámara, que nous connaissons depuis longtemps pour ses travaux sur la musique du nord-ouest de l’Argentine, du tango en Italie et des problématiques liées à l’interculturalité musicale en général, vient de réaliser ce que l’on pourrait considérer comme son chef-d’œuvre, produit de nombreuses années de travail intensif.

2L’ouvrage est conçu comme un manuel d’ethnomusicologie, facile à consulter, et il en possède toutes les qualités. Une découpe en chapitres assez courts et des paragraphes numérotés dont chacun traite d’un auteur ou d’un problème particulier permet une consultation rapide sur un point ou un problème précis de la discipline, un peu à la manière d’une encyclopédie comportant des items nombreux, mais condensés. Par ailleurs, pour de très nombreux auteurs, il y a de longues citations qui figurent dans le corps même du texte, ce qui, pour un manuel destiné à des étudiants, est bien souvent préférable à un commentaire sur les auteurs cités.

3L’index onomastique, figurant en fin de volume, juste avant la liste des 77 extraits que comporte le CD, permet en outre de retrouver tous les auteurs cités dans l’ouvrage. Concernant la « bibliografía fundamental », d’une dizaine de pages seulement, Enrique Cámara précise qu’elle a été déterminée selon plusieurs critères, dont la « proximidad al estudiante », et qu’une bibliographie beaucoup plus complète ainsi que des références institutionnelles qui faisaient à l’origine partie intégrante de l’ouvrage – qui aurait atteint ainsi quelques 900 pages – ont été éliminées pour des raisons de contraintes éditoriales et doivent faire l’objet d’une publication ultérieure.

4Sur le fond, ce livre est fait pour répondre à une utilisation multiple et transversale. Diachronie et synchronie sont conjuguées avec habileté. Le fil rouge du déroulement historique qui semble structurer la première partie n’est, au fond, que le prétexte à l’exposition des grands courants de pensée de la discipline, parmi lesquels le lecteur fera son choix. L’auteur revendique d’ailleurs de manière explicite cette approche (p. 22), comme il l’affirmait lors de la présentation de son ouvrage en 2005 à la Sorbonne, dans le cadre de l’Ecole Doctorale de l’UFR de musicologie de Paris IV :

En général on a évité d’émettre des jugements de valeur sur les matériaux [théoriques NDA] mentionnés (qui sont nombreux), mais il conviendra que le lecteur ait toujours présente à l’esprit la recommandation que fait Josep Marti dans le prologue de cet ouvrage sur la capacité critique et la prudence méthodologique.

5Cette dernière affirmation qui fonde la philosophie éditoriale, ajoutée à beaucoup d’autres qualités, permet de classer l’œuvre d’Enrique Cámara dans la catégorie des manuels, et même des très bons manuels.

6Comme ethnomusicologue argentin, Cámara fait une place assez large aux ethnomusicologues américains, du nord comme du sud, ce qui constitue un autre intérêt pour le public français pour lequel, bien souvent, les ouvrages de ces auteurs sont difficilement accessibles. Nous pensons notamment aux Nord-américains comme Mieczyslaw Kolinski, Alan Merriam, Charles Seeger, Charles Boilès, Bruno Nettl dont presque aucun texte n’a, à ce jour, été traduit en français, mais aussi aux Cubains Fernando Ortiz, Argeliers León, aux Argentins Carlos Vega et Jorge Novati, aux Mexicains Samuel Martí et Vicente Mendoza et à beaucoup d’autres qui figurent dès la première page de l’introduction.

7Quant au plan de l’ouvrage lui-même, il est conçu en deux blocs : « Vers le dialogue interculturel » et « Méthodologie de la recherche ethnomusicologique ». La première partie comprend dix-huit chapitres axés notamment sur les origines de la discipline, l’Ecole de Berlin, les figures centrales de Bartók et Brailoïu en Europe, Schaeffner et l’organologie, la taxinomie mélodique de Kolinski, Alan Merriam et l’anthropolologie de la musique, le structuralisme et l’analyse musicale de Nicolas Ruwet, Alan Lomax et la méthode cantométrique, etc… Une large place est également faite dans cette partie aux aspects transculturels et migratoires des musiques de tradition orale.

8La seconde partie concerne les méthodes de recherche et d’analyse musicale propres à l’ethnomusicologie. Le travail de terrain, les aspects techniques de l’enregistrement, les informations à obtenir… et enfin les problèmes méthodologiques liés à l’analyse de la musique, où l’auteur passe en revue les premières trancriptions, la méthode de Bartók, la phraséologie de Carlos Vega, les procédés d’enregistement de Simha Arom, etc…

9Le lecteur l’aura compris : il y a de nombreuses raisons de considérer cet ouvrage comme fondamental et très peu d’arguments pour nous livrer au jeu habituel des critiques, car il ne manque pas grand-chose à cette somme, dont la méthode nous paraît au demeurant exemplaire.

10On pourra seulement regretter que les extraits musicaux – très riches et diversifiés – soient si courts, mais était-ce possible de faire autrement, sinon à envisager deux volumes et deux CD ?

11Peut-être eût-il fallu un glossaire de termes techniques ethnomusicologiques et une biographie sommaire des principaux auteurs cités ; peut-être cela pourrait-il se coupler avec une bibliographie plus complète dont Enrique Cámara dit qu’elle fera l’objet d’une publication ultérieure ? Nous souhaitons bien entendu que ce volume d’appendices sorte rapidement afin de compléter ce remarquable ouvrage qui va rapidement devenir indispensable aux étudiants, musiciens, musicologues, ethnomusicologues et, au-delà, à tous ceux qui s’intéressent aux musiques du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Plisson, « Enrique CÁMARA DE LANDA : Etnomusicología », Cahiers d’ethnomusicologie, 19 | 2006, 256-258.

Référence électronique

Michel Plisson, « Enrique CÁMARA DE LANDA : Etnomusicología », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/127

Haut de page

Auteur

Michel Plisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page