Navigation – Plan du site
Comptes rendus
En marge

Réponse à Tilman Seebass à propos d’un compte rendu paru dans Yearbook for Traditional Music

Le Comité de rédaction des Cahiers de musiques traditionnelles
p. 277-278

Le compte rendu de la revue Cahiers de musiques traditionnelles paru dans Yearbook for Traditional Music 26/1994 :117-119 exige quelques rectifications qui, nous le souhaitons, contribueront à donner à notre publication la place qu’elle mérite dans le domaine des périodiques scientifiques spécialisés.

Notons au préalable que le premier numéro des Cahiers a paru en 1988. C’est donc seulement six ans plus tard (!) que nous enregistrons une réaction dans le YTM alors que nous en sommes à la préparation du numéro 8.

Dans son compte rendu, T. Seebass compare les Cahiers à Culture Musicali, alors que les deux périodiques n’ont pas la même vocation. En effet, celui-ci s’est d’emblée orienté vers les musiques de la Péninsule, avec quelques exceptions méditerranéennes et africaines. Les Cahiers, par contre, ont opté pour une formule généraliste et thématique, vouée à combler une lacune dans le monde francophone. Les deux ne peuvent donc être mises en parallèle.

Venons-en maintenant aux inexactitudes qui jalonnent ce compte rendu.

1) Contrairement à ce que T.S. prétend, l’Australie figure au nombre des terrains traités (Ellis, CMT 4/1991 : 207-226 ; Grau, CMT 5/1992 : 205-216).

2) Ce qu’il qualifie de « home-countries » (la Suisse ?) est bien représenté (Bianchi, CMT 1/1988 : 63-76 ; Bachmann-Geiser CMT 2/1989 : 183-201 ; Bolle-Zemp, CMT 4/1991 : 117-130), comme d’ailleurs la France (Defrance CMT 4/1991 : 131-154 ; CMT 7/1994 : 191-210 ; Breton CMT 7/1994 : 175-190).

3) Prétendre que la plupart des articles ne sont que de « mere aperçus » ne dépassant pas 4000 mots est faux : près de la moitié des textes comprennent plus de 5000 mots. D’ailleurs, le fait de présenter de courts articles pour illustrer plusieurs aspects d’un même thème ne peut être considéré comme un défaut en soi.

4) Il est absurde de considérer l’orientation des Cahiers, largement ouverts aux ethnomusicologues non suisses, comme résultant de l’absence de chaire d’ethnomusicologie à Genève et ailleurs en Suisse (précisons à ce propos qu’il existe une chaire complète d’ethnomusicologie à l’Université de Zürich, dont M. Seebass connaît d’ailleurs fort bien le titulaire, ainsi qu’une charge de cours permanente à l’Université de Neuchâtel et des cours donnés occasionnellement à Berne et à Bâle). En fait, la priorité est accordée aux chercheurs francophones, quelle que soit leur nationalité (suisses, français, belges, québecois ou autres). Mais surtout, le caractère international des Cahiers est le résultat d’un choix délibéré : familiariser les lecteurs francophones avec les travaux de chercheurs qui ne publient principalement qu’en anglais dans des revues peu accessibles à ces lecteurs.

5) Quant à la constatation selon laquelle les auteurs auraient tendance à choisir un fait musical pour en tirer des réflexions et se poser des questions plus générales sur la musique, nous la revendiquons pleinement. Notre revue se veut aussi un forum de débats et n’a pas la prétention d’apporter toutes les réponses. Mais notons à cet égard qu’elle contient de nombreux articles monographiques analysant un fait musical pour lui-même.

6) Les transcriptions, photographies et schémas illustrant les articles ne sont pas là pour « faire joli », mais sont toujours commentés, souvent dans le corps du texte, et constituent même dans certains cas la matière même de la réflexion (cf. Zemp et Hai CMT 4/1991 :27-68).

7) La critique selon laquelle notre revue présenterait des articles de qualité inégale est peut-être justifiée, mais M. Seebass peut-il citer une seule revue qui échapperait à ce genre de reproche ? Par ailleurs, les Cahiers revendiquent leur complète liberté par rapport aux exigences du monde académique.

8) Selon T. Seebass, les ethnomusicologues continuent à éprouver des difficultés à s’y retrouver dans le domaine de la méthodologie (comme d’ailleurs les anthropologues en général) et à manipuler les faits musicaux. Ils devraient donc résoudre ces problèmes en limitant leur champ d’investigation et en concentrant leurs recherches sur une culture ou un groupe de cultures. Or, c’est là précisément un point sur lequel nous divergeons totalement : pour nous, c’est la réflexion qui compte, et cette réflexion exige une certaine distanciation par rapport à l’objet, un regard critique et différent que seule une approche multiculturelle et comparative permet d’acquérir. Cette orientation comporte certes des risques, mais nous ne pensons pas que ce soit aux dépens de la qualité des articles qui, par ailleurs, sont systématiquement examinés par le comité de rédaction et dont la haute tenue a été saluée à plusieurs reprises par de nombreux spécialistes.

En conclusion, le compte rendu de M. Seebass laisse supposer qu’il n’a pas bien compris l’orientation de notre revue, qu’il n’en a pas consulté tous les numéros et qu’il doit nourrir quelques réserves quant à l’ethnomusicologie francophone. Cependant, nous lui sommes reconnaissants d’avoir ainsi fait connaître les Cahiers et de leur avoir souhaité un avenir et une audience prolifiques.