Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques

Quatre disques de musique « touarègue »

François Borel
p. 248-250
Référence(s) :

Tis Ras. Chant, chœur, guitare, ‘ûd, darbouka. Notice en français et anglais. 1 CD Al Sur/Média 7 ALCD 124, 1995. Durée totale : 49’. [Coll. « Touareg – vol. III »].

Imaran. Chant, chœur, guitare, ‘ûd, darbouka. Notice en français et en anglais.
1 CD Al Sur/Média 7 ALCD 152, 1995. Durée totale : 53’. [Coll. « Touareg – vol. IV »].

Choγly. Chant, chœur, guitare, ‘ûd, darbouka. Notice en français et anglais. 1 CD Al Sur/Média 7 ALCD 153, 1995. Durée totale : 50’. [Coll. « Touareg – vol. V »].

Assouf. Baly Othmani & Steve Shehan. Chant, ‘ûd, synthétiseurs, échantillonnages et ambiances diverses. Notice en français et anglais. 1 CD Al Sur/Média 7 ALCD 136, 1994. Durée totale : 55’.

Texte intégral

1Ces quatre disques constituent la suite de la collection « Touareg », publiée par Al Sur, dont les deux premiers volumes furent commentés dans le volume 7 des Cahiers de musiques traditionnelles (1994 :308-310). Mais, tandis que ceux-ci présentaient certains aspects de la musique traditionnelle touarègue du Tas­sili (Algérie), ces dernières parutions illustrent ce qu’on pourrait appeler la « nouvelle » musique touarègue du sud de l’Algérie dont le ‘ûd arabe est devenu l’instrument favori, joué par des hommes, alors que jusqu’ici c’était les femmes qui détenaient le monopole de la musique instrumentale avec la vièle monocorde imzad et le tambour sur mortier tindé.

2A l’exception de la voix des chanteurs, les trois premiers disques sont semblables quant à leur contenu, si bien qu’il serait fastidieux de les décrire séparément. Alors que certains des airs instrumentaux et vocaux rappellent vaguement le répertoire traditionnel touareg, la présence du ‘ûd (ou de la guitare) évoque irrésistiblement l’univers musical arabe ou berbère du Nord. Cette impression est renforcée par la structure de ces chants et son caractère répétitif : exposé, au début de presque toutes les pièces de ‘ûd, de ce qui pourrait être considéré comme un taqsim (solo instrumental non mesuré), suivi d’un fort contraste rythmique et généralement d’un chant solo d’homme a-a-b-b, alternant avec le chœur responsorial des femmes qui reprend le même schéma a-a-b-b. A part le premier chant du disque de Tis Ras, les rythmes sont tous d’inspiration plutôt berbèro-arabe et de type aksak, c’est-à-dire fortement syncopés, réalisés à l’aide d’une darbouka, d’un tambour plus sourd marquant le tempo de base, ainsi qu’avec les battements de mains du chœur. Si les paroles sont bien en tamachek, la technique vocale des chanteurs, notamment de Imaran (Vol. IV), avec ses mélismes très accentués, pourrait laisser croire à l’oreille profane qu’il s’agit de chants en langue arabe, car les chanteurs touaregs n’utilisent que peu d’ornementation vocales et toujours de manière beaucoup plus sobre. Par ailleurs, la tonalité uniforme des airs confère à ce répertoire une certaine monotonie : on est loin de la diversité des répertoires touaregs traditionnels ! Presque toutes les plages des trois disques sont inachevées, c’est-à-dire qu’elles se terminent par un fade out, ce qui donne une impression d’« échantillonnage » effectué dans le répertoire de ces chanteurs.

3Les chants évoquent des thèmes chers aux Touaregs : les tourments de l’amour déçu, la nostalgie du pays des Ajjers, mais dans la notice on ne trouve pas de commentaires permettant de décrypter certains passages dont le sens est particulièrement hermétique. D’autre part, une erreur s’est glissée dans le texte imprimé sur le disque de Tis Ras : l’indication « Volume V » doit être remplacée par « Volume III ».

4Les enregistrements figurant sur ces trois premiers disques ont tous été effectués en même temps à Djanet (Tassili n Ajjer) auprès de trois chanteurs et joueurs de ‘ûd, par le même preneur de son. Au recto et au verso de chacune des notices explicatives, on trouve une photo couleurs du musicien, mais à l’intérieur, figurent à chaque fois le même texte d’introduction sans intérêt et les mêmes photos noir/blanc sans légendes. En revanche, les textes des chant y sont traduits en français et en anglais, mais non transcrits en tamachek. Deux des trois musiciens, Imaran (Ahmed Chakali) et Choγly, « jeunes interprètes de la chanson contemporaine des Ajjers », sont présentés dans un court paragraphe en fin de notice.

5Malgré ces réserves quant à l’authenticité « touarègue » que prétendent refléter ces documents, les ensembles « sonnent » bien et l’exécution instrumentale est propre et dynamique.

6Quant au quatrième disque, il révèle qu’à son tour, cette nouvelle musique touarègue vient de se faire « fusionner » par la culture musicale « world ». Le chanteur et joueur de ‘ûd Baly Othmani est ici accompagné par Steve Shehan à la basse électrique et aux multiples instruments de percussion.

7La plage 1 constitue sans doute l’air le plus « touareg » de ce disque et de toute la série, malgré la présence du ‘ûd et l’accompagnement de diverses percussions, dont la darbouka, le tambour djembe, le hochet shekere et des balais de batterie de jazz. Le style vocal est ici très sobre, sans fioritures et ornementations superflues, les instruments électronique sont absents. D’après la notice, cette chanson a comme incipit le proverbe tamahaq (dialecte touareg du Hoggar) Eïlan akabar warigazaz, traduit ici par « Celui qui possède un pilon n’utilise pas ses dents ». Or, le mot akabar signifie « bol de traite » (pour le lait, dont il est question dans la chanson), ce qui restitue tout son sens au texte qui dit en substance : « celui qui boit du lait n’a pas besoin de croquer un aliment et peut résister ainsi au jeûne du Ramadan ».

8Avec les plages suivantes, on entre carrément dans l’univers de la « sono mondiale ». A l’ouverture instrumentale au ‘ûd succède un chant dont l’air appartient au répertoire du tindé, mais auquel viennent se greffer les ambiances et procédés sonores réducteurs, désormais habituels, de la « world music » : instruments échantillonnés provenant d’autres cultures (angklung javanais, likembe d’Afrique centrale, castagnettes d’Ibiza, agogo du Brésil, etc.), basse profonde synthétique, rumeurs de foules, qui « enrobent » le tout de timbres bizarres et témoignent d’un travail de studio soigné. Mais la voix du chanteur restitue parfaitement et fidèlement ce qui caractérise le chant touareg : sobriété, peu de vibrato, « épaisseur » rustique. Paradoxalement, mais sans aller jusqu’à admettre qu’il s’agit là de l’« univers authentique du musicien touareg » (notice, p. 12), le résultat de cette double fusion n’est pas désagréable, et en tout cas plus probant au point de vue de l’authenticité que les trois disques précédents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Borel, « Quatre disques de musique « touarègue » », Cahiers d’ethnomusicologie, 8 | 1995, 248-250.

Référence électronique

François Borel, « Quatre disques de musique « touarègue » », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 8 | 1995, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1243

Haut de page

Auteur

François Borel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page