Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Christian POCHÉ : Musiques du monde arabe. Ecoute et découverte

Paris : Institut du Monde Arabe, 1994
Laurent Aubert
p. 239-240
Référence(s) :

Christian POCHÉ : Musiques du monde arabe. Ecoute et découverte. Paris : Institut du Monde Arabe, 1994. 64 p., accompagné d’un disque compact d’exemples musicaux.

Texte intégral

1Parmi les ouvrages généraux existant sur la musique arabe, les trois plus connus en français sont ceux de Simon Jargy (Paris : P.U.F., collection Que sais-je ?, 1971, rééd. augmentées 1977 et 1988), de Salah El Mahdi (Paris : Alphonse Leduc, 1972) et de Habib Hassan Touma (Paris : Buchet-Chastel, 1977), tous trois intitulés La musique arabe. Mettant l’acccent, le premier sur la poésie chantée des bédouins, le deuxième sur le corpus des suites maghrébines, et le troisième sur les grands genres savants orientaux, tous s’accordent néanmoins à souligner l’homogénéité de la tradition musicale arabe et son enracinement dans le système modal des maqâmat ainsi que l’héritage des théoriciens médiévaux.

2A cet égard, l’approche de Christian Poché diffère de celles de ses précédesseurs dans la mesure où, comme l’indique le pluriel affirmé déjà dans le titre de son ouvrage, il entend privilégier la diversité des formes et des pratiques musicales coexistant aujourd’hui dans le monde arabe. Il n’est, à ce propos, pas sûr que le fait d’y inclure les traditions des Maures, des Berbères – Kabyles et Touaregs notamment –, des Soudanais et des Kurdes soit du goût de tout le monde, mais cela reflète en tout cas l’ouverture d’esprit de l’auteur et son désir d’appréhender ce qu’il est convenu d’appeler le monde arabe dans sa globalité.

3« Ecoute et découverte » : Poché s’adresse ici en priorité au profane occidental, l’aidant notamment à pénétrer cet « autre » musical par de fréquentes références au vocabulaire et aux critères musicaux européens. Une critique générale qu’on pourrait cependant lui adresser est l’absence d’allusions aux autres traditions musicales orientales, notamment à celles de Turquie, d’Iran, d’Azerbaïdjan et d’Asie centrale – qui appartiennent toutes à la même « famille » que la musique arabe – ou à celles du sous-continent indien et d’Asie orientale, autres grands univers modaux asiatiques ; cette carence tend à donner une image par trop isolée de la musique arabe, en paraissant lui attribuer l’exclusivité de conceptions dont, somme toute, elle partage un grand nombre avec d’autres systèmes musicaux.

4Cet ouvrage adopte la formule d’un guide pédagogique divisé en vingt-deux courts chapitres répartissant la matière en autant de rubriques judicieusement différenciées ; chaque chapitre est suivi d’exercices se présentant sous forme de questions et réponses, renvoyant notamment aux vingt-cinq exemples musicaux figurant dans le disque compact encarté, et d’indications de lectures et d’écoutes complémentaires. L’aspect à la fois ludique et didactique du procédé permet au lecteur non averti de pénétrer sans effort apparent de nombreuses notions parfois complexes, tant le discours est clair et les illustrations musicales pertinentes. Un glossaire des principaux termes musicaux arabes en transcription simplifiée, ainsi qu’une bibliographie et une discographie sélectives complètent cet excellent volume de vulgarisation, dont un des principaux mérites est de n’être ni pédant, ni exagérément simplificateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Aubert, « Christian POCHÉ : Musiques du monde arabe. Ecoute et découverte », Cahiers d’ethnomusicologie, 8 | 1995, 239-240.

Référence électronique

Laurent Aubert, « Christian POCHÉ : Musiques du monde arabe. Ecoute et découverte », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 8 | 1995, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1231

Haut de page

Auteur

Laurent Aubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page