Navigation – Plan du site
Dossier : Performance(s)

Entre texte et performance : l’art de raconter

Monique Desroches
p. 103-115

Résumé

S’appuyant sur l’analyse d’un conte krik-krak enregistré à la Martinique, l’auteure montre que la prise en charge de la performance nécessite d’engager l’ethnomusicologue dans plusieurs écoutes et plusieurs regards, aux côtés des analyses formelle et syntaxique. L’article vise à démontrer que la prise en charge de la performance permet de dégager des éléments de la pratique que la seule analyse du texte ne pourrait révéler. Après une définition du terme « performance », l’auteure identifie et décrit une série de procédés performanciels, puis tente ­d’illustrer leur rôle dans l’édification de la stylistique du conte.

Haut de page

Texte intégral

1Sous l’influence d’Austin (1970), auteur de Quand dire c’est faire, les ethnologues, tout comme les ethnomusicologues, réalisent que la langue sert non seulement à informer ou à diffuser les connaissances, mais aussi à agir et à interagir. C’est la découverte de l’effet de la parole, ce que Monod-Becquelin et Vapnarsky appellent « les forces illocutoires et la performativité » (2001 : 156). Cette constatation prend tout son sens dans les cultures de tradition orale car, ainsi que le souligne Zumthor, « la fugacité du temps oral détermine un ensemble de règles, de procédés, de trucs de métier servant à ordonner le texte » (1983 : 130).

2S’appuyant sur le conte krik-krak, une tradition orale très répandue dans l’aire créolophone antillaise, cet article vise à montrer que cette oralité dépasse largement le champ du texte ou de l’objet sonore. Elle s’incarne dans un ensemble expressif plus vaste, que nous nommerons ici performance. Après avoir précisé la définition de ce concept, notre intention est de montrer combien son intégration à l’analyse en tant que volet, favorise la mise en exergue d’éléments de la stylistique que la seule analyse formelle ou syntaxique ne peut révéler.

La performance comme pratique et événement

3Que faut-il entendre d’abord par performance   ? Dans la théorie générative (linguistique) d’où émane le concept, performance dénote la mise en langue de la compétence par les sujets parlants. Ici, il épouse une autre définition qui le rapproche du concept de pragmatique que les linguistes décrivent comme « tout ce qui intervient dans l’interprétation d’un énoncé, mais qui n’est traité directement ni par la syntaxe, ni par la sémantique » (Monod-Becquelin et Vapnarsky 2001 : 161). Proche de cette acception, « performance » renvoie pour nous à une série de modalités de production et de mise en communication qui contribue de façon significative à l’édification de la stylistique d’une pratique musicale.

4Cette approche, même si elle est à notre avis encore trop peu utilisée dans notre discipline, n’est pas étrangère à certains ethnomusicologues. Nous pensons notamment au film d’Hugo Zemp (1988) sur les modalités de réalisation des yodels et des youtses du Muotatal (Suisse), aux travaux de Bernard Lortat-Jacob (2004) sur les manières de chanter en Sardaigne, à la recherche d’Aurélie Helmlinger (2001, 2005) sur les steel-bands de Trinidad et à nos propres travaux sur les modalités de réalisation des battements de tambour lors de cérémonies rituelles tamoules en Martinique (Desroches 1987, 1996). Leurs analyses ont, entre autres, illustré que les critères stylistiques et esthétiques des pratiques musicales ne résidaient pas que dans la forme, mais aussi dans la pragmatique. Le livre de Laurent Aubert (2001) sur l’impact de la mise en spectacle de traditions musicales s’inscrit également dans cette mouvance. Nous soulignerons dans cette foulée l’apport de Regula Qureshi par sa proposition, en 1987, d’une grille d’analyse spécifique à la prise en charge de la performance. Partant du principe que la musique est plus la réalisation d’une syntaxe sonore, cette grille devenait nécessaire pour la chercheuse désireuse d’intégrer alors à l’analyse les modalités d’interprétation d’une pièce musicale parallèlement aux stratégies de mise en dialogue avec le public. Ce qui l’amenait à écrire récemment « l’événement est la musique et vice-versa » (2007 : 712). Cette approche marque une rupture avec les analyses des premiers ethnomusicologues qui, partis d’une conception de la musique comme objet sonore, transformaient les enregistrements de terrain en textes primordiaux, c’est-à-dire en objets de transcription, d’analyse et de comparaison (Qureshi Burckhardt 2005).

5Si les chercheurs précités ne recourent pas tous au vocable de performance, ils peuvent être considérés comme des pionniers par l’ouverture de leur démarche aux paramètres performanciels. La situation est toutefois différente en musique populaire, où l’analyse de la performance est devenue objet d’étude depuis quelques décennies, Toutefois, très peu de chercheurs se sont penchés de façon systématique sur la performance du point de vue musicologique. Keil et Feld (1994) ont été parmi les premiers à soulignerl’importance du regard analytique sur la performance. Les auteurs de Music Grooves insistent en effet sur les limites de l’analyse syntaxique du texte musical. Car, selon eux, la musique est plus qu’une partition musicale interprétée. Elle est événement et médiation, un phénomène qui englobe autant les modalités de production musicale que les conduites et les attitudes d’écoute du public (ibid.).

  • 1  Laccase a emprunté le terme au philosophe Gérard Genette (1994).

6La parution de l’ouvrage Performing Rites : On the Value of Popular Music (1998) de Simon Frith (1998), a favorisé un débat sur le concept de performance. Ces échanges ont sensibilisé un grand nombre de chercheurs à cet aspect musical, et ce, non seulement dans la discipline, mais aussi en dehors de celle-ci. C’est le cas notamment de l’anthropologue Bob White, qui s’intéresse depuis quelques années aux musiques populaires du Congo. Une grande partie de ses recherches porte sur les manières d’interpréter certaines musiques populaires, où les analyses révèlent une part active du public dans la performance du chanteur et des musiciens. Le chercheur considère de plus les textes des chansons comme des éléments d’un ensemble plus vaste de communication qu’il appelle la « performativité » (White 2008). Enfin, au chapitre de la musicologie francophone, nous devons au musicologue québécois Serge Lacasse la proposition de l’adjectif « performanciel » 1, notamment dans ses analyses de musiques populaires enregistrées. Par « performanciel », le musicologue entend tout aspect de la pratique vocale et instrumentale relevant de la production de sons par un musicien (Lacasse 2006). Pour lui, cette définition revêt une portée ontologique qui renvoie à un niveau précis de l’expérience, celui de l’acte musical. La performance relie ainsi, de manière indissociable, l’objet sonore et ses agents humains, faisant de la performance une pratique et un événement.

7Acquiesçant à ces prises de position méthodologiques et théoriques, nous tenterons maintenant de voir leur incidence sur l’analyse. Car il y a lieu de se demander si les paramètres habituels de l’analyse musicale (par exemple la forme ou la syntaxe…) sont suffisants pour cerner la signature stylistique d’une performance. Sinon, que peut nous révéler de plus l’intégration des procédés performanciels à l’analyse ? Ces questions serviront de toile de fond à l’analyse dont il sera maintenant question.

Origine des contes krik-krak

  • 2  Aussi appelé kriké-kraké dans les Mascareignes (Réunion, Seychelles, Maurice).

8On trouve dans l’ensemble des îles créolophones (Petites Antilles, Haïti, Mascareignes) une tradition orale et musicale qui correspond en tous points à une performance : le conte krik-krak2. Cette tradition fait partie du patrimoine vivant aux Antilles françaises, même si le conte est désormais interprété le plus souvent en dehors du contexte funéraire, son espace originel.

9Ces contes remontent au temps de l’esclavage et ont été transmis de génération en génération par les esclaves africains et leurs descendants. Les études sur le sujet stipulent que les contes krik-krak peuplaient dans les temps lointains, les nuits des veillées funèbres alors que les parents et amis devaient demeurer toute la nuit avec la dépouille exposée dans la maison de la famille éprouvée. Originaires d’Afrique, mais actualisés en terre antillaise, les contes mettent en scène des personnages fictifs comme Ti-Jean, Adélaïde et Jasmin, ou encore Kompè (compère) Tigre et Kompè Lapin. Ces veillées funèbres se déroulaient autrefois de façon quasi systématique, mais elles ont lieu maintenant de manière sporadique, selon le désir ou le souhait de la famille éprouvée.

10Gardel (1977) et Césaire (1993) se sont particulièrement intéressés aux contes antillais. Ils soulignent entre autres que ce genre oral place au cœur du récit la ruse, la fourberie, l’audace et l’initiative, traits de caractère sans lesquels l’esclave ne pouvait gravir l’échelle sociale. La littérature relate à cet égard la dissidence de l’Église face à ces valeurs véhiculées dans le conte, celles-ci s’inscrivant à contre-courant de la morale chrétienne. Les analyses mettent aussi en exergue l’effet miroir du conte, le contexte de ce dernier pouvant être confondu avec des éléments situationnels du récit : le héros rencontre par exemple un cortège sur son parcours, mange des accras (beignets de morue), comme on le fait pendant les veillées funèbres au sein desquelles le conte prend place.

11Les analyses effectuées ont enfin mis en exergue une structure formelle à trois volets : le premier constitue la partie introductive, c’est-à-dire la mise en dialogue (en créole) entre le conteur et l’auditoire ; le suivant est composé de petits refrains appelés calypso, interludes chantés en appel-réponse qui se retrouvent à différents moments du récit, et le troisième équivaut à la narration du conte, l’histoire en tant que telle, lieu privilégié de la mise en valeur du talent du conteur.

12Si intéressantes que soient ces recherches, aucune n’aborde de façon systématique, au-delà de la structure formelle, les manières d’articuler texte et façon de raconter. Pourtant, quand on pose à un Martiniquais la question : « Où réside la valeur ou la qualité d’un conte   ? », il répond sans hésitation : « Chez le conteur ».

13Nous proposons donc de faire ici une autre lecture de cette tradition orale antillaise en l’axant cette fois, sur le conteur, et surtout, sur ses outils langagiers que sont les procédés performanciels. Nous nous appuierons plus spécifiquement sur un conte très populaire à la Martinique, comme d’ailleurs dans l’ensemble de l’aire créolophone : Ti-Jean.L’objectif est d’illustrer l’importance des éléments de la performance dans la stylistique du conte. Ce regard nous semble d’autant plus essentiel que c’est en recourant à divers procédés performanciels qui seront détaillés plus loin, que le conteur s’approprie le récit, lui conférant alors une signature singulière.

Résumé du conte Ti-Jean

  • 3  La marraine joue un rôle très important dans la culture créole antillaise car elle est une sorte d (...)

14L’histoire de Ti-Jean peut se résumer ainsi : voulant tester son niveau de débrouillardise, la marraine 3 donne au héros du conte, Ti-Jean, un beignet de morue, appelé aux Antilles, accras. Prenant la route avec cet accras comme seul bagage, Ti-Jean, à force de petites tromperies, de ruse et d’intelligence, en arrive à troquer cet accras contre un coq, puis contre un mouton. En recourant à d’autres stratégies et simulations (il se faufile par exemple dans un cortège funèbre), il exige d’une famille qu’on lui donne un troupeau de moutons. Le conte se termine par la réussite sociale de Ti-Jean devenu propriétaire d’un grand domaine.

  • 4  La réussite sociale de Ti-Jean, destiné à une tout autre vie, ne serait-elle pas corollaire à cett (...)

15On entend généralement ce conte, un des plus appréciés des Martiniquais 4, lors d’une veillée, après la tombée du jour. Un groupe d’une quinzaine de parents et d’amis se rassemblent en début de soirée, aux abords d’une maison. Comme mentionné précédemment, le décès d’une personne était autrefois le prétexte à la tenue d’une veillée. Car il fallait littéralement « veiller » toute la nuit le corps du défunt et ainsi tenter de consoler la famille éprouvée. À l’extérieur de la maison où reposait la dépouille, on s’adonnait alors à ces histoires anciennes agrémentées de quelques devinettes (les titimes), le tout accompagné de punchs au rhum et d’accras de morue.

Conte et procédés performanciels du conteur 5

  • 5  Dès les premiers mois d’un terrain en Martinique à la fin des années 70, nous avons pu enregistrer (...)
  • 6  Le lecteur retrouvera des extraits sonores de ces procédés, ainsi que le récit en continu, à l’adr (...)

16Le sujet du récit est connu de tous ; le conteur doit donc trouver ailleurs des atouts pour garder son auditoire en écoute active. À cette fin, il recourt à une panoplie de procédés performanciels. Parmi ceux-ci se trouvent des gestuelles, des cris, des mimiques et surtout des procédés de langage qu’on ne retrouve pas dans d’autres situations courantes. Ces procédés sont une dimension intrinsèque de cette tradition orale et musicale, étant à la fois attendus de l’auditoire et servant à qualifier le conteur de bon ou de mauvais. Le choix, la combinaison, la manière et la fréquence d’utilisation de ces procédés déterminent en effet le talent et la qualité d’interprète du conteur. Le conte devient ainsi un lieu privilégié de performance : dramatisation du récit, recours à des onomatopées, interaction avec l’auditoire, interventions autoritaires, interludes chantés en appel/réponse, répétitions de mots, inversions phonétiques et phrases émises à toute allure. Tels sont les procédés que nous allons maintenant détailler6.

L’importance des onomatopées

17On s’en doutera, le conteur est le personnage central de l’événement. Le conte est habité par la dramatisation, c’est-à-dire par une manière personnelle de mettre en scène les personnages, de rapporter leurs péripéties, avec une emphase sur les émotions et les sentiments qui président au récit. C’est donc un exercice de mémoire, celle du texte, mais aussi de mise en performance de tous les éléments.

  • 7  Le lecteur trouvera à la fin de la description de ces onomatopées, une figure rassemblant quelques (...)

18Le conte démarre par un appel composé d’onomatopées, sorte de premier échange entre le conteur et l’auditoire. Là se profile un premier paramètre performanciel : le yé-krik et sa réponse par l’auditoire, yé-krak. Élément qu’on peut considérer comme « hors récit », cette onomatopée marque la performance du conteur par ses manières d’y recourir L’ouverture est généralement interprétée avec un tempo lent et avec un contour intonatif particulier7 qui répond au schéma suivant :

(conteur)

Yéééé

Krik

(auditoire)

Yéééé

Krak.

(conteur)

Yé misti

Krik

(auditoire)

Yé misti

Krak

(conteur)

Es ke la kou do ? (Est-ce que la cour dort ?) (en montant)

(auditoire)

Non, la kou ne do pa (Non la cour ne dort pas) (en descendant)

19Cette émission vocale exerce un rôle précis dans le conte. Elle installe d’abord cet espace de communication entre le conteur et l’auditoire. Puis, la dernière question posée par le conteur – « Est-ce que la cour dort ? » – indique clairement son rôle de leader, rappelant alors aux personnes présentes qu’il attend d’elles une écoute attentive, voire active. Cet échange est à la base du conte. Sans lui, comme nous l’avons dit plus tôt, on ne peut répondre de la qualité de la performance, et surtout de celle du conteur. À l’issue de l’introduction interprétée lentement et avec le contour intonatif illustré plus haut, le conteur démarre sa performance. Alors s’amorce une histoire où règnent la fantaisie, le drame, le mystère et le fantastique. Les nombreux yé-krik du conteur – il peut y avoir jusqu’à une centaine d’appels du conteur à travers sa narration – sont réalisés de multiples façons : parfois lents et doux, parfois secs et saccadés, en glissando ou en staccato. Il existe donc une multitude de possibilités pour énoncer cette onomatopée selon le désir du conteur. Chacun des procédés utilisés vise à transmettre une émotion, un sentiment, ou encore à favoriser une visualisation ponctuelle du récit.

Fig. 1. Contours intonatif des onomatopées pendant le récit.

Fig. 1. Contours intonatif des onomatopées pendant le récit.

20Ces onomatopées remplissent par ailleurs une autre fonction. Au plan de la syntaxe verbale, on peut considérer chacun des yé-krik comme l’équivalent d’un point ou d’un point-virgule dans un texte écrit. L’histoire étant longue, il fallait bien trouver des « trucs de métier » pour baliser le discours.

21Le tableau ci-dessus illustre de façon condensée quelques contours intonatifs de ces onomatopées.

  • 8  Voir à ce sujet, l’exemple sonore à l’adresse internet indiquée en note 6.

22Outre ces yé-krik, le conteur peut avoir recours à d’autres onomatopées. Dans le conte Adélaïde et Jasmin, par exemple, chaque fois qu’un gros oiseau émet un kyak, (ici produit par le conteur), le propriétaire de l’oiseau doit immédiatement lui offrir des graines à manger. Un jour, celles-ci furent épuisées. (À partir de ce moment dans l’histoire, le conteur incarne l’oiseau.) L’oiseau poursuit ses kyak et, ne recevant pas ses graines habituelles, il se met à dévorer, à chacun de ses cris, le doigt de son propriétaire, puis une jambe, puis l’autre, et ainsi de suite. Chaque émission d’un kyak devient un élément de la tension dramatique vécue par l’auditoire, qui réagit parfois avec amusement, parfois avec étonnement8.

Fig. 2. Tonton Henri

Fig. 2. Tonton Henri

Fonds Saint-Jacques, 1978.
Photo Monique Desroches.

Le recours à l’autorité

23Dans les sociétés de tradition orale, la maîtrise du verbe confère à ses détenteurs un certain prestige, voire une certaine autorité. Cette considération sociale et langagière est ici au cœur de la mise en récit du conte, la performance procurant au conteur un statut particulier qui impose le respect. Tonton Henri, notre conteur, le sait parfaitement. Une expression langagière propre au conteur mérite, dans cette optique, que l’on s’y attarde. Lors de l’enregistrement que nous avons fait en 1978, le conteur, exaspéré par les gens qui parlaient pendant son récit, émit spontanément un autoritaire « la kou vo djèl » (la cour, vos gueules !). Cette expression nous a d’abord surprise car nous ne l’avions jamais rencontrée dans les échanges de la vie quotidienne ; de ce que nous connaissions des modalités de respect et de politesse locale, l’expression aurait été jugée irrespectueuse ou irrévérencieuse. Même la mère du conteur faisait partie du groupe de personnes interpellées. Mais chose surprenante, dans cette société matrifocale où la figure de la mère impose le respect, personne n’a semblé étonné de cette intervention autoritaire du conteur, et le silence se fit en quelques secondes.

24Comment expliquer alors son recours dans la performance ? À notre avis, le conteur venait une fois de plus de créer un espace de communication « hors récit », mais cette fois pour établir clairement qu’il était celui qui contrôle et qui mène le conte. Car nous sommes bien ici dans un jeu de rôles. En le laissant revêtir son habit de conteur, le groupe l’autorisait à ramener à l’ordre toute personne qui irait à l’encontre de ses volontés, même si, dans ce cas précis, il s’agissait de sa propre mère. Tout s’est donc passé comme si le sens partagé de cette « autorité » entre le conteur et son auditoire lui permettait de recourir à cette expression, sans que personne ne fût contrarié ni offusqué.

Les calypsos ou interludes chantés

25Il arrive fréquemment qu’en cours de récit, le conteur entonne un petit air. C’est généralement un court interlude monosyllabique interprété dans la forme « appel-réponse ». Le conteur chante alors une courte phrase, qui est immédiatement reprise par l’auditoire, ainsi que le montrent les transcriptions suivantes.

26La structuration en appel-réponse place l’auditoire dans une interaction soutenue avec le conteur et assure ainsi une participation active du public. Ces courts interludes dépassent donc le rôle de simple divertissement musical.

Répétition et inversion phonétique

27Un autre procédé que nous appellerons « inversion phonétique et sémantique » est fréquemment utilisé par les conteurs. Cette astuce langagière correspond à l’inversion d’un mot qui, à son tour, commande une inversion de sens. Le conteur joue ici avec la langue en recourant à des émissions de sons qui renvoient à deux niveaux linguistiques distincts : le phonétique et le phonologique (sens). L’exemple qui suit traduit ce procédé.

28Voulant signifier que Ti-Jean, notre héros, a marché longtemps, si bien que la fatigue l’a fait trébucher, le conteur va combiner ici deux procédés : celui de la répétition et celui de l’inversion phonétique. Ces deux procédés sont d’ailleurs très bien compris et interprétés par l’auditoire, comme nous l’ont confirmé des entrevues réalisées par la suite avec certaines personnes présentes à cette veillée. Concrètement, ce procédé se lit ainsi :

Réalisation phonétique :

Y maché, y maché, y maché !
(Silence) ….
Y chéma ! (inversion phonétique)

Traduction sémantique :

Après avoir longtemps marché
Il est tombé (ou) il a trébuché (inversion sémantique)

29Au niveau de la performance, ces inversions phonétique et sémantique sont appuyées par des changements dans le contour intonatif de chacun des segments de phrase.

30Ces deux contours intonatifs correspondent à ceux-ci :

__

__

ché

//

__

ché

__

__

__

__

__

__

__

__

(silence)

__

ma

//

y

ma

ché

y

ma

ché

y

ma

y

31Caractérisée dans la première partie de la phrase par la répétition en recto tono du « y maché » (sauf pour la dernière syllabe), la deuxième partie marque une rupture intonative par son contour à trois niveaux. Le silence qui précède le dernier segment vient, selon nous, renforcer la différence intonative, tout en guidant l’auditoire sur cet aspect important de la narration. Enfin, il est intéressant de noter que le deuxième contour intonatif se rapproche de celui d’un yé krik, présenté antérieurement.

32Une version écrite du conte omettrait sans doute ce genre de procédés. L’alternance voix/silence, la longue durée du mouvement symbolisée par la répétition et la chute du héros, traduite ici verbalement par l’inversion des syllabes, s’avèrent pourtant des procédés performanciels représentatifs de la stylistique du conte krik-krak.

Virtuosité de l’élocution

33L’émission très rapide d’une phrase ou d’une série de phrases est un procédé courant chez les conteurs. Certains le voient comme une forme d’appropriation du conte, comme une façon de s’arroger un « droit d’auteur ». Car, plus la phrase est émise rapidement, plus il sera difficile pour un autre d’imiter le conteur dans sa performance. Nous pouvons voir dans la rapidité d’élocution une parenté avec certains compositeurs et interprètes du XIXe siècle (Liszt et Paganini par exemple), chez qui la virtuosité d’interprétation était un critère important de la maîtrise de leur art. Le contexte nocturne des contes ne semble pas non plus étranger à la présence de cette virtuosité verbale. Soucieux de tenir son auditoire en éveil durant toute la veillée, il est permis de penser que le conteur puisse recourir à la vitesse d’exécution pour le maintenir en alerte.

34L’exemple suivant montre le nombre de phrases émises par le conteur en moins de sept secondes !

Fig. 3. Procédé : rapidité

Fig. 3. Procédé : rapidité

Traduction : « Messieurs, mesdames. Si vous croyez que je mens, je préfère monter au haut d’un arbre à balai, me laisser tomber pour qu’un ver de terre me mange les reins ; là seulement, je retrouverai la raison. »

Conclusion

35À l’image de la linguistique, qui a depuis longtemps intégré la performance dans l’analyse, la prise en compte de la performance en ethnomusicologie nécessite d’engager celle-ci dans plusieurs écoutes et plusieurs regards. Aux côtés des analyses formelle et syntaxique, l’analyse performancielle commande donc une ouverture vers d’autres volets, d’autres aspects de la pratique. Notre analyse en a fait ressortir quatre.

36D’abord, le co-texte. Ce terme, que nous empruntons à la linguistique, englobe tous les éléments qui ne sont pas inclus dans les éléments syntaxiques ou formels du texte et qui entourent ce dernier, ici, le récit. Ils renvoient aux onomatopées, aux imitations des cris d’animaux, etc. L’analyse a montré combien ces éléments, loin d’être des paramètres périphériques au conte, sont en réalité des éléments centraux de la performance.

37En deuxième lieu, se profile le contexte. Nous avons notamment souligné à cet égard le lien étroit entre la virtuosité d’élocution, le contexte des longues veillées (à la tombée de la nuit) et l’importance pour l’auditoire de garder un esprit vif et attentif (cf. le procédé décrit plus haut).

38Le troisième renvoie à l’interaction et à la communication. À ce niveau, l’analyse a mis en relief une structuration du conte qui ne prend sens qu’en présence de son auditoire. Car les réactions verbales et émotives de celui-ci guident le conteur dans sa façon de raconter l’histoire et, réciproquement, selon les modalités d’expression choisies par le conteur, l’auditoire continuera à se manifester de telle ou telle façon. C’est pourquoi il est si fondamental pour le conteur d’instaurer ce lien étroit avec son auditoire.

39Enfin, nous retrouvons les modalités de réalisation. L’analyse a montré à ce niveau comment elles soulignent singulièrement la dramatisation du récit, le conteur choisissant de recourir,selon le récit, à une gestuelle particulière, à des déplacements d’accents, des répétitions de phrases, des onomatopées, des insertions de mélodies ou des changements de dynamique et de tempo.

40À l’instar d’un interprète de musiques improvisées, le conteur maîtrise, sélectionne, combine et agence ces procédés pour marquer le récit de sa propre signature. Une analyse du texte, en dehors de la performance, n’aurait pu et su révéler cette signature singulière. On devine alors combien une analyse qui se confinerait au seul niveau syntaxique ou textuel non seulement serait réductrice, mais passerait à côté d’autres dimensions expressives et significatives du conte.

41Si la musique demeure le point d’ancrage et l’élément rassembleur des ethnomusicologues, il y a donc lieu, selon nous, d’élargir la notion d’analyse afin d’inclure dans celle-ci, et de façon systématique, les procédés de performance, là où la musique comme objet, pratique et événement prend tout son sens.

Haut de page

Bibliographie

AUBERT Laurent, 2001, La musique de l’autre. Les nouveaux défis de l’ethnomusicologie. Genève : Georg éditeur.

AUSTIN John-L., 1991 [1970], Quand dire c’est faire. Paris : Seuil.

CÉSAIRE Ina, 1993, Contes de nuits et de jours aux Antilles. Paris : L’Harmattan.

DESROCHES Monique, 1987, Structure sonore d’un espace sacré. La musique rituelle tamoule aux Antilles françaises. Thèse de doctorat (PhD), Montréal : Université de Montréal.

DESROCHES Monique, 1996, Tambours de dieux. Montréal : L’Harmattan Inc.

FRITH Simon, 1998, Performing Rites : On the Value of Popular Music. Cambridge : Harvard University Press.

GENETTE Gérard, 1994, L’œuvre de l’art : Immanence et transcendance. Paris : Le Seuil.

HELMLINGER Aurélie, 2001, « Geste individuel, mémoire collective. Le jeu du pan dans les steelbands de Trinidad et Tobago », Cahiers de musiques traditionnelles 14, « Le geste musical » : 181-202.

HELMLINGER Aurélie, 2005, Mémoire et jeu d’ensemble. La mémorisation du répertoire musical dans les steelbands de Trinidad & Tobago, Thèse de doctorat, Paris : Université de Paris X-Nanterre.

JARDEL Jean-Pierre, 1977, Le conte créole. Montréal : Collection du Centre de recherches caraïbes, Université Montréal.

KEIL Charles et Steven FELD, 1994, Music Grooves : essays and dialogues. Chicago : University of Chicago Press.

LACASSE Serge, 2006, « Composition, performance, phonographie : un malentendu ontologique en analyse musicale   ? », in Serge Lacasse et Patrick Roy, dir. : Groove : Enquête sur les phénomènes musicaux contemporains. Québec : Presses de l’Université Laval : 65-78.

LORTAT-JACOB Bernard, 2004, « Ce que chanter veut dire. Étude de pragmatique (Castelsardo, Sardaigne) ». « Musique et anthropologie », L’Homme 171-172 : 83-102.

MONOD BECQUELIN Aurore et Valentina VAPNARSKY, 2001, « L’ethnolinguistique, la pragmatique et le champ cognitif », in Martine Segalen, dir. : Ethnologie, concepts et aires culturelles. Paris : Armand Colin.

QURESHI BURCKHARDT Regula, 1987, « Music Sound and Contextual Input : A Performance Model for Musical Analysis », Ethnomusicology 31/1 : 56-86.

QURESHI BURCKHARDT Regula, 2005, « L’interaction des musiciens et du public dans l’invention musicale : l’exemple de la musique soufie du Pakistan », in Jean-Jacques Nattiez, dir. : Musiques. Une encyclopédie pour le XXIe siècle, 5. Paris : Actes Sud/Cité de la musique : 712-726.

WHITE Bob, 2008, Rumba Rules. The Politics of Dance Music in Mobutu’s Zaire. Durham (USA) : Duke University Press.

ZEMP Hugo, 1988, « Filming music and looking at music films », Ethnomusicology 32(3) : 395-427.

ZUMTHOR Paul, 1983, Introduction à la poésie orale. Paris : Seuil.

Haut de page

Notes

1  Laccase a emprunté le terme au philosophe Gérard Genette (1994).

2  Aussi appelé kriké-kraké dans les Mascareignes (Réunion, Seychelles, Maurice).

3  La marraine joue un rôle très important dans la culture créole antillaise car elle est une sorte de substitut de la mère. Son choix est donc capital pour l’enfant et son rôle non négligeable pour son éducation.

4  La réussite sociale de Ti-Jean, destiné à une tout autre vie, ne serait-elle pas corollaire à cette popularité ?

5  Dès les premiers mois d’un terrain en Martinique à la fin des années 70, nous avons pu enregistrer ce conte, ainsi que bien d’autres, dans le quartier Fonds-St-Jacques de la commune de Sainte-Marie, (nord-est). Nous étions alors résidente-directrice de la base de recherche du Centre de recherches caraïbes de l’Université de Montréal et y menions, parallèlement à ce poste administratif, des recherches doctorales depuis 1978. Tonton Henri était alors un conteur fort connu du quartier, et c’est avec lui que nous avons le plus souvent enregistré ces contes.

6  Le lecteur retrouvera des extraits sonores de ces procédés, ainsi que le récit en continu, à l’adresse internet suivante : <http://lrmm.musique.umontreal.ca/publications/performance/>. Nos remerciements vont à Annie Clément et à Eric Vandal du LRMM, pour leur précieuse assistance autour de ces aspects techniques du texte (lien internet, visualisation des contours intonatifs et mise en forme éditoriale de nos transcriptions).

7  Le lecteur trouvera à la fin de la description de ces onomatopées, une figure rassemblant quelques-uns des contours intonatifs de l’onomatopée « yé-krik ».

8  Voir à ce sujet, l’exemple sonore à l’adresse internet indiquée en note 6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Contours intonatif des onomatopées pendant le récit.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 2. Tonton Henri
Crédits Fonds Saint-Jacques, 1978.Photo Monique Desroches.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1215/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1215/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 3. Procédé : rapidité
Légende Traduction : « Messieurs, mesdames. Si vous croyez que je mens, je préfère monter au haut d’un arbre à balai, me laisser tomber pour qu’un ver de terre me mange les reins ; là seulement, je retrouverai la raison. »
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1215/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Desroches, « Entre texte et performance : l’art de raconter », Cahiers d’ethnomusicologie, 21 | 2008, 103-115.

Référence électronique

Monique Desroches, « Entre texte et performance : l’art de raconter », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1215

Haut de page

Auteur

Monique Desroches

Monique DESROCHES est Professeure titulaire en Ethnomusicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, où elle est également directrice du Laboratoire de recherche sur les musiques du monde et responsable du Secteur Ethnomusicologie. Elle est l’auteure d’ouvrages sur les musiques créoles et indo-créoles, dont Tambours des Dieux (1996), Construire le savoir musical (2003) – avec G. Guertin – et de deux cédéroms sur les musiques de la Réunion (1999) et de Madagascar (2007).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page