Navigation – Plan du site
Thèses

Marcel Akiki: Les chants syllabiques de mariage au Mont Liban. Une première approche ethnomusicologique

Thèse de Doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 22 juin 2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense
p. 344
Référence(s) :

Marcel Akiki: Les chants syllabiques de mariage au Mont Liban. Une première approche ethnomusicologique. Thèse de Doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 22 juin 2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense. Directeur de thèse: Jean Lambert. 2 volumes, 441 p, y compris annexes, 1 CD

Texte intégral

1Cette thèse établit pour la première fois un large corpus de chants collectés sur le terrain au Mont Liban. Elle étudie les relations de ces chants avec les cérémonies de mariage des villageois de la montagne. Elle décrit et analyse longuement les thématiques, les formes et les structures poétiques, métriques, rythmiques, mélodiques et modales. Malgré le délitement des traditions musicales vivantes, le corpus recueilli dans plus de quarante-cinq villages révèle une grande variété de fonctions et de structures : de nombreux chants rituels inédits ; des structures métriques de deux types principaux clairement opposés, le quantitatif « arabe » et le qarrâdî syllabique ; des structures rythmiques, mélodiques et modales qui étaient inconnues jusque là ; des techniques de composition formulaires, à la fois poétiques et musicales, générées par des structures-types récurrentes et mobiles, principalement les incipit de syllabes sans significations.

2La thèse se conclut sur une analyse des fonctions identitaires de la musique. Certains genres et formes poético-musicales ont eu clairement un rôle de marqueur identitaire dans l’histoire du Mont Liban : le chant syllabique qarrâdi,forme de métissage culturel entre un substrat syriaque et des influences arabes ; les chants de bravoure d’origine arabe, longtemps associés à la communauté druze, originaire de la Péninsule arabique, mais désormais partagés. Ces significations anthropologiques se sont transformées au cours d’une coexistence sociale et politique qui remonte au moins au XVIe siècle, et a engendré un partage de ces formes entre les deux communautés, à travers deux activités communes, l’activité militaire et les rituels de mariage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Marcel Akiki: Les chants syllabiques de mariage au Mont Liban. Une première approche ethnomusicologique », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 344.

Référence électronique

« Marcel Akiki: Les chants syllabiques de mariage au Mont Liban. Une première approche ethnomusicologique », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1179

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page