Navigation – Plan du site
Thèses

Olivier Féraud: Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples

Thèse de Doctorat en Anthropologie Sociale et Ethnologie, 2010, École des Hautes Études en Sciences Sociales (LAHIC/EHESS), Paris
p. 340
Référence(s) :

Olivier Féraud: Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages dhabitation dans un quartier populaire de Naples. Thèse de Doctorat en Anthropologie Sociale et Ethnologie, soutenue le 1er février 2010 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (LAHIC/EHESS), Paris. Directeur de thèse: Jean Jamin, 496 pages, 23 extraits sonores et 6 séquences vidéo.

Texte intégral

1Partant d’une ethnographie des Quartiers Espagnols, quartier populaire de Naples, cette recherche est une étude de la dimension sociale des environnements sonores. Pluridisciplinaire, cette anthropologie sonore convoque l’anthropologie sociale, urbaine et sensorielle, la microsociologie, l’anthropologie de la communication et la prosodie. L’observation de la vie quotidienne et de ses « manières de faire » révèle des pratiques d’habitation de la rue privilégiant la polyvalence des espaces de l’intime et du collectif. Il s’en dégage la diversité des stratégies d’appropriation de l’espace urbain, et une particulière porosité de l’habitat sur les plans sociaux et sensoriels, dans laquelle la dimension sonore est centrale. La vocalité, production sonore privilégiant la relation à l’autre, est au centre de la vie sociale du quartier.

2L’analyse croisée des « voix publiques », cris de marchands et communications domestiques à distance, témoigne d’enjeux fondamentaux de la vie sociale. De leur côté, les discours et représentations attachés aux sonorités issues des pratiques populaires pyrotechniques (pétards et feux d’artifice) révèlent, en tant que plaisir du bruit, une même volonté d’investir l’espace urbain par le biais de son environnement sonore. Considérant que voix et pyrotechnie peuvent constituer des environnements sonores, il apparaît que, pour autant qu’ils peuvent diviser, ils rassemblent les habitants qui se sentent faire partie du quartier et participent de la fabrication du lien social. Pointant la pertinence anthropologique de l’observation et la documentation du fait sonore, cette étude met en évidence les corrélations entre les modes d’habitation et les environnements sonores.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Olivier Féraud: Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 340.

Référence électronique

« Olivier Féraud: Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1171

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page