Navigation – Plan du site
CD

Swaziland. Chants des Swazi

Enregistrements et texte: Mark Bradshaw, 2009
Emmanuelle Olivier
p. 333-336
Référence(s) :

Swaziland. Chants des Swazi. Enregistrements et texte: Mark Bradshaw. 1 CD AIMP XCIV/VDE CD-1283, 2009

Texte intégral

  • 1 À l’exception des quelques travaux de David Rycroft portant sur la polyphonie vocale des Nguni, un (...)

1Tout comme le Lesotho, le Swaziland est un petit pays enclavé à l’intérieur de l’Afrique du Sud dont les habitants, les Swazi, ou plutôt Swati (du nom de leur souverain Mswati II qui régna au tout début du XXe siècle), arrivés au XVIe siècle près de la baie de Maputo (actuel Mozambique), puis vers 1750 dans la partie septentrionale de l’actuel Zululand (Afrique du Sud), se constituèrent en nation au début du XIXe siècle, répondant ainsi à la menace de Chaka Zulu. Si leur histoire est bien documentée, comme le rappelle Mark Bradshaw, leur musique a en revanche peu été étudiée1 et tout l’intérêt de ce CD est de nous la faire mieux connaître.

2Bien qu’une partie du répertoire « traditionnel » des Swazi soit lié à de grandes cérémonies en l’honneur du souverain, de la reine-mère et de leur entourage, renforçant à la fois le pouvoir royal et l’identité nationale, Mark Bradshaw choisit de présenter des pièces plus intimistes, dont le chant est accompagné par des instruments produisant mélodies et harmonies.

3Dans les notes d’accompagnement au CD, il décrit précisément ces instruments et leurs techniques de jeu : un arc à résonateur externe en calebasse dont la corde métallique est baguée (makhweyane, plages 1, 2, 4, 5, 7, 9, 11, 12, 14) ; un monocorde muni d’un résonateur fait d’un bidon d’huile dont la corde, chevillée, est frottée à l’aide d’un petit archet (sikhelekhele, plage 6), instrument qui est en réalité une cithare et qui était très populaire au début du XXe siècle dans les mines d’or et de diamant d’Afrique du Sud où se côtoyaient des travailleurs issus de diverses populations d’Afrique australe. À côté de ces deux instruments « anciens » (sans qu’on puisse cependant dater leur apparition chez les Swazi), Mark Bradshaw décrit plusieurs autres instruments introduits par les colons occidentaux que les Swazi ont intégré à leur musique. Parmi ceux-ci, on rencontre la guimbarde (sitolotolo, plages 8, 13), dont le jeu a été modifié par les Swazi pour s’apparenter à celui de leur arc musical, et la vièle, issue du violon, mentionné au Cap depuis le début du XVIIe siècle, et que l’interprète enregistré par Mark Bradshaw appelle violin. Son jeu rappelle cependant celui d’un autre instrument, en l’occurrence la guitare zouloue, ce qui, remarque l’auteur, n’est guère surprenant au regard des liens historiques et culturels marquant la région (plages 3, 10). Enfin, les Swazi jouent d’un petit concertina à boutons (proche de l’accordéon), instrument manufacturé à Vienne par Damian en 1829, qui, selon Percival Kirby (1933), fut introduit en Afrique du Sud quelques années plus tard (plages 3, 10), ainsi que d’une guitare acoustique et d’une guitare basse adoptées plus récemment (plages 3, 10). Mark Bradshaw note enfin à juste titre que ces instruments sont très répandus en Afrique australe, où ils existent sous de nombreuses variantes (voir les travaux inégalés jusqu’à ce jour de Kirby, 1934), de sorte que peu d’entre eux constituent des marqueurs identitaires. De fait, les instruments sont plutôt de bons indices pour étudier les dynamiques circulatoires des individus et des groupes en Afrique australe depuis plusieurs siècles.

  • 2 Les populations d’Afrique australe se divisent en deux grandes catégories linguistiques, qui corres (...)
  • 3 Voir notamment England (1995) et Olivier (2006, 2007).
  • 4 Pour une vue d’ensemble de ces musiques, voir Lucia ed. (2005).

4Dans la lignée des travaux de Gerhard Kubik (1988), l’auteur analyse également la manière dont les instrumentistes produisent des harmoniques à partir des fondamentales des arcs musicaux et reprend l’hypothèse de Kubik, selon laquelle les échelles utilisées dans la musique vocale seraient précisément issues des harmoniques produites par les arcs. Il en résulte une musique fondée sur des échelles pentatoniques anhémitoniques, comme la plupart des musiques d’Afrique australe pratiquées par les populations bantouphones 2 (alors que les musiques des populations khoisan se fondent principalement sur des échelles tétratoniques 3). Quant aux instruments d’origine occidentale et aux chants qui les accompagnent, ils suivent une échelle diatonique et des harmonies I-IV-V, que l’on retrouve aussi dans de nombreuses musiques populaires d’Afrique du Sud 4.

5Selon Mark Bradshaw, ces pièces et ces instruments, précisément parce qu’ils sont joués par des individus ou de petites formations en dehors des grandes cérémonies fédératrices, tendent à disparaître. Ce CD vise donc à témoigner d’une pratique musicale en déclin. Pourtant, et c’est à mon sens leur point fort essentiel, les enregistrements retenus révèlent une musique qui a su s’adapter, se transformer, se renouveler, voire muter, pour rester en phase avec la société swazi, qu’elle soit passée ou présente. Ainsi, le répertoire prédominant pour arc makhweyane continue-t-il à se renouveler : en témoignent les six compositions récentes présentées dans ce CD (plage 1 : « L’amour est fini », de Khokhiwe Mphila ; plage 4 : « La première épouse » de Ndsumiso Tsela ; plage 6 : « Khala Gogogo » d’Elias Matsenjwa ; plage 7 : « Logaduka » de Sagila Matse ; plage 14 : « Mbilibhi » de Khokhiwe Mphila ; plage 16 : « L’abeille curieuse » de Sagile Matse). À ce propos, il est fort appréciable de voir mentionnés les noms des compositeurs ainsi que ceux des interprètes, une pratique qui se généralise ces dernières années, mais qui a longtemps fait défaut, surtout pour les musiques dites « de tradition orale ». Ensuite, l’appropriation et la transformation de chants cérémoniels pour les instruments mélodiques (plages 1, 5 et 11) témoignent, comme le souligne l’auteur, « d’un processus salutaire de réinvention et d’élaboration musicale » de la part des musiciens swazi. Ce processus concerne également des pièces initialement composées pour d’autres instruments – les flûtes par exemple – adaptées ici à la guimbarde (plage 13). Les pièces de danse jouées aux violin, concertina, guitare et guitare basse, qui ne sont finalement pas plus récentes que les autres, renvoient à la capacité qu’ont les Swazi non seulement d’intégrer de nouveaux instruments et de les transformer pour les faire leurs, mais également d’adopter un nouveau langage musical qui se superpose au langage antérieur sans l’invalider. Enfin, Mark Bradshaw mentionne l’existence du groupe Sighubu Sebalozi qui joue lors d’événements publics et en concerts, tandis que les (superbes) photos qui accompagnent la notice du CD nous renseignent sur la mise en scène vestimentaire des musiciens, parés des habits « traditionnels » swazi. Sommes-nous là dans un processus contemporain de patrimonialisation musicale, avec la création de groupes qui se professionnalisent et qui entrent dans une économie globalisante des productions culturelles ? On aurait aimé en savoir plus sur cette question.

6Sans être spectaculaire comme le chant diphonique des Xhosa, les orchestres de flûtes en hoquet des Tswana ou le contrepoint vocal des Bushmen, la musique swazi de ce CD présente une belle diversité en même temps qu’une finesse remarquable : l’arc makhweyane qui prédomine adopte des styles de jeu différents tandis que les interprètes se distinguent les uns des autres par leur timbre de voix et les subtiles variations qu’ils développent. Mais le CD fait aussi la part belle aux musiques de danse exécutées aux violin, concertina, guitare et guitare basse, qui me rappellent immanquablement le Namastap, un répertoire de danses populaires introduites par les Boers au XIXe siècle chez les Nama d’Afrique du Sud et de Namibie et qui ont été transformées, réappropriées par cette population jusqu’à faire partie aujourd’hui de son héritage culturel. La vitalité qui se dégage de ces danses swazi fait penser qu’elles participent aussi, au même titre que des répertoires plus anciens, de l’identité que cette population se donne aujourd’hui. Ce CD permet donc d’enrichir nos connaissances sur les musiques d’Afrique australe en même temps que d’apprécier le travail de ces musiciens qui composent et recomposent leur musique et leur identité swazi.

Haut de page

Bibliographie

ENGLAND Nicholas M. 1995 Music among the Zu’|’wa-si and Related Peoples of Namibia, Botswana and Angola. New York & London : Garland.

KIRBY Percival 1933 « The Reed-Flute Ensembles of South Africa : a Study in South African Native Music », Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland 63 : 313-388.

KIRBY Percival 1934 The Musical Instruments of the Native Races of South Africa. Johannesburg, Oxford : Oxford University Press.

KUBIK Gerhard 1988 « Nsenga/Shona Harmonic Patterns and the San Heritage in Southern Africa », Ethnomusicology, 32/2 : 39-76.

LUCIA Christine 2005 The World of South African Music. A Reader. Cambridge : Cambridge Scholars Press.

MALAN Jacques P. ed. 1982 South African Music Encyclopedia. Cape Town : Oxford University Press.

OLIVIER Emmanuelle 2006 « Archives khoisan. L’histoire comme champs de la musique », Afrique et histoire, 6 : 193-222.

OLIVIER Emmanuelle 2007 « On Polyphonic Construction. An Analysis of Ju|’hoan Vocal Music », African Music, 8/1 : 82-111.

RYCROFT David 1967 « Nguni vocal polyphony », International Folk Music Journal 19 : 88-103.

RYCROFT David 1971 « Stylistic evidence in Nguni song », in KLAUS Wachsmann ed. : Essays on music and history in Africa. Evanston : Northwestern University Press : 213-241.

Haut de page

Notes

1 À l’exception des quelques travaux de David Rycroft portant sur la polyphonie vocale des Nguni, un ensemble de populations sud-africaines comprenant les Swazi (Rycroft 1967, 1971). On peut également citer Jacques P. Malan (1982), qui décrit les principales caractéristiques de la musique traditionnelle swazi.

2 Les populations d’Afrique australe se divisent en deux grandes catégories linguistiques, qui correspondent également à des strates de peuplement différentes : les populations locutrices de langues bantoues sont arrivées au sud de l’Afrique en plusieurs vagues du Ve jusqu’au XVIIIe siècle ap. J.-C., tandis que les populations de langues khoisan sont considérées comme les « peuples premiers » de cette région. En réalité, ces différentes populations ont développé d’étroites relations qui se traduisent notamment sur le plan linguistique par l’adoption des clics khoisan (consonnes produites par claquements de la langue en différentes positions du palais) par certaines populations bantouphones comme les Xhosa et les Zoulous.

3 Voir notamment England (1995) et Olivier (2006, 2007).

4 Pour une vue d’ensemble de ces musiques, voir Lucia ed. (2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Olivier, « Swaziland. Chants des Swazi », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 333-336.

Référence électronique

Emmanuelle Olivier, « Swaziland. Chants des Swazi », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1164

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Olivier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page