Navigation – Plan du site
CD

Pérou. Musique des Awajún et des Wampis d’Amazonie, Vallée du Cenepa

Enregistrements : Franz Treichler ; textes : Raúl Riol et Jeremy Narby, 2009
Michel Plisson
p. 331-333
Référence(s) :

Pérou. Musique des Awajún et des Wampis d’Amazonie, Vallée du Cenepa. Enregistrements : Franz Treichler ; textes : Raúl Riol et Jeremy Narby ; fichier pdf avec les paroles des chants en awajún, espagnol, anglais et français. 1 CD AIMP XCII / VDE-1279, 2009.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Descola 1986 et 1993.

1Ce très beau disque nous plonge dans l’univers musical des ethnies des Basses Terres du Pérou, sur lesquels existent également quelques livres d’ethnologues1. L’Amazonie péruvienne est très souvent la laissée-pour-compte des musiques amérindiennes ; on lui préfère en général l’Amazonie brésilienne, beaucoup plus médiatisée et qui a fait l’objet de nombreux et beaux enregistrements, comme ceux de René Fuerst, de Gustaaf Verswijver ou de Luis Fernandez, publiés comme le présent CD dans la collection des Archives Internationales de musique populaire (AIMP) de Genève. Cet album est donc le bienvenu dans le champ des musiques amérindiennes.

2Les ethnies Awajún et Wampis, dont nous pouvons écouter quelques beaux moments musicaux dans cet album, appartiennent au groupe ethnolinguistique du haut et moyen bassin du fleuve Marañon que les Espagnols appelaient « Jivaro » – sans doute une déformation du terme Shiwar.

3En 2002, on comptait environ 100 000 individus dans le groupe ethnolinguistique jivaro, répartis entre l’Equateur et le Pérou, sans compter les groupes ethniques ayant adopté leur mode de vie mais parlant d’autres langues, comme les Candoshi et les Shapra qui parlent le candoa, ainsi que le relève Pierre Salivas dans sa thèse sur la musique des Jivaro/Shuar (2002). Le livret du présent album, publié en 2009, donne quant à lui une estimation de 75 000 individus pour les seuls Awajún. Divergence des chiffres, mais on sait que les groupes jivaro du Pérou et d’Equateur connaissent globalement une natalité relativement élevée malgré les guerres de frontières entre militaires péruviens et équatoriens, l’avidité implacable et destructrice des multinationales minières, pétrolières et forestières liée aux pouvoirs locaux, et la paupérisation générale des peuples amérindiens, qu’ils soient chasseurs-cueilleurs ou agriculteurs. Autre signe de vitalité : ces cultures jivaro défendent farouchement leur identité vis-à-vis du pouvoir central, même s’ils acceptent les écoles étatiques depuis les années 1960.

4Le premier « Festival de musique awajún » a eu lieu en 2006 dans la vallée du Cenepa, affluent du Marañon, à l’initiative de l’ODECOFROC, une organisation indigène de la région fondée en 1995 et soutenue par des ONG nationales et internationales. Cette organisation regroupe les cinquante-trois communautés autochtones du bassin de la rivière Cenepa, soit environ 12 000 personnes. Ainsi, à l’instar ce qui se passe au Brésil, en Equateur et au Mexique notamment, les communautés amérindiennes s’organisent et défendent farouchement leur identité culturelle. À preuve, ce disque produit par Laurent Aubert, qui, comme l’écrivent ses auteurs Raúl Riol et Jeremy Narby, correspond à « un besoin formulé par les communautés locales ». Il ne s’agissait pas pour eux d’imposer de l’extérieur un relevé systématique des répertoires, mais « d’accompagner la prise de conscience des Indiens de la nécessité de conserver leur patrimoine immatériel autant que matériel », en se donnant pour règle d’intervenir le moins possible sur le choix des musiques que les Indiens voulaient transmettre. Les Amérindiens ne sont donc plus un objet esthétisé par une vision occidentale dominante, mais deviennent ainsi les sujets actifs et conscients de leur propre création culturelle. Cette démarche est assez rare, du moins en Amérique latine, pour mériter d’être soulignée.

  • 2 Ayahuasca : Banistériopsis. Très fréquent dans tout l’ouest du bassin de l’Amazone et dans les régi (...)

5Pour ce qui est de la culture elle-même, nous retrouvons certains traits communs à de nombreuses ethnies amérindiennes des Basses Terres, comme le chamanisme et l’absorption de plantes telles l’ayahuasca2,ingéré sous forme de pâte, qui permet de « voir » la vie, d’« acquérir la vision » à travers la transe et de conduire au « voyage dans le monde des esprits et des ancêtres », comme le souligne le livret.

  • 3 Voir d’Harcourt 1954.

6D’autres déterminants culturels, notamment musicaux, sont propres aux Jivaro. Comme chez les Shuar, on retrouve ici les chants sacrés anen et les chants profanes nampeg, ainsi que d’autres pièces avec des instruments tels que la flûte traversière pinkuy (plage 21) ou la flûte droite à encoche pijug (proche de la quena andine), en os de chevreuil (plage 20). L’instrumentarium comprend également l’arc-en-bouche, seul cordophone américain d’origine précoloniale. Le tambour tuntui est présent dans deux morceaux(plage 27 et 28), mais ne figure pas dans les photos du livret, où l’on voit en revanche un membranophone à deux peaux de type colonial (p. 17)3. On ne peut que le regretter car cet idiophone à fentes, couché sur un support ou suspendu, proche du teponaztli aztèque et méso-américain, est aussi une caractéristique assez répandue des cultures des Basses Terres amazoniennes.

  • 4 Carlos Vega (1898-1966), ethnomusicologue argentin, étudia dès avant la deuxième guerre mondiale la (...)

7Ce qui domine dans cet album est, d’une part, la qualité des chants, notamment ceux des femmes, comme dans la plage 23, où l’échelle mélodique est constituée d’intervalles disjoints sur un ambitus assez large, et d’autre part, la forte présence du pentatonisme. Hégémonique dans les Andes, de la Colombie au Chili, le pentatonisme est en général plus rare dans les Basses Terres où l’on trouve beaucoup plus fréquemment ce que le musicologue argentin Carlos Vega4 a appelé le « tritonique » ou le « trisonique », ainsi que des échelles tétratoniques (plage 9), comme on trouve dans d’autres enregistrements de musiques jivaro.

8Un des intérêts de ces enregistrements est bien la présence persistante d’échelles pentatoniques, plus d’une quinzaine au total, notamment dans les belles voix de femmes a cappella, mais aussi le fait que ces échelles utilisées par les Awajúns et les Wampis sont assez peu fréquentes dans les Andes. Il y a là une vraie originalité musicale, que ce CD met bien en valeur par une excellente prise de son. Au final, à part l’absence de carte, sans doute justifiée par un livret déjà épais, aucun défaut n’est à signaler dans ce bel album de musique amérindienne, qui nous ouvre un univers musical encore peu connu.

Haut de page

Bibliographie

DESCOLA Philippe 1986 La nature domestique. Symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar, Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

DESCOLA Philippe 1993 Les lances du crépuscule. Relations Jivaros, Haute-Amazonie. Collection Terre Humaine. Paris : Plon.

D’HARCOURT Raoul 1954 « Les formes du tambour à membrane dans l’ancien Pérou », Journal de la Société des Américanistes, 43/1 : 155-160.

SALIVAS Pierre 2002 Musique Jivaro. Une esthétique de l’hétérogène. Thèse de doctorat d’ethnomusicologie sous la direction d’Eveline Andréani. Paris : Université Paris VIII.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Descola 1986 et 1993.

2 Ayahuasca : Banistériopsis. Très fréquent dans tout l’ouest du bassin de l’Amazone et dans les régions adjacentes de l’Orénoque, jusqu’à la côte pacifique en Colombie et en Equateur. Ayahuasca est le nom quechua de cette liane, dont les espèces apparentées sont connues sous de nombreux noms vernaculaires comme caapi, dápa, mihi, kahi (utilisée par les Tukanode Colombie), natema, pindé, yajé. Les chamanes la mélangent souvent avec d’autres substances comme le tabac.

3 Voir d’Harcourt 1954.

4 Carlos Vega (1898-1966), ethnomusicologue argentin, étudia dès avant la deuxième guerre mondiale la musique traditionnelle de son pays, notamment dans la région du nord-ouest, et plus tard celle du Pérou. Il laisse une œuvre considérable, quoique en partie aujourd’hui discutée. Sa bibliographie complète a été publiée dans les Cuardernos del Instituto de Antropología n° 6. Buenos-Aires 1966-1967.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Plisson, « Pérou. Musique des Awajún et des Wampis d’Amazonie, Vallée du Cenepa », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 331-333.

Référence électronique

Michel Plisson, « Pérou. Musique des Awajún et des Wampis d’Amazonie, Vallée du Cenepa », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1162

Haut de page

Auteur

Michel Plisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page