Navigation – Plan du site
CD

Bali 1928 I. Gamelan gong kebyar. Music of Belaluan, Pangkung, Busungbiu

Réédition d’enregistrements historiques réalisés en 1928 à Bali, compilés par Allan Evans et Edward Herbst, World Arbiter 2011
Éric Vandal
p. 327-330
Référence(s) :

Bali 1928 I. Gamelan gong kebyar. Music of Belaluan, Pangkung, Busungbiu. Réédition d’enregistrements historiques réalisés en 1928 à Bali, compilés par Allan Evans et Edward Herbst. Livret de 16 pages en anglais. 1 CD (59’  30’’ ) plus contenu multimédia, World Arbiter 2011

Texte intégral

1Il s’agit d’une parution peu banale que nous offre ici le chercheur américain Edward Herbst, en collaboration avec Allan Evans, sous le label World Arbiter, l’un des rares à publier des enregistrements d’archives de musiques traditionnelles. Ce disque constitue le premier tome d’une série de cinq sur lesquels on retrouvera l’intégralité des 104 plages de 78 tours enregistrées à Bali à la fin des années 20 par les compagnies allemandes Odeon et Beka. Il s’agit des premiers enregistrements commerciaux de musique balinaise, et les seuls effectués avant la Seconde Guerre mondiale. En 1999, Herbst nous avait déjà offert The Roots of Gamelan, qui compilait les quelques plages disponibles à l’époque. Il nous présente maintenant la collection dans son intégralité, fruit d’une recherche exhaustive s’étendant sur une dizaine d’années.

2Curieusement, les parutions originales étaient destinées au marché local balinais. Le gramophone représentait à l’époque un investissement extrêmement coûteux, que seule une infime minorité pouvait se permettre. Conséquemment, les ventes furent désastreuses. Toutefois, leur impact sur la recherche en ethnomusicologie a été considérable. En effet, c’est après avoir entendu certains de ces enregistrements lorsqu’il était à New York que le compositeur Colin McPhee se rendit à Bali afin d’entreprendre une enquête approfondie (1966), ouvrant ainsi la voie à de nombreux chercheurs jusqu’à nos jours. McPhee a d’ailleurs joué un rôle essentiel dans la présente réédition, laquelle a pu être réalisée en grande partie grâce à sa collection personnelle, car il fut un des rares à s’être procuré ces enregistrements.

3Ces musiques ont été captées à une époque où Bali vivait de profonds changements socioculturels. Sous domination néerlandaise depuis 1908, la société balinaise des années vingt se transforme, passant d’une civilisation avant tout agraire et relativement isolée à une société administrée à l’occidentale et pleinement intégrée au réseau commercial colonial. C’est également à cette époque que l’île se fait connaître au niveau international par le biais des touristes fortunés en mal d’exotisme et de « pureté », qui affluent en nombre croissant.

4Comme en guise de réponse à ces transformations importantes, la musique traditionnelle du gamelan se verra complètement réinventée. Le kebyar, style explosif et innovateur, apparaît autour de 1915 dans certains villages du nord de l’île – région sous contrôle direct des Hollandais depuis 1849 – pour ensuite se propager rapidement vers le sud, où il s’épanouira. Le genre emprunte auprès de tous les répertoires, palatins comme villageois, tout en remaniant de façon radicale les canons esthétiques traditionnels : grande liberté formelle, irrégularités métriques, accentuations syncopées, modulations dramatiques de tempi et articulation contrastée des dynamiques. Comme signature stylistique, le kebyar propose également une petite révolution : l’abandon momentané d’une pulsation stable – jusque là régente absolue des musiques de gamelan –, dans un nouveau type de passage constitué de cascades de phrases jouées à l’unisson dans un style rhapsodique parlando/rubato. Ces mélodies singulières, nécessitant une virtuosité et une coordination d’ensemble sans faille, en viendront à être désignées par le terme même de « kebyar ».

5Bali 1928 : Gamelan gong kebyar propose les performances de trois des orchestres les plus actifs de l’époque : Belaluan (sud), Pangkung (centre-sud) et Busungbiu (nord), cet ordre de présentation suggérant un cheminement à rebours vers les origines nordiques du genre. Le gamelan de Belaluan, qui fut le premier à se produire régulièrement pour un auditoire touristique, interprète tout d’abord Kebyar Ding (« ding » étant le premier degré de l’échelle pélog à cinq sons du gamelan gong kebyar), un morceau de bravoure qu’on a dû diviser en six « mouvements », étant donné la durée maximale de trois minutes des plages de 78 tours. Le côté « patchwork » de la forme, même à l’intérieur d’une seule plage, est particulièrement mis en évidence. En témoigne, dans l’introduction (« Kebyar »), la surprenante juxtaposition entre une mélodie lyrique, légèrement asymétrique, et un passage kebyar enflammé, joué fortissimo. On imagine d’ailleurs facilement les musiciens s’en donnant à cœur joie avec ce nouveau procédé, tant les sections kebyar sont omniprésentes. Leur exécution, plus « carrée » et moins fluide que ce qu’on entend aujourd’hui, semble toutefois trahir une certaine immaturité technique. La sélection de Belaluan est complétée par deux pièces de danse et deux pièces cérémonielles – dont l’une, Buaya Mangap (« crocodile à la gueule ouverte »), fut transcrite pour deux pianos par Colin McPhee (1940). Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler de pièces répondant au style kebyar, on perçoit tout de même l’influence du nouveau genre à travers l’interprétation des musiciens.

6Plus avant à l’intérieur des terres, l’orchestre de Pangkung offre une prestation moins portée sur les nouvelles techniques, les passages kebyar étant employés ici avec davantage de discernement. On remarque par contre une exécution un peu plus fluide que celle de l’ensemble précédent. Les formes sont plus stables et conservatrices, indiquant qu’il s’agit probablement ici, non pas d’authentiques créations, mais de pièces de temple exécutées « à la façon kebyar », comme en témoigne la pièce Gending Longgor II, toujours jouée dans les cérémonies du nord de l’île.

7Enfin, avec le gamelan de Busungbiu, on goûte à toute la vitalité du kebyar. L’orchestre maximise l’exploitation des registres, fait entendre les échanges de soli et utilise de façon dramatique les successions soudaines d’arrêts et de silences, faisant en cela usage des traits qui deviendront les caractéristiques les plus saisissables du genre. Certains passages, particulièrement les soli joués par quatre musiciens sur le carillon de gongs (reyong), sont d’une virtuosité hallucinante, laquelle n’a rien à envier aux performances des meilleurs groupes actuels. Les passages kebyar sont pleinement mis en valeur par une exécution tout en agilité et en souplesse, sans jamais que ne soit mise de côté leur énergie explosive. En un mot, on jouait en 1928 dans le village de Busungbiu le kebyar tel qu’il sera exécuté ailleurs des décennies plus tard.

8On ne saurait passer sous silence l’excellent article de Herbst qui accompagne cette publication et qui est disponible en fichier PDF sur le disque même. L’auteur y retrace en détails l’histoire des enregistrements originaux et situe le contexte historique entourant l’émergence du kebyar. Une bonne partie de ses recherches a été consacrée à rencontrer les aînés des villages concernés, auxquels il a fait réécouter les pièces. L’article met pleinement en valeur les propos qu’il en a recueillis dans un examen approfondi de chaque sélection de la nouvelle édition. Ces témoignages représentent une contribution originale aux recherches musicologiques sur Bali, enrichissant par le biais de l’oralité les perspectives historiques que nous détenions sur le kebyar et qui, jusqu’à maintenant, étaient grandement limitées par la rareté des traces écrites. Un glossaire détaillé propose également un élargissement du vocabulaire lié aux techniques de jeu du gamelan. De plus, le disque donne à voir trois courts films muets du légendaire danseur I Marya, réalisés par Rolf de Maré en 1938. D’autres films d’archives sont également disponibles sur le site internet de la compagnie World Arbiter (www.arbiterrecords.com).

9Souffle et crépitements sont bien sûr inhérents à ce genre de parution, et on voit difficilement comment l’équipe de World Arbiter aurait pu faire mieux dans la restauration sonore des documents. On appréciera toutefois la grande netteté des aigus, là où résident les couleurs caractéristiques du gamelan. D’autres problèmes découlent également des prises de sons originales, l’équipement de l’époque ne permettant pas un rendu adéquat de toutes les fréquences. En témoignent les enregistrements de Busungbiu, où les métallophones graves sont quasi-inaudibles.

10En considérant le disque dans son ensemble, on constate avec étonnement que, malgré une dizaine d’années d’existence seulement, les caractéristiques singulières du style kebyar étaient déjà bien en place, du moins au niveau de la structure. Les musiciens de Belaluan, Pangkung et Busungbiu nous démontrent que les musiques dites traditionnelles ne relèvent pas toujours d’un développement progressif, mais peuvent parfois jaillir presque spontanément pour se cristalliser rapidement sous des traits qui deviendront leur marque distinctive.

11De par la valeur historique évidente des enregistrements qu’on y retrouve, et également au vu de la documentation exhaustive et inédite qui l’accompagne, Bali 1928 : Gamelan gong kebyar constitue un incontournable de la discographie ethnomusicologique du Sud-Est asiatique. On peut aisément supposer qu’il en sera de même pour les quatre volumes suivants, à paraître dans les prochaines années.

Haut de page

Bibliographie

HERBST Edward 1999 The Roots of Gamelan. 1 CD World Arbiter 2001.

McPHEE Colin 1940 Balinese Ceremonial Music, pour deux pianos. New-York : G. Schirmer.

McPHEE Colin 1966 Music in Bali: A Study in Form and Orchestration in Balinese Orchestral Music. New Haven: Yale University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Vandal, « Bali 1928 I. Gamelan gong kebyar. Music of Belaluan, Pangkung, Busungbiu  », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 327-330.

Référence électronique

Éric Vandal, « Bali 1928 I. Gamelan gong kebyar. Music of Belaluan, Pangkung, Busungbiu  », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1158

Haut de page

Auteur

Éric Vandal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page