Navigation – Plan du site
CD

Chine. « Le pêcheur et le bûcheron». Le qin, cithare des lettrés. Sou Si-tai

Sou Si-tai: cithare qin ou flûte xiao, avec Georges Goormaghtigh: qin. Enregistrements (2006): Renaud Millet-Lacombe; texte: Georges Goormaghtigh, 2007
François Picard
p. 325-327
Référence(s) :

Chine. « Le pêcheur et le bûcheron». Le qin, cithare des lettrés. Sou Si-tai. Sou Si-tai: cithare qin ou flûte xiao, avec Georges Goormaghtigh: qin. Enregistrements (2006): Renaud Millet-Lacombe; texte: Georges Goormaghtigh. 1 CD AIMP LXXXII / VDE CD-1214, 2007

Texte intégral

1Il existe au moins trois bonnes raisons de se réjouir de la publication de cet enregistrement : il vient heureusement compléter la splendide et ô combien partiale et lacunaire collection Brăiloiu, j’entends ici le double dispositif constitué par le fonds Brăiloiu en ligne1 et la Collection universelle de musique populaire en 4 CD, poursuivi avec la collection des Archives Internationales de Musique Populaire (AIMP). Elle marque un point final à l’appellation fausse et désuète, de « musique populaire » pour désigner ces musiques, objets et causes de l’intérêt, de la passion et des recherches des ethnomusicologues, et que l’on appelle enfin : les musiques des gens ; qu’il s’agisse ici de gens de bien plutôt que de gens de peu, de gens de lettres plutôt que de gens sans lettres importe finalement bien peu à l’oreille.

2Cet enregistrement de Sou Si-tai vient à point pour documenter ce qui se présente comme une école particulière de qin, proclamée bien entendu la « dernière » (il n’en est rien). Les amateurs et connaisseurs gardaient précieusement la cassette enregistrée par lui et Liu Chuhua (1986).

3Le disque est superbement enregistré et fait entendre un des plus beaux sons publiés ; c’est en tous cas la conclusion à laquelle aboutit un travail associant connaisseur, compositrice, spécialiste d’acoustique musicale et preneur de son (Picard et al. 2009). Ironiquement, il est ainsi associé à celui de Yang Lining, pourtant cosidéré par les partisans de « l’école de Tsar Teh-Yun » comme emblématique de la prétendue « école des professionnels de conservatoire » ; il est vrai qu’elle a reçu en secret – Révolution Culturelle oblige – l’enseignement du dernier (avant le suivant) des lettrés : Zha Fuxi (1895-1976).

4Enfin, dernier bonheur, non réservé à ses admirateurs : entendre jouer le maître secret, l’ermite des montagnes lui-même, Georges Goormaghtigh (plages 2 et 9), permet de s’assurer que leur propre maître Tsar Teh-Yun n’est pas « la dernière des gens de lettres » (Bell 2008).

5On peut donc jouir de cette musique, de cette sonorité et de la finesse d’une interprétation mature, empreinte de sérénité. Un partisan affirmé des cordes de soie, John Thompson, répertorie sur son site web une liste d’enregistrements avec cordes de soie, comme si c’était une catégorie en soi. Si l’on compare les pièces publiées sur ce disque à celles déjà publiées (soie ou non), on constate que seule la dernière pièce, Zuiweng yin (plage 10),très courte (0’44), ne figure pas déjà dans des enregistrements avec cordes de soie, la pièce qui porte le même nom enregistrée par John Thompson lui-même étant en effet différente. Sinon, seule la plage 1, Guiqulai ci, n’a pas été publiée ni dans l’interprétation du maître Tsar Teh-Yun, ni dans celle de musiciens ou gens de qin d’écoles réputées différentes, mais seulement par Lo Ka-Ping et Yang Baoyuan. On l’aura compris, contrairement à ce que l’on a longtemps cru, ce n’est pas le répertoire qui fait la spécificité d’une école ; ce n’est pas la sonorité – le disque permet de le constater de manière sérieuse – ni la manière, le style, ou alors d’une manière imperceptible… Reste une éthique, exigeante, et qui a valeur d’esthétique, que tous ceux qui ont eu le bonheur de partager des moments de musique et d’amitié avec Yip Ming-Mei, Liu Chuhua, Georges Goormaghtigh, Shum Wing-Foong, Sou Si-tai ou, sans doute, Maître Tsar, ont éprouvée. On souhaite aux auditeurs un tel bonheur.

Haut de page

Bibliographie

BELL Yung 2008 The Last of China’s Literati The Music, Poetry, and Life ofTsar Teh-yun, Hong Kong : Hong Kong University Press.

BRĂILOIU Constantin et Laurent AUBERT 2009 Collection universelle de musique populaire. Archives Constantin Brăiloiu (1913-1953). Coffret de 4 CD AIMP LXXXL-LXXXVIII / VDE-1261-1264.

CAI Deyun (Tsar Teh-Yun) 2000 The Art of Qin Music, ROI RB-001006-2C.

LIU Chuhua (Lau Chor-wah) 1996 Water Immortal, Roi RB-961008-C (HKG,)

LIU Chuhua et SU Sidi 1986 Récital de qin (cithare chinoise), enregistrement public pour l’Institut Belge des Hautes Études Chinoises, 12 août.

LU Jiabing (Lo Ka-Ping) 2004 China : Lost Sounds of the Tao (with four compositions by Lo Ka-Ping), World Arbiter.

PICARD François, Marie-Hélène BERNARD, SUN Ko-shu, avec Alain JOUBERT 2009 « La cithare chinoise qin, contextes de jeu et enregistrement », communication au 5e Colloque de Musicologie Interdisciplinaire – CIM09, « La Musique et ses instruments ». Paris, 26-29 octobre.

THOMPSON John 2009 John Thompson on the Guqin Silk String Zither <http://www.silkqin.com/index.html>.

YANG Baoyuan 1994 China Records Carol CCD 94/347.

YANG Lining 1998 China Racines (avec François Picard au xiao). Prise de son Daniel Deshays. ED 9801, Buda.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Picard, « Chine. « Le pêcheur et le bûcheron». Le qin, cithare des lettrés. Sou Si-tai  », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 325-327.

Référence électronique

François Picard, « Chine. « Le pêcheur et le bûcheron». Le qin, cithare des lettrés. Sou Si-tai  », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1156

Haut de page

Auteur

François Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page