Navigation – Plan du site
Dossier : Performance(s)

Le tour du monde en musique

Les musiques du monde, de la scène 
des festivals à l’arène politique
Talia Bachir-Loopuyt
p. 11-34

Résumé

Comment les musiques du monde existent-elles dans nos sociétés ? En substituant à la question de nature (que sont les musiques du monde) celle des modes d’existence, cet article entend aussi ancrer l’analyse des musiques du monde dans des expériences vécues. Partant d’une enquête réalisée sur un cycle de concours de musique en Allemagne, j’examine quelques-unes des sphères d’action dans lesquelles se fabrique un festival, et les enjeux de la mise en public des musiques du monde : comment celles-ci deviennent une res publica, une cause à la fois musicale, sociale, et politique, qui se joue autant sur les scènes des performances musicales que dans les discours qui les accompagnent. Une manière de voir qui conduit à défaire les oppositions préconçues entre « musique » et « société », ou encore entre le « local » et le « global ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce soupçon n’était pas non plus absent de l’esprit des organisateurs de la réunion fondatrice de 1 (...)
  • 2  Sur les 50 entretiens que j’ai effectués parmi des musiciens, organisateurs de concerts, journalis (...)

1Dans cet article, je me propose d’étudier comment les musiques du monde existent dans nos sociétés, en partant d’un paradoxe qui relève, pour tous les acteurs engagés dans ce monde de musiques, d’une expérience commune : chacun sait que cette catégorie ne veut rien dire d’un point de vue musical, qu’elle est contestable et contestée, et pourtant on continue à y recourir, comme à un outil incontournable pour faire exister « chez nous » ces musiques. Les musiques du monde ne seraient ainsi qu’un simple «  tiroir  », une « boîte »1, un contenant au contenu indéfinissable, un non-sense déconnecté de l’expérience sensible de la musique. Et comme s’il fallait constamment s’en assurer de manière renouvelée, pour ne pas être soi-même soupçonné de naïveté (ou pire, de complicité avec « l’Occident » ), ce soupçon sur l’étiquette est régulièrement affirmé par tous les acteurs, musiciens, médiateurs, chercheurs ou journalistes qui font et produisent les musiques du monde2. La critique de la notion relève de l’évidence partagée, elle n’est nullement un frein, mais plutôt un préambule à l’action :

  • 3  Discussion avec Birgit Ellinghaus, le 21 janvier 2007. Dans la suite de cet article, je ne mention (...)

2« On sait que ‘musiques du monde’, ça ne marche pas… alors il faut se souvenir de choses indépendantes du terme, des choses liées à la force de l’art, à la force de la musique en général… il faut en revenir à la question : pourquoi une société a besoin de l’art et a besoin des artistes ?…3  »

3Ce que suggère ici Birgit Ellinghaus, directrice de l’agence de production Albakultur à Cologne, c’est qu’il importe finalement moins de définir ce que sont les musiques du monde que de se demander ce qu’on en fait, et pourquoi. Les musiques du monde, parce qu’elles ne sont pas définissables en termes musicaux, obligent d’autant plus à considérer la musique comme un « fait social total », comme une médiation performatrice d’un lien entre les hommes.

  • 4  En allemand (langue dans laquelle j’ai mené mon enquête), le même terme de « Weltmusik » est utili (...)
  • 5  Cette manière de voir est influencée par la lecture de Bruno Latour, et notamment par l’ouvrage co (...)

4C’est que depuis la réunion fondatrice des labels anglais en 1987 (cf. n. 1), les choses sont devenues légèrement plus compliquées : les étiquettes world music, musiques du monde, Weltmusik4 ont depuis donné lieu à une multiplicité d’événements, d’objets, d’institutions, et d’acteurs qui en proposent des interprétations divergentes et concurrentes, et qui débattent de ces significations. De la « boîte » à musiques est sorti un réseau de personnes et d’objets réunis autour d’une « chose-cause » commune : une scène musicale, mais aussi une arène de débats, dans laquelle on n’a jamais fini de s’interroger sur les assemblages et les assemblées qui composent cette res publica de musiques5. Il faut toujours re-faire le « monde » des musiques du monde, et c’est bien pour cela que cette notion continue d’exister.

Un festival de musiques…

  • 6   Dont Denis Laborde a déroulé quelques fils dans la conversation entre Singulotron et Pluralibus q (...)
  • 7  Sur l’ethnomusicologie comme monde de débats : Laborde 1996 et Bachir 2007.

5Que l’on se réfère à l’une ou l’autre appellation, les débats sur les musiques du monde et sur la world music oscillent constamment entre deux pôles, celui de la diversité et celui de l’universalité des musiques. Il s’agit d’une controverse interminable6, qui alimente notre croyance paradoxale dans la notion : nous savons bien que les musiques du monde sont diverses et incomparables, mais nous n’en croyons pas moins que la musique est le langage du monde le mieux partagé, et qu’elle peut se communiquer par-delà les cultures – l’essentiel étant d’ouvrir un espace pour le partage d’expériences et le débat d’idées7.

  • 8  Cf. sur ce sujet la brillante étude de Philip Bohlman, qui déroule l’histoire de la world music, d (...)

6Or il est un dispositif de performance qui permet à merveille de rendre compte de cette ambivalence, et dont l’apparition et le succès grandissant dans les dernières décennies a justement coïncidé avec l’avènement des musiques du monde sur les scènes occidentales : il s’agit du festival. De par sa vocation à présenter sous la bannière d’un même événement musical une collection de musiques, le festival s’inscrit dans la suite de ces autres médiations qui ont contribué à construire et à établir les musiques du monde sur le principe de l’anthologie8. À la différence près que, dans le cas du festival, la globalité et la diversité de toutes ces musiques doit s’expérimenter in situ, dans le temps des performances musicales.

7D’où l’idée que je défend dans la suite de cet article, qui est d’aborder les musiques du monde non en partant d’un questionnement théorique sur les catégories musicales ou sur la « globalisation », mais en partant d’observations de terrain : pour examiner comment la diversité des musiques est vécue, le temps d’un festival, et comment de ces expériences concrètes émergent des interprétations du rôle et de la place des musiques du monde dans la société contemporaine.

Quel terrain ?

8Dans le cadre des recherches que je mène pour ma thèse depuis septembre 2006, ce «  terrain  » a d’abord consisté dans l’accompagnement d’un cycle de concours de musiques du monde, organisés dans sept régions allemandes entre septembre 2006 et mai 2007, sous le nom commun de « Creole ». A l’issue de chaque session régionale, trois groupes ont été sélectionnés pour participer à la finale à Dortmund, en mai 2007, qui a donc réuni 21 groupes concourant pour le titre « Creole, prix des musiques du monde d’Allemagne », décerné à trois groupes9. Au total, ce sont près de 500 groupes qui ont envoyé une candidature, dont 114 ont été sélectionnés pour participer aux finales régionales qui donnaient lieu, selon les régions, à deux ou à trois soirées de concerts, et présentaient de huit (pour la Hesse) à vingt-cinq groupes (pour Berlin et le Brandenbourg).

  • 10  En Basse-Saxe, les étudiants de Raimund Vogels (Conservatoire de Hanovre) qui ont participé à la r (...)

9Aux nombreux musiciens impliqués dans Creole (près de 2000, si l’on compte tous les groupes candidats) s’ajoutent un grand nombre d’autres acteurs qui ont interagi dans cette manifestation : les équipes des sept institutions organisatrices, celles des salles de concert (notamment les techniciens son et lumière, sur qui pèse une lourde responsabilité lors de tels festivals), des journalistes, des chercheurs, voire des équipes universitaires10, sans oublier tous les autres spectateurs et auditeurs. Enfin, un rôle déterminant était dévolu aux jurys, qui n’étaient pas les mêmes d’une région à l’autre et mêlaient à chaque fois des représentants de différentes branches professionnelles (selon le schéma le plus fréquent  : un universitaire, un journaliste de presse écrite, un autre de la radio, le représentant d’un label, et un musicien), les organisateurs ayant également veillé dans cette composition des jurys à ce que les connaissances musicales des uns et des autres se complètent de manière à former un éventail de musiques le plus large possible – même si, tout le monde en convient, il n’est pas possible, seul ou à cinq, de maîtriser tout le champ des musiques du monde.

10J’ai donc assisté à six de ces huit concours de musiques collectant à chaque fois des informations, entretiens et documents divers (brochures, articles de presse, émissions de radio, entretiens, compilations CD et DVD, photos et films) – une masse de données qu’il me reste encore pour une grande part à ordonner.

11Mais avant même d’en venir à un compte-rendu, l’effet du terrain Creole à été de me mener vers d’autres terrains (et d’autres masses de données), vers des « à-côtés » du festival qui ont pourtant beaucoup à voir avec celui-ci  : ainsi, par exemple, une conférence de l’Unesco sur la diversité culturelle à Essen en mai 2007, au cours de laquelle ont été présentés quelques groupes de « Creole Rhénanie-Wetsphalie » – si bien que, par ce concours de circonstances (et par l’entremise d’un des organisateurs des festivals), je me suis aussi retrouvée dans un panel sur les politiques musicales, en tant qu’experte (plutôt perplexe) de « world music » (dans la traduction française du programme  : « musique mondiale » !). Creole m’a aussi conduite à assister à la WOMEX (World Music Exposition) en octobre 2007 à Séville, à divers autres concerts et festivals où se produisaient des groupes de Creole et à consulter les archives de différentes institutions  : celles de l’Atelier des Cultures à Berlin, qui organise depuis 1995 le concours « Musica Vitale » ; celles de la Radio WDR3 à Cologne, qui a consacré de nombreuses émissions aux artistes du festival, ou encore celles de la grande foire d’art contemporain Documenta dont un des thèmes en 2002 était la créolité.

12D’emblée, donc, un tel «  terrain » pose un problème de délimitation : l’« ethnographie multisituée » (Marcus 1995) nécessite de se déplacer d’un lieu à l’autre, d’un évènement à l’autre mais aussi d’accepter que les performances étudiées n’aient pas de bornes distinctes – sauf celles que l’on se pose soi-même, inévitablement, au cours de l’enquête. Plus encore : le terme « multi-situé », si on le ramène au questionnement sur la mise en public des musiques, invite à prendre en compte, tout autant qu’une multiplicité, une variété de sites  : les scènes sur lesquelles les musiques sont données à voir et entendre, mais aussi ces multiples autres scènes que sont les discours d’escorte de l’événement (journaux, radios, télévisions, discussions informelles…), en tant qu’ils contribuent à interpréter les musiques de Creole, et à en faire une res publica.

13Or pour les organisateurs, cette manifestation (au sens actif de « rendre visible ») se déroulait aussi, de manière indissociable, à différentes échelles :

  • 11  Extrait de l’interview de Birgit Ellinghaus diffusée sur la radio WDR3, dans l’émission « Musikpas (...)

« Creole a pour objectif de permettre la sélection et la promotion de groupes originaires d’Allemagne, afin d’améliorer leur visibilité en Allemagne et de les aider à poursuivre leur travail artistique, mais aussi afin que l’image de l’Allemagne perçue depuis les autres pays en soit changée, et corresponde davantage à ce qui se passe vraiment dans ce pays »11.

14Creole, en manifestant la diversité des musiques produites en Allemagne, est aussi un moyen de mettre en scène le pays-monde, la région-monde, la ville-monde (Welt-stadt, métropole) qui accueillent les festivals. De par ces jeux de représentation complexes, les enjeux dépassent toujours le niveau local des festivals : il se joue toujours plus que ce que l’on peut observer en situation, ce qui conduit aussi à concevoir le « local », le « régional » ou le « global » non en termes essentialistes, mais comme des rapports construits par les acteurs, susceptibles de reconfigurations permanentes.

  • 12  Beaucoup d’événements fondateurs des musiques du monde ont de fait eu lieu en Allemagne, et notamm (...)
  • 13  Je me contente ici de signaler deux tournants importants dans ce processus : la parution en 1989 d (...)

15Dernier aspect fluctuant de ce terrain : partant des festivals, on peut étudier une infinité d’histoires croisées, collectives ou individuelles, de plus ou moins longue durée, qui contribuent toutes, dans une certaine mesure, à faire les festivals. Comment envisager les festivals Creole sans retracer l’histoire, particulièrement riche en Allemagne, de l’idée de musiques du monde12 ? Les festivals ne sont-ils pas, aussi, le résultat de ce processus qui a fait passer la notion de créolisation d’un contexte local à une référence globale, ensuite re-contextualisée en Allemagne13 ? Et comment parler des musiques jouées dans ces festivals sans revenir sur l’histoire de leur création, et donc sur les parcours particuliers des musiciens ? Partant des performances (au sens de « ce qui est performé ») lors des festivals, on se trouve ainsi vite pris dans une multitude de processus (des performances au sens d’« actions performatives ») dont elles résultent, et qui sont autant de directions possibles pour l’enquête. S’y ajoutent, enfin, la diversité et la complexité des expériences vécues dans le temps même des concerts, dont une immense partie reste d’ailleurs inaccessible à l’ethnologue.

  • 14  Sur l’ethnographie comme « forme de publicité » : Shryock 2004:8.

16Si je déploie ici cet éventail de directions possibles, c’est d’abord pour éviter de figer trop vite ce que j’entends par « performance », et pour rendre productive la tension, inhérente au terme, entre ce qui est performé, et l’action performative qui mène à ce résultat ; entre le « spectacle » offert par les festivals, et leur fabrique multi-située. Or cette tension nous renvoie aussi à une autre, interne à la production ethnographique : entre les objets « performances » que nous identifions comme tels, sur lesquels nous produisons des comptes rendus, et le regard qui nous fait envisager les actions humaines sous l’angle performatif. Par là même, le parcours que je propose à travers quelques enjeux des festivals Creole a aussi pour horizon une réflexion sur la performance ethnographique : sur ce que nous faisons à nos objets en les décrivant, en choisissant certaines directions d’analyse parmi plusieurs possibles, en synthétisant des expériences discontinues et hétérogènes à destination de cet autre public qu’est la communauté scientifique14.

Tout un monde de musiques, « made in Germany »

17L’objectif des festivals Creole est de manifester tout à la fois une globalité et une diversité musicales, en proposant un tour des musiques du monde (ou un tour du monde en musique) à l’échelle des Länder allemands d’abord, puis au niveau fédéral : le « global » n’est ici pas tant à voir comme un «  contexte  » intégrant tous les autres, mais plutôt comme l’effet d’un certain point de vue englobant, adaptable à plusieurs niveaux puisqu’il peut tout aussi bien s’agir de présenter «  toutes les musiques  » d’une ville, d’une région, d’un pays, ou du monde.

18Or cette visée globale n’a de sens que par ce qu’elle doit faire au public, comme l’explique Birgit Ellinghaus :

« Le mélange est beaucoup plus évident dans la pratique musicale que dans la société en général. En ce sens, Creole peut être un modèle pour la société allemande. »

  • 15  C’est le retournement opéré par Nicholas Cook à la fin de son article « Music as Performance » : « (...)

19Miroir de la société, les musiques créolisées sont tout aussi bien le « modèle » d’une société à venir : elles ne sont pas seulement performées sur scène, elles doivent aussi performer un sens social15, ou encore un « drame social », selon les termes de Victor Turner. Il s’agit, par le biais des musiques, de mettre en scène la diversité culturelle, et le tour des musiques est ainsi aussi une manière de redessiner les contours d’un monde commun (l’Allemagne, à l’époque de la globalisation).

20Or ce « miroir » lui-même n’est constitué que par l’action qui consiste à tendre le miroir, recouvrant un processus complexe de médiation pris en charge par les différents organisateurs (ce qui aboutit à des festivals « Creole » bien différents, d’une région à l’autre), et par les multiples objets qu’ils font proliférer pour rendre l’événement public : des brochures, des compilations, des DVD, des discours à destination d’autres médiateurs (journalistes, spectateurs…), qui continueront ce travail de manifestation. Le travail de médiation requiert ainsi toute une chaîne d’objets et de participants, qui interprètent, chacun à sa manière, le projet  : dès la première étape, la recherche des groupes, les critères définis dans les textes de présentation et les dossiers de candidature vont être soumis à l’interprétation des musiciens (ce qui n’exclut donc pas des surprises sur les groupes qui se porteront candidats), puis à celle des jurys de présélection (qui ne donneront pas forcément le même sens au terme « Creole » que les organisateurs). Toutes les musiques sélectionnées seront alors rassemblées, le temps d’un festival, sous la bannière commune « Creole », et présentées au public (par le biais d’une quantité d’autres médiations, techniques et humaines), dans le but d’« agir » sur lui – les objectifs et les modalités de cette action restant eux-mêmes incertains.

  • 16  Il va sans dire que la promotion du mélange musical suggérée par la notion de créolisation ne fait (...)

21En somme, l’invention de Creole passe par une chaîne d’actions qui incorpore bien des incertitudes, et que l’on aurait en ce sens bien vite fait de réduire à un simple «  message  » (la promotion du métissage), transmis d’émetteur à récepteur16.

  • 17  Ce cercle est composé de représentants de l’agence Alba Kultur à Cologne, du Bureau de la Culture (...)
  • 18  Leo Vervelde, interviewé par la journaliste Susanne Cords pour l’émission « A world of music », di (...)
  • 19  « Identités d’emprunt » est le titre d’un article sur Creole du quotidien Tageszeitung, paru le 23 (...)

22Car, précisément, tout le monde ne s’entend pas sur l’objectif de la manifestation, et sur l’objet à manifester, que ce soit parmi les jurés ou parmi les membres du « cercle » des organisateurs régionaux (Trägerkreis Creole17). Ici comme ailleurs, l’interprétation de la diversité culturelle oscille entre deux extrêmes : la promotion d’identités (où l’on considère que le style musical originel doit rester identifiable, malgré le métissage) ou bien la déconstruction des identités (le mélange devant donner lieu à un nouveau langage, selon les mots du président du jury de la finale Leo Vervelde : « A and B should really lead to something new, to C, not AB18»). Le terme « Creole » permet les deux interprétations : ceux qui clament haut et fort leur identité, comme le musicien Dost Matur qui, lors de sa prestation avec Enkh Jargal (à la vièle mongole et au chant diphonique) et Christian Auer (aux percussions japonaises et indiennes), interrompt un moment la musique pour évoquer la souffrance du peuple kurde ; et les groupes qui, à l’inverse, défont la naturalité des styles musicaux en jouant de plusieurs « identités d’emprunt »19.

23Pour Birgit Ellinghaus et Michael Rappe (professeur à l’Université de Cologne, juré du concours de Rhénanie-Westphalie), qui ont rédigé ensemble un discours sur le sens politique des musiques du monde, c’est à n’en pas douter cette seconde interprétation qui donne son sens à Creole :

  • 20  Birgit Ellinghaus et Michael Rappe : « Sur la notion de politique en musiques du monde », exposé p (...)

« S’il est une chose que nous pouvons apprendre des musiques du monde, c’est que les notions d’identité ou d’authenticité ne sont jamais fixées une fois pour toutes. Ces deux notions sont toujours ancrées dans un contexte, dans un moment ou une situation de communication spécifiques. Les musiques du monde, du fait de leur caractère construit et hybride, nous font clairement comprendre que les phénomènes que nous observons et le jugement que nous portons sur eux sont soumis à des fluctuations, et qu’ils sont toujours à renégocier20. »

24Or les idées de Birgit Ellinghaus, que j’ai jusqu’ici citées comme si elle était la porte-parole des festivals, ne font en réalité pas l’unanimité parmi les autres membres du cercle organisateur – ce dont j’ai notamment pu me rendre compte lors d’une réunion de bilan sur les festivals qui s’est déroulée sur trois jours en septembre 2007.

25En réalité, la fabrique de Creole passe par de longues heures de discussion, au terme desquelles les différents partenaires ne parviennent pas toujours à un accord. Difficile, déjà, de s’entendre sur ses objectifs lorsque l’on a des expériences aussi différentes que celles de ces neuf organisateurs : s’agit-il de promouvoir les « musiques migrantes », selon la logique du Forum des Cultures représenté par Rolf Graser ? Ou bien de promouvoir avant tout la créativité musicale ? S’agit-il d’aller dans le sens du « mainstream », ou de favoriser des expressions à contre-courant de la world music commerciale ? Mais de quels mélanges parle-t-on, finalement ? Que signifie « Creole », et comment transposer cette notion dans le domaine de la musique ? Inséparablement, les questions qui agitent ce cercle portent aussi sur les cadres du travail collectif : alors que certains voudraient maintenir le fonctionnement régional du concours (parce que c’est plus simple pour la recherche de subventions, ou parce qu’on ne veut pas laisser le privilège d’organiser les concours aux plus grands Länder), d’autres remettent en cause ce système, arguant de la disparité dans les financements et du contraste qualitatif entre les différentes régions. Alors que certains se prononcent en faveur du modèle associatif, d’autres préfèrent conserver la formule plus souple, « non institutionnelle », de ce cercle informel. Ce qui n’empêche pas de poser la question des porte-parole : car s’il n’y a pas d’association, ni de président, qui peut parler au nom de Creole ? Dans quelle mesure un membre du cercle peut-il représenter tous les autres ?

26Toutes ces questions, et bien d’autres encore, témoignent de la difficile institution d’une manifestation, dont la signification n’est pas encore bien arrêtée, et qui requiert encore plusieurs assemblées et de longs débats sur les assemblages qu’elle met en place (Latour 2006). C’est là la performance « hors scène » des festivals (Shryock 2004), le travail intime de l’organisation sans lequel la performance publique n’aurait pas lieu, mais dont les incertitudes seront naturellement gommées dans les discours officiels sur le festival – ici intervient un autre acteur, dont c’est précisément la fonction : l’attachée de presse du festival de Creole, qui devra extraire de toutes ces discussions la formule qui permette de résumer Creole de manière succincte, et efficace pour les médias.

27Mais les performances qui se dérouleront ensuite sous les yeux du public, tout en masquant les incertitudes des organisateurs, donneront en même temps libre champ à bien d’autres facteurs de contingence, car quels effets les musiques présentées auront-elles en définitive sur les auditeurs ? L’action sur laquelle comptent les organisateurs n’est-elle pas, au fond, un pari bien idéaliste ? Les festivals peuvent-ils vraiment agir comme un « modèle de société » ? Dès lors que l’on confronte les objectifs énoncés et ce qui se passe en situation, force est de constater de forts décalages : entre l’aspect extra-ordinaire des festivals et l’effet escompté sur la longue durée ; entre le projet politique et les motivations disparates des auditeurs : certains venant écouter un groupe en particulier, ou soutenir le groupe qu’ils connaissent, d’autres venant pour le plaisir de découvrir de nouveaux groupes…

28Toute enquête sur des performances doit aussi reconnaître ici ses limites ; il n’est pas possible de mesurer de manière précise l’action effective des musiques sur les spectateurs. Tout au plus peut-on observer des mouvements de personnes, collecter des sanctions diffuses, interroger quelques spectateurs sur leurs impressions, évaluer de manière intuitive que « quelque chose se passe » dans la salle. Mais la mise en public donne nécessairement lieu à des expériences plurielles et complexes, à la fois individuelles et partagées. J’en viens donc, enfin, aux concerts, et à la seule chose qui compte pendant ces moments partagés : la musique.

Les musiques du monde à l’épreuve

  • 21  Les critères sont : la créativité, la composition des morceaux et/ou les arrangements, léa qualité (...)

29Le règlement du concours Creole impose aux groupes qui ont passé la première sélection de s’en tenir à un format de concert court (vingt minutes), pendant lequel ils devront convaincre le jury et les spectateurs. Ce format n’est pas qu’un moule externe, il fait aussi quelque chose à la musique et aux musiciens, et requiert une stratégie adaptée : un choix pertinent de morceaux, un programme bien ficelé, avec une progression, des soli bien répartis, ni trop longs, ni trop courts… Pendant la phase de préparation de cette performance, les groupes recourent donc à des aides techniques et humaines (le chronomètre, l’enregistrement et la réécoute, le conseil des amis – ou de l’ethnologue – présents aux répétitions), essaient d’anticiper sur les réactions de la salle et du jury ; bref, ils établissent des plans d’action plus ou moins élaborés afin de répondre le mieux possible aux critères énoncés par les organisateurs du concours21, et d’être ainsi le plus « performant » possible.

30Ou bien… tout au contraire : on ne se prépare pas, et on compte sur l’habitude de jouer ensemble, comme Bernard :

« La musique ne doit pas forcément être conforme à certains critères qui sont déjà préétablis… C’est ça le drame aussi ! Beaucoup de gens ont leur image de ce qui est parfait, ce qui est bien, la musique philharmonique, sans erreur, « glatt » (lisse) comme disent les Allemands… Mais il y a d’autres musiques, c’est beau, même s’il y a des ratés… c’est ça la musique ! C’est le genre de musique que j’aime ! Moi je dis à mes musiciens : écoutez, jouez mais ne vous faites pas de stress, jouez normalement… »

31Certains musiciens contestent aussi la pertinence de ce format de vingt minutes, injuste pour certaines musiques qui requièrent un temps d’immersion plus long (la musique indienne, les chants tibétains…) – ce dont les jurés sont d’ailleurs bien conscients. Mais pour Bernard Mayo, l’important n’est pas tant ces « spécialistes » qui jugeront de sa performance, mais d’abord le public, « son » public : c’est pourquoi, sur vingt minutes, il ne juge pas superflu d’en passer un bon quart à dialoguer avec les personnes de la salle, à leur apprendre un refrain, à raconter une histoire… ce qui plaît d’ailleurs autant au public qu’au jury (mais pas au point, cependant, de donner la victoire à ce groupe).

32Quoi qu’il en soit, que l’on se prépare ou non, et même lorsque le format est critiqué, tout le monde se prête à peu près au jeu des vingt minutes : certes, il y aura certains dépassements de temps, mais le jury se montre globalement indulgent (en général, personne ne songe à regarder sa montre pendant les concerts), et beaucoup estiment finalement que vingt minutes, ce n’est pas si mal pour se faire une idée du style d’un groupe. Surtout, l’ensemble des musiciens est d’accord pour dire que le prix à gagner n’est pas le seul intérêt de la manifestation : on vient aussi pour se présenter aux programmateurs de festival et aux journalistes présents, pour rencontrer d’autres musiciens, ce qui donnera même parfois lieu à de nouveaux projets, comme celui du collectif Cre-Hola, issu de la rencontre « off stage » de musiciens au Creole de Berlin.

  • 22  Je reprends ici le terme d’« attachement », par référence aux travaux d’Antoine Hennion sur les am (...)

33Par ailleurs, quelles que soient la stratégie adoptée et l’ampleur du travail de préparation, rien n’empêche que des imprévus surgissent : des problèmes techniques, un instrument mal accordé, une fausse note ; ou bien des aléas liés à la situation dans le programme  : selon que l’on joue en début ou en fin de soirée (devant une salle pleine à craquer), selon que l’on succède à un groupe favori… Beaucoup d’impondérables, qui font eux aussi l’objet de discussions parmi les spectateurs, les jurés, et les techniciens. La situation prête aussi tout particulièrement à une nouvelle remise en question des « musiques du monde » : tout le monde s’entend pour dire que ces musiques sont au fond incomparables… ce qui n’empêche pas de se laisser prendre au jeu des pronostics, de croire activement en ses favoris et de répondre de ses goûts en argumentant avec les critères des jurés, ou bien avec d’autres. En somme, chaque concours est une occasion de remettre à l’épreuve et la notion de musiques du monde, etles goûts des uns et des autres : c’est par la discussion collective, par la renégociation permanente des critères choisis pour dire et justifier ses attachements22 que se construisent et se définissent mutuellement les expériences partagées des uns et des autres.

34Reste qu’il est une place que personne n’envie : celle des jurés. Et pour cause : chacun expérimente pour soi la difficulté à négocier cette expérience partagée et l’arbitraire des goûts musicaux. Qui voudrait être à la place de ces gens dont on attend un verdict « objectif », et dont le jugement sera lui-même soumis aux appréciations des musiciens et des spectateurs, qui n’hésiteront pas à crier leur désaccord ? Ce jugement objectif est-il même possible ? Ben Mandelson, membre du jury de la finale, en doute, et fait même de la subjectivité un atout :

« Je crois que tous les jurés sont nécessairement influencés par leurs propres goûts, sinon ils ne seraient pas arrivés là où ils en sont. C’est une direction que l’on a choisi pour la vie, quelque chose d’inévitable, qui fait qu’un professionnel puisse dire : dans cette catégorie, c’est la meilleure musique […] c’est une affaire de goût. Mais il nous faut aussi expliquer, en spécialiste, pourquoi cela nous plaît ou non […] Les deux se mélangent, pendant les délibérations ».

  • 23  Je ne m’étends pas ici sur ces multiples facteurs, sur lesquels j’ai rédigé un compte rendu pour l (...)

35Force est de constater, après les six concours auxquels j’ai assisté, qu’il n’est de fait pas de jugement « objectif » sur les musiques, ou même de jugement qui mettent d’accord la majorité (même si le verdict de la finale, consacrant Ahoar, Al Jawala, et Ulman, a finalement recueilli un très large consensus). En observant les délibérations des jurys régionaux, je me suis au contraire rapidement rendu compte que, d’une région à l’autre, les modalités de décision variaient considérablement, en fonction d’une quantité de facteurs impondérables, au point que chaque verdict pouvait finalement apparaître comme un concours… de circonstances23.

36Ces divergences d’interprétation soulignent que le sens de Creole n’est pas fixé a priori par les organisateurs, mais qu’il se construit dans les interprétations qu’en font les autres acteurs impliqués dans l’événement. Les choix que portent les jurés sont particulièrement déterminants (et ce d’autant plus que la manifestation en est encore à ses débuts) parce qu’ils contribuent, plus encore que le « concept » écrit de la manifestation, à définir le profil des groupes recherchés. Leo Vervelde, président du jury de la finale, avait d’ailleurs bien conscience de contribuer, avec les autres jurés, à écrire l’histoire de la manifestation : « Nous nous sentons responsables de ce qui se passera après nous. Nous savons bien que chacun va essayer d’analyser notre décision… Et que notre choix a en cela un impact sur qui se portera candidat la prochaine fois ».

  • 24  Leo Vervelde : « Ce qui me manque ici, dans Creole, c’est la notion de musique nomade, qui peut au (...)
  • 25  Beaucoup de questions restent jusqu’à présent en suspens : le sort des musiques traditionnelles (c (...)

37En somme, les différents contextes où l’on fait et interprète Creole, des sphères intimes de l’organisation aux performances « on stage », en passant par les délibérations confidentielles des jurés, les débats entre les professeurs et étudiants au cours du séminaire de l’Université de Cologne, ou encore les discussions parmi les spectateurs, s’infiltrent mutuellement, interagissent pour produire ensemble différentes interprétations des festivals. La manifestation, précisément parce que son sens n’est pas encore fixé et qu’elle peut encore donner lieu à plusieurs histoires possibles, suscite également beaucoup de conseils, de critiques24 ou de suggestions de la part des acteurs engagés dans cette institution naissante, qu’ils soient jurés, musiciens, chercheurs ou étudiants  : suggestions qui seront elles-mêmes en partie rediscutées dans le cercle des organisateurs, qui poursuivent ce difficile travail d’assemblage et d’accordage sur le sens de l’événement25. Creole est un work in progress, un événement dont le sens reste encore à instituer.

Le monde à l’échelle des musiques

38J’en viens, après les sphères « off stage » de l’organisation et des délibérations (Shryock 2004), à l’espace de la scène (celui que privilégient en général les études sur la performance), et aux expériences auxquelles ils donnent lieu : les concerts Creole.

39Au terme du travail d’organisation, et de la présélection, divers groupes se trouvent donc réunis, pendant deux à quatre soirées de concerts, sur la scène des festivals Creole. Bien sûr, tous ne se sentent pas également concernés par cette bannière : pour certains musiciens, le métissage ou la créolisation (mots à peu près synonymes, quand on n’a pas lu la littérature « spécialisée ») est ce qui compte, pour d’autres au contraire ce qu’il faut combattre. Pour beaucoup, elle n’est pas vraiment un enjeu, et certains expliquent que leur musique, si elle peut être qualifiée de métissée, ne s’est pas faite ainsi de manière délibérée, mais qu’elle est d’abord le fruit d’une histoire, et de beaucoup de hasard, comme le raconte par exemple Saad Thamir à propos de la formation de son groupe Ahoar :

  • 26  Extrait d’une interview diffusée sur WDR 3 le 30 août 2006, dans l’émission « Musik-passagen ».

« Je travaille dans une épicerie… Un jour, un homme est arrivé ; il m’a demandé de l’aide pour porter un canapé bleu dans son nouvel appartement. Dans sa voiture, j’ai aperçu un pupitre, je lui ai demandé s’il faisait de la musique, et voilà qu’il me dit qu’il joue de la contrebasse. Bon, eh bien il joue avec nous depuis deux ans maintenant. […]
Il ne s’agit ni de makam, ni de jazz. Ce qui compte, c’est d’abord que nous puissions nous comprendre, d’un point de vue musical… Que signifie « musiques du monde » ? Je ne me reconnais pas vraiment dans ce terme, il s’agit de musique, tout simplement26. »

  • 27  Ibid.

40Il faut donc prendre en compte un nécessaire différentiel entre le message global de la manifestation Creole et les expériences effectives des musiciens ; de même qu’entre le plan d’action et les situations de concert. Ce qui se joue pendant les festivals Creole, ce ne sont pas les notions générales de créolisation, de globalisation ou de diversité culturelle. Certes, on retrouve ces termes dans les discours sur la manifestation, tout comme dans les dossiers de presse des artistes, qui en usent de manière stratégique pour se rattacher aux notions communes des discours contemporains sur l’art. Mais sur scène, point de ces grands mots, et les oppositions tranchées entre le «  local  » et le «  global  », entre «  l’Occident  » et le reste du monde, entre le «  traditionnel  » et le «  moderne  », tendent à s’estomper aux profits de styles musicaux très divers, dont chacun promeut un type d’assemblage spécifique : « Mesopotamia Jazz » (Ahoar), « Brass’n Bass’n Beat » (Al Jawala), « l’avant-garde mongole » (Enkh Jargal), « musiques du monde, du Texas à la Transylvanie » (Hiss), etc. Chaque groupe crée en quelque sorte son propre genre, qui ne se résume jamais simplement à l’addition de ses éléments, mais doit aboutir à un nouveau langage : « pas du makam, pas du jazz, quelque chose de nouveau  : c’était Ahoar »27.

  • 28  Beaucoup d’autres noms sont d’ailleurs construits sur le nom de la personnalité centrale du groupe (...)

41Ces musiques ne font pas que « refléter » les notions de créolisation ou de globalisation de manière passive  ; elles les réinterprètent, les mettent en scène, les « performent », c’est-à-dire, tout à la fois, les font et en jouent. C’est ce que suggèrent, par exemple, les noms de plusieurs groupes qui font référence à des lieux frontières (Borderland, Lateralmusic…), des confluents (Ahoar, qui désigne un terrain marécageux dans le delta commun du Tigre et de l’Euphrate), des espaces urbains (Kent Masali, qui signifie « conte urbain » en turc), ou encore au nomadisme (Al Jawala, Nomad Sound System)  : un imaginaire particulièrement en phase avec l’ère post-moderne des « flux », mais qui ne doit pas non plus faire oublier que chaque nom est là pour signaler une individualité musicale28 : chaque groupe proposant un certain parcours au gré de ces flux globaux de communication.

Fig.1 : Le groupe Hiss

Fig.1 : Le groupe Hiss

photo de presse

Fig.2 : Le groupe Egschiglen en concert

Fig.2 : Le groupe Egschiglen en concert

photo de presse

42Prenons l’exemple d’une chanson du groupe Hiss, Polka um die Welt (que l’on pourrait traduire par « La polka de par le monde », ou encore par « Le tour du monde en polka »), contant les péripéties d’un aventurier picaresque qui n’est pas né de la dernière pluie  :

  • 29  « À Tachkent, c’est un doigt que j’ai perdu / Puis ce fut un œil, lors d’une rixe à Jacksonville / (...)

« ’nen Finger hab ich in Taschkent verloren
ein Auge bei ’nem Streit in Jacksonville
man hat in Santa Cruz auf mich geschossen
in meinem Schädel steckt noch heut’ das Projektil
Ich kämpfte in Luanda mit dem Messer
mit Worten und mit Fäusten in Cadiz
das steife Bein bekam ich in Odessa
und in Amsterdam die Syphilis
(Refrain)
Ich hab die ganze Welt bereist,
ich kenn die Tropen und das Eis
und ich weiß, die Welt ist groß
und fremd und wild
hab von der Heimat mich entfernt
und auf die harte Tour gelernt
dass keiner so wie ich die Polka spielt !29. »

43L’expérience globale que nous raconte cette chanson, c’est de l’histoire ancienne, celle d’un aventurier qui parcourt le globe  ; mais c’est aussi un clin d’œil au discours contemporain sur la globalisation, et sur cette polka façon world music qui voyage « de par le monde ». Le texte et le style vestimentaire des artistes jouent sciemment sur les clichés de l’homme aventurier, casse-cou, macho, tout comme la musique qui accompagne le texte reprend sur un mode décalé les clichés de la world music : un thème de polka, qui devient dans la chanson suivante un rythme reggae, pour ensuite virer à la country. Les styles voyagent autour du globe, et les musiciens en jouent, de manière parfois ironique, et en tout cas toujours avec une conscience aiguë de la mise en scène des identités musicales.

44Il en ressort aussi un certain humour, récurrent dans les performances autant que dans les discours sur Creole, et qui repose sur le contraste entre des cultures musicales éloignées  : ainsi lorsque le groupe Egschiglen clôt son répertoire de musique mongole contemporaine par une chanson de Franconie, interprétée en chant diphonique. La juxtaposition des deux styles est d’autant plus frappante sur scène, avec le décalage entre le visuel et le sonore, entre le tableau offert par les musiciens costumés, aux attitudes stoïques, et la chanson pour enfants hyper-connue du public, qui suscite l’hilarité générale.

  • 30  La Pegnitz est un cours d’eau à la frontière de la Franconie allemande et de la Suisse.
  • 31  Ce titre fait référence à l’un des groupes candidats en Rhéhanie-Westphalie, les Einstürzende Heus (...)

45Dans la presse, ce sont d’ailleurs ces exemples de rencontres inattendues qui font les titres (parfois difficilement traduisibles) des articles : « Les Mongols sur la Pegnitz30 », « De la salsa palatine », « Du rap pur jus, en provenance directe du Haut Palatinat », « Les musiques du monde, façon ‘meule de foin’31 »… Le « choc des cultures » produit par la rencontre inattendue entre deux sites éloignés (géographiquement ou symboliquement : rural/citadin, global/local…) est ici envisagé dans son aspect réjouissant et comique  : un humour des lieux qui pourrait être qualifié de « germano-global », puisqu’il découle de la circulation des cultures à travers le monde, vers les métropoles allemandes et jusqu’aux provinces les plus « typiques » d’Allemagne : la Bavière, la Souabe, le Palatinat, la Franconie… Car dans ce grand jeu des identités, ce sont bien entendu aussi les représentations communes sur les traditions régionales allemandes et sur leurs dialectes qui sont réinvesties et mises en scène sur un mode ludique.

46Chez d’autres groupes, la mise en scène des mouvements globaux de migration peut au contraire prendre des accents tragiques. C’est par exemple le cas du groupe Borderland de Cologne, une des apparitions les plus fortes de Creole, dont les chansons nous transportent alternativement dans des villages d’Ukraine et dans les sites urbains d’Europe ou des Etats-Unis. Mariana Sadovska, la chanteuse, a collecté des chants traditionnels de mariage, de cérémonies religieuses et de possession, ainsi que des chants d’immigrés de la diaspora ukrainienne aux Etats-Unis, qu’elle a retravaillés avec une formation de jazz. La chanson « Immigrant Song », basée sur un morceau traditionnel, met en scène le thème de l’expatriation de manière particulièrement dramatique, en jouant sur la multiplicité des langues (anglais, ukrainien, allemand), et l’alternance du chant et de la parole :

« I want to go to America… America… For a year or… or maybe for two !… America, for two years… I hope not forever ! Oh no no no, not forever… In two years I come back !…32 »

47À ce passage parlé en anglais, accompagné d’un ostinato rythmique aux piano, batterie, et contrebasse, succède une séquence chantée en ukrainien, pendant que les instruments entretiennent un chaos sonore savamment calculé, qui souligne la tonalité désespérée de ce discours d’auto-persuasion, et suggèrent par antiphrase exactement le contraire de ce qui est dit : ce migrant, comme beaucoup d’autres, ne reviendra pas dans son pays natal. Le mélange des langues, l’alternance entre chant, parole et sons vocaux non articulés (souffle, cris…) et le changement constant de rythme concourent à rendre de manière singulière cette expérience commune de l’immigration, avec une tension dramatique qui ne fait que croître au cours de ces vingt minutes de concert.

48Dans le cadre du concours Creole, l’exemple de Borderland est intéressant parce que ce fut un des groupes sur lesquels divergeaient le plus les opinions : certains spectateurs le plaçant loin devant tous les autres, alors que d’autres déclaraient être angoissés par cette musique ; la plupart reconnaissant le caractère « génial » et « extraordinaire » de ce concert, mais trouvaient malgré tout que cela ne correspondait pas à l’esprit optimiste du concours Creole. Beaucoup de commentaires, enfin, soulignaient l’aspect démesuré de la performance : « elle en fait trop », c’est « trop pesant », « fou », « hallucinant »… Il faut dire que le format de vingt minutes a aussi conduit le groupe à privilégier les morceaux à plus forte tension dramatique (notamment le morceau final, un arrangement sur des chants de possession, qui a mis le public en délire). Le fait de resserrer ainsi la tension a paradoxalement aussi fait ressortir le caractère artificiel de ce format de vingt minutes, dans lequel une performance d’une telle intensité a du mal à tenir.

49A propos d’autres groupes, j’ai d’ailleurs entendu, dans les jurys ou parmi les spectateurs, certains commentaires reprochant l’accent mis sur le spectacle, la chorégraphie, les effets visuels  : un « trop de performance », qui aurait paradoxalement fait ressortir le mécanisme réglé du concert et aurait ainsi nui à l’effet de la musique. Ce type de commentaires nous renseigne sur un critère essentiel pour que la musique « marche » : pour le spectateur-auditeur, il faut que cela ait l’air naturel, que le travail de préparation, la stratégie, les artifices de son et de lumière disparaissent derrière l’évidence du spectacle. Pour la même raison, les passages improvisés – ou les soli apparemment improvisés – sont d’autant plus valorisés, parce qu’ils renforcent cette « illusion théâtrale », et avec elle la relation entre les musiciens et leur public.

50Car l’objectif ici, est avant tout de communiquer une émotion, et c’est bien pour cette raison que beaucoup de ces artistes racontent des histoires  : des aventures, des déboires, des récits de vie, des histoires de mariages, de rencontres, de départs, parfois aussi l’histoire du groupe, comme cette anecdote du « canapé bleu », contée par la présentatrice de la finale avant l’entrée en scène d’Ahoar et reprise depuis dans toutes les émissions de radio et articles sur Creole, qui est ainsi devenue partie intégrante du mythe naissant « Ahoar », et en même temps de l’histoire du festival.

51Or le récit est un des biais essentiels pour que la musique nous touche, nous dit le juré Ben Mandelson :

« L’élément narratif est essentiel dans une performance […] Si un artiste ne sait pas raconter une histoire, il ne peut réussir […] Pour moi, en tant que juré, cette communication est très importante : sans cela, pas d’histoire, pas de message qui passe… »

  • 33  Ce que Richard Schechner appelle les « émotions-cibles », et qui touchent selon lui à l’aspect uni (...)

52Le critère essentiel, donc, est que quelque chose (se) passe entre la scène et la salle. Même pour les musiques sans texte, ou chantées dans des langues étrangères, ce qui compte est d’abord de ce que la musique fait aux auditeurs, avec ou sans paroles. Si créolisation ou globalisation il y a, elle s’exprime donc ici à une échelle interindividuelle : il s’agit de communiquer des expériences personnelles, à l’opposé des théories générales des « spécialistes ». Ce qui prime, c’est l’émotion, ou plutôt les émotions suscitées par la musique33, qui sont autant de modes de mouvoir le public : le rire, la tristesse, l’angoisse, la fête – certains de ces ethos recueillant plus facilement le consensus que d’autres. Or cet « universel » ne surgit précisément qu’en situation, dans un cadre et un dispositif mis au service de l’effet de la musique  : la salle dans le noir, la scène éclairée, les micros branchés, l’enchaînement des morceaux fixé, et la magie du concert peut alors opérer.

Fig.3 : Ahoar, un des lauréats du prix Creole 2007.

Fig.3 : Ahoar, un des lauréats du prix Creole 2007.

53Et de fait, certains groupes semblent parvenir à susciter ce miracle de l’unanimité en vingt minutes, même chez des auditeurs qui découvrent un style musical entièrement nouveau. Ainsi, le concert d’Ahoar, pendant lequel le public est tout à fait silencieux, l’écoute concentrée, l’attention tendue vers la scène où se joue une rencontre unique  : à gauche, l’Occident (le piano et la contrebasse), à droite l’Orient (le djoze, les percussions et le chant irakiens) ; mais ce qui compte n’est pas tant cette rencontre que la manière dont elle se joue, l’attention et l’écoute mutuelle des musiciens, ce qui se passe entre eux et qui rejaillit directement sur la relation entre musiciens et spectateurs  : la contrebasse et le djoze prennent le temps de développer un dialogue improvisé, avec des moments de silence, des contrastes de volume et d’intensité, de fines variations dans les modes, qui font complètement oublier le format des vingt minutes.

54D’un concert à l’autre, ce sont aussi différents types de rencontres qui se produisent : tantôt sur le mode du collage de styles, tantôt sur celui de la fusion, tantôt sur celui du duel entre solistes, tantôt sur celui de la recherche collective d’un son commun, ces différents types de relations impliquent aussi à chaque fois un autre type d’attention de la part du public. Un exemple intéressant à ce titre – précisément parce qu’il n’a pas vraiment «  marché  » jusqu’au bout – fut la cérémonie de clôture de Creole, qui eut lieu le dimanche 20 mai 2007. À la demande de l’organisatrice de la finale, les Dissidenten, groupe phare de la world music des années 1980, avaient organisé une grande « revue » avec tous les artistes encore présents de Creole : le public était invité à déambuler de la rue à la salle du Domicil, en passant par le café, les escaliers, le hall d’entrée, où se trouvait à chaque fois une petite formation composée d’artistes de différents groupes  : une petite fanfare de cuivres, un ensemble d’accordéons, deux didgeridoo le long de la rampe d’escalier, un duo improvisé de chant diphonique au premier palier… Le Domicil se retrouvait ainsi métamorphosé en un petit théâtre du monde, dans lequel se déroulait un voyage savamment orchestré. Au terme de ce parcours, les spectateurs se retrouvaient dans la salle de concert, où furent présentées une série d’autres petites formations surgissant à leurs yeux au gré des éclairages, jusqu’à ce que les projecteurs soient finalement dirigés vers la scène, où se trouvaient les Dissidenten.

55Par cette mise en scène habile, le concert des Dissidenten se trouvait donc placé à l’aboutissement de toute la manifestation Creole : les vétérans de la world music se retrouvaient sur le devant de la scène, invitant tour à tour quelques solistes des groupes Creole (la nouvelle scène) à les rejoindre le temps d’un morceau. Or par là même se retrouvaient aussi directement confrontées différentes visions des musiques du monde. Et de même que les musiciens des Dissidenten m’avaient affirmé, dans un entretien, ne pas se reconnaître dans les musiques de certains groupes de Creole, le contraste apparut à l’inverse aussi fort à certains spectateurs, et surtout aux organisateurs des autres concours Creole, pour qui ce concert final représentait en quelque sorte l’opposé de l’esprit de la manifestation  : une formation rock, aux instruments électrifiés, à laquelle se joignent des artistes « exotiques » ou étrangers au groupe qui, le temps d’un solo, viennent montrer leur savoir-faire puis disparaissent pour laisser la place à un autre virtuose – quel rapport avec les critères de Creole, qui valorise justement le travail en commun et la recherche collective d’un nouveau langage ?

56Cette cérémonie de clôture a donc suscité une nouvelle controverse dans le cercle des organisateurs, précisément parce qu’il s’y joue de manière particulièrement aiguë la question du message ultime de la manifestation. Or ce type de questions surgit bien souvent a posteriori, dans le retour sur l’expérience passée, et dans la confrontation des interprétations plurielles qui en ressortent. Pas plus que le «  monde » des musiques du monde, le sens de Creole ne sera jamais fixé une fois pour toutes.

Tout un monde de recherches, 
ou comment traduire les Performance Studies …

  • 34  À titre d’exemple, le numéro de juin 2006 de la revue Ethnographie était consacré à la question «  (...)

57Nous voici réunis autour d’un thème à la fois singulier et pluriel, la ou les « performance(s) » : une notion qui, pour ce qui est de l’espace de recherche francophone, semble dans l’air du temps34 (bien que nous ayons, dit-on, à accuser un « retard » important sur les Etats-Unis où les performance studies constituent déjà un champ d’étude à part entière), et qui doit en cela aussi nous inciter à nous demander d’une part pourquoi cette notion devient aujourd’hui une cause commune. Et d’autre part, comment va-t-elle se traduire dans l’espace francophone ?

58Car la traduction du terme « performance » est déjà en soi un vrai problème. Les allers-retours du mot entre l’anglais et le français nous ont laissés face à des significations pour le moins disparates, comme le rappelle François Picard dans un article récent (Picard 2006), si bien que, selon les contextes, on pourrait traduire le verbe « to perform » par des termes aussi divers que « jouer, accomplir, produire, faire, représenter, mettre en scène, fonctionner, réussir, performer… » (ce qui implique aussi des directions de recherche différentes). À cette pluralité de signifiants et de signifiés s’ajoute une ambivalence fondamentale, selon que l’on considère ce qui est performé (le résultat de l’action) ou le processus performatif (l’action elle-même) : selon que l’on considère la musique en tant qu’elle est faite, jouée, mise en scène ou ce qu’elle fait aux musiciens, aux auditeurs, à la société qui la produit. Appliqué aux spectacles Creole, cela donne effectivement un flou de significations dont j’ai beaucoup profité dans ma description, envisageant tout à tour les performances par le biais des dispositifs (« concerts », « festivals ») ou par celui des musiques elles-mêmes ; au sens d’un résultat à atteindre (d’autant plus qu’il s’agissait ici d’une compétition) et au sens d’une action performative.

  • 35  Dans l’article introduisant au recueil d’articles By Means of Performance(Schechner 1997 [1990]), (...)

59Puisque le terme est si malléable, il faut donc en revenir à la seule chose avérée : l’existence des performance studies, en tant qu’école de recherche, qui s’appuie sur les travaux fondateurs de Stanley Tambiah et Victor Turner, et dont l’histoire et la théorie ont notamment été écrites par Richard Schechner35. Or ce champ de recherche n’est précisément constitué que par l’assemblage et la comparaison de cas disparates. Sa vocation est d’ouvrir un espace pour la rencontre et le débat entre différentes disciplines autour d’une question commune : « l’homme qui joue » (Turner 1982). Sans cette rencontre et le dialogue qu’elle ouvre, la notion risque de se diluer dans des épistémologies distinctes et il faut donc, pour que la polysémie soit productive, confronter les usages du terme dans les contextes les plus divers : du concert de rock au concert de musique soufie, en passant par les répétitions d’orchestre, la création d’un opéra de Steve Reich (Laborde 2000) ou encore le tournage de films à Bollywood (Grimaud 2003).

  • 36  Je renvoie au dernier numéro des Cahiers d’ethnomusicologie, en particulier à l’article de Jérôme (...)

60La notion de performance invite aussi à un autre dialogue : celui avec les acteurs culturels, et par là même aussi à une réflexion sur l’engagement des ethnomusicologues dans la promotion et la diffusion des musiques du monde. Rappelons que Richard Schechner était metteur en scène, et que François Picard, dans son article sur la « mise en scène des rituels », touche à une expérience commune (et peu thématisée) des ethnomusicologues : la participation au spectacle, à la mise en scène, à la « fiction » des musiques du monde, que ce soit dans des festivals, des maisons de disque ou des institutions de plus grande envergure comme l’Unesco. À une époque où la question des identités culturelles fait débat comme aujourd’hui, il ne peut y avoir d’ethnologue neutre36 : en tant qu’auteur de texte ou qu’acteur impliqué dans les réseaux de diffusion des musiques du monde, chacun participe nécessairement à la définition (ou à la remise en question) d’identités, de « patrimoines » ou encore de la « diversité culturelle ». Le retour sur ces formes d’engagement, et sur les relations qu’elles instaurent entre des musiques « d’ailleurs » et « nos sociétés » pourrait apporter un éclairage intéressant à l’analyse du phénomène des musiques du monde.

Haut de page

Bibliographie

AUBERT Laurent, 2001, La musique de l’autre : les nouveaux défis de l’ethnomusicologie. Genève  : Georg éditeur.

BACHIR Talia, 2007a, « L’ethnomusicologie, son identité, ses modes d’emplois », Cahiers d’ethnomusicologie 20  : «  Identités musicales  ». Genève : Ateliers d’ethnomusicologie  : 293-298.

BACHIR Talia, 2007b, [avec Martin Greve, Michael Rappe et al.  :] Der Bundeswettbewerb Creole 2007. Dokumentation und Empfehlungen (rapport d’expertise, non publié).

BOHLMAN Philip V., 2002, World Music : a very short introduction. Oxford : Oxford University Press.

CLER Jérôme et Bruno MESSINA, 2007, « Musiques des minorités, musique mineure, tiers musical », Cahiers d’ethnomusicologie 20 : « Identités musicales ». Genève : Ateliers d’ethnomusicologie : 243-271.

COOK Nicholas, 2003, « Music as Performance », in Martin Clayton, Trevor Herbert, Richard Middleton éd. : The Cultural Study of Music. A Critical Introduction. New York & London : Routledge : 204-214.

DESCOMBES Vincent, 1996, Les Institutions du sens. Paris : Editions de Minuit.

GOMART Etienne, Antoine HENNION et Sophie MAISONNEUVE, 2000, Figures de l’amateur. Paris : La Documentation française/Ministère de la Culture.

GRIMAUD Emmanuel, 2003, Bollywood Film Studio. Ou comment les films se font à Bombay. Paris : CNRS éditions.

KNECHT Michi et Levent SOYSAL, 2007, Plausible Vielfalt. Wie der Karnaval der Kulturen denkt, lernt und Kultur schafft. Berlin : Panama Verlag.

LABORDE Denis, 1996, Repérer, enquêter, analyser, conserver… Tout un monde de musiques. Paris : L’Harmattan.

LABORDE Denis, 1998, Musiques à l’école. Paris : Editions Bertrand Lacoste.

LABORDE Denis, 2000, « Et si ces sons sont sans sens… », Socio-Anthropologie 8.

LATOUR Bruno ed., 2005 , Making Things Public. Karlsruhe, Cambridge & London : ZKM / The MIT Press.

LATOUR Bruno ed., 2006, Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris : Editions La Découverte (traduction de Nicolas Guilhot, revue par l’auteur).

MARCUS George, 1995, « Ethnography In / Of the World System : the Emergence of Multi-Sited Ethnography », Review of Anthropology 24  : 95-117

MARTIN Denis-Constant, 1996, « Who’s afraid of the big bad world music ? Désir de l’autre, processus hégémoniques et flux transnationaux mis en musique dans le monde contemporain », Cahiers de musiques traditionnelles 9 : « Nouveaux enjeux ». Genève : Ateliers d’ethnomusicologie : 3-20.

PICARD François, 2006, « La mise en scène des rituels », Ethnographie 3 :Rites, théâtre et performance. Anthropologie et apories cultu(r)elles, Paris : Entretemps.

QUERE Louis, 2002, « La structure de l’expérience publique d’un point de vue pragmatiste », in D. Cefaï & I. Joseph éd. : L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues : Éd. de l’Aube (« Recherche ») : 131-160.

SCHECHNER Richard, 1997 [1990], « Magnitudes of Performance », in Willa Appel et Richard Schechner : By Means of Performance : Intercultural Studies of Theater and Ritual. Cambridge : Cambridge University Press : 19-49.

SHRYOCK Andrew ed., 2004, Off Stage/On Display Intimacy and Ethnography in the Age of Public Culture. Palo Alto : Stanford University Press.

SLOTERDIJK Peter, 2006, Le Palais de cristal. Essai sur le capitalisme planétaire, Paris : Maren Sell éditeurs (traduction : Olivier Mannoni).

TURNER Victor, 1982, From Ritual to Theatre : the Human Seriousness of Play, New York : Performing Arts Journal Publications.

WELZ Gisela, 1996, Inszenierungen kultureller Vielfalt. Berlin : Akademie-Verlag.

Haut de page

Notes

1  Ce soupçon n’était pas non plus absent de l’esprit des organisateurs de la réunion fondatrice de 1987, au cours de laquelle les représentants de onze labels et magazines anglais ont officiellement adopté l’appellation « world music » : « Parmi tous les termes débattus, « world music » semblait celui qui permettait d’inclure le plus de musiques possible, et d’en exclure le moins, ce qui fit qu’il remporta la majorité. Personne ne songeait alors à définir le terme, ou à prétendre que cette « chose » existait vraiment : c’était juste censé être une « boîte » [a box], comme le jazz, le classique, le rock… » (source : www.frootsmag.com, « History of World Music »).

2  Sur les 50 entretiens que j’ai effectués parmi des musiciens, organisateurs de concerts, journalistes impliqués dans le réseau des musiques du monde en Allemagne, la quasi-totalité réaffirme ce soupçon.

3  Discussion avec Birgit Ellinghaus, le 21 janvier 2007. Dans la suite de cet article, je ne mentionne les sources des citations que lorsque qu’il ne s’agit pas d’entretiens que j’ai moi-même réalisés.

4  En allemand (langue dans laquelle j’ai mené mon enquête), le même terme de « Weltmusik » est utilisé pour désigner les musiques du monde traditionnelles et la world music commerciale – ce qui n’empêche pas que cette distinction surgisse à travers d’autres couples d’oppositions (sur les termes de « world music » et « musiques du monde », cf. Aubert 2001).

5  Cette manière de voir est influencée par la lecture de Bruno Latour, et notamment par l’ouvrage collectif Making Things Public (Latour 2005 : 22).

6   Dont Denis Laborde a déroulé quelques fils dans la conversation entre Singulotron et Pluralibus qui ouvre Les Musiques à l’école (Laborde 1998).

7  Sur l’ethnomusicologie comme monde de débats : Laborde 1996 et Bachir 2007.

8  Cf. sur ce sujet la brillante étude de Philip Bohlman, qui déroule l’histoire de la world music, des premières anthologies de Herder à celles de l’école d’ethnomusicologie de Berlin, jusqu’aux festivals actuels (Bohlman 2002).

9  Pour plus d’informations (en allemand et en anglais) : www.creole-weltmusik.de. Pour un compte rendu en français du festival, voir l’article de François Bensignor « Diversité culturelle et création en Allemagne », sur <www.alterites.com>.

10  En Basse-Saxe, les étudiants de Raimund Vogels (Conservatoire de Hanovre) qui ont participé à la recherche des groupes ; en Rhénanie-Westphalie, une équipe de vingt étudiants qui a enquêté sur la finale du concours sous la direction de Michael Rappe (Université de Musique de Cologne), Martin Greve (Philharmonie de Berlin / Conservatoire de Rotterdam) et avec ma collaboration, pour rédiger un rapport d’expertise pour les organisateurs (Bachir 2007b).

11  Extrait de l’interview de Birgit Ellinghaus diffusée sur la radio WDR3, dans l’émission « Musikpassagen » du 30 août 2006 (italiques miennes).

12  Beaucoup d’événements fondateurs des musiques du monde ont de fait eu lieu en Allemagne, et notamment à Berlin, qui a vu la parution des premières grandes anthologies de musiques du monde (de Herder à celles de l’école d’ethnomusicologie de Berlin) puis, après 1989, l’avènement des grands opérateurs européens : les World Music Charts Europe (WMCE), l’European Forum of Worldwide Music Festivals (EFWMF), la World Music Expo (WOMEX) initiée en 1994. À cela s’ajoute, si on en croit la définition du mot « festival » dans le dictionnaire Robert, le fait que les Allemands auraient été « les premiers à organiser des festivals » !

13  Je me contente ici de signaler deux tournants importants dans ce processus : la parution en 1989 de L’Eloge de la créolité, dans lequel les auteurs Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, et Raphaël Confiant élargissaient l’expérience créole à une valeur universelle ; et la Documenta 11 (à Kassel, en 2002), dont une des plateformes de débats était consacrée au thème de la créolisation, et qui a directement influé sur le choix du nom des festivals Creole.

14  Sur l’ethnographie comme « forme de publicité » : Shryock 2004:8.

15  C’est le retournement opéré par Nicholas Cook à la fin de son article « Music as Performance » : « To call music a performing art, then, is not just to say that we perform it; it is to say that through it we perform social meaning » (Cook 2003 : 213).

16  Il va sans dire que la promotion du mélange musical suggérée par la notion de créolisation ne fait pas l’unanimité, que ce soit parmi les jurés, musiciens, spectateurs, ou même parmi les organisateurs des différentes sessions régionales. Or l’intérêt de ces controverses est précisément de ne pas se limiter à la question du « pour » ou « contre » le métissage, mais d’intégrer un travail constant de redéfinition de cette notion, et des critères de jugement. Là encore, l’objectif de mon travail n’est pas tant de trancher, mais plutôt de dérouler ces controverses, de les décrire en tant qu’elles participent de la construction d’un monde commun de débat (cf. Latour 2006).

17  Ce cercle est composé de représentants de l’agence Alba Kultur à Cologne, du Bureau de la Culture à Nuremberg, du collectif Creole de Centre-Allemagne, du Forum des Cultures de Stuttgart, du centre culturel Schlachthof de Brême, du festival MASALA à Hanovre, du collectif « Creole en Hesse » (réunissant trois acteurs institutionnels de Francfort, Marburg et Bad Wildungen), et l’Atelier des Cultures de Berlin.

18  Leo Vervelde, interviewé par la journaliste Susanne Cords pour l’émission « A world of music », diffusée sur la Deutsche Welle le 26 mai 2007.

19  « Identités d’emprunt » est le titre d’un article sur Creole du quotidien Tageszeitung, paru le 23 août 2006, et rédigé par Natalie Wiesmann.

20  Birgit Ellinghaus et Michael Rappe : « Sur la notion de politique en musiques du monde », exposé présenté à l’occasion du colloque « La chanson politique, aujourd’hui ? », à Düsseldorf le 21 janvier 2004.

21  Les critères sont : la créativité, la composition des morceaux et/ou les arrangements, léa qualité de l’interprétation (technique instrumentale, équilibre entre les musiciens…), la variété du répertoire, le charisme et la présence sur scène.

22  Je reprends ici le terme d’« attachement », par référence aux travaux d’Antoine Hennion sur les amateurs (voir notamment : Gomart, Hennion et Maisonneuve 2000).

23  Je ne m’étends pas ici sur ces multiples facteurs, sur lesquels j’ai rédigé un compte rendu pour les organisateurs de Creole, en vue de la réunion de bilan de septembre 2007. Il me suffit ici d’en évoquer quelques-uns : la conception que chaque juré a des musiques du monde, selon son expérience, ses goûts musicaux, ou sa branche professionnelle ; son caractère et sa disponibilité à la discussion (certains jurés sont très silencieux, d’autres monopolisent la parole), la compréhension qu’il a du terme « Creole »… A cela s’ajoutent des facteurs d’ordre collectif : parfois la discussion « prend », parfois non ; parfois les jurés s’en tiennent aux critères énoncés sur le papier, parfois ils en re-définissent de nouveaux, ou adoptent un style de conversation plus libre, déviant vers des considérations extra-musicales (« il nous faut un groupe jeune », « il nous faut au moins une femme », etc.).

24  Leo Vervelde : « Ce qui me manque ici, dans Creole, c’est la notion de musique nomade, qui peut aussi être une pure tradition. Ici, nous n’avons qu’une partie de cette notion, celle des crossovers. C’est la première fois que cette manifestation a lieu, mais j’espère que cela peut encore changer… »

25  Beaucoup de questions restent jusqu’à présent en suspens : le sort des musiques traditionnelles (cf. note précédente), le rapport de « Creole » aux musiques du monde, la signification même de cette notion en termes musicaux, le sens politique de la manifestation…

26  Extrait d’une interview diffusée sur WDR 3 le 30 août 2006, dans l’émission « Musik-passagen ».

27  Ibid.

28  Beaucoup d’autres noms sont d’ailleurs construits sur le nom de la personnalité centrale du groupe : Abdourahmane Diop and Griot Music Company, Anastacia y Banda, Aly Keita and Balankan, Enkh Jargal, etc.

29  « À Tachkent, c’est un doigt que j’ai perdu / Puis ce fut un œil, lors d’une rixe à Jacksonville / À Santa Cruz, je me suis fait tirer dessus / Et dans mon crâne se trouve encore le projectile / À Luanda, je me suis battu au couteau / À coups d’insultes et de poings à Cadix / À Odessa je suis devenu manchot / Et à Amsterdam, ce fut la syphilis / (Refrain) J’ai voyagé dans le monde entier / J’ai vu les tropiques, les étendues glacées / À présent, je connais le monde tel qu’il est / Vaste, étrange, plein de dangers / J’ai pris congé de mon pays natal / Mais j’ai appris, dans cette dure tournée / Qu’à la polka, personne ne m’égale ! » (source : www.hiss.net).

30  La Pegnitz est un cours d’eau à la frontière de la Franconie allemande et de la Suisse.

31  Ce titre fait référence à l’un des groupes candidats en Rhéhanie-Westphalie, les Einstürzende Heuschober (mot à mot : les meules de foin qui s’effondrent), dont le nom fait allusion à celui des célèbres Einstürzende Neubauten, groupe de musique expérimentale bruitiste originaire de Berlin.

32  Une vidéo est disponible sur le site <www.borderlandmusic.de>.

33  Ce que Richard Schechner appelle les « émotions-cibles », et qui touchent selon lui à l’aspect universel de la performance : « the universal target emotions » (Schechner 2007).

34  À titre d’exemple, le numéro de juin 2006 de la revue Ethnographie était consacré à la question « Rite, théâtre, performance ».

35  Dans l’article introduisant au recueil d’articles By Means of Performance(Schechner 1997 [1990]), Richard Schechner signale d’ailleurs que l’unité de ce champ de recherche n’est pas à chercher dans les objets décrits (« au niveau de la description, il n’est aucun détail de performance qui se reproduise en tout lieu et en toute circonstance »), et suggère par là qu’elle procède du geste comparatif qui, en rassemblant et confrontant des cas très divers, fait être les performance studies.

36  Je renvoie au dernier numéro des Cahiers d’ethnomusicologie, en particulier à l’article de Jérôme Cler et Bruno Messina, qui questionne les limites de l’usage de la notion d’identité en ethnomusicologie

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 : Le groupe Hiss
Crédits photo de presse
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig.2 : Le groupe Egschiglen en concert
Crédits photo de presse
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig.3 : Ahoar, un des lauréats du prix Creole 2007.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Talia Bachir-Loopuyt, « Le tour du monde en musique », Cahiers d’ethnomusicologie, 21 | 2008, 11-34.

Référence électronique

Talia Bachir-Loopuyt, « Le tour du monde en musique », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1138

Haut de page

Auteur

Talia Bachir-Loopuyt

Talia BACHIR-LOOPUYT, parallèlement à des études à l’Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences humaines de Lyon (agrégation d’allemand en 2004), a suivi les cours de musique orientale de Marc Loopuyt à l’Ecole nationale de musique de Villeurbanne. Elle effectue des séjours d’étude en Turquie, ainsi qu’un premier travail de terrain dans le cadre du master 2 « Musique » à l’EHESS Paris (sur les pratiques de la musique turque à Berlin). Elle travaille actuellement à une thèse sur les musiques du monde en Allemagne, sous la direction de Michael Werner et de Wolfgang Kaschuba. Elle dispense également, en tant que monitrice, des cours en anthropologie de la musique à l’EHESS et l’ENS-LSH.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page