Navigation – Plan du site
CD

Collection universelle de musique populaire/The World Collection of Folk Music. Archives Constantin Brăiloiu (1913-1953)

Seconde réédition augmentée, dirigée par Laurent Aubert. Archives internationales de musique populaire, Musée d’ethnographie, Genève/Disques VDE-GALLO, Lausanne, 2009
Madeleine Leclair
p. 313-316
Référence(s) :

Collection universelle de musique populaire/The World Collection of Folk Music. Archives Constantin Brăiloiu (1913-1953). Seconde réédition augmentée, dirigée par Laurent Aubert. 4 CD audio. Archives internationales de musique populaire, Musée d’ethnographie, Genève, AIMP LXXXV-LXXXVIII / Disques VDE-GALLO, Lausanne, VDE CD-1261-1264, 2009

Texte intégral

1La seconde réédition de la Collection universelle de musique populaire représente, aux côtés de l’exposition sonore L’air du temps et de la publication de l’ouvrage collectif Mémoire vive (voir pp. 277-281), l’un des événements marquants lancés par Laurent Aubert pour faire de 2009 une année célébrant la mémoire de l’ethnomusicologue roumain Constantin Brăiloiu.

2Cette publication se présente sous la forme d’un livre multimédia contenant 4 CD reproduisant les cent soixante-neuf pièces musicales sélectionnées par C. Brăiloiu pour l’édition originale, augmentées de cinq morceaux enregistrés en 1952 dans les Asturies (nord de l’Espagne) et restés inédits jusqu’ici. La partie texte comprend la préface à l’édition originale par Ernest Ansermet, une introduction de Laurent Aubert, l’ensemble des notices rédigées par Brăiloiu et la reproduction de vingt-et-une photographies noir et blanc. Quant à l’essai de Jean-Jacques Nattiez : « Brăiloiu, collecteur, comparatiste et structuraliste », il est intégré au CD 1 (document de 18 pages en format .pdf). Tous les textes sont traduits en anglais.

3L’édition originale de la Collection comportait quarante disques 78 tours 25 cm accompagnés de leurs commentaires. Elle fut publiée entre 1951 et 1958, sous les auspices du Conseil International de la Musique et des Archives internationales de musique populaire (AIMP), avec le concours de l’UNESCO. À l’initiative de Jean-Jacques Nattiez et de Laurent Aubert, la Collection fut republiée en 1984 sous la forme de 6 microsillons 33 tours, avec une importante contribution de Nattiez.

4Cette seconde réédition met donc à nouveau en circulation ce qui est à la fois l’une des réalisations majeures de Brăiloiu et l’une des premières publications discographiques d’envergure consacrées aux musiques du monde. Cette Collection est du plus haut intérêt scientifique, et ce à plusieurs titres.

5Tout d’abord, elle permet de redécouvrir de nombreux documents sonores anciens et rares, dont la plupart sont d’excellente qualité. L’enregistrement le plus ancien date de 1913. C’est la briolée aux boeufs (CD 3 : 1), un chant de labour capté par Ferdinand Brunot dans le Berry français. Particulièrement émouvant, l’enregistrement révèle une voix au timbre riche, déroulant une suite de phrases mélodiques qui explore un large ambitus, alternant avec quelques passages faisant entendre la répétition d’un mot crié-chanté. Toutes les autres pièces ont été enregistrées entre 1930 et 1953 : on peut estimer qu’un nombre significatif d’entre elles sont représentatives de répertoires qui ont disparu ou qui ont subi de profondes transformations depuis l’époque où elles ont été recueillies.

6Les critères de sélection et de regroupement des cent soixante-quatorze pièces musicales de cette Collection sont tout à fait significatifs des motivations qui animaient l’activité de recherche et de réflexion entreprise par Brăiloiu.

7Les musiques sont regroupées en quarante et un petits corpus distincts, correspondant aux quarante disques 78 tours de l’édition originale, plus l’ensemble de pièces des Asturies. Chaque corpus est associé à une notice.

8Six corpus concernent des musiques provenant d’Afrique (Niger, Algérie, Ethiopie, République du Congo, Côte d’Ivoire) et cinq d’Asie (populations turcophones d’Anatolie, Inde du Nord, Japon, Chine, populations aborigènes de Taïwan). Toutes les autres pièces proviennent de diverses régions de l’Europe : Caucase (Géorgie occidentale, Russie), Balkans (populations roumanophones d’Ukraine ; Roumanie, Bulgarie, Serbie, Grèce, musique judéo-espagnole de Thessalonique), Europe de l’Ouest (Italie, France, Portugal et Espagne) et Europe du Nord (Irlande, Ecosse, Angleterre, Belgique, Suisse, Allemagne, Autriche, Norvège et Estonie). L’anthologie est complétée par deux enregistrements réalisés chez les Inuit de l’ouest de la Baie d’Hudson (Canada, province du Nunavut).

9Vingt-six disques de l’édition originale ont servi de base à la réalisation d’une série de conférences que Brăiloiu donna à la Radio Suisse romande entre 1951 et 1954. Dans son essai, Nattiez analyse le choix extrêmement sélectif des pièces musicales présentées dans la Collection, les contenus des vingt-et-une conférences qui ont été conservées en archive et les textes des notices associés à chaque corpus afin de reconstituer l’approche théorique et méthodologique des investigations comparatistes de Brăiloiu, que lui-même n’a jamais exposée de manière complète et systématique. Ainsi, les critères qui semblent avoir motivé le choix des musiques reflètent certains des principaux axes de réflexion suivis par Brăiloiu : relevé des différents modes d’expression d’un même genre musical (chants de travail, « chant long », musique polyphonique, « musique à programme », etc.), confrontation de pièces musicales d’origines diverses faisant entendre l’un des procédés de composition auxquels il a consacré des études systématiques (rythmique enfantine, rythmes aksak, échelles, giusto syllabique), ou encore investigation visant à suivre la diffusion de certaines spécificités stylistiques comme le « chromatisme oriental » ou l’influence de la musique arabe dans une région donnée. Une autre préoccupation qui transparaît dans les commentaires rédigés par Brăiloiu est son questionnement concernant l’ancienneté de certaines pratiques musicales.

10La grande majorité des enregistrements présentés dans la Collection (soit cent trente-six pièces) donnent à entendre des musiques vocales. Certains chants sont parfois accompagnés du jeu d’un ou plusieurs instruments de musique, mais à quelques exceptions près, ils sont relégués au second plan. Cette anthologie n’est donc pas sans rappeler l’orientation du projet de Béla Bartók qui, entre 1906 et la fin de la Première Guerre mondiale, a entrepris de procéder à l’analyse comparative d’un corpus de plus de treize mille chants populaires hongrois, dans le but de rendre compte de l’évolution historique du style des mélodies chantées1.

11Compte tenu de la forte dominante vocale de cette sélection et de la diversité remarquable des expressions et des timbres vocaux, on peut penser que Brăiloiu avait peut-être en vue l’exploration d’un axe de recherche dont le fil conducteur aurait été la description et l’analyse des techniques et modes d’émission vocale.

12Enfin, la multiplicité des sources sollicitées par Brăiloiu pour réunir tous les documents nécessaires à la constitution de sa Collection donnent une idée du rayonnement des réseaux scientifiques auxquels il appartenait. Les cent soixante-quatorze pièces de la Collection ont été enregistrées par plus de trente-cinq personnalités différentes, auxquelles il faut bien sûr ajouter Brăiloiu lui-même. Plus d’une vingtaine d’institutions (centres d’archives, centres et instituts de recherche, conservatoires, universités, sociétés radiophoniques, etc.) réparties dans plusieurs pays d’Europe et d’Asie avaient été mises à contribution.

13L’ensemble des acquisitions d’archives sonores dans lequel Brăiloiu a puisé sa sélection constitue le point de départ des Archives internationales de musique populaire (AIMP), qu’il a fondées au Musée d’ethnographie de Genève en 1944. La publication de la Collection et ses rééditions coïncident avec des moments clés dans l’histoire des AIMP. L’édition originale correspond, on l’a vu, à la fondation des AIMP qui connurent une période particulièrement prospère jusqu’au décès de Brăiloiu survenu en 1958. Après plus de vingt-cinq ans d’abandon, les AIMP connurent une renaissance à partir de 1984, date de l’arrivée de Laurent Aubert au Musée d’ethnographie de Genève et de la première réédition de la Collection, qui fut couronnée en 1986 du Prix du Patrimoine de l’Académie Charles Cros. Quant à la seconde réédition de 2009, à nouveau célébrée par l’Académie Charles Cros qui lui a décerné un « Coup de cœur Musiques du Monde » (6 janvier 2010), elle s’inscrit dans un projet plus vaste conduit par Aubert pour célébrer, en 2009, le cinquantenaire du décès de Brăiloiu ; elle concorde aussi avec deux autres dates anniversaires qu’on peut rappeler : les soixante-cinq ans d’existence des AIMP et le vingt-cinquième anniversaire de la première réédition de la Collection et de la parution de Problems of Ethnomusicology 2qui rassemble, dans une version anglaise, quelques uns des écrits les plus importants du maître roumain.

14Mais la remise en circulation cyclique de cette publication discographique (environ tous les vingt-cinq ans) coïncide aussi avec des moments-clés de l’édition discographique. Jean-Jacques Nattiez nous rappelle qu’en 1973, Gilbert Rouget soulignait le fait que la première édition avait été publiée au moment où le microsillon commençait à détrôner le 78 tours et de ce fait était restée injustement méconnue (Nattiez, p. 3). Et en 1984, la première réédition sur microsillons s’est faite au moment où le CD commençait à supplanter tous les autres supports. Cette dernière réédition en CD n’a été rendue possible que grâce à l’important travail de numérisation réalisé par les AIMP pour sauvegarder les précieux documents sonores qu’elles conservent : la pérennité et la diffusion en sont maintenant assurées par une mise à disposition intégrale des enregistrements de cet important fonds sur le site du musée d’ethnographie de Genève (http://www.ville-ge.ch/​meg/​musinfo_ph.php).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Leclair, « Collection universelle de musique populaire/The World Collection of Folk Music. Archives Constantin Brăiloiu (1913-1953) », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 313-316.

Référence électronique

Madeleine Leclair, « Collection universelle de musique populaire/The World Collection of Folk Music. Archives Constantin Brăiloiu (1913-1953) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1089

Haut de page

Auteur

Madeleine Leclair

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page