Navigation – Plan du site
Livres

Antonello Ricci: I suoni e lo sguardo. Etnografia visiva e musica popolare nell’Italia centrale e meridionale

Milano: Franco Angeli, 2007
Giovanni Giuriati
Traduction de Georges Goormaghtigh
p. 303-306
Référence(s) :

Antonello Ricci: I suoni e lo sguardo. Etnografia visiva e musica popolare nell’Italia centrale e meridionale. Con immagini di Andreas Fridolin Weis Bentzon, Diego Carpitella, Ando Gilardi, Franco Pinna, Imagines, Milano: Franco Angeli, 2007. 207 p., photographies n.b.

Texte intégral

1Au cours des années cinquante et soixante du siècle dernier, la recherche ethnomusicologique italienne a connu un développement très considérable. C’est à cette époque que commencèrent les grandes campagnes d’enregistrement de musiques paysannes et pastorales surtout au sud de l’Italie, musiques alors pratiquement inconnues. Le Centro Nazionale di Studi di Musica Popolare (CNSMP), rattaché à l’Académie nationale de S. Cecilia à Rome et fondé en 1948 par Giorgio Nataletti, joua à cette époque un rôle de pionnier et devint la référence pour certaines des plus importantes enquêtes de terrain dans le domaine du folklore musical italien. Le CNSMP, rebaptisé Archivi di etnomusicologia, conserve donc les documents sonores recueillis par Nataletti lui-même, ainsi que par Diego Carpitella, Ernesto De Martino et Alan Lomax, qui ont fait l’histoire de l’ethnomusicologie italienne. Bon nombre des documents sonores issus de ces collectes sont désormais connus ; certains d’entre eux ont même été l’objet de plusieurs rééditions. On ne peut pas en dire autant des photographies prises dans le cadre de ces recherches, et dont le rapport avec les documents sonores est souvent plus implicite qu’explicite. Vues à distance d’à peu près un demi-siècle, ces photos permettent de reconstituer le contexte de ces recherches, au cours desquelles aspects sonores et visuels étaient envisagés conjointement. Plus généralement, elles mettent en lumière tout un milieu culturel.

2C’est justement aux photographies conservées dans les Archivi di etnomusicologia qu’est consacré ce beau volume édité par Antonello Ricci. Ce livre est l’aboutissement d’un travail de catalogage et de systématisation critique effectué par Ricci sur ces matériaux photographiques depuis plus de dix ans. Il s’agit d’un ensemble d’environ trois mille cinq cent photos et de plus de mille trois cent négatifs, diapositives couleur et microfilms.

3Le mérite du travail de Ricci est avant tout d’ordonner et de faire connaître les documents conservés dans les Archives. Certaines photos ont déjà été publiées par le passé, d’autres sont inédites ; mais chaque image reproduite dans ce volume est assortie d’un appareil critique fournissant des précisions sur son rapport avec la recherche et l’enregistrement musical qu’elle illustre. Ricci écrit à propos de son travail : « J’ai recherché les liens rattachant les matériaux visuels aux documents sonores (sujets reproduits sur les photographies, notes de terrain, commentaires enregistrés sur bandes, etc.) ; j’ai aussi tenu compte des pistes que constituent les indications méthodologiques écrites, à titres divers et de façon plus ou moins fouillée, surtout par Diego Carpitella et Giorgio Nataletti, à propos de l’utilité d’une « documentation simultanée » (p. 8). En effet, Ricci nous rappelle que la photographie, dans ce contexte, était perçue plus comme un complément aux enregistrements sonores que comme instrument de recherche à part entière. « … on pourrait dire que la documentation sonore était le but principal et le foyer de l’attention scientifique dans le système de collecte et de documentation du CNSMP, alors que la photographie restait en arrière plan, comme support documentaire » (p. 15). Ricci soutient cependant que ces images, lorsqu’on les revoit avec nos yeux d’aujourd’hui, permettent de repérer les motivations et les points de vue selon lesquels on choisissait de photographier certains sujets plutôt que d’autres. Ralliement politique au monde humble et exploité des paysans du Sud, découverte de modes de vie et de rituels jusqu’alors inconnus, ainsi qu’une adhésion émotionnelle aux contextes culturels et sociaux observés au cours de la recherche, qui ressort avec plus de force en images que dans les sons enregistrés.

4On peut diviser le livre en deux parties. Dans la première, vaste essai méthodologique et de mise en contexte critique, Ricci introduit la question des relations entre images et sons dans la recherche ethnomusicologique tout en fournissant une contribution à la reconstruction d’un climat culturel permettant de mieux comprendre les raisons et les méthodes de la recherche ethnomusicologique dans l’Italie d’après-guerre, en donnant un aperçu de l’activité qui se développe à l’époque autour du CNSMP. Cette étude aborde ensuite les questions méthodologiques relatives à l’enquête et la documentation avec images photographiques en ethnomusicologie.

5Ricci organise ensuite sa présentation en cinq chapitres correspondant à autant de case studies, chacune emblématique d’une attitude à l’égard de l’utilisation de l’appareil photographique « sur le terrain ». Les titres des chapitres fournissent une idée synthétique du rôle et des positions méthodologiques des auteurs des images analysées : « Franco Pinna : un regard sur les sons ; Andreas Fridolin Weis Bentzon : une photographie ‹ aventureuse › ; Diego Carpitella : une photographie ‹ inconsciente › ; Alan Lomax : à la chasse des chants populaires ». Nous avons affaire à deux photographes professionnels confirmés (Pinna et Gilardi) et à trois chercheurs ethnomusicologues qui se sont essayés à la photographie. La collaboration et le travail en équipe sont caractéristiques de la recherche ethnomusicologique italienne dans les années cinquante et soixante ; il est donc naturel que la collaboration avec un photographe ait été envisagée (on évoquera à ce propos la collaboration fructueuse qui s’instaura pendant un certain temps entre Roberto Leydi et Ferdinando Scianna). Tout en participant émotionnellement, Pinna et Gilardi fournirent, chacun à sa manière, un point de vue professionnel scientifiquement fondé en collaborant avec des anthropologues et des ethnomusicologues. Franco Pinna collabora en particulier à plusieurs reprises avec le CNSMP de 1952 à 1968 et, les Archivi di etnomusicologia conservent plus de cinq cents de ses photographies.

6Dans les trois exemples qui suivent, ce sont les chercheurs eux-mêmes qui prennent les photos illustrant leurs enquêtes sonores. À l’origine simples « notes visuelles » d’une recherche, ces photos en disent long, comme le remarque justement Antonello Ricci, sur l’attitude de recherche et la position culturelle de celui qui les a prises. On se rend compte, en observant ces photos, combien les sons et la musique sont intimement liés à l’engagement social et au regard sympathique et solidaire sur le monde paysan que l’on découvrait alors à travers ces recherches pionnières dans un milieu culturel politiquement engagé.

7Le texte se conclut sur une importante bibliographie et un index des noms et des lieux.

8La seconde partie du livre propose une série de soixante-seize images en pleine page, captivantes et du plus haut intérêt, reproduites avec une qualité graphique qui permet d’en apprécier pleinement la valeur. Il s’agit essentiellement de photographies se référant aux recherches menées par Carpitella dans différentes régions d’Italie, parfois en compagnie d’autres collègues (Nataletti, De Martino, Seppilli). Bon nombre de ces photos ont été prises par Carpitella lui-même. On trouve également de nombreuses photos de Franco Pinna en rapport avec des recherches en Lucanie et dans le Sud de l’Italie au cours des années cinquante ainsi que celles d’Ando Gilardi pour ce qui est des enregistrements en Ombrie. Une autre partie importante des photos concerne la Sardaigne. Prises dans les années soixante par Andreas Fridolin Weis Bentzon, un chercheur danois prématurément disparu, dont la recherche sur les launeddas sardes a été d’une importance capitale. Ces photos témoignent, entre autres visuellement, de toute l’attention et de la participation de leur auteur à un monde musical et à un style de vie liés à des sons ayant disparu depuis longtemps. Plus généralement, on constatera que I suoni e lo sguardo s’inscrit dans la tendance actuelle consistant à réfléchir sur le parcours effectué. Un regard vers le passé, nourri peut-être d’une certaine nostalgie d’un monde et d’un type d’enquête qui n’existent plus, tendant à historiciser la recherche ethnomusicologique. Le livre édité par Ricci a le mérite de systématiser, d’ordonner, de cerner méthodologiquement une question – l’ethnographie visuelle et son rapport à la musique populaire –, un domaine qui avait jusqu’alors été perçu essentiellement comme « complément » à la recherche sonore, alors que, pour les chercheurs qui la conduisaient, elle pouvait et devait assumer ses valeurs heuristiques propres. Le livre restitue donc un aspect significatif des développements de la recherche sur le folklore musical italien, apportant un nouveau et important élément pour la reconstitution d’une période féconde et à un débat particulièrement fructueux pour la recherche ethnomusicologique en Italie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Giuriati, « Antonello Ricci: I suoni e lo sguardo. Etnografia visiva e musica popolare nell’Italia centrale e meridionale », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 303-306.

Référence électronique

Giovanni Giuriati, « Antonello Ricci: I suoni e lo sguardo. Etnografia visiva e musica popolare nell’Italia centrale e meridionale », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1079

Haut de page

Auteur

Giovanni Giuriati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page