Navigation – Plan du site
Livres

Corinne Frayssinet-Savy: Israel Galván: danser le silence

Arles: Actes Sud, 2009
Agnès Aubert
p. 301-303
Référence(s) :

Corinne Frayssinet-Savy: Israel Galván: danser le silence. Arles: Actes Sud, 2009. 96 p., ill. coul.

Texte intégral

1Professeur d’éducation musicale et de chant choral, Corinne Frayssinet-Savy est également chargée de cours aux universités de Toulouse-Le Mirail et de Nice Sophia Antipolis. Elle est notamment l’auteur de plusieurs publications pour la Cité de la musique de Paris : Décliner le flamenco (1995), L’Andalousie : musiques traditionnelles, musiques, gitanes (1996) et Flamenco : créativité ou innovation (2002). Cette passionnée ne limite cependant pas son travail à l’écriture, puisqu’elle est aussi la réalisatrice du film Carte flamenca : la danse (1994).

2Quant à Israel Galván de los Reyes, né à Séville en 1973, il apprend la danse avec son père, le danseur José Galván, et sa mère, la danseuse Eugenia de los Reyes. En 1994, il entre dans La Companía Andaluza de Danza dirigée par Mario Maya, avant de développer une brillante carrière de soliste.

3Dans Israel Galván : Danser le silence, l’auteur expose notamment l’idée du silence comme une proposition de substitut à toute forme de chant ou de musique instrumentale (guitare, cajón, palmas). L’ouvrage est divisé en quatre parties : « La danse, une proposition » (pp. 7-13), « Danse soliste et danse en solo » (pp. 15-38), « Corps sonore et plastique rythmiques » (pp. 41-62) et « Musicien-danseur » (p. 65-83). Corinne Frayssinet-Savy y expose avec brio son interprétation de la danse d’Israel Galván en tant que processus expérimental, ainsi que sa vision du monde du flamenco en tant que tradition faite d’une succession de ruptures et de renouvellements.

4Bien documenté et très riche en descriptions sur presque toutes les facettes du flamenco, cet ouvrage va au-delà du simple portrait, même s’il pourra paraître un peu ardu au simple amateur de cet art, notamment dans le chapitre « Danse et Flamenco familial » (pp. 17-22) ou encore « La danse au temps des cafés cantantes » (pp. 22-27). En revanche, pour un novice, les différents aspects de l’arte flamenco sont très bien exposées, par exemple dans le chapitre « Corps immobile », dans lequel l’auteur évoque ce jour où, « dans les arènes de Séville, on l’embauche et le déguise en danseur flamenco. Ils sont plusieurs à devoir danser une sévillane, mais, à un moment, il ne peut plus. Il s’arrête seul dans l’arène à rester immobile. On lui dit que l’on n’a jamais rien vu de plus provoquant » (p. 43).

5En effet la danse d’Israel apparaît ici comme une danse de l’« intériorité » et de l’individualité ; à cet égard, elle rompt le lien entre le danseur, la musique et le public, trois éléments indissociables qui forment, à mon sens, toute la magie et l’émotion du flamenco en tant qu’art généreux et, justement, non individualiste. Le danseur se met ainsi en évidence et apparaît alors comme un intrus visuel, plus que comme une présence sensuelle.

6C’est très justement que, dans le chapitre suivant, Corinne Frayssinet-Savy revient sur l’idée que « le flamenco fait du corps un objet musical, un instrument… » (p. 44). Il n’est plus ici question de danse, et le titre du livre aurait pu être : Israel Galván : Jouer le silence. L’auteur associe à plusieurs reprises lsrael à une « figure rythmique ». En général, « la musique sert la danse », mais ici l’auteur évoque l’idée qu’Israel Galván rompt ce rapport « en restaurant un dialogue entre danse et musique » (pp. 35-37). On imagine alors que musique et danse forment un seul et unique élément musical. Mais au chapitre suivant, elle nous rappelle que « danser seul consiste à établir un véritable duo » (p. 37). Qu’en est-il alors quand il danse en silence ? Avec qui ou quoi est-il alors en dualité ?

7Ses explications sur le flamenco, bien que très détaillées, nous font parfois oublier que l’ouvrage est dédié à Israel Galván et à sa danse. Toutefois la dernière partie du livre, « Musicien-danseur », qui lui est entièrement consacrée, met très bien en relief sa singularité, y compris ses contradictions propres, en tant que danseur de flamenco. Galván se revendique « novateur » et en même temps parle de son « lien avec la tradition » (p. 80), une contradiction apparaît ainsi dans son concept d’innovation. Il dit puiser son inspiration aux sources et explique qu’il « ramène la danse à son essence » plutôt qu’au « joli ». En effet, l’immobilité recherchée par Israel, qu’il n’oppose pas au mouvement, est une idée surprenante qui ouvre des possibilités inédites dans la manière de concevoir le flamenco (p. 37). Mais on est alors tenté de se demander pourquoi il ne crée pas une nouvelle danse qui lui serait propre, plutôt que de se reposer sur un art déjà établi et qu’il utilise pour s’exprimer.

8Quoi qu’il en soit, ce petit livre brillamment écrit et très bien illustré nous plonge dans un univers musical et dansé très en adéquation avec les tendances de notre époque, où l’individualisme de la création prime sur l’expression collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Aubert, « Corinne Frayssinet-Savy: Israel Galván: danser le silence », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 301-303.

Référence électronique

Agnès Aubert, « Corinne Frayssinet-Savy: Israel Galván: danser le silence », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1076

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page