Navigation – Plan du site
Livres

Frank Tenaille: Musiques et chants en Occitanie. Création et tradition en Pays d’Oc

Correns / Paris: Le Chantier, éditions du Layeur, 2008
Luc Charles-Dominique
p. 296-298
Référence(s) :

Frank Tenaille: Musiques et chants en Occitanie. Création et tradition en Pays d’Oc. Correns / Paris: Le Chantier, éditions du Layeur, 2008. 296 pages

Texte intégral

1Bien que n’étant pas ethnomusicologue, Frank Tenaille n’est cependant pas totalement inconnu dans le microcosme. Il a en effet publié Corse, polyphonies et chants (éd. du Layeur, 2000) et surtout Le raï, de la bâtardise à la reconnaissance internationale (2002) dans la fameuse (et regrettée) collection Actes Sud-Cité de la Musique. Mais ces deux livres viennent s’insérer dans une longue liste de vingt ouvrages et cinq films aux thèmes très divers, tournant cependant tous autour des « musiques du monde ». Car Frank Tenaille, qui a collaboré à de nombreuses revues et émissions radiophoniques, qui est fondateur du réseau Zone Franche (réseau des musiques du monde), directeur artistique de nombreux festivals et membre de l’Académie Charles Cros, est parfaitement à son aise dès lors qu’il s’agit de rendre compte de la création artistique dans le domaine des musiques du monde. Sa culture sans limites, son érudition confondante, son étroite proximité avec le monde de la scène et de la musique vivante, rajoutées à un sens aigu de l’observation, font de lui un chroniqueur sans pareil, un témoin important et avisé. C’est ainsi qu’il faut percevoir son dernier ouvrage : Musiques et chants en Occitanie. Création et tradition en Pays d’Oc.

2Une importante introduction tente non seulement de contextualiser les circonstances de l’apparition, de la formalisation et de la revendication de cette occitanité musicale, mais aussi de présenter la spécificité culturelle et linguistique occitane, sa diversité, la multiplicité des courants historiques et actuels se réclamant de sa défense et de sa pérennisation. Frank Tenaille brosse ensuite une longue série de portraits de tous ceux qui, du début de ce mouvement musical, culturel et politique – vers la fin des années 1960 et le début des années 1970 – jusqu’à aujourd’hui, ont contribué à marquer de leur empreinte cette histoire particulièrement intéressante et féconde. Ces notices biographiques, souvent en forme d’entretiens, sont réparties en dix chapitres : « Mythologies » – les fondateurs comme Claude Marti, Jan dau Melhau, André Ricros ; « Troubadours » – Jan-Maria Carlotti, Rosina de Peira, Gérard Zuchetto, qui alimentèrent leur création musicale à la source de la poésie et du chant troubadouresques ; « Folks d’Oc » – Daniel Loddo, Michel Maffrand, Joan-Pau Verdier, trois personnages aux démarches très différentes dont le regroupement ici surprend, tout autant que la catégorie censée les réunir ; « Voix des champs et des villes » – Renat Sette, Marilis Orionaa, Manu Théron ; « Tchatche citoyenne » – Bernard Lubat, Claude Sicre, Massilia Sound System ; « Souffles inspirés » – Christian Vieussens, Éric Montbel, Michel Bianco ; « Mare Nostrum » – Miqueu Montanaro, Laurent Audemard, Sergio Berardo et Lou Dalfin ; « Mezcladissa » (sic) – Michel Marre, Joan-Francés Tisnèr, André Minvielle ; « Instruments en folie » – Patrick Vaillant, Valentin Clastrier, Alain Cadeillan ; « Cousins » – Pascal Comelade, Beñat Achiary, Jean-Claude Acquaviva et A. Filetta. Chaque présentation est soignée : la notice biographique est très complète et toujours bien renseignée par des notes nombreuses et fort copieuses qui montrent le sérieux de Frank Tenaille dans cette entreprise. On y découvrira également toute la complexité de ces parcours croisés, toutes les influences culturelles, musicales, intellectuelles et politiques qui en furent à l’origine et qui font de cette histoire un phénomène d’une extraordinaire complexité.

3Pour autant, si la liste des personnalités de ce grand mouvement musical est d’une part bien fournie, d’autre part tout à fait représentative, rien n’est dit dans ce livre des choix qui ont présidé à son établissement, ni des cohortes de musiciens, chanteurs très talentueux qui ont marqué cette histoire tout autant que ceux qui sont ici présentés, et sur lesquels le présent ouvrage est muet. Sélectionner n’est pas condamnable mais il faut pouvoir assumer le choix et le justifier. D’autre part, au-delà de ces présentations individuelles, le lecteur ne trouvera ici aucun contenu théorique analytique concernant les rapports souvent tendus qu’entretinrent les tenants de la Nova cançon occitana (la Nouvelle chanson occitane, engagée, militante, à texte) et les acteurs du revivalisme occitan des musiques et danses « traditionnelles », ou encore les mécanismes de cette patrimonialisation musicale chez les revivalistes. Les notions de mémoire, de « tradition », d’identité, de singularisation/différenciation, de territorialisation, d’inscription dans des aires culturelles transfrontalières plus larges, d’emblématisation musicale, politique, culturelle, d’analyse historique, etc., sont globalement absentes de ce qui demeure essentiellement descriptif et cumulatif : un état passé et présent. Cette absence de posture scientifique se lit aussi dans les choix non maîtrisés de graphies du vocabulaire occitan : les écritures « mistraliennes », « occitanes » ou la francisation des termes occitans (par exemple « chabrette » pour « chabreta ») cohabitent de façon assez désordonnée, parfois avec des fautes, de surcroît. De même, le glossaire présenté en fin d’ouvrage – utile et nécessaire – aurait souvent mérité des développements un peu plus conséquents, plus précis et aussi plus nuancés.

4Mais l’ambition de Frank Tenaille n’est pas scientifique ni vraiment analytique. Il cherche simplement à nous transmettre, par le biais d’une subjectivité clairement assumée, la perception qu’il a de ce courant musical, en forme de « récit de voyage » ou de « carnet d’enquête », un peu à la manière d’un bon ethnographe qui nous laisserait le fruit de ses observations, fines et justes en l’occurrence. Démarche sensible, intuitive, entreprise quasi phénoménologique… L’ethnologue, l’ethnomusicologue, l’anthropologue, l’historien, le sociologue même, resteront certes un peu sur leur faim. Mais ce que l’on découvre dans cet ouvrage très bien conduit, très bien renseigné, très honnête, plein de verve, c’est une matière riche et abondante, une source du plus grand intérêt pour la grande étude diachronique et synchronique en anthropologie politique et culturelle que j’appelle de tous mes vœux : celle, collective, pluridisiciplinaire, du revival des musiques et danses « traditionnelles » en Pays d’Oc et, plus largement, en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Charles-Dominique, « Frank Tenaille: Musiques et chants en Occitanie. Création et tradition en Pays d’Oc », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 296-298.

Référence électronique

Luc Charles-Dominique, « Frank Tenaille: Musiques et chants en Occitanie. Création et tradition en Pays d’Oc », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1073

Haut de page

Auteur

Luc Charles-Dominique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page