Navigation – Plan du site
Livres

Jean-Michel Guilcher: Danse traditionnelle et anciens milieux ruraux français. Tradition, Histoire, Société

Paris: L’Harmattan, 2009
Marlène Belly
p. 292-296
Référence(s) :

Jean-Michel Guilcher: Danse traditionnelle et anciens milieux ruraux français. Tradition, Histoire, Société. Paris: L’Harmattan, 2009. 318 p

Texte intégral

1Dans cette publication, Jean-Michel Guilcher offre une synthèse de plus d’un demi-siècle de travaux centrés sur les danses traditionnelles de multiples aires culturelles du domaine français. En ce sens, sa réflexion se situe dans le prolongement logique de ses nombreux ouvrages et monographies qui font référence. Spécialiste incontournable de ce champ de recherche, il propose une étude, une fois de plus, conduite selon une méthodologie susceptible de servir d’exemple à de nombreux chercheurs. Dans la droite lignée de l’œuvre de Patrice Coirault (1953-1963) sur la chanson, il se refuse aux hypothèses qui se font passer pour des thèses sans n’avoir jamais été établies ou aux approches – danses des jours de fêtes, par exemple – ne donnant à voir que la partie visible d’un iceberg bien plus complexe dans ses réalités profondes. Entièrement fondée sur l’observation, l’analyse, la vérification et la démonstration, la démarche est d’une rigueur édifiante. Des insatiables prospections de terrain aux dépouillements systématiques des sources documentaires touchant, de près ou de loin, son domaine de recherche, il élabore, avec une minutie, une prudence, une patience et un acharnement sans faille, la réflexion que couronne cet ouvrage. Si l’on ne prenait garde à la « leçon de morale scientifique » (Lévi-Strauss 1990) qu’elle induit, l’expression toucherait presqu’à l’obsédante restriction, tant elle est fournie en formulations de type « confessons notre ignorance », « attention, pas de généralisation », « on ne saurait en conclure que »… : une façon de procéder qui ne peut qu’inspirer le plus grand des respects ! C’est alors un seul « Bilan provisoire » que prétend proposer ce maître de recherches du CNRS qui, comble de modestie, ne se permet aucune conclusion mais, sous l’intitulé « variation et tendance », conclut son propos par « quelques réflexions d’ordre général ». Au-delà d’un raisonnement linéaire, élaboré selon le principe de la démonstration, l’ouvrage renvoie également à de multiples autres matériaux ; les annexes renforcent la réflexion et proposent des approfondissements ; l’appareil critique, d’une profusion et d’une densité extraordinaires, propose d’irremplaçables enrichissements ; la rigueur des index et l’impressionnante bibliographie font de ce travail une nouvelle œuvre maîtresse pour le domaine de la danse.

2L’intention de l’auteur est ici la mise en ordre « selon une perspective générale unifiée » de ses recherches quant à la transmission au fil des générations et à ses incidences sur l’objet transmis. Sa réflexion se démarque en bien des points des écrits de ses prédécesseurs et contemporains. Là où, dans la stricte lignée des idées romantiques, quantité de travaux posent les faits observés en témoignages de temps immémoriaux, Guilcher, sans hésiter à désavouer ses propres théories de jeunesse, dépasse la quête des origines pour se pencher sur celle des lignages. Sa rigueur lui permet également de porter un regard critique sur les textes décrivant le monde rural dans un fonctionnement en univers étanches : le milieu se serait appliqué à strictement reproduire et aurait disposé de mécanismes assurant une transmission fidèle ; l’aptitude à la conservation serait à mettre en corrélation avec une incapacité au renouvellement ou à la création. Ces conceptions, à envisager dans l’héritage herderien du Volksgeist, ont largement été relayées par le courant de pensée de l’anthropologie culturelle américaine fondée par Boas et popularisée par ses disciples (voir Amselle 2001). En diamétrale opposition à ce courant, les écrits revivalistes ont colporté, sans guère plus de fondements, l’image d’une tradition qui n’a eu de cesse que de transformer. Bien loin de l’esprit trop systématique ou « simpliste » de ces tendances, Guilcher rejoint Mendras (1967) dans sa présentation du concept de collectivité locale et les théories de Saussure (1962) quant à la propagation des faits de langue. Son approche de la dynamique des interférences lui permet de montrer qu’à côté d’une capacité, certes, à conserver, la tradition paysanne a une aptitude tout aussi remarquable à donner forme à des états nouveaux ; de la même manière que les processus en œuvre peuvent anéantir ici, ils sont à même d’élaborer ailleurs. Les renouvellements opérés sont alors précisés autant dans l’ampleur de leur diversité que dans la multitude des formes qu’ils peuvent prendre. Ils sont également appréhendés quant à leurs conséquences et nuancés selon les pays, les époques, les danses, les milieux, les circonstances d’exécution, le sexe, l’âge des exécutants…

3Pour chaque type de danse étudié, Guilcher retrace, aussi précisément que possible, les étapes de transformations essentiellement échelonnées des dernières décennies du XVIIIe siècle aux premières années du XXe siècle. Il précise les spécificités de chaque danse aussi bien dans leurs formes que dans leurs schèmes moteurs ; il montre en quoi la contredanse se pose en rupture avec l’esprit du branle et comment, au milieu du XIXe siècle, l’élan pour les danses en couple fermé oriente définitivement le répertoire. Mais, bien au-delà de ces seuls apports à la discipline, Guilcher situe les danses dans le milieu où elles prennent place. « On ne saurait comprendre la transformation de la danse sans la mettre en relation avec celle du milieu humain dont elle n’a pas cessé d’être un moyen d’expression privilégié », écrit-il (p. 31). On retrouve, dans cette approche, le point de vue émique de l’école anthropologique anglo-américaine qui, avec Hood, Merriam ou Blacking, ne dissocie pas musique et culture. Guilcher n’a alors de cesse que de situer l’Homme qui danse dans le contexte social, les époques et les schémas de pensée qui lui sont propres. Sa présentation de la transformation sans précédent qui agite le paysan au fur et à mesure qu’il disparaît devant le cultivateur de l’ère industrielle complète les travaux des historiens du monde rural. Mais surtout, il s’attache à établir, selon les époques et les lieux, le lien entre l’évolution de cette civilisation et celle de ses expressions dansées. Miroir du groupe, espace privilégié où l’homme transfère sa propre image, les prestations sont présentées comme une sorte de microcosme, au sens littéral et étymologique du terme, de la société dans laquelle elles prennent corps. À ce titre, Guilcher ouvre la voie à l’étude de la danse dans sa dimension anthropologique.

4Analyser le principe de transmission dans les sociétés traditionnelles, c’est inévitablement se centrer sur les processus de variation qui y opèrent : « Ce sera même un objectif majeur du présent ouvrage d’examiner les changements de toutes natures qui ont pu […] affecter [les danses paysannes] » (p. 34). Là encore, le chercheur se dégage des théories de bon nombre d’auteurs. Beaucoup ont vu dans l’acte de transmission une inexorable dégradation de l’objet transmis due au fonctionnement imparfait de la mémoire. Les défenseurs de cette thèse se sont alors bien souvent lancés dans des essais de reconstruction de versions « primitives » ou « critiques », en particulier pour le domaine des chansons ou des contes. Guilcher rejoint, quant à lui, l’élan impulsé dans l’entre-deux-guerres par Bartók, Van Gennep, Brăiloiu ou Coirault. Telle une force positive comparable à l’incessant renouvellement d’un organisme vivant, la variation mérite d’être étudiée pour elle-même. Indissociable de l’acte collectif, partie intégrante de l’être dans la mesure où elle se fonde sur des schèmes moteurs, la variation propre à la danse s’envisage, selon Guilcher, quelque peu différemment de celle étudiée dans les faits de langues (Jakobson 1973), les contes (Propp 1970 [1965]), les chansons (Coirault, Brăiloiu) ou les mélodies (Bartók, Brăiloiu). Le propos mériterait probablement des nuances, en particulier pour les chants à mener la danse et, plus généralement, les énoncés collectifs et/ou ceux en lien avec le mouvement. L’analyse montrerait la tendance à l’ancrage autour des schémas narratifs dans le genre complainte, par exemple, qui, pour autant, se charge de créations et d’inventions individuelles là où les chants, supports d’un rythme moteur, se dégagent plus facilement du sens du texte, mais se resserrent autour des appuis ou des formulations inhérentes à la cristallisation qu’exerce la force du groupe.

5Pour autant, tout au long de son ouvrage, Guilcher complète et précise la notion même de variation. Par l’analyse du domaine qui est le sien, il enrichit grandement les connaissances en la matière : il s’applique à dégager les variations dues aux réinterprétations sans réelle volonté de modifier, celles qui correspondent au sens étroit étudié par Brăiloiu. Il les discerne des mouvances – relevant d’actes délibérés, d’emprunts extérieurs, et/ou d’amalgames entre les matériaux à la mode et ceux reçus de la tradition – qui constituent par rajout aux autres, la variation au sens large. L’analyse montre l’étendue et la diversité du « champ de possibles » (de Certeau 1974 : 46) à ce niveau : d’un lent et continu remodelage sans atteinte de la structure fondamentale – reprise de la thèse de Pouillon (1977) – à la remise en question totale d’un modèle qui le conduit à sa ruine et peut en susciter un autre. Sans quitter sa démarche d’ethnochoréologue, Guilcher s’attache à poser l’empreinte des milieux citadins sur les répertoires traditionnels en lien avec le déclin toujours plus marqué de l’expression collective et l’affirmation croissante de l’individu. Il met également en corrélation la reconversion des attitudes mentales impliquées dans la danse et la sortie de tout processus de folklorisation, au sens où l’entend Coirault. « Mécanisme premier » du principe de transmission, la variation est alors assimilable à autant d’évolutions créatrices et indéniablement responsables de la venue jusqu’à des dates avancées de pans entiers des répertoires de tradition orale ; leur réadaptation permanente aux canons du moment les a, aussi longtemps que possible, dégagés d’une position anachronique.

6Tout scientifique qu’il est, cet ouvrage, qui saura prendre le rang qui lui revient, témoigne aussi de la place que Madame Hélène Guilcher a tenue, avec la discrétion que nous lui connaissons, dans les travaux de son mari. C’est sur une pensée particulière aux épouses de ces autres chercheurs à qui l’ethnomusicologie des domaines francophones est largement redevable (Coirault, Laforte, Delarue…), mais également à toutes ces mains de l’ombre qui ont facilité quantité de réflexions, que nous souhaitons refermer la présentation de cet ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLE Jean-Loup 2001 Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures. Paris : Flammarion.

BRĂILOIU Constantin 1973 Problèmes d’ethnomusicologie. Textes réunis et préfacés par Gilbert Rouget. Genève : Minkoff reprint.

CERTEAU Michel de 1974 Le christianisme éclaté. Paris : Seuil.

COIRAULT Patrice 1953-1963 Formation de nos chansons folkloriques. Paris : éd. du Scarabée.

JAKOBSON Roman 1973 Questions de poétique. Paris : Seuil.

LÉVI-STRAUSS Claude 1990 « Message à Jean-Michel Guilcher », in « Tradition et histoire dans la culture populaire. Rencontres autour de l’œuvre de Jean-Michel Guilcher ». Documents d’ethnologie régionale. Centre alpin et rhodanien d’ethnologie 11 : 11.

MENDRAS Henri 1967 La fin des paysans, innovations et changement dans l’agriculture française. Paris : S.E.D.E.I.S.

POUILLON Jean 1977 « Plus c’est la même chose, plus ça change ». Nouvelle revue de psychanalyse 15 : 203-211.

PROPP Vladimir 1970 [1965] Morphologie du conte. Paris : Seuil.

SAUSSURE Ferdinand de 1962 Cours de linguistique générale. Paris : Payot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Belly, « Jean-Michel Guilcher: Danse traditionnelle et anciens milieux ruraux français. Tradition, Histoire, Société  », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 292-296.

Référence électronique

Marlène Belly, « Jean-Michel Guilcher: Danse traditionnelle et anciens milieux ruraux français. Tradition, Histoire, Société  », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1070

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page