Navigation – Plan du site
Livres

Luc Charles-Dominique et Yves Defrance : L’Ethnomusicologie de la France: de l’« ancienne civilisation paysanne» à la globalisation

Paris: L’Harmattan, 2009
Dominique Salini
p. 288-291
Référence(s) :

Luc Charles-Dominique et Yves Defrance : L’Ethnomusicologie de la France: de l’« ancienne civilisation paysanne» à la globalisation. Actes du colloque de Nice-Sophia-Antipolis (15-18 novembre 2006). Paris: L’Harmattan, 2009. 493 pages

Texte intégral

1Le texte introductif de L’Ethnomusicologie de la France est clair : il s’agit d’un manifeste pour réhabiliter, repenser, développer l’ethnomusicologie de la France, tant il est vrai que « l’étude de l’ethnomusicologie de la France, tout comme d’ailleurs celle de l’ethnologie de la France, accuse un retard considérable et est globalement méconnue et déconsidérée » (p. 6). Important ouvrage de 493 pages qui rassemble les contributions de 25 auteurs, ce livre est une somme d’informations, de questionnements, de propositions aussi. Il faut le lire comme un livre-gigogne qui se distribue de manière synchronique et diachronique selon trois axes choisis : « des collectes romantiques au folk-revival : l’héritage » ; « croisement des disciplines et théorisation : épistémologie et méthodologie » ; « évolution des terrains et des problématiques et émergence du multiculturalisme ». Par emboîtement successif, ces thématiques permettent de couvrir les questionnements divers que ce domaine a pu soulever au cours de son élaboration et d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion.

2À la lecture des différents textes, apparaît bien l’ambiguïté historique qui pèse depuis toujours sur les musiques non écrites, en quête d’une identité : lien souvent paradoxal entre la science et le politique, rapport difficile avec l’histoire au point de brouiller l’accès au sens, d’engendrer des erreurs d’appréciation, voire de créer des « fables d’identités », place indécise à l’intérieur même de la science musicale. Aussi était-il nécessaire de tenter de recentrer la problématique, entre rappel historique qui permet de comprendre le présent et prise en compte de nouveaux questionnements et de nouvelles géographies à l’heure de la globalisation. Le sous-titre est d’ailleurs bien explicite : de l’ancienne civilisation paysanne à la globalisation. Nous pourrions bien être, avec « l’urbanisation du monde » les acteurs/spectateurs […] d’une histoire qui « recommence, mais à une autre échelle » (Augé 2009 : 79).

3Les contributions s’inscrivent dans trois grands champs imbriqués : l’heuristique, l’épistémique, le géographique. Il était logique d’ouvrir le débat en rendant un hommage à l’un des « pionniers » de l’ethnomusicologie, Patrice Coirault. Le texte de Belly pointe l’un des traits fondamentaux de cette époque : Coirault est une tête chercheuse et non un ethnomusicologue ; employé au Ministère des travaux publics, il réalise sa passion d’amateur. C’est une manière de rappeler que si, au XVIIIe siècle, la pensée anthropologique naissait de la rencontre du baroudeur des mers – l’explorateur – et du philosophe, le premier s’appropriant l’observation du terrain et le second l’interprétation, il a bien fallu attendre Franz Boas et Bronislaw Malinowski pour faire admettre qu’être ethnologue est un métier qui exige les deux compétences. Bien sûr, à l’époque, la musique traditionnelle appartient au monde rural et la question de la transmission ne se pose pas encore. C’est la raison pour laquelle ce qui intéresse surtout les têtes chercheuses en France, outre l’inventaire systématique, c’est le lien entre le savant et le populaire. L’ethnologie concerne plutôt l’ailleurs et la politique muséale française confirme la séparation entre les arts et traditions populaires et les civilisations lointaines.

4Alors, comment ne pas reposer, avec Maurice Godelier (2007), la question de savoir à quoi sert l’anthropologie ? ou ne pas citer Marshall Sahlins ? « L’anthropologie a quelque chose à apporter à l’histoire. L’inverse va sans dire » … mais il ne s’agit pas seulement d’une collaboration entre disciplines… « le problème est maintenant de faire exploser le concept d’histoire au moyen de l’expérience anthropologique de la culture » (Sahlins 1989 : 17).

5Mais, si la dichotomie entre l’histoire et l’anthropologie est moins d’actualité aujourd’hui, nombre de débats ayant agité l’académie autour de ces questions se sont focalisés sur la science en général. Cet ouvrage a le mérite de poser cette question sous l’angle de la musique, participant de fait à un rattrapage historique, à la réhabilitation de la musique comme grille de lecture politique.

6L’ethnomusicologue est auourd’hui confronté au fait qu’en de nombreuses régions du monde, la musique « traditionnelle », d’essentielle qu’elle était parce que liée à un socle anthropologique fort, devient un loisir. Un loisir qui s’affiche actuel, pleinement ancré dans le contemporain, sans nostalgie d’un passé révolu, décomplexé par rapport aux crispations identitaires des années 1970. Mais c’est là où la transdisciplinarité académique ne suffit pas. Il est désormais impératif de prendre le mot musique dans son sens générique. Comme toujours, pourrait-on ajouter, à côté des musiques traditionnelles « s’ouvre le champ immense des musiques d’aujourd’hui » (Molino). Mais, si nous sommes passés « d’une ancienne civilisation paysanne à un loisir revivaliste », les ouvertures pourraient bien venir plus des acteurs contemporains et de la musique vivante que de l’histoire de l’art.

7Aussi ne peut-on que regretter l’indifférence à l’égard de la musique expérimentale ou pop. Il est fort dommage en effet que ce qui fait la spécificité de la musique traditionnelle, d’ici et d’ailleurs, son mode de transmission dans l’oralité, n’ait pas interpellé davantage sur ces nouvelles formes d’oralité recherchées par les compositeurs. Quarante ans plus tard, les musiques traditionnelles, qui cherchent à sortir du poids de la répétition de ce qui a été appris, font des incursions dans ce qui s’appelait à l’époque « l’expérimental » : instruments électrifiés, traitements divers des sources sonores, postures. Or, tout ceci rappelle bien les « expériences » d’un Mauricio Kagel ou d’un Karlheinz Stockhausen.

  • 1 L’ethnoscénologie est aujourd’hui enseignée notamment à l’université de Paris 8, mais pas à la Sorb (...)

8Alors que les relations entre le savant et le populaire avaient profondément troublé les folkloristes de la Rezeptionstheorie, en particulier, force est de constater que l’« invention » de la « musique traditionnelle » par l’ethnographie musicale du domaine français, de la décennie 1980-1990, par des tris subjectifs dans les pratiques et les répertoires (Mabru), rejoint la fabrique des identités et de l’histoire (Hobsbawm & Ranger 1983). Au moment du revival, le rejet du savant, voire de la froideur universitaire ou encore de la confiscation de la mémoire par « l’institution patentée » (Le Gonidec), se manifeste par l’attraction du passé, les musiques anciennes (Hennion), ou par l’organologie (Maillard, Montbel, Laurence). Et c’est par le biais des études théâtrales – qui débutent à la Sorbonne en 1956 – que naît l’ethnoscénologie (Gauthard) à l’Université 1.

9Mais la création de patrimoines musicaux par des sociétés déculturées, en quête d’une mémoire afin de réactualiser des traditions indépendamment d’une appréciation nostalgique ou passéiste, peut justement constituer une « pratique musicale-point de départ » (Desroches) de nouvelles identités. En réalité, et c’est là la grande leçon conjointe de l’histoire et de l’anthropologie, il n’y a pas de société sans musiques et danses pour célébrer chaque moment du cycle de la vie à la mort, quelles que soient les géographies, et indépendamment de leurs histoires aussi, puisque nombreux sont les exemples qui montrent que la fête permet parfois d’emprunter les histoires des autres.

  • 2 Temps modernes, Minorités nationales de France, no 324-5-6, 1973.

10Le glissement sémantique de populaire, pour les folkloristes, à traditionnel, pour les revivalistes, va de pair avec le processus de décentralisation alors amorcé, à l’instar de la concomitance du régionalisme et du colonialisme relevée par Luc Charles-Dominique (p. 146), rappelant, si besoin était, le lien du culturel au politique (Defrance 1993 : 185). L’absence d’intérêt pour le contexte politique s’expliquait autrefois pour l’ailleurs, la société étudiée étant considérée comme un objet clos, voire sans autre histoire que celle de l’observateur. Or, la situation actuelle de l’ethnomusicologie française – et qui donc implique l’urgence d’une re-fondation – s’explique en grande partie par son histoire coloniale, et son centralisme jacobin. Les politiques de l’État à l’égard du secteur des musiques traditionnelles sont assez éloquentes (De Lannoy). Les « cultures régionales », qui incluent les langues régionales (rappelons la loi Deixone), sont bel et bien des indices de résistance identitaire, la région étant, dans la décennie 1970-80, le foyer des minorités nationales en France (Boursier)2, contestataire vis-à-vis de la nation.

11La question du traditionnel, qu’il soit du terroir ou du territoire élargi, touche encore le problème politique des identités régionales. De la surprise des politiques, dans les années 70, devant l’ampleur de la résistance et de la mobilisation populaires pour défendre le Larzac, qualifié alors de « désert », à l’édification, aujourd’hui, « d’un territoire à partir d’un patrimoine, du culturel, alors qu’auparavant, c’était le territoire qui façonnait le groupe par ses limites » (Boursier : 101) : voilà résumée une grande partie de l’histoire de l’ethnologie en France. En prenant une nouvelle tournure, moins idéologique et plus centrée sur le musical stricto sensu (Casteret, Isnart), la vision du traditionnel aujourd’hui évite les questionnements en vogue dans les années 1980 : existe-t-il une « ethnomusicologie régionale » ou en tout cas de « proximité » ?

12Incluse dans le processus de décentralisation, la « délocalisation » à Marseille du MNATP rebaptisé MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) montre bien que la politique des États s’adapte aux nouvelles donnes géographiques de la globalisation.

13Bien entendu, l’objectif de l’ouvrage va bien au-delà d’un seul bilan rétrospectif de l’ethnomusicologie en France métropolitaine, contrairement à ce que le titre pourrait laisser supposer. De même qu’il s’est agi d’ouvrir l’espace heuristique à des questionnements revisités voire inédits, il s’agit d’élargir également l’espace géographique (l’espace français est-il pertinent ? les questions « nationales » ayant montré leurs limites idéologiques). Retrouver des patrimoines des périphéries (Lemee) mal connus, tus, occultés pour des raisons historiques (Roten), voire minimisés (Roura), comme être attentifs à la création des nouvelles identités (Samson, Khatile) : tout ceci relève bien de l’intention affichée dès le début de l’ouvrage et qui permet des approches plus créatives de la question identitaire (Laborde).

  • 3 Patrimoine culturel immatériel (ndlr).
  • 4 CIRIEF : Centre International de Recherches Interdisciplinaires en Ethnomusicologie de la France, f (...)

14Ce tableau de bord s’achève sur un constat : cette spécificité française de privilégier depuis toujours le « monumental » par rapport à l’« immatériel », préférer l’institution patentée au vécu des associations et des praticiens, est aujourd’hui à bout de souffle. D’ailleurs n’est-il pas significatif que la France n’ait ratifié qu’en 2006 la convention de l’Unesco définissant le PCI  3 ? Il s’agit donc de redéfinir un terrain géographique entre l’ailleurs et l’ici, de recontextualiser des temps, de requestionner les méthodologies jusque-là admises via la transdisciplinarité ; il faudrait sans doute ajouter via la connaissance des autres domaines, en renouant notamment avec l’amateurisme et le bénévolat. L’entreprise est considérable, d’où la démarche – et la création du CIRIEF 4 peut en être la première étape – qui consiste à déconstruire l’ethnomusicologie historique de la France afin de reconstruire une anthropologie du sonore de l’espace francophone multiculturel, ouvert sur de nouveaux champs de recherche et de création.

Haut de page

Bibliographie

ALTHABE Gérard, Daniel FABRE et Gérard LENCLUD 1995 Vers une ethnologie du présent. Collection Ethnologie de la France, cahier 7. Paris : éditions de la Maison des Sciences de l’homme.

AMSELLE Jean-Loup 2008 « Métissage, branchement et patrimoine culturel immatériel », in Michel Guelfucci & Dominique Salini, dir : La polyphonie corse peut-elle disparaître ? Collection Hommes & Territoires. Ajaccio : éditions Dumane : 67-73.

AUGÉ Marc 2009 Pour une anthropologie de la mobilité. Paris : Payot & Rivages.

DEFRANCE Yves 1993 « Musique et couleur politique. Les mouvements folk et écologique en France », in A.Darré, dir. : Musique et politique. L’Aquarium. Rennes : 185-198.

GODELIER Maurice 2007 Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie. Paris : Albin Michel

GRUZINSKI Serge 1999 La pensée métisse. Paris : Fayard.

HOBSBAWM Eric & Terence RANGER 1983 The invention of Tradition. Cambridge: Cambridge University Press.

LÉVI-STRAUSS Claude 1987 [1952] Race et histoire. Paris : Denoël.

SAHLINS Marshall 1989 [1985] Des îles dans l’histoire. Paris : Seuil.

SAHLINS Marshall 2009 [2008] La nature humaine, une illusion occidentale. Paris : éditions de l’éclat

Haut de page

Notes

1 L’ethnoscénologie est aujourd’hui enseignée notamment à l’université de Paris 8, mais pas à la Sorbonne (ndlr).

2 Temps modernes, Minorités nationales de France, no 324-5-6, 1973.

3 Patrimoine culturel immatériel (ndlr).

4 CIRIEF : Centre International de Recherches Interdisciplinaires en Ethnomusicologie de la France, fondé en 2007, sous la présidence de Luc Charles-Dominique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Salini, « Luc Charles-Dominique et Yves Defrance : L’Ethnomusicologie de la France: de l’« ancienne civilisation paysanne» à la globalisation  », Cahiers d’ethnomusicologie, 23 | 2010, 288-291.

Référence électronique

Dominique Salini, « Luc Charles-Dominique et Yves Defrance : L’Ethnomusicologie de la France: de l’« ancienne civilisation paysanne» à la globalisation  », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1068

Haut de page

Auteur

Dominique Salini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page