Navigation – Plan du site
Thèses

Yara EL-GHADBAN : Errance, appartenance, reconnaissance dans la musique savante occidentale

Thèse de doctorat en anthropologie, soutenue le 25 mars 2009 à l’Université de Montréal, Québec, Canada
p. 311-312
Référence(s) :

Yara EL-GHADBAN : Errance, appartenance, reconnaissance dans la musique savante occidentale. Thèse de doctorat en anthropologie, soutenue le 25 mars 2009 à l’Université de Montréal, Québec, Canada. Directeurs de thèse: Bob White et Kevin Tuite. 1 volume (446 pages), 1 CD.

Texte intégral

1Cette thèse se veut une étude anthropologique de la musique savante occidentale des XXe et XXIe siècles (la musique contemporaine). Elle s’appuie sur une enquête ethnographique autour du Forum du NEM (Nouvel Ensemble Moderne), un concours international de composition musicale organisé par le NEM, ensemble montréalais dédié à la musique contemporaine. Le Forum est un processus ritualisé à travers lequel les jeunes compositeurs cherchent à faire la transition de leur statut d’apprentis vers la vie professionnelle.

2J’examine la mesure dans laquelle la quête de reconnaissance et le sentiment d’appartenance qu’éprouvent les jeunes compositeurs envers la musique contemporaine entrent en tension avec les rapports de force postcoloniaux et les ambiguïtés identitaires issus de l’histoire coloniale de la musique occidentale. J’examine également l’impact de la structure ritualisée du Forum du NEM sur la manière dont les différents participants à l’événement affrontent ces enjeux. Le cadre théorique à travers lequel les données ethnographiques ont été interprétées s’inscrit dans trois lignes de réflexion: 1) la critique postcoloniale; 2) les théories sur les rites de passage; et 3) l’analyse de la musique comme inter-texte ou lieu de médiation.

3Je soutiens que le Forum représente un espace où les dynamiques de pouvoir esthétiques et politiques déstabilisent constamment les canons de la musique savante occidentale, incitant, en réaction, ses partisans à investir autant de valeur et d’énergie dans ses rituels. Le désir de reconnaissance et la ritualisation du Forum renforcent les liens entre des individus dotés d’histoires et de biographies différentes, limitant ainsi les répercussions des tensions postcoloniales issues de ce croisement de chemins.

4C’est à travers ce processus ritualisé que les jeunes compositeurs construisent leur identité musicale, expriment leur appartenance à cette tradition et sont reconnus comme citoyens à part entière dans cette communauté musicale. Par conséquent, la critique postcoloniale des jeunes compositeurs ne se manifeste pas ouvertement par le biais de stratégies de revivalisme musical ni de stratégies de créolisation, mais plutôt à travers l’application des idiomes et des normes de la musique savante occidentale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Yara EL-GHADBAN : Errance, appartenance, reconnaissance dans la musique savante occidentale », Cahiers d’ethnomusicologie, 22 | 2009, 311-312.

Référence électronique

« Yara EL-GHADBAN : Errance, appartenance, reconnaissance dans la musique savante occidentale », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1034

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page