Navigation – Plan du site
Thèses

Faiza SEDDIK-ARKAM : La baraka et l’essuf: Paroles et pratiques magico religieuses et thérapeutiques chez les Touaregs et Sahariens de l’Ahaggar (Sahara algérien)

Thèse de doctorat en socio-anthropologie, soutenue le 6 novembre 2008 à l’université de Franche Comté, Besançon
p. 310
Référence(s) :

Faiza SEDDIK-ARKAM : La baraka et l’essuf: Paroles et pratiques magico religieuses et thérapeutiques chez les Touaregs et Sahariens de l’Ahaggar (Sahara algérien). Thèse de doctorat en socio-anthropologie, soutenue le 6 novembre 2008 à l’université de Franche Comté, Besançon. Directeur de thèse: Bertrand Hell. 1 volume, 589 pages recto verso, 19 tableaux et figures, 3 cartes, une centaine de photographies.

Texte intégral

1Cette étude concerne le rapport de l’homme touareg à l’espace invisible l’essuf, qui se déroule dans un contexte de modernité, sur un espace qui est celui de la ville saharienne de Tamanrasset (ville du Hoggar) et sa périphérie, une ville qui conjugue des caractéristiques urbaines et rurales. Les Touaregs de l’Ahaggar, loin de constituer un isolat, ont adopté et intégré d’anciennes croyances dont certaines sont d’origine néolithique comme en témoignent les gravures rupestres. Ils ont subi plusieurs influences en provenance des cultures d’Afrique subsahariennes, des cultures méditerranéennes et de celle du monde musulman arabo-berbère. L’islam mystique a profondément incorporé la culture locale touarègue. Il ne sut pas, ou ne chercha pas à enrayer complètement les usages séculaires, mais chercha à les niveler et parfois à les assimiler et à les incorporer.

2La société nomade touarègue, quant à elle, est en pleine mutation; elle a perdu ses repères spatio-temporels, son rapport à l’espace et à l’univers tout entier se transforme. Les bouleversements vécus par ces nomades ont affecté leur équilibre tant physique que psychologique. Lorsque différents groupes « ethniques», culturels, partagent un territoire commun, ou lorsqu’ils sont installés dans un voisinage proche, les divers recours thérapeutiques qui leur sont propres deviennent avec le temps un patrimoine commun. Ce patrimoine est réinvesti dans de nouvelles pratiques individualisées. Ce travail retrace les récits de vie de certains individus charismatiques qui ont des rôles de médiateurs au sein de la population locale. Ces acteurs de l’invisible sont les intermédiaires incontournables dans les situations les plus difficiles, dont la maladie et toute forme d’affliction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Faiza SEDDIK-ARKAM : La baraka et l’essuf: Paroles et pratiques magico religieuses et thérapeutiques chez les Touaregs et Sahariens de l’Ahaggar (Sahara algérien) », Cahiers d’ethnomusicologie, 22 | 2009, 310.

Référence électronique

« Faiza SEDDIK-ARKAM : La baraka et l’essuf: Paroles et pratiques magico religieuses et thérapeutiques chez les Touaregs et Sahariens de l’Ahaggar (Sahara algérien) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 20 avril 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1026

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page