Navigation – Plan du site
Thèses

Damien VILLELA : Affirmations culturelles dans la musique traditionnelle de Transylvanie (Sud de la Transylvanie, Roumanie)

Thèse de doctorat en musique et musicologie, soutenue le 5 décembre 2008 à l’université Paris-IV Sorbonne
p. 308
Référence(s) :

Damien VILLELA : Affirmations culturelles dans la musique traditionnelle de Transylvanie (Sud de la Transylvanie, Roumanie). Thèse de doctorat en musique et musicologie, soutenue le 5 décembre 2008 à l’université Paris-IV Sorbonne. Directeur de thèse: André-Marie Despringre. 1 volume, 305 pages, 2 CD.

Texte intégral

1En Roumanie, la région de Transylvanie a un intérêt particulier pour l’ethnomusicologue. En effet, dans cette partie du pays cohabitent des communautés roumaines, hongroises et tsiganes. Le terrain de cette thèse se situe dans un espace délimité par les grandes villes de Târgu Mureş, Braşov et Sibiu. Avec ces trois populations présentes se pose donc la question des influences entre ces diverses cultures. Elle se traduit a priori sous deux formes de classification: la première, mise en place par les folkloristes, est celle de la délimitation du terrain; la seconde est celle que l’on observe sur le terrain, les différentes populations n’ayant pas la même culture.

2Un simple travail de collectage étant insuffisant pour se procurer le matériel d’analyse nécessaire pour répondre à ces problématiques, les différentes interprétations des éléments du corpus musical ont été obtenues par une expérimentation sur le terrain, principalement autour de la musique de danse. La comparaison entre les différentes versions permet de montrer que la musique en elle-même n’a que peu de valeur identitaire. L’observation participante a complété le travail de terrain.

3Les résultats de cette analyse contrastent avec certains discours nationalistes présents en Transylvanie, qui cherchent à se différencier culturellement. En effet, la musique peut être appropriée, suivant les possibilités de variation, par toutes les populations présentes sur le terrain. La situation des Tsiganes démontre le mieux cette ambiguïté: n’étant reconnus que comme minorité nationale, ils sont victimes de nombre de discriminations; alors que les musiciens tsiganes détiennent et jouent le répertoire de toutes les populations présentes sur le terrain, au point que leur savoir-faire devient incontournable pour n’importe quel ensemble instrumental.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Damien VILLELA : Affirmations culturelles dans la musique traditionnelle de Transylvanie (Sud de la Transylvanie, Roumanie) », Cahiers d’ethnomusicologie, 22 | 2009, 308.

Référence électronique

« Damien VILLELA : Affirmations culturelles dans la musique traditionnelle de Transylvanie (Sud de la Transylvanie, Roumanie) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1022

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page