Navigation – Plan du site
Entretiens

L’ethnomusicologie : structuralisme ou culturalisme ?

Entretien avec Jean-Jacques Nattiez1
Isabelle Schulte-Tenckhoff et Jean-Jacques Nattiez
p. 153-172

Texte intégral

  • 1  Entretien réalisé le 8 juin 1998 à Montréal. Revu et annoté par Jean-Jacques Nattiez en août.
  • 2  Une bibliographie sélective, ainsi que sa discographie complète figurent en annexe.

1Professeur titulaire à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, Jean-Jacques Nattiez est aussi un écrivain fécond et érudit, auteur d’une dizaine d’ouvrages, de quelque 150 articles scientifiques et d’un roman. Il est également l’éditeur des écrits de Pierre Boulez. Son œuvre aux facettes multiples2 met en relief toute la problématique du statut précaire du discours sur la musique, que celle-ci provienne du répertoire occidental ou des sociétés à tradition orale. A ces dernières sont consacrés ses disques, déjà parus ou en instance de publication, illustrant les jeux de gorge et les jeux vocaux des Inuit, les chants des Aïnou (Japon), ou encore la musique des Bagandais de l’Ouganda – exemples sur lesquels on reviendra en cours d’entretien.

  • 3 Signalons à ceux qui veulent en savoir plus, la parution d’un «autoportrait» intellectuel sous le t (...)

2Jean-Jacques Nattiez est connu internationalement pour son travail de pionnier dans le domaine de la sémiologie musicale. Cet entretien prend donc tout naturellement appui sur l’approche exposée dans Musicologie générale et sémiologie, non seulement pour retracer dans les grandes lignes la trajectoire intellectuelle de son auteur3, mais encore pour soulever la question du rapport entre musicologie et ethnomusicologie. Car pour être valable comme théorie générale en musicologie, la perspective sémiologique doit pouvoir s’appliquer à toutes les musiques, quels que soient leurs spécificités, leurs problèmes particuliers de transcription et d’analyse, leurs liens avec leur culture d’appartenance. On découvrira la recherche ethnomusicologique la plus récente de Jean-Jacques Nattiez, à savoir son terrain ougandais. On découvrira aussi la manière dont il situe sa pensée par rapport à deux grands pôles de l’ethnomusicologie : le structuralisme et le culturalisme.

Photo : François Brunelle

Entrons tout de suite dans le vif du sujet : pourquoi et comment s’est établi pour vous le lien entre musicologie et sémiologie ?

Il faut situer le point de départ de mes réflexions en sémiologie musicale avant 1968 : quand j’ai fait ma maîtrise en sémiologie musicale avec Georges Mounin à Aix-en-Provence, on était en pleine effervescence pré-68. La préoccupation de beaucoup d’étudiants qui militaient à gauche à l’époque était d’essayer de rapprocher leur champ d’intérêt spécifique des préoccupations marxistes d’ordre esthétique, une attitude typique de ma génération à cette époque-là. Ayant lu ce qui s’écrivait dans le domaine de l’esthétique musicale marxisante, j’étais frappé par le fait que, pour ce faire, on avait besoin de définir la musique comme un langage, de sonder sa nature expressive et signifiante, et de définir sémiologiquent sa différence avec le langage humain. La motivation de départ était donc idéologique. Comme j’approchais de la maîtrise, j’ai voulu aborder le problème sérieusement. Je suis donc allé prendre des cours de linguistique avec Georges Mounin, initiative qui m’a conduit à rejoindre un courant très typique de l’époque, à savoir la tentative de construire la sémiologie à partir de l’acquis de la linguistique structurale qui s’affichait comme scientifique et prétendait servir de modèle aux sciences humaines. Il faut se souvenir que l’on se plaignait beaucoup du caractère en quelque sorte littéraire – au sens péjoratif du terme – et quelque peu impressionniste du discours tenu sur la musique depuis des décennies. Je me souviens avoir été très frappé par une phrase du Traité des objets musicaux de Pierre Schaeffer : « Dans son ensemble, l’abondante littérature consacrée aux sonates, quatuors et symphonies, sonne creux. Seule l’habitude peut nous masquer la pauvreté et le caractère disparate de ces analyses […] Si toute explication se dérobe, qu’elle soit notionnelle, instrumentale ou esthétique, mieux vaudrait avouer, somme toute, que nous ne savons pas grand-chose de la musique. Et, pis encore, que ce que nous en savons est de nature à nous égarer plutôt qu’à nous conduire » (1966 : 19-20).

3La construction d’une sémiologie musicale passa donc par deux étapes : la comparaison de la musique et du langage, qui me permettait de tenter de définir la spécificité sémiologique de la musique par rapport au langage humain ; je découvrais du même coup les modèles techniques de l’analyse en linguistique, qu’il s’agisse de la phonologie de type fonctionnaliste (Martinet), du distributionalisme américain (Harris) ou de la grammaire générative (Chomsky). J’appris aussi qu’un certain nombre de musicologues, Nettl aux Etats-Unis, Ruwet en Belgique, avaient déjà tenté d’appliquer à la musique des modèles descriptifs linguistiques, ce qui était bien typique de la place occupée par la linguistique nouvelle dans le champ des sciences humaines. C’est dans le contexte de ce climat intellectuel que j’ai écrit mon premier livre, Fondements d’une sémiologie de la musique (1975), encore marqué par la sémiologie des années 1960-1970 et par le structuralisme, même si la théorie de la tripartition qui permet de le dépasser y était déjà présente et qu’une des sections de la conclusion s’intitulait : « La mort de la structure. »

Et douze ans plus tard, dans Musicologie générale et sémiologie (1987), vous prenez quelque distance à l’égard de la linguistique structurale. Je me souviens du schéma illustrant votre affirmation selon laquelle la sémiologie, justement, n’est pas l’étude de la communication (p. 38). Comment ce pas-là a-t-il été franchi ? N’est-ce pas Jean Molino…

C’est cela. A côté de Georges Mounin, qui incarnait une linguistique structurale assez orthodoxe et suivait rigoureusement la ligne fonctionnaliste de Martinet, il y avait cet homme tout à fait extraordinaire qui avait créé avec Mounin, immédiatement après 1968, le certificat de sémiologie à la Faculté des lettres d’Aix-en-Provence. Molino a présenté un cours théorique sur la sémiologie parallèlement à celui de Mounin ; le point important étant que, si Molino était plus que favorable à la linguistique structurale (à côté de ses préoccupations épistémologiques, il a toujours été un empiriste), sa théorie générale débordait déjà le consensus structuraliste des années soixante. Il a proposé ce modèle (Molino 1975), dit de la tripartition sémiologique, dont je me suis constamment inspiré depuis, fondé sur la distinction entre le « niveau neutre », le « processus poïétique » (c’est-à-dire le processus compositionnel ou créateur dans le cas de la musique), et le « processus esthésique » (c’est-à-dire ce qui se passe du côté des auditeurs). Voilà un modèle qui nous oblige à penser la description de n’importe quelle forme symbolique (mais restons-en à la musique) autrement que monoplane ou, si j’ose dire, monophonique.

  • 4  Cf. Nattiez (1975: 297-354).
  • 5  La version originale en français (Montréal 1975) est épuisée. On pourra se référer à la version an (...)
  • 6  Cf. la bibliographie ethnomusicologique ci-après.

Au tout début, j’ai surtout cherché à étendre et à développer les propositions de Nicolas Ruwet. Mais il faut nuancer. Si Ruwet est surtout perçu comme l’introducteur de lagrammaire générativedans l’espace francophone, les articles de musicologie qu’il a publiés avant qu’il ne devienne un chomskien très orthodoxe, étaient influencés, en réalité, par le courant contre lequel Chomsky avait réagi, celui de la linguistique distributionnelle. Il était par ailleurs très marqué par la conception paradigmatique de l’analyse poétique chez Jakobson et de l’analyse du mythe chez Lévi-Strauss. Il se fait que j’ai trouvé les propositions de Ruwet (1972) extrêmement séduisantes, notamment en ce qui concerne l’explicitation des procédures d’analyse. J’ai alors appliqué cette méthode-là à un certain nombre d’œuvres, Syrinx de Debussy, un Intermezzo de Brahms4, Densité 21.5 de Varèse5, et, du côté de l’ethnomusicologie, dans des travaux qui ne sont encore que partiellement publiés, aux jeux de gorge des Inuit6.

  • 7  Nattiez (1987: chap. II, III et troisième partie).
  • 8  Cf. Nattiez (1993: chap. II, III et VIII).
  • 9  Cf. Nattiez (1983; 1993: chap. IV).
  • 10  Cf. Nattiez (1984, 1999).

Ces analyses empiriques restaient essentiellement sructurales, immanentes et paradigmatiques ; mais très vite, je suis entré dans une phase d’interrogation et d’investigation tous azimuts sur les conséquences de cette fameuse tripartition pour des questions générales et diverses en musicologie. C’est ainsi que je me suis penché, dans cette perspective, sur le concept de musique, le concept d’œuvre, la définition des différents paramètres musicaux7, l’esthétique de Hanslick (et avec elle, toute la question du formalisme), certains aspects de la pensée de Gould et de Boulez8, le problème de la fidélité dans l’interprétation et dans la mise en scène lyrique9, et même les problèmes du rapport entre musique et littérature chez Proust10.

Qu’est-ce que la tripartition implique, de façon générale ?

Ce avec quoi tout chercheur est d’abord confronté, c’est une trace : dans le cas de la musique occidentale, la partition, qui est la première manifestation tangible des intentions du compositeur, et dans la musique de tradition orale, les productions sonores qu’il nous est possible d’enregistrer. Cette trace à laquelle nous avons immédiatement accès, résulte de processus compositionnels ou créateurs qui ne sont pas immédiatement accessibles puisqu’ils existent au niveau de stratégies cognitives que Molino désigne par le terme de poïétique. A partir de la trace commence le processus qui nous conduit vers ce que Molino appelle l’esthésique, c’est-à-dire l’intervention de l’interprète (dans le cas de la musique occidentale), puis celle des auditeurs qui reconstruisent – car le processus de perception est un processus actif – ce qu’ils entendent.

Il faut signaler deux aspects importants dans la théorie de Molino. Première­ment, il y a ce que je m’amuse à appeler par un anglicisme, la discrépance entre le poïétique et l’esthésique. C’est important, parce que le structuralisme reposait, en un sens, sur l’hypothèse qu’une fois la structure décrite, on avait tout décrit. En réalité, on avait tout ramené à un seul niveau. Or, si l’on se représente le poïétique et l’esthésique comme deux processus dynamiques qui se situent « à gauche et à droite » du fait musical qu’on veut étudier, il faut thématiser la distinction entre les deux pôles, car ce qui se passe dans l’un n’est pas nécessairement identique à ce qui se passe dans l’autre. S’il s’agit d’un aspect que l’on peut trouver de façon latente chez d’autres auteurs, personne n’en avait fait, comme Molino, un axe méthodologique constitutif d’un modèle sémiologique. Au contraire, les modèles sémiologiques classiques, comme ceux de Jakobson ou d’Eco, reposent sur l’idée que la sémiologie vise à rendre compte de la communication. A partir du moment où l’on thématise l’idée de discrépance, au contraire, la communication ne devient qu’un cas particulier de l’ensemble des processus sémiologiques. C’est ce qui m’a fait écrire, de façon quelque peu provocatrice : « La sémiologie n’est pas la science de la communication. » Du côté des musicologues, tout comme des ethnomusicologues, on peut dire rétrospectivement que cette discrépance entre poïétique et esthésique est peut-être la proposition la plus couramment admise. Un survol de la littérature révèle que beaucoup de musicologues utilisent maintenant les termes « poïétique » et « esthésique » sans même faire référence à qui les a proposés, si bien qu’ils sont vraiment passés dans le vocabulaire de nos disciplines. Ils y sont sinon courants, en tout cas largement acceptés.

  • 11  Dès 1975, j’insistais sur «les présupposés culturels de l’analyse des trois niveaux» (1975: 60) ma (...)

4Ce qui l’est beaucoup moins, même si c’est là la seconde idée capitale de Molino, c’est le rôle qui revient à l’analyse dite du niveau neutre par rapport aux deux autres pôles. La difficulté, ici, est double. Premièrement, le terme de « niveau neutre » est peut-être malencontreux, surtout proposé au début des années 1970, lorsqu’on entendait dire à qui mieux mieux, sous l’influence de Barthes : « Cela n’est pas innocent. » Le qualificatif de « neutre » suggérait alors l’idée qu’il était possible, pour le musicologue, d’arriver à une sorte d’objectivité pure. Tout se passait comme si le musicologue prétendait réussir à se mettre entre parenthèses dans la production de son discours11.

Mais n’est-ce pas ce que Molino voulait dire ?

Non, justement. Par « analyse du niveau neutre », il entendait : « mise entre parenthèses provisoire du poïétique et de l’esthésique. » Pourquoi insiste-t-il beaucoup sur cet aspect méthodologique ? Parce qu’en décrivant une forme symbolique, on est confronté à un certain nombre de configurations présentes dans l’objet étudié, mais dont on ignore la pertinence a priori. Il y en a certaines pour lesquelles on constate immédiatement qu’elles sont pertinentes poïétiquement ou esthésiquement, mais il y en a d’autres pour lesquelles il faut recourir à des outils spécifiques pour déterminer cette pertinence.

  • 12  Des articles récents cités en référence présentent des applications concrètes de la tripartition à (...)

Outre cette difficulté de compréhension du concept de niveau neutre et de son articulation avec les deux pôles, si la tripartition dans sa globalité n’a pas encore été vraiment admise en musicologie, c’est parce que j’ai consacré ces vingt dernières années, soit à développer des questions théoriques, soit à appliquer la tripartition à autre chose que l’analyse musicale en tant que telle. Ce n’est que maintenant, après mûres réflexions (parce que c’est extraordinairement difficile techniquement), que je suis en mesure de montrer empiriquement comment fonctionne la tripartition à propos d’un objet musical simple, le solo de cor anglais de Tristan,démonstration qui fait l’objet d’un livre en cours de rédaction, et qui constituera le second volume, imprudemment annoncé il y a bien longtemps, qui fait suite à Musicologie générale et sémiologie12.

Dans une musique comme le jeu de gorge des Inuit, qu’est-ce que la trace ?

La trace, c’est ce qui résulte physiquement du processus de production musicale. Dans la musique occidentale, c’est par le moyen de la partition que l’on tente de transmettre et de préserver l’identité de l’œuvre telle qu’elle est conçue par le compositeur. (Surtout à partir du XVIIIe siècle, le concept d’œuvre devient fondamental). C’est elle qui fait qu’en deçà des 2500 versions discographiques de la Cinquième de Beethoven, on reconnaît quelque chose d’identique. Et c’est à partir de cette notation – prescriptive dans les termes de Seeger (1958) – que l’interprète porte l’œuvre à l’existence sonore.

Pour ce qui est de la musique de tradition orale, la trace première qui résulte du processus poïétique, c’est ce qui existe immédiatement comme fait sonore et que le magnétophone peut enregistrer. Toutefois – et c’est sur ce point que beaucoup d’ethnomusicologues ne sont pas d’accord avec moi – je fais partie de cette école qui considère que, pour être capable d’entrer dans l’analyse détaillée du fonctionnement du fait musical en ethnomusicologie, il faut passer par une transcription du sonore. C’est une des raisons pour lesquelles l’analyse qu’on peut construire à partir d’elle est, elle aussi, une représentation symbolique. Beaucoup de gens ne sont pas prêts à l’admettre, mais notre connaissance du fait musical passe toujours par un métadiscours. C’est pourquoi, toutes ces années, je me suis attaché à montrer comment se construisait le discours musicologique.

Un sonagramme ne fournirait-il pas cette trace dont vous me parliez ?

La trace, c’est vraiment le son brut dans le cas des musiques de tradition orale. Le sonagramme, c’est déjà une représentation. Il peut constituer un des moyens pour construire un équivalent écrit sur lequel on peut entreprendre des opérations d’analyse. Mais l’expérience ethnomusicologique montre aussi que, souvent, le passage par le sonagramme n’est pas utile parce qu’il enregistre trop de détails. Un des acquis majeurs de l’ethnomusicologie sous l’influence de la linguistique, et notamment de la phonologie, est d’avoir incorporé la différence entre les unités étiques et les unités émiques, c’est-à-dire entre celles repérées par une personne étrangère à la culture et celles dont on peut démontrer la pertinence par rapport à la culture étudiée. Le vrai problème n’est donc pas de se donner une notation qui enregistre tous les détails de la production sonore, mais plutôt d’identifier le plus rapidement possible les unités musicales de base culturellement pertinentes, c’est-à-dire les unités émiques. Si l’on peut parvenir à une transcription émique sans passer par des transcriptions étiques ou des sonagrammes, tant mieux. L’essentiel, c’est de parvenir à une transcription descriptive (encore les termes de Seeger) mais culturellement pertinente, c’est-à-dire qui reflète les stratégies de production et de reconnaissance des unités minimales d’un système musical. C’est à partir de cela que travaille l’ethnomusicologue, car l’analyse un tant soit peu élaborée fonctionne toujours à partir de la représentation du son, pas du son lui-même. La question n’est pas de savoir s’il est illégitime de passer par l’intermédiaire d’une transcription, mais de déterminer si cette représentation est bonne ou mauvaise. Regardez les transcriptions de musique inuit faites dans l’entre-deux-guerres, lorsque la différence entre l’étique et l’émique n’était ni reconnue ni thématisée. Elles nous proposent des aberrations, des échelles avec quinze, seize ou dix-sept degrés. Quand on regarde aujourd’hui de plus près, on s’aperçoit qu’en réalité le musicologue a noté des mini-variations autour de hauteurs constitutives, de toute évidence, d’échelles pentatoniques. A cette époque, on voulait noter le moindre détail parce qu’on pensait que, à partir de ces transcriptions, on pourrait exécuter ces musiques. C’était encore l’attitude de Bartók, qui confondait le descriptif et le prescriptif. Aujourd’hui, la première préoccupation doit être de déterminer l’émicité des unités de base. Très souvent, il s’agit des unités scalaires. Pour cette raison, on reproche parfois aux transcriptions des ethnomusicologues de se contenter des hauteurs et des durées, sous l’influence ethnocentrique de la notation occidentale. Je me sens à l’aise par rapport à ce reproche. Dans le travail de mon équipe sur les jeux de gorge des Inuit, nous avons pu établir que ce sont les contours intonatifs, et non les hauteurs, qui sont pertinents, et qu’il faut distinguer entre sons voisés et non voisés, et entre sons expirés et inspirés à partir desquels se développe une combinatoire extrêmement riche (cf. Beaudry 1978 et Charron 1978). Si vous établissez convenablement les unités de base, vous disposez de la représentation, substitut symbolique de la trace, à partir de laquelle les opérations d’analyse proprement dites sont possibles.

Ne faut-il pas dire, dès lors, qu’il y a un travail préalable à la transcription dans l’étude des musiques de tradition orale – un travail préabable d’un autre genre, justement, que le solfège ?

Dans la musique occidentale, la notation est, si j’ose dire, acquise : c’est l’outil utilisé pour être en relation avec le phénomène musical, au niveau aussi bien de ce qu’on lit que de ce que l’on produit. Dans le cas des musiques de tradition orale, je dirais que la notation est un artefact scientifique – de la même façon qu’on va faire en linguistique des transcriptions phonétiques ou phonologiques pour savoir de quoi est faite la langue, avant de se mettre à analyser la morphologie et la syntaxe. C’est rigoureusement la même chose en ethnomusicologie. Il me paraît décisif de reconnaître à sa juste valeur le travail de transcription et d’analyse, travail considéré comme ethnocentrique par certains. A mon avis, cette position anti-analytique est aussi aberrante que de contester l’existence de la phonologie sous prétexte que les gens ne sont pas conscients que leur langue est faite à partir de phonèmes. Le propre du travail scientifique est précisément de faire apparaître que nous fonctionnons – que ce soit au niveau de l’énoncé du langage ou à celui de la production musicale – à partir de modèles ou de patterns dont nous ne sommes pas nécessairement conscients, comme Pike l’avait souligné lorsqu’il a donné la première définition des phénomènes émiques (1967 : chap. II). Mais au fond, ces critiques dépendent beaucoup du type d’ethnomusicologie que l’on pratique.

A quoi pensez-vous ?

A mon sens, il y a deux grandes orientations en ethnomusicologie depuis trente ans : l’orientation structuraliste, et ce que j’appellerai le « culturalisme ».

Grosso modo, depuis le début des années soixante, l’ethnomusicologie vit dans la mouvance culturaliste dont les deux ouvrages fondateurs sont The Anthropology of Music de Merriam et How Musical is Man ? de Blacking. Pour Merriam, la musique est faite de structures résultant du comportement qui lui-même dérive de concepts (Merriam 1964 : 7), si bien qu’il faut commencer par analyser la situation socioculturelle qui a engendré le phénomène musical, avant d’analyser la musique elle-même, comme l’a suggéré Blacking (1980 : 82, 99).

Sur le plan du principe, il me paraît tout à fait normal, en ethnomusicologie, de commencer par s’intéresser à la culture. Mais transformée en axiome méthodologique, cette position a eu dans la pratique un effet pervers. A partir du moment où l’on a considéré de manière déterministe que la musique était le produit de la culture, on a eu tendance à considérer qu’il suffisait de décrire le contexte et l’environnement culturels pour décrire le phénomène musical. Il y a là une perversion d’autant plus grande que cette idée voulant que le fait musical soit le produit de la culture est loin d’être vraie à 100 %. Quand Blacking dit que la musique est le produit de la culture, il utilise la métaphore des structures profondes et des structures de surface de la grammaire générative. L’ironie de la chose, c’est que, ce faisant, il fournit une arme pour se faire battre car, si on pouvait passer de la structure profonde (la culture) à la structure de surface (la musique) selon le modèle génératif, on devrait pouvoir générer la musique à partir de la description de la culture. Or c’est impossible. La musique et « la » culture sont deux formes symboliques de natures sémiologiques très différentes.

Vous vous opposez ici au relativisme extrême propre à un certain culturalisme, par opposition à ce qu’on pourrait appeler un relativisme contrôlé…

En fait, dans Le combat de Chronos et d’Orphée, je plaide pour ce que j’appelle les vérités locales…

…mais qui s’articulent sur les universaux…

Les vérités locales ne sont pas nécessairement reliées à des universaux, mais je suis loin d’en nier l’existence. Le problème de l’orientation que j’appelle un peu péjorativement culturaliste, c’est que, pour elle, tout, dans une forme symbolique, doit être expliqué comme produit de la culture. Or, il y a bien des aspects de ces formes qui s’expliquent autrement : par l’histoire, par des facteurs individuels – qu’on a trop tendance à négliger dans notre discipline – et aussi parce qu’il existe, effectivement, des universaux. Tant pis si c’est politiquement incorrect. Car enfin, que je sache, il y a bien des contraintes biologiques propres à toute l’espèce humaine dans la production et la perception des faits sonores : le fait, par exemple, que l’oreille ne soit pas capable de discriminer des micro-intervalles. Une grande partie de la musique de tradition orale est fondée sur des échelles pentatoniques, la musique tonale occidentale sur des gammes heptatoniques. Puis on est monté jusqu’à douze unités scalaires dans la musique sérielle, avec les problèmes que l’on sait. Il y a des limitations d’ordre biologique dans notre capacité de distinction de deux sons, qui font que l’on n’a jamais trouvé dans les musiques de tradition orale, pour autant que je sache, des échelles de plus de sept notes. De la même façon, personne n’a écrit ou produit une œuvre ou une pièce musicale qui dure trois mois. Même lorsque Wagner compose une tétralogie de seize heures, il lui faut la diviser en quatre opéras. Un autre universel capital : toute musique – je le crois profondément – est fondée sur la dialectique entre la répétition et la variation, ce qui explique que le modèle paradigmatique peut être appliqué à n’importe quel type de musique.

Je crois qu’une bonne théorie ethnomusicologique, c’est-à-dire un programme pour l’analyse des musiques non occidentales, doit réussir à reconnaître et à intégrer sur un pied d’égalité l’existence des universaux, des particularités propres à une culture et des faits d’ordre individuel. Penser autrement, c’est, une fois de plus, tomber dans les pièges du réductionnisme (ce contre quoi, du reste, la tripartition permet de combattre de son côté). Je suis fasciné et exaspéré par le fait que mes contemporains (mais est-ce nouveau ?) sont trop souvent incapables de penser en stéréophonie !

Jean-Jacques Nattiez dans le village de Kanyanya (Ouganda) avec Sylvia Nanyonga-Tamusuza, musicienne et ethnomusicologue (mai 1996)

Jean-Jacques Nattiez dans le village de Kanyanya (Ouganda) avec Sylvia Nanyonga-Tamusuza, musicienne et ethnomusicologue (mai 1996)

Photo: Sonia Rémi

Mais en anthropologie, idéalement, le concept de culture renvoie d’abord à un outil d’analyse, permettant de penser certains phénomènes humains.

J’aime beaucoup le mot « analyse » dans votre question, car la seconde orientation fondamentale de l’ethnomusicologie à laquelle je faisais allusion tout à l’heure, c’est celle qui s’est inspirée du structuralisme pour analyser la substance sonore des musiques de tradition orale. Pour moi, cette tendance est incarnée par le travail de Simha Arom, même si, face à l’orientation culturaliste, elle est aujourd’hui minoritaire, ce qui ne veut pas dire qu’elle ne soit pas importante.

  • 13  L’efficacité de la méthode d’enregistrement en play-back n’est pas seulement pratique mais égaleme (...)

L’aspect remarquable de l’œuvre d’Arom – je pense en particulier à son opus magnum sur la musique polyphonique et polyrythmique de Centrafrique (Arom 1985) – est qu’il a su démontrer que les productions sonores dérivaient d’un modèle abstrait que l’on n’entend pas directement mais qui est à la base de la production sonore et que, par conséquent, il faut mettre en évidence. Avec sa technique de play-back, il a trouvé un moyen extraordinaire pour séparer les différentes voix de ces polyphonies13. Par l’analyse paradigmatique faite sur chacune de ces voix, il a pu montrer que ces productions reposaient sur un modèle abstrait. Modèle qui, en fait, existe bien pour les autochtones (tout autant que, chez le musicien occidental, le cycle des quintes « derrière » la musique tonale ou les progressions harmoniques dans une improvisation de jazz) : il a obtenu que ses musiciens enregistrent une espèce de faux, en ayant élagué toutes les variations. Il est allé ensuite faire entendre dans d’autres villages cette musique absolument insipide. Mais, après s’être plaints du peu d’inventivité de ces « mauvais » musiciens dans les variations, les personnes interrogées ont été capables de lui donner le titre de la pièce. Ce qui prouve bien que, cognitivement, ce modèle obtenu par l’analyse et de façon tout à fait artificielle correspond à quelque chose qui se trouve dans la tête des gens. C’est absolument génial. Pour moi, n’en déplaise à ses détracteurs, le tour de force analytique auquel il parvient à la page 573 de son livre devrait lui valoir le Prix Nobel de l’ethnomusicologie s’il existait.

Peut-on voir dans le modèle exhibé une sorte d’équivalent à la partition ?

Je ne dirais pas que c’est l’équivalent de la partition. Il faut considérer ici, une fois encore, la différence entre la musique occidentale et les musiques de tradition orale. Dans la musique occidentale, le détail de l’organisation des hauteurs et des durées est fixé par la notation, et c’est à partir de cela que l’interprète interprète. Mais c’est tout de même par rapport à l’image qu’on se fait de l’œuvre transmise par l’intermédiaire de la partition qu’on évaluera les qualités et la fidélité de l’interprète. Dans les musiques de tradition orale, fondamentalement, la production sonore dérive de modèles sous-jacents et varie à chaque performance. (Et je suis convaincu que, si l’ethnomusicologie générale voulait faire quelque progrès, elle devrait collecter et comparer les différents types de modèles sous-jacents à l’œuvre dans les différentes cultures, mais le retour à un comparatisme bien compris se fait attendre …) Pour démontrer le rôle de la sous-jacence, Arom a dû passer par cet intermédiaire méthodologique qu’est la transcription, afin de déterminer, au départ, quelles sont les unités culturellement pertinentes.

En remontant des transcriptions au modèle sous-jacent, en fait, il pratique ce que j’ai appelé, dans Musicologie générale et sémiologie, la poïétique inductive (un des six points par lesquels je développe la tripartition de Molino). Elle consiste à remonter de l’analyse du niveau neutre aux processus de composition ou de production. Cela prouve bien, d’ailleurs, que les propositions d’Arom ne sont pas aussi strictement structuralistes qu’il le croit.

Vous esquissez ici une critique d’Arom…

Au-delà du modèle, du système, Arom considère que tout le reste – le vocabulaire utilisé par les autochtones, les instruments joués, les fonctions d’exécution, les associations symboliques – tout ce qui n’est pas musical au sens restreint du terme – ne sert qu’à vérifier la pertinence de la reconstruction du modèle. Sa conception de la musique est essentiellement formaliste. Il lui dénie toute dimension sémantique. Or, quand on écoute l’Appassionata de Beethoven ou une production des Banda-Linda ou des Kaluli, on constate la présence essentielle d’associations émotives et affectives qui sont l’une des modalités de la sémantique musicale. Mais il y a plus que cela : ce qui est un peu exceptionnel dans la musique occidentale et plus répandu qu’on ne croit dans les musiques de tradition orale, en particulier à cause des contextes rituels et religieux, c’est que la musique comprend des éléments porteurs d’informations sémantiques plus dénotatifs encore que le caractère affectif que je viens d’évoquer. C’est ce qu’a démontré admirablement Charles Boilès (1969, 1973a, 1973b), prématurément disparu, et dont l’œuvre n’a pas eu toute l’influence qu’elle méritait – sauf sur certains de mes étudiants, parce qu’il a enseigné à l’Université de Montréal.

A propos des cérémonies religieuses des Tepehua et des Otomí du Mexique, Boilès avait démontré l’existence de racines musicales qu’il situait – ce n’est peut-être pas suffisant – dans des combinaisons intervalliques référant à telle ou telle divinité. Une étudiante de Boilès, Monique Desroches (aujourd’hui professeur d’ethnomusicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal), a publié récemment son étude sur la musique des anciens esclaves tamouls de la Martinique, Tambours des dieux (1996). Elle a travaillé sur un rituel dans lequel le prêtre marche dans le feu, danse sur des lames de coutelas, sacrifie une chèvre, etc., rituel accompagné de roulements de tambours. Ce qui est tout à fait passionnant dans cette recherche faisant appel à la fois à des enregistrements, à l’observation ethnographique, à la transcription et à l’analyse paradigmatique des données musicales, ainsi qu’à une méthode expérimentale de vérification des informations sémantiques, c’est le fait que les battements des tambours se répartissent en quatre grandes familles : les unités musicales de la première famille renvoient à un dieu végétarien, Maliémin, celles de la quatrième, à un dieu carnivore, Maldévilin. Voilà des éléments que la perspective d’Arom laisserait complètement de côté : il dirait simplement que son travail étant essentiellement musicologique, ce qui compte ce sont les structures. Or, la raison d’être de ces unités musicales, ce n’est pas leur organisation structurale (même si, musicalement, celle-ci existe et est fondamentale pour comprendre leur fonctionnement), mais les significations qu’elles véhiculent dans leur contexte rituel. C’est par la musique que les divinités sont présentes pendant le rituel. L’exemple de Tambours des dieux démontre bien que c’est seulement par le biais des transcriptions et de leur analyse – une analyse de niveau neutre, en fait, puisque, lorsqu’elle est entreprise, on ignore encore tout de la pertinence des unités dégagées –, assorties de l’investigation ethnographique classique auprès des informateurs, qu’il devient possible d’établir le fameux lien tant recherché entre musique et culture.

Vous voyez donc quelle est ma position par rapport au culturalisme extrême, mais aussi par rapport au structuralisme réducteur. Il me semble nécessaire de tenter de combler le hiatus entre ces deux approches. Je définirai ainsi ce qui me semble le défi actuel de l’ethnomusicologie :
- d’une part, parvenir à montrer le lien entre environnement culturel et phénomènes musicaux d’une façon qui ne soit pas allégorique, comme elle l’est trop souvent, c’est-à-dire en montrant, de façon explicite, le lien entre musique et culture ;
- d’autre part, donner toute l’attention requise aux différentes types d’associations symboliques qui permettent de saisir ce que Molino (1975) appelle le fait musical total.

Il faut donc savoir naviguer entre Charybde et Scylla. Quel itinéraire  suggérez-vous ?

Permettez-moi de vous répondre en prenant un exemple concret, celui de ma recherche ethnomusicologique la plus récente chez les Bagandais (j’ai fait trois terrains jusqu’ici en Ouganda, en 1995, 1996 et 1997). Les Bagandais sont de langue bantoue et pratiquent un type de musique qui, sans fonctionner exactement comme celui des Banda-Linda étudiés par Arom, obéit à peu près aux mêmes principes. Au bout de cinq minutes – mais c’est grâce aux vingt ans de travaux d’Arom – je me rendis compte qu’il y avait un modèle « derrière » ce que j’entendais. Mais il y a un autre aspect que je n’aurais pas envisagé si je n’avais pas eu la conviction qu’il fallait aller voir du côté de la culture, et de la sémantique en particulier, et sans lequel je n’aurais pas vraiment compris le fonctionnement de cette musique.

J’ai travaillé principalement sur une danse d’initiation au mariage. Je m’aperçus assez vite que cette danse était en réalité une suite de danses et qu’elle était faite de neuf morceaux enchaînés les uns aux autres. Si je m’en tiens à une analyse formelle, je peux tout de suite vous donner la grammaire générative de cette danse : I-II-III-IV-V-VI-V-VI-V-VI et ainsi de suite très longtemps,puis VII-VIII-IX-IX-IX-IX…, etc. Chaque morceau de la danse est fondé sur un rythme doté d’un nom : pour I, akalatti akajja, qui signifie « se mettre de bonne humeur » ; pour II, okusimbula amazina, « commencer à danser », etc. Et que font les musiciens ? Ils font des variations sur ce rythme de base. Donc vous retrouvez bel et bien, pour chaque morceau de la danse, le modèle d’Arom : les deux tambourinaires sont, comme en Centrafrique, valorisés auprès du public selon leur virtuosité et l’inventivité de leurs variations à partir de ce motif. Et je peux montrer quel est le stock de variations possibles propre à chaque tambourinaire pour le motif I, le motif II, etc. De plus, le motif VIII apparaît comme le plus important de tous.

Je ne crois pas qu’il m’aurait été possible de découvrir tout cela si je n’étais pas passé par la transcription. Et voilà autant d’« analyses du niveau neutre » pour les battements de tambour accompagnant chacun des neuf morceaux de la danse.

Jusqu’ici, vous me semblez un aromien orthodoxe. En quel sens votre analyse diffère-t-elle de celle de Simha Arom ?

Arom cesserait l’investigation une fois qu’il aurait mis le doigt sur le modèle des modèles, et effectivement, il aurait saisi le système à la base du fonctionnement musical. Mais il n’aurait pas tout expliqué. En particulier, son cadre analytique ne lui permet pas de comprendre pourquoi cette danse peut durer entre vingt minutes et deux heures, ce qui est un problème tout de même important ! Cette élasticité tient, bien sûr, à la quantité de variations que les tambourinaires peuvent produire sur chaque motif, mais aussi à la longueur de la réitération des motifs V-VI et du motif IX. Pour en comprendre la signification, en fait, il faut interroger celle des figures chorégraphiques propres à chacun des neuf moments de la danse. En réalité, chacun des motifs fonctionne comme un signal adressé à la cheffe des danseuses. Puisque les neuf morceaux sont enchaînés, il faut lui indiquer qu’on est passé au morceau suivant pour qu’elle enchaîne avec la chorégraphie correspondante. N’oublions pas que nous sommes dans une danse d’initiation au mariage. IV décrit les préliminaires sexuels, V et VI, différents aspects de la relation sexuelle proprement dite. Lorsque les hommes, dans le public, sont satisfaits, ils donnent aux danseuses un peu d’argent pour les inciter à recommencer, et il y a un grand nombre de figures chorégraphiques reliées à V et VI. Quant à IX, c’est la reprise de V ! ! !

Dans tout ce qui précède, je n’ai décrit le système, formel et sémantique, que dans ses grandes lignes. Lorsque je publierai ce travail, j’expliquerai aussi pourquoi, culturellement, c’est le motif VIII qui est à la base de tous les autres, et pourquoi cette danse est la seule du répertoire des Bagandais à être exécutée par des femmes. Je montrerai aussi le lien entre l’aspect musical de ce que jouent le tambour masculin et le tambour féminin, et les rôles sexuels de l’homme et de la femme chez les Bagandais. Enfin, je m’attacherai à montrer comment les instruments autres que les tambours et le chant de la soliste se greffent sur les battements rythmiques, et comment ils ont un fonctionnement musical sui generis qui échappe à l’explication culturelle.

C’est qu’il ne faut pas oublier la dimension gratuite et ludique de la musique.

Absolument. On tend à oublier que les gens ont du plaisir à faire de la musique. Au fond, un des défauts epistémologiques du culturalisme, c’est l’hyperfonctionnalisme : tout doit servir à quelque chose. La réalité musicale dans les danses bagandaises, c’est qu’il y a trois vièles, deux flûtes et une lyre qui ne participent pas au fonctionnement sémantique de la danse, mais ceux qui en jouent font bel et bien de la musique. Les vièles ont une espèce de petite ritournelle, avec des décalages entre eux. Les principes sont simples, mais le résultat est très complexe. Une fois que la machine est en route, elle ne s’arrête plus. Ils font des variations qui n’ont plus aucun rapport avec les femmes qui sont en train de montrer aux jeunes mariés ce qu’il faut faire entre 11 heures du soir et 6 heures du matin ! Les tambourinaires sont valorisés par leur virtuosité. Le style d’exécution, capital musicalement pour le plaisir de tous, n’a pas d’efficacité sémantique proprement dite. La qualité musicale de la danse réside dans la superposition de ces couches multiples. L’analyse doit inventorier tout cela et être très précise quant à leurs fonctions symboliques respectives.

Et la tripartition ?

Les Bagandais ont un répertoire constitué de cinq danses, toutes apprises à l’école, sauf une, la danse d’initiation au mariage qui, traditionnellement, était interdite à la vue des enfants. Donc, tous les enfants bagandais, garçons ou filles, apprennent à faire les rythmes de quatre danses. En conséquence, les significations sémantiques relatives aux morceaux I à IX de la danse nuptiale ne sont connues en réalité que des deux tambourinaires et de la cheffe des danseuses. La seule chose que comprenne ou perçoive le public, c’est ce qui est montré dans la danse, alors qu’il n’a pas accès aux sémantismes dont les rythmes sont porteurs. On retrouve donc au niveau sémantique musical la cassure entre le poïétique et l’esthésique.

Vous voilà en Afrique, mais il vous reste à rédiger le travail d’ensemble sur les jeux vocaux des Inuit…

Deux raisons m’ont empêché de le faire jusqu’ici. La première, c’est que je savais depuis longtemps que je devais tenir compte de ce qui existe en Russie. La tombée du rideau de fer en 1989 a fait que c’est devenu possible. J’ai eu la chance non seulement de participer à deux congrès consacrés à la musique circumpolaire au Japon et en Sibérie, mais aussi d’y faire du terrain. Je suis revenu avec des dizaines de vidéos inaccessibles et passionnantes qu’il va me falloir décrypter. Or le second problème qui m’a retardé, c’était de décider quel serait le meilleur support pour publier ce travail. Je pense aujourd’hui que ce sera le CD-ROM, car il sera capital de donner la possibilité au lecteur, donc au regardeur, de comparer les figures chorégraphiques et les gestes associés aux jeux de gorge Inuit et aux chants de gorge sibériens. Il ne me reste plus qu’à trouver les fonds.

Qu’est-ce que la musique, pour vous ?

  • 14  Cf. mon article sur les musiques circumpolaires paru dans Ethnomusicology (1999).

Elle fait partie des aspects définitoires de l’espèce humaine : il y a une faculté de musique comme il y a une faculté de langage. On assiste, chez le bébé, à une dissociation du musical et du linguistique. C’est là que loge le substrat universel : nous avons la faculté de proposer quelque chose que nous appelons musique. Là-dessus – et ceci est l’un des enjeux de mon travail sur la musique circumpolaire – se greffe la catégorisation culturelle. Sans tomber dans l’hyperrelativisme, cela veut dire simplement que chaque culture établit certaines frontières entre les différentes formes symboliques qui varient selon les cultures, mais à partir d’un substrat paramétrique commun. Montrer comment ce substrat est pris en charge par chaque culture, tel est l’enjeu de la comparaison que je tente de développer entre jeux de gorge au Nouveau-Québec et chants de gorge en Sibérie14.

Je dois à Nicole Beaudry, dans mon équipe de recherche des années 1970, d’avoir mis le doigt sur le fait que l’on a affaire, au Nouveau-Québec, non pas à des chants mais à des jeux : dans le katajjaq il y a une gagnante et une perdante. En Sibérie, j’ai retrouvé la même technique et, dans certains cas particuliers, la même position des femmes, face à face, mais dans un contexte de danse. De plus, l’aspect compétitif si important chez les Inuit canadiens est totalement absent chez les Tchouktches de Sibérie. L’émission des sons gutturaux est intégrée au chant où ils ont le même statut que l’imitation de cris d’animaux et l’utilisation de hauteurs précises analogues à ce que nous connaissons dans le chant occidental. Chez les Inuit, jeux de gorge et chants (de danse à tambour, de jeu, de chamane, etc.) constituent des catégories clairement distinctes. J’ai émis récemment l’hypothèse que ces genres différemment compris dans chaque culture mais qui, d’un point de vue étique, ont bien des aspects substantiels communs, dérivaient d’une protoforme commune. Il faut faire appel, ici, aux travaux des généticiens et des linguistes qui gravitent autour de Cavalli-Sforza. Contraire­ment à une croyance répandue, l’ethnomusicologue ne doit pas seulement s’attacher à l’émique dans ses investigations…

Somme toute, seriez-vous de ceux qui s’interrogent sur la pertinence du préfixe « ethno » à musicologie ?

Non. Dans la préface que j’ai écrite pour le livre de Monique Desroches (Tambours des dieux), je dis que les culturalistes voulaient faire de l’ethnomusicologie, Arom de l’ethnomusicologie. Moi, je voudrais qu’on fasse de l’ethno-musicologie, avec un trait d’union. Encore une fois, je n’essaie pas de diminuer l’importance de la culture dans l’investigation ethnomusicologique, ce serait absurde. Mais il faut parvenir à transcender ce que j’appellerais le syndrome de McAllester. McAllester est un ethnomusicologue qui a écrit en 1954 un ouvrage intitulé Enemy Way Music. Pour la première fois dans l’histoire de l’ethnomusicologie, bien avant les travaux de Merriam et de Blacking, il accordait à la description du contexte et des cérémonies, des fonctions sociales et religieuses, une place aussi importante qu’à la transcription, à la traduction et à l’analyse des chants. Mais ces deux approches sont simplement juxtaposées, le rapport entre la description du contexte et celle de la musique n’est jamais posé. Pour moi, tout le problème réside dans le lien qu’on peut tenter d’établir entre les deux sphères. Le travail de Monique Desroches constitue, à mon sens, une des voies possibles pour cela, aux côtés de ce qu’ont proposé Anthony Seeger (1987) dans une optique structuraliste et Regula Qureshi (1986) en se fondant sur l’analyse des performances de musiciens.

Comment s’enrichissent mutuellement vos travaux sur la musique occidentale et ceux sur les musiques de tradition orale, vos préoccupations de musicologue et vos recherches en ethnomusicologie ?

La raison pour laquelle j’ai travaillé sur la musique des Inuit immédiatement après mon arrivée à Montréal, en 1970, était que je m’étais proposé de construire à partir de la sémiologie une théorie générale de la musicologie. Le seul lien qu’il y ait entre mes recherches sur la musique classique et celles que j’ai menées chez les Inuit, les Aïnou, les Tchouktches et maintenant en Ouganda, c’est de tester et d’appliquer à des objets culturellement et historiquement différents un même cadre général de réflexion, qui est la tripartition. J’ai considéré que l’on ne pouvait pas le faire en en restant à la musique occidentale.

Mais faut-il dire dès lors que votre préoccupation principale est méthodologique, qu’elle s’intéresse surtout à l’outillage conceptuel ?

  • 15 Une sélection des ouvrages de Leonard B. Meyer, sous le titre Comprendre la musique, paraîtra aux é (...)

Il est vrai que, depuis vingt-cinq ans, mes préoccupations ont été avant tout d’ordre épistémologique. Mais on ne définit pas une orientation spécifique de la musicologie sans la démontrer empiriquement. Dans la suite à Musicologie générale et sémiologie que j’ai annoncée plus haut, je ferai d’une pierre deux coups : illustrer concrètement comment fonctionne la tripartition et décrire deux phénomènes musicaux : le solo de cor anglais de Tristan et la musique de la danse nuptiale des Bagandais. A propos de ces deux objets, je montrerai comment fonctionnent les six points du modèle tripartite que je définis dans Musicologie générale et sémiologie : analyse du niveau neutre, poïétique inductive, poïétique externe, esthésique inductive, esthésique externe, communication entre les trois niveaux – et à quel secteur de la pratique musicologique tout cela fait appel (historique, anthropologique, analytique, cognitif, psychologique). Dans cette entreprise, la notion de paramétrisation qui parcourt tout l’œuvre de Leonard B. Meyer15 sera essentielle. En même temps, j’essaierai de montrer les parallélismes et les différences entre musicologie et ethnomusicologie vues du point de vue sémiologique. J’espère poursuivre ainsi la construction d’une musicologie générale.

Haut de page

Bibliographie

AROM Simha, 1985, Polyphonies et polyrythmies instrumentales d’Afrique Centrale. Structure et méthodologie. Paris : S.E.L.A.F., 2 vol. 

BEAUDRY Nicole, 1978, « Toward Transcription and Analysis of Inuit Throat-games: Macro-structure ». Ethnomusicology XXII (2): 261-273.

BLACKING John, 1973, How musical is man? Seattle: University of Washington Press (trad. française: Le sens musical. Paris: Minuit, 1980).

BOILÈS Charles, 1969, Otomi Cult Music. Ph. D. Dissertation, Tulane University, New Orleans.

BOILÈS Charles, 1973a, « Sémiotique de l’ethnomusicologie ». Musique en jeu 10 : 34-41.

BOILÈS Charles, 1973b, « Les chants instrumentaux des Tepehua : un exemple de transmission musicale de significations », Musique en jeu 12 : 81-99.

CHARRON Claud e, 1978, « Toward Transcription and Analysis of Inuit Throat-games: Micro-structure », Ethno­musicology XXII (2): 245-259.

DESROCHES Monique, 1996, Tambour des Dieux.Montréal: L’Harmattan.

MERRIAM Alan P., 1964, The Anthropology of Music.Evanston (Illinois): Northwestern University Press.

MOLINO Jean, 1975, « Fait musical et sémiologie de la musique », Musique en jeu 17 : 37-62.

PIKE Kenneth L., 1967, Language in Relation with a Unified Theory of the Structure of Human Behavior.La Haye: Mouton.

QURESHI Regula, 1986, Sufi Music of India and Pakistan. Cambridge : Cambridge University Press.

RUWET Nicolas, 1972, Langage, musique, poésie.Paris : Seuil.

SCHAEFFER Pierre, 1966, Traité des objets musicaux.Paris: Seuil.

SEEGER Anthony, 1987, Why Suya Sing. Cambridge: Cambridge University Press.

SEEGER Charles, 1958, « Prescriptive and Descriptive Music Writing », Music Quarterly XLIV (2): 184-195.

Bibliographie sélective de Jean-Jacques Nattiez

Livres

1975 Fondements d’une sémiologie de la musique. Paris : U.G.E. 418 p.(10/18, N°  1017)

1983 Tétralogies. Wagner, Boulez, Chéreau. Essai sur l’infidélité. Paris : Christian Bourgois. 287 p.

1984 Proust musicien. Paris : Christian Bourgois. 181 p. Nouvelle édition revue et corrigée : 1999.

1987 Musicologie générale et sémiologie. Paris : Christian Bourgois. 401 p.

1988 De la sémiologie à la musique. Montréal : Université du Québec à Montréal, Cahiers du Département d’études littéraires N° 10. 345 p.

1990a Pierre Boulez-John Cage, Correspondance et documents, réunis, présentés et annotés par Jean-Jacques Nattiez. Winterthur : Amadeus Verlag. 232 p.

1990b Wagner androgyne, Paris : Christian Bourgois, 414 p.

1993 Le combat de Chronos et d’Orphée. Paris : Christian Bourgois. 243 p.

1997 Opera [roman]. Montréal : Leméac. 222 p.

1999 La musique, la recherche et la vie : un dialogue et quelques dérives. Montréal : Leméac. 253 p.

s.d. Traité de sémiologie musicale (en préparation).

Quelques articles récents d’orientation sémiologique

1989 « Peut-on parler de narrativité en musique ? », Revue de musique des universités canadiennes X (2) : 68-91.

1992 « Nicolas Ruwet musicologue », in L. Tasmowski et A. Zribi-Hertz (dir.), De la musique… à la patalinguistique, Hommages à Nicolas Ruwet. Gand : Communication and Cognition : 24-38.

1995 « Herméneutique, sémiologie, analyse musicales », in R. Pozzi (dir.) : Tendenze e metodi nella ricerca musicologica. Atti del convegno internazionale (Latina, 27-29 sept. 1990), Florence : Olschki editore : 143-162.

1995-96 « Les trois Nornes et la petite madeleine – Les esquisses de Richard Wagner pour Siegfrieds Tod (1850) », Revue de musicologie 81(2) : 191‑213 ; 82 (1) : 39-122 (réédition en livre en préparation).

1997 « De la sémiologie générale à la sémiologie musicale. L’exemple de la Cathédrale engloutie de Debussy », Protée (Chicoutimi), automne 1997 : 7-20.

1998a « A comparison of analyses from the semiological point of view (the theme of Mozart’s Symphony in G minor, K.550) », Contemporary Music Review XVII: 1-38.

1998b « Le solo de cor anglais de Tristan : esquisse d’une analyse sémiologique tripartite », Musicae Scientiae, numéro spécial 1998 : 43-61.

Articles d’ethnomusicologie

a. Textes généraux

1977 « Petite histoire critique de l’ethnomusicologie » (en collaboration avec Charles L. Boilès), Musique en Jeu 28 : 26-53.

1986 « Ethnomusicologie », Encyclopedia Universalis, vol. VII, Paris, p. 478‑482.

1991 « Arom, ou le sémiologue sans le savoir », Analyse musicale 23 : 77-82.

1995 « Musique, structures, cultures », EM, Annuario degli Archivi di Etnomusicologia dell’Acca­demia Nazionale di Santa Cecilia III : 37‑54.

b. Études sur la musique des Inuit et des populations arctiques

1982 « Comparisons within a Culture: the Example of the katajjaq of the Inuit », in R. Falck et T. Rice (eds), Cross-cultural Perspectives on Music. Toronto: University of Toronto Press, p. 134-140.

1983a « Some Aspects of the Study of Inuit Vocal Games », Ethnomusicology XXVII (3): 457-475.

1983b « The Rekkukara of the Ainu (Japan) and the Katajjaq of the Inuit (Canada): a comparison », The World of Music/Le Monde de la musique (Berlin) XXV (2): 33-44.

1987 « Sémiologie des jeux vocaux Inuit », Semiotica LXVI (1-3) : 259-278.

1988-89 « La danse à tambour des Inuit Igloolik », Recherches amérindiennes au Québec XVIII (4) : 37-48.

1993 « Jeux vocaux des Inuit », in H. Kallmann, G. Potvin et K. Winters (dir.), Encyclopédie de la musique au Canada. Montréal : FIDES : 1691-1694 (2e éd.).

1995 « Analyse d’“un” chant inuit (Paradigmes et mises-en-série) », in V. Dehoux et al. (dir.), Ndroje balendro : Musiques, terrains et disciplines. Textes offerts à Simha Arom. Paris: Peeters (SELAF N° 359): 305-321.

1999 « Inuit throat-games and Siberian throat-songs: a comparative, historical and semiological approach », Ethnomusicology XLIII (3): 399-418.

Disques ethnomusicologiques

1985 Réédition, en collaboration avec Laurent Aubert, de la Collection universelle de musique populaire enregistrée de Constantin Brâiloiu. Genève : Archives internationales de musique populaire AIMP I-VI, VDE‑30‑425‑340 (coffret de 6 disques 33 t. avec plaquette).

1989 Jeux vocaux des Inuit (en collaboration avec A. Balikci, N. Beaudry, B. Cavanagh, D. Harvey et R. Pelinski). Paris : OCORA C-559071 (un disque compact).

1991 Chants et jeux des Inuit (en collaboration avec N. Beaudry, C. Charron et D. Harvey). Paris : Audivis, UNESCO D8032 (un disque compact).

1993a Ainu Songs/Chants des Aïnou (en collaboration avec K. Tanimoto). Audivis, UNESCO D 8047 (un disque compact).

1993b Inuit Iglulik Canada. Berlin : Museum für Völkerkunde, CD 19, enregistrements de J.-J. Nattiez et Paula Conlon, texte de J.-J. Nattiez (un disque compact et une plaquette de 120 pages anglais-français).

1996 An Anthology of Music from Uganda, recordings and presentation [en français et en anglais] by Jean-Jacques Nattiez, foreword by François Descoueyte, Ambassade de France en Ouganda et Faculté de musique de l’Université de Montréal, 10 cassettes et un livret (distribué auprès des communautés visitées).

s.d. Musiques, danses et chants des Baganda (Ouganda) (disque compact en préparation).

Haut de page

Notes

1  Entretien réalisé le 8 juin 1998 à Montréal. Revu et annoté par Jean-Jacques Nattiez en août.

2  Une bibliographie sélective, ainsi que sa discographie complète figurent en annexe.

3 Signalons à ceux qui veulent en savoir plus, la parution d’un «autoportrait» intellectuel sous le titre: La musique, la recherche et la vie (éd. Leméac, Montréal).

4  Cf. Nattiez (1975: 297-354).

5  La version originale en français (Montréal 1975) est épuisée. On pourra se référer à la version anglaise, revue, publiée in Music Analysis, vol. I, No. 3, oct. 1982, pp. 243-340.

6  Cf. la bibliographie ethnomusicologique ci-après.

7  Nattiez (1987: chap. II, III et troisième partie).

8  Cf. Nattiez (1993: chap. II, III et VIII).

9  Cf. Nattiez (1983; 1993: chap. IV).

10  Cf. Nattiez (1984, 1999).

11  Dès 1975, j’insistais sur «les présupposés culturels de l’analyse des trois niveaux» (1975: 60) mais rien n’y fit!

12  Des articles récents cités en référence présentent des applications concrètes de la tripartition à une symphonie de Mozart et à une pièce de Debussy.

13  L’efficacité de la méthode d’enregistrement en play-back n’est pas seulement pratique mais également analytique. Chez les Inuit, le jeu de gorge est pratiqué par deux femmes; chez les Tchouktches de Sibérie, par plusieurs. Lorsque j’ai utilisé cette technique sur le terrain, j’ai demandé à la troisième femme si elle voulait chanter par rapport à la première ou par rapport à la seconde. Elle choisit la première. Et il en fut ainsi pour toutes les autres femmes. Donnée capitale: c’est par rapport au chant de la première femme que toutes les autres improvisent leur partie.

14  Cf. mon article sur les musiques circumpolaires paru dans Ethnomusicology (1999).

15 Une sélection des ouvrages de Leonard B. Meyer, sous le titre Comprendre la musique, paraîtra aux éditions Contrechamps à Genève.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Photo : François Brunelle
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Jean-Jacques Nattiez dans le village de Kanyanya (Ouganda) avec Sylvia Nanyonga-Tamusuza, musicienne et ethnomusicologue (mai 1996)
Crédits Photo: Sonia Rémi
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Schulte-Tenckhoff et Jean-Jacques Nattiez, « L’ethnomusicologie : structuralisme ou culturalisme ? », Cahiers d’ethnomusicologie, 12 | 1999, 153-172.

Référence électronique

Isabelle Schulte-Tenckhoff et Jean-Jacques Nattiez, « L’ethnomusicologie : structuralisme ou culturalisme ? », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 08 janvier 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/851

Haut de page

Auteurs

Isabelle Schulte-Tenckhoff

Articles du même auteur

Jean-Jacques Nattiez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page