Navigation – Plan du site
Livres

Philippe Bruguière, Gaetano Speranza, ed. : La parole du fleuve. Harpes d’Afrique centrale

Paris : Cité de la musique — Musée de la Musique, 1999. Catalogue de l’exposition (29 mai — 29 août 1999)
François Borel
p. 229-231
Référence(s) :

La parole du fleuve : harpes d’Afrique centrale. Paris : Cité de la musique — Musée de la Musique, 1999. Catalogue de l’exposition (29 mai — 29 août 1999), édité sous la direction de Philippe Bruguière et Gaetano Speranza, réalisé par Olivier Kyburz. 403 p., nombreux dessins, croquis et photos en noir et en couleurs ; bibliographie, discographie et glossaire des termes vernaculaires ; accompagné d’un CD. ISBN 2-906460-88-5.

Texte intégral

1La somptueuse exposition La parole du fleuve : harpes d’Afrique centrale, tenue au Musée de la Musique de Paris de juillet à octobre 1999, se devait de garder une trace de l’exceptionnelle concentration d’instruments de musique dont la présence se manifeste en général plutôt dans de luxueux catalogues de vente que dans les salles de musées. C’est chose faite avec l’ouvrage du même nom qui recense, sous la forme d’un catalogue raisonné, les cent quatorze harpes exposées, offrant à chacune une photo couleurs de grande qualité, souvent complétée de prises de vue partielles indispensables et illustrant aussi les objets étroitement liés au contexte cérémoniel d’exécution.

2Mais l’ouvrage n’est pas seulement un catalogue. C’est un vrai traité sur la harpe en Afrique centrale, puisque la partie « Planches » est précédée d’une quinzaine d’articles importants rédigés par des spécialistes africanistes ou organologues et répartis sur trois chapitres : « Contextes », « Objets » et « Musiques ».

3Après un préambule de Brigitte Marger, directeur général de la Cité de la musique et un avant-propos de Frédéric Dassas, directeur du Musée de la musique, c’est à Philippe Bruguière et Gaetano Speranza, commissaires, d’introduire l’exposition, laquelle est dédiée, ainsi que l’ouvrage, à la mémoire d’Eric de Dampierre, instigateur du projet, disparu en février 1999. Ce dernier est également l’auteur du premier article, « L’humanité des harpes », dans lequel il se pose la question de l’origine des cordophones par rapport aux autres instruments, suivant en cela une même démarche initiale que celle d’André Schaeffner quant à la filiation des instruments de musique, mais en s’y opposant : « […] il est plus que vraisemblable que l’arc musical donna naissance à l’arc de chasse et non l’inverse. L’arc musical est essentiellement une liane tendue que l’on fait entrer en vibration. Il faut lui ajouter un détendeur pour lui procurer une force de propulsion : un plus et non un moins. Seule une combinaison de forces peut transformer l’arc musical en arc de chasse ». Puis il ajoute : « la harpe est le premier instrument qui permet à l’homme d’expérimenter, dans une autonomie totale par rapport à la voix chantée, l’univers de la mélodie » (p. 25). Il aboutit à une conclusion selon laquelle « le statut génétique des harpes africaines est totalement incertain et le restera » (p. 32), énumérant les raisons pour lesquelles les harpes du Haut-Oubangui sont, organologiquement parlant, excellentes : clés tournantes (et pas fixes) ; cordes convergentes (et non parallèles) ; cordier solidaire de la table et de la caisse ; position de jeu ; relation longueur des cordes/ampleur de la caisse. Dans son texte « Les harpes : ce que leur nom révèle », France Cloarec-Heiss fait l’étude de l’histoire et de la répartition des harpes en Afrique centrale : trois noms génériques se « partagent » ainsi le territoire envisagé : domo, kundi et ngombi. Susanne Fürniss retrace ensuite l’histoire de la découverte des harpes dans un article intitulé « Les premiers voyageurs européens, collecteurs de harpes en Afrique centrale ».

4La partie « Objets » débute par l’article le plus important de l’ouvrage, celui de Gaetano Speranza, « Les harpes », qui s’attache à étendre et à synthétiser les connaissances de la harpe d’Afrique centrale sous ses aspects contextuels, de fabrication, de conception. Mais surtout, il a élaboré une systématique de la description organologique des harpes, en remettant en question la filiation de Schaeffner, les catégories de Wachsmann et celles de Laurenty, tout en reprenant les caractéristiques définies par Dampierre pour apprécier les qualités musicales d’un instrument. Il doute que ces caractéristiques puissent être généralisables et conclut, en relativisant les choses, qu’il « semble difficile de définir un lien unique entre caractéristiques organologiques et qualité musicale car la qualité de la musique recherchée peut être différente » (p. 71). Speranza établit aussi un excellent tableau des éléments anthropomorphes présent sur une bonne partie des harpes exposées, ainsi qu’une répartition géographique selon les formes générales. Suivent deux articles très utiles aux conservateurs de musées qui décrivent les étapes de la restauration dont ont fait l’objet une bonne partie des harpes de l’exposition au Laboratoire de recherche et de restauration du Musée de la musique. Celui de Joël Dugot, « Restauration et présentation », et celui de Laurent Espié, sur l’analyse des cordes, à l’aide de microscopie électronique à balayage et de microanalyse X.

5La partie « Musiques » est consacrée à une série d’articles traitant de la musique de la harpe, de ses diverses techniques et contextes de jeu, ainsi que des cas particuliers. Philippe Bruguière brosse un tableau général avec « Le chant de la harpe » ; il est suivi de Jos Gansemans avec le cas de « La harpe royale ennanga du Buganda », de Jan-Lodewijk Grootaers pour « L’univers musical zande-nzakara », de Sylvie Le Bomin, « La harpe kunde des Banda-Gbambiya » et « La harpe ngombi des Ngbaka-Ma’bo », de Monique Brandily avec « Les harpes du Tchad », de Nathalie Fernando, « Les harpes du Nord-Cameroun », pour terminer par Philippe Bruguière avec « La harpe du Gabon, pirogue de vie ». Chacun de ces articles est abondamment illustré de photos, de croquis et de schémas très bien reproduits.

6Suit la partie « Planches » (pp. 159 à 309), illustrant chacune des harpes de l’exposition, réparties en treize zones ethno-géographiques, par une magnifique planche en couleurs : en tout, 162 photos qui sont reprises, sous un format de photos d’identité n/b, accompagnées d’une légende, dans la partie des « Notices muséographiques » (p. 311 à 372) signée par Philippe Bruguière et Jan-Lodewijk Grootaers.

7En annexe, on trouve le tableau des modèles de chevilles fabriquées au Laboratoire du Musée afin de reconstituer certaines des harpes, l’état des reconstitutions sur l’ensemble des harpes présentées, ainsi que les notices des 22 enregistrements figurant sur le CD encarté.

8Inutile de préciser que cet ouvrage exemplaire doit figurer dans la bibliothèque de tout amateur de musique, de tout africaniste, de tout ethnologue ou ethnographe et, surtout, de tout conservateur de musée. Une remarque peut toutefois être adressée au réalisateur du catalogue : les noms d’ethnies ont été imprimés en italique, alors que les conventions typographiques et la pratique ethnologique réservent plutôt ce type de graphie aux noms communs étrangers. Il en résulte parfois une certaine confusion, surtout pour le non-africaniste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Borel, « Philippe Bruguière, Gaetano Speranza, ed. : La parole du fleuve. Harpes d’Afrique centrale », Cahiers d’ethnomusicologie, 13 | 2001, 229-231.

Référence électronique

François Borel, « Philippe Bruguière, Gaetano Speranza, ed. : La parole du fleuve. Harpes d’Afrique centrale », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 14 décembre 2011, consulté le 20 avril 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/722

Haut de page

Auteur

François Borel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page