Navigation – Plan du site
Thèses récentes

Franck Bernède: Le jāgar au Kumaon: Musique, danse et rituels de possession dans l’Himalaya centra

Thèse de doctorat soutenue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris le 22 janvier 2004
p. 392-393
Référence(s) :

Franck Bernède: Le jāgar au Kumaon: Musique, danse et rituels de possession dans l’Himalaya centra. Thèse de doctorat (231 pages, 3 DVD et 1 CD audio) soutenue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris le 22 janvier 2004. Directeur de thèse: Marc Gaborieau

Texte intégral

1Ce travail, à la croisée de l’anthropologie religieuse et de l’ethnomusicologie, concerne l’étude des aspects performatifs de rituels de possession dans l’Himalaya central. Il a pour cadre les religions de type oraculaire et plus précisément le phénomène de la possession ritualisée, tel qu’il est pratiqué par les populations hindoues intouchables du Kumaon, (État de l’Uttaranchal, Inde du Nord). La thèse comporte trois parties.

2La première partie n’est autre qu’une présentation du contexte de l’étude. Le premier chapitre présente le cadre historique et culturel. Après une brève introduction à la région, il rappelle à grands traits les différentes périodes de l’histoire dynastique du Kumaon. Envisagé dans une perspective ethno-historique, le chapitre II est consacré aux castes de musiciens. Introduit par une présentation générale de l’organisation sociale du Kumaon, il confronte les sources les plus anciennes (inscriptions et documents fonciers), la littérature britannique et les études anthropologiques, aux observations de terrain. Cette approche diachronique permet de mieux cerner les problèmes liés à l’identité et au statut des bardes du Kumaon et de l’ouest du Népal, région qui est prise ici à titre comparatif. Le chapitre III est une introduction au paysage musical proprement dit. Partant d’un relevé des sources iconographiques dans la statuaire des temples, il s’attache à mettre en perspective l’instrumentarium contemporain de l’Uttarakhand. Il met l’accent sur les deux formations musicales qui interviennent spécifiquement dans les cérémonies de jāgar au Kumaon: le huḍka bājā et le ḍhol ki bājā. Une attention particulière est accordée au tambour-sablier huḍka, cœur vibrant des jāgar domestiques.

3La deuxième partie de l’ouvrage concerne le rituel proprement dit. Le chapitre IV traite de la structure du jāgar domestique. Après un rappel des travaux anthropologiques réalisés sur ce culte, il pose la question des relations entre la religion populaire et le courant tantrique des Nāth, un mouvement religieux dont l’influence apparaît déterminante dans l’économie du rituel. Il dresse en outre un portrait des participants humains, bardes musiciens et médiums, ainsi que des principales divinités du panthéon local qui interviennent pendant les séances. Le chapitre V est une étude de cas. Il présente la traduction d’un jāgar domestique dédié aux principales déités du panthéon local (Goriyā, Dana Golu, Kalyān Singh et Ganganāth). Sa description permet de mettre en avant la dimension sociologique du rituel.

4La troisième partie de la thèse est entièrement consacrée aux aspects performatifs du jāgar. Le chapitre VI présente l’analyse musicologique du jāgar proprement dit. Il traite de son ossature rythmique et de la variété des techniques vocales utilisées. Enfin, le chapitre VII est consacré à l’activité des médiums, autrement dit aux lois qui régissent la grammaire corporelle des divinités. Il se concentre sur les gestes et postures adoptés pendant les différentes phases de la cérémonie; ceux qui relèvent proprement de la technique des rituels et ceux qui sont relatifs aux danses de possession.

5La thèse est accompagnée de supports audiovisuels qui sont inclus dans trois DVD et un CD audio. Sous le titre « Rites, officiants, panthéon», le premier DVD comprend un diaporama visuel et sonore ainsi que la captation d’un jāgar domestique dédié à Chittai Golu, Kalyān Singh, Ganganāth et au bhūt. Ce premier film illustre la transcription des dialogues présentée au chapitre V. Quant au diaporama, il n’a d’autre objectif que de présenter différentes facettes de la vie culturelle du Kumaon et de l’ouest du Népal. Il comporte quatre rubriques: une introduction au pays, une sélection représentative des principaux édifices religieux du Kumaon, un portrait des musiciens avec lesquels j’ai travaillé et une présentation diachronique de l’instrumentarium à partir des sources iconographiques. Le second DVD, intitulé « Geste divine et voix humaines», présente la captation d’un jāgar dédié à Kalyan Bist qui illustre la première partie du chapitre VII de la thèse. Il comporte également un film d’analyse divisé en trois chapitres: le premier concerne la structure rythmique du jāgar, le second isole les gestes rituels des médiums et le troisième rassemble les éléments significatifs des danses de possession. Le troisième DVD, intitulé « Le mouvement des dieux», contient le film d’un jāgar dédié à Chittai Golu. Il est proposé pour accompagner la seconde partie du chapitre VII, dévolu aux postures de danses de médiums. La thèse est par ailleurs accompagnée d’un CD audio qui complète la documentation indispensable à la lecture des analyses musicales proposées dans le texte. Il rassemble une quarantaine de plages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Franck Bernède: Le jāgar au Kumaon: Musique, danse et rituels de possession dans l’Himalaya centra », Cahiers d’ethnomusicologie, 17 | 2004, 392-393.

Référence électronique

« Franck Bernède: Le jāgar au Kumaon: Musique, danse et rituels de possession dans l’Himalaya centra », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 17 | 2004, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/562

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page