Navigation – Plan du site
Dossier : identités musicales‎

Chant et territorialité chez les Secwepemc (Shuswap) ou comment tracer des frontières par la portée du chant

Nina Reuther
p. 147-163

Résumé

Outre leur place attitrée dans les cérémonies, les rites et les récits, les chants secwepemc jouent un rôle central dans la transmission des droits d’accès aux biens matériels et immatériels, ainsi qu’aux ressources. Ce dernier aspect les relie directement à la délimitation des territoires et des sites économiques, ainsi qu’au système juridique régissant l’accès à ces derniers. Cette « mémoire chantée » constitue la base de la transmission de l’identité culturelle secwepemc traditionnelle.

Haut de page

Texte intégral

Territoires humains et territoires non humains : un monde qui résonne

1T’kamlúps (B.C.), un soir d’été 1996.

2L’après-midi, Evelyn avait exceptionnellement décidé de partir toute seule à la recherche de baies parce qu’elle avait besoin de réfléchir seule. Elle avait trouvé un endroit très riche et s’était mise à cueillir. Bientôt, elle avait rempli plusieurs seaux de baies, qu’elle déposait au fur et à mesure à l’avant de son pick-up-truck, à l’abri du soleil et en laissant les fenêtres ouvertes à cause de la chaleur. Alors qu’elle revenait une fois de plus à sa voiture pour y déposer un nouveau seau plein, elle vit de loin une ombre noire dans la voiture, près des seaux. En se rapprochant, elle s’aperçut qu’il s’agissait d’un jeune ours noir qui dégustait ses baies… Elle commença aussitôt à faire un grand vacarme, ce qui effraya heureusement l’animal, qui sauta par la fenêtre et se sauva. La dame n’attendit pas plus longtemps : elle se dépêcha de démarrer pour rentrer.

  • 1 « You know, I didn’t even sing up there that time. I was so much wrapped up in my thoughts ! Otherw (...)

3Quand Evelyn me raconte l’histoire quelques jours plus tard, elle termine avec le commentaire : « Tu sais, je ne chantais même pas là-haut cette fois-là. J’étais tellement absorbée dans mes pensées ! Sinon, l’ourson ne serait probablement pas venu, Mais ainsi, il a fait un festin ! »1.

  • 2 Nation nord-amérindienne habitant le Plateau septentrional situé au centre-sud de la Colombie brita (...)
  • 3 Le système fait penser un peu aux song-lines des Aborigènes d’Australie, c’est du moins le résultat (...)
  • 4 Les Secwepemc répartissent les êtres vivants en deux catégories complémentaires : les humains, qui (...)

4La relation entre espace sonore et espace physique est omniprésente chez les Secwepemc (Shuswap)2 : chanter servait, entre autres, à marquer symboliquement un territoire, à communiquer avec les autres êtres vivants qui peuplent le monde en leur signalant sa présence à un certain endroit3. Le territoire marqué par des « frontières sonores » peut l’être de manière temporaire, comme c’est le cas lors d’un voyage ou d’une cueillette de baies : le « marquage du territoire » dure le temps de l’activité. Il ne s’agit pas d’une prise exclusive, car d’autres personnes, qu’il s’agisse d’humains ou de non-humains4, peuvent y accéder au même moment. Si Evelyn avait marqué son territoire par le chant, l’ours serait peut-être venu quand même, mais il aurait été averti d’avance de la présence d’Evelyn, et pas seulement au moment où elle l’a effrayé pour le chasser de son pick-up.

  • 5 Cf. par exemple Teit (1912-1921) la note du chant no. VI.M.165 (131).

5Parallèlement au « marquage temporaire » par le son d’un territoire de passage, il existe aussi celui, durable, où une emprise intemporelle sur un territoire est traduite par des frontières sonores. Ces frontières sont intelligibles par tous les êtres vivants peuplant le monde. Les oiseaux notamment marquent leur territoire par leur chant. Les esprits locaux, qui gardent et surveillent les endroits-clés du territoire secwepemc, ont également leurs chants particuliers. Pour les autres êtres, ces chants ne sont pas faciles d’accès5, car celui qui sait les chanter exerce son emprise sur le lieu et le territoire associés. Certains de ces chants sont en possession des diverses familles secwepemc, qui affirment ainsi leur droit d’accès et d’exploitation des ressources du territoire en question. L’affirmation se fait par l’interprétation régulière de ces chants lors d’occasions précises. Ces « chants territoriaux » exercent alors une fonction juridique dans cette tradition orale, tout comme les chroniques et les documents sur papier dans les traditions écrites.

  • 6 Sur la polysémie du terme tmicw, voire infra.

6Selon la conception secwepemc, le monde humain est inséparable du monde non humain, et plus particulièrement de celui des animaux. Les humains et les non-humains vivent dans un certain nombre de mondes parallèles qui forment un ensemble, un « monde intégral ». Le terme secwepemc pour désigner ce monde intégral est xoxweit te tmicw, que l’on peut traduire littéralement par « tout ce qui se trouve dans le monde / le ranch / la maison »6. Le monde des humains, tout comme celui des animaux, est séparé en divers territoires qui se distinguent par différentes langues et différents chants. Dans les territoires proches, il est possible de communiquer par des langues d’échange communes, comme le Chinook Jargon sur la Côte Nord-Ouest du Pacifique et sur le Plateau intra-montane, avant l’imposition de l’anglais comme langue officielle. Au-delà, il faut recourir au langage des signes.

  • 7 Le « stickgame », également appelé « bonegame » et « handgame », est un jeu à mises pour adultes, t (...)
  • 8 Les joueurs secwepemc utilisent le terme bones (« os »), bien qu’il s’agisse en fait d’objets fabri (...)
  • 9 Par delà de l’amusement, ce jeu comporte une dimension économique, voire juridique, incontournable (...)

7Le « jeu de bâtons » (stickgame) – aussi appelé lehal ou helahel en Chinook Jargon, ou encore llek’mew’es en langue secwepemc7–illustre bien le fonctionnement de ces diverses dimensions de la communication : il est joué entre deux équipes, composées par des adultes. L’objectif du jeu est de gagner une mise composée équitablement en chassant symboliquement deux « os » (bones)8 blancs. Ces « os » sont dissimulés par l’une des équipes et traqués par l’autre. Chaque mauvais tir est comptabilisé par une baguette, chaque tir réussi résulte dans l’obtention de l’os blanc trouvé. L’équipe qui a su le mieux cacher les « os », c’est-à-dire qui a fait le plus rater les tirs à l’autre équipe, gagne la partie et donc la mise. Lors de ce jeu, la communication se fait par des gestes des mains (indication des directions de tir) et par le chant (détournement de l’attention du tireur et brouillage des pistes par ceux qui cachent)9. Les chants lehal se définissent par le rythme soutenu de coups de bâtons ou de tambour et par une structure mélodico-rythmique particulière.

  • 10 Cf aussi Browner (2002 : 87)
  • 11 C’est aussi la raison pour laquelle Abraham et von Hornbostel (1910) n’ont pas pu classer les échan (...)
  • 12 Toutes ces indications ne sont pas absolues, mais justes indicatives. Elles peuvent varier d’un end (...)

8L’élément d’un chant nord-amérindien qui en détermine le genre est le rythme sur lequel il est interprété : le rythme de la mélodie d’une part, celui du tambour « accompagnateur » de l’autre. Le tambour, et non pas la voix, est ici l’instrument central. Il est le battement du cœur de la terre et des êtres vivants, qu’ils soient humains ou non ; il est la vie même10. De lui partent les chants et les danses. Son rythme et son tempo indiquent de quel genre de chants il s’agit11 : un chant de jeu lehal se joue sur des syncopes courtes et rapides (env. 120 syncopes/min), un chant de prière sur des coups courts et rapides (env. 360 coups/min), un chant collectif de danse récréative sur des coups isochrones (env. 210 coups/min), un chant d’honneur débute avec des coups isolés qui accentuent les débuts des strophes mélodiques, puis se poursuit sur des coups isochrones lents (env. 80 coups/min)12. Le rythme d’une mélodie est également révélateur du contexte d’interprétation du chant. La mélodie porte la signification d’un chant, elle raconte son histoire générale par le rythme, le timbre, les intervalles, la sonorité, les agencements entre voyelles et consonnes. Les paroles, souvent variables selon le chanteur, établissent un lien entre l’histoire du chant et le moment particulier de l’interprétation. Chaque chant est accompagné par une danse, une visualisation par des mouvements corporels de son histoire. Ces quatre éléments constitutifs d`un chant (le rythme, la mélodie, l’histoire et la danse) sont toujours présents lors d’une interprétation donnée, même s’ils ne sont pas toujours visibles, ni parfois audibles.

Chanter son territoire, c’est affirmer son droit de l’exploiter

9L’ensemble des chants des Salish de l’Intérieur septentrionaux se divise de trois manières différentes, mais complémentaires : selon l’utilisation, l’appartenance et l’origine. Ces trois aspects sont d’importance égale et englobent chacun l’intégralité de l’ensemble. L’utilisation détermine le contexte d’interprétation, l’appartenance indique qui a le droit d’entamer et de transmettre un chant, l’origine conditionne les deux premières car elle indique d’où provient un chant particulier.

10Certains de ces chants sont associés à des endroits précis. Ces chants « locaux » et « territoriaux » sont transmis aux êtres humains par les esprits locaux, gardiens des lieux, au moyen de visions et /ou de rêves. Ils reflètent l’atmosphère sonore de l’endroit d’où ils proviennent, ils le symbolisent. Ainsi, on peut faire référence à un endroit sans y être en entamant son chant ; ou encore on peut l’utiliser pour communiquer avec l’esprit du lieu. Ces chants appartiennent généralement à une famille ou à un groupe familial, c’est-à-dire que toute personne consanguine a le droit de le produire devant d’autres. Posséder ce droit signifie avoir une relation et une connaissance particulières avec cet endroit. La famille affirme son droit d’accès envers les autres familles via ce chant particulier. Ainsi, un chant territorial ne symbolise pas seulement le territoire auquel il est associé, mais aussi le droit de contrôle sur l’accès à ce territoire. La relation entre un lieu et ses occupants humains est marquée matériellement par la responsabilité des divers sites économiques et, symboliquement, par le droit de chanter les chants provenant de ces endroits.

  • 13 Le texte intégral du Wilfried Laurier Memorial et de son contexte est consultable sur <www.secwepemc.org>.

11Les Secwepemc ont une définition très claire des limites de leur territoire. Lors de la présentation à Sir Wilfried Laurier de leur demande de reconnaissance territoriale en 1910 à Kamloops13, les chefs des nations du Plateau ont très clairement expliqué le fonctionnement de leur système de juridiction sur leurs divers territoires. Le terme anglais utilisé dans ce texte pour désigner ces divers territoires est « ranch », servant de traduction pour ce que les Secwepemc appellent tmicw, qui se traduit, selon le contexte, aussi par « monde » ou par « maison ». L’apparente polysémie de tmicw traduit en fait l’essence même de la perception secwepemc de leur relation avec leur environnement et leur entourage, humain comme non humain. Tmicw signifie en fait « l’espace que l’on habite », ce qui peut être, selon la perspective choisie, la maison (qu’elle soit en dur et semi-souterraine pour l’hiver, ou alors mobile en été), le territoire (le « ranch », qui nourrit les êtres vivants d’un même groupe) ou encore le monde partagé avec tous les êtres vivants. La forme plurielle de tmícw, temtmícw, comporte, pour les Secwepemc, la connotation de « territoire » et de « propriété », dans la mesure où ils ont le droit de décision sur tout ce qui se trouvait dans les limites de leurs « maisons ».

  • 14 Coyote est le trickster sur le Plateau. Il est passé sur terre après Old One (celui qui a créé les (...)
  • 15 Une famille, définie par des termes de consanguinité, est répartie sur plusieurs communautés et une (...)

12Les limites des divers territoires sont marquées de plusieurs manières. D’après les Secwepemc, les « balancing rocks » posés par Coyote14, marquent physiquement le territoire entier de la nation secwepemc. Certaines bornes en pierres ont été ajoutées lors de l’arrivée des Européens. Les limites des territoires familiaux et communautaires sont marqués par la connaissance : le territoire de ma famille s’arrête là où une autre famille en connaît mieux les meilleurs sites de pêche, de chasse et de cueillette et où cette même famille ou communauté prend soin de l’environnement15. Les territoires familiaux sont plus vastes que ceux des communautés et garantissent la cohésion du territoire entier de la nation secwepemc, définie par le partage d’une même langue, d’une même histoire et de chants communs. Exploiter les ressources du territoire d’une communauté par des membres de famille habitant une autre communauté demande toujours de suivre un certain protocole : on annonce sa visite et on demande dans quelle condition se trouve la ressource visée. L’accès est donné sauf si l’état de la ressource interdit une exploitation.

13La transmission des chants donnant un droit d’accès particulier (que ce soit à une ressource ou à un bien matériel ou immatériel) est réglementée de manière précise, car il s’agit de passer une bonne connaissance de la signification d’un chant particulier et de donner des instructions sur comment et quand utiliser un chant. Il existe, bien entendu, aussi une manière « inofficielle » de se procurer un chant particulier, tout simplement en le copiant et en le rechantant. Or, cette question est réglée par un système de sanctions bien précises selon le type de chant « volé » et les circonstances et intentions du vol, pouvant aller jusqu’à l’exclusion sociale.

Fig. 1. Le chant à tambour des anciens.

Fig. 1. Le chant à tambour des anciens.

Photo Cathy Manuel, Secwepemc Cultural Education Society, 2006

Fig. 2. La jeune génération perpétue la tradition.

Fig. 2. La jeune génération perpétue la tradition.

Photo Cathy Manuel, Secwepemc Cultural Education Society, 2006.

Fig. 3. Partage des chants VI.M.56(22) (en hachuré de gauche à droite) et VI.M.44(16) (en hachuré de droite à gauche)

Fig. 3. Partage des chants VI.M.56(22) (en hachuré de gauche à droite) et VI.M.44(16) (en hachuré de droite à gauche)

Chants partagés : affirmer une unité face aux « autres »

  • 16 Le gardien maintient d’ailleurs tous ses droits : ce n’est pas une cession de droits de l’un en fav (...)

14Avoir le droit d’entamer un chant implique de connaître non seulement la partie audible par tous, mais aussi la signification inhérente du chant, uniquement connue de celui avec qui le chant a pris son origine. Afin d’obtenir le droit d’entamer un chant avec lequel on n’est pas lié par voie de sang ou de transmission directe, une cérémonie spéciale doit avoir lieu. Cette cérémonie peut être initiée par celui qui réclame le droit de chant. Celui-ci doit d’abord expliquer publiquement pourquoi il veut le faire sien et comment il compte l’utiliser. Ensuite, le gardien du chant raconte comment il l’a obtenu et comment le prétendant doit l’utiliser, puis il commence à chanter l’air. Après quelques répétitions, le « prétendant » joint sa voix au gardien. Puis, au bout d’un certain temps, le gardien du chant s’arrête pour laisser le prétendant chanter seul. À partir de ce moment-là, le prétendant a le droit de chanter cette chanson dans le ou les contextes qui ont été mentionnées au début de la cérémonie16. Il se peut aussi que le gardien décide de transmettre un de ses chants à quelqu’un. La cérémonie est alors la même à partir du moment où le gardien explique la signification et l’utilisation du chant. Selon l’importance de ce chant, la cérémonie prend plus ou moins d’emploi et de public.

15Le fait de chanter ensemble ne signifie pas seulement partager un bon moment ; il s’agit aussi d’affirmer une unité face à une situation donnée. Ainsi, partager un chant exprime aussi une alliance précise. Tel est par exemple le cas de deux chants de guerre recueillis par Teit (1912-1921 ; chants VI.M.56 (22) et VI.M.44 (16)) qui unissent deux groupes d’alliés différents.

  • 17 Malheureusement, Teit ne donne pas plus d’informations sur les histoires particulières de ces deux (...)

16Partager des danses de guerre symbolise l’étendue des alliés potentiels en cas de menace. La première allie les Ntlakapmux aux autres groupes salish de l’intérieur septentrionaux et vers le nord. La deuxième les oriente vers le sud et l’est. Le seul autre groupe également cité dans ces deux notes est celui des Okanagon17. Il s’agit, dans les notes de Teit (1912-1921), de cercles de relations concentrés autour des Ntlakapmux. Le système est également valable pour les autres groupes du Plateau, chacun de ces groupes formant le centre d’un nouveau cercle et ainsi de suite. Des intermédiaires potentiels pour communiquer avec des groupes plus éloignés sont ainsi définis. Les cercles de chants partagés correspondent à d’autres routes d’échanges, par exemple à celle des objets de traite ou à celle des compétitions de lehal.

  • 18 Dans ses notes d’enregistrement, Teit (1912-1921) donne de nombreux exemples de chants que les Ntla (...)
  • 19 J’ai assisté à de nombreuses scènes où des gens revenus de divers powwow s’échangeaient des chants (...)
  • 20 Dans la collection de Teit (1912-1921) existent plusieurs exemples, allant d’un chant de hutte de s (...)
  • 21 Il serait toutefois erroné d’affirmer que tous les chants appartenant à ces catégories sont destiné (...)

17L’échange de chants a été très répandu entre peuples du Plateau et dans le Nord-Ouest18, et il l’est encore, notamment par les circuits du powwow19. Le partage d’un certain nombre de chants cérémoniels indique la cohésion culturelle du Plateau20. Certains types de chant (des danses récréatives, de mariage…, des chants de jeu et des chants en solitaire) circulent plus facilement sur un large territoire que d’autres21. En regardant la carte des chants partagés entre les diverses ethnies du Plateau, la grande étendue géographique des relations d’échange entre ces nations apparaît.

18Outre les chants partagés par plusieurs nations, il y a aussi ceux qui représentent une nation face à d’autres. Dans ce cas, il s’agit avant tout de chants communautaires, voire familiaux – cela dépend de la composition du groupe qui représente la nation. Lors d’un séjour en 1999 près de Vienne (Autriche), une délégation de sept Secwepemc commença et finit ses représentations par deux chants appartenant à l’oncle de trois d’entre eux (dont les deux responsables de la délégation). Les deux chants en question étaient des chants lehal connus comme « chants de l’oncle Sam ». Dans ce contexte particulier, ils étaient néanmoins utilisés comme représentant la nation secwepemc. Les chants de jeu lehal chantés lors des grandes compétitions internationales – comme ceux de Omagh, WA, aux États-Unis au mois d’août – remplissent également cette fonction.

  • 22 Comme le montre entre autres l’article de W. Rhodes, « A study of Music Diffusion Based on the Wand (...)
  • 23 Ou de la Native American Church, que Rhodes (1974 : 140, n. 2) définit comme une « religion synthét (...)
  • 24 Du moins dans un système de tradition orale. A partir du moment où il y a transcriptions écrites et (...)

19Emprunter des chants à d’autres nations, afin de les intégrer à son propre répertoire, est d’ailleurs une coutume répandue sur tout le continent nord-américain22. La Prophet Dance et la Ghost Dance au XIXe siècle, puis le culte du Peyotl23 et aujourd’hui le Pow-wow sont des mouvements centrés autour de chants partagés pour exprimer une unité devant un environnement changé. Les chants peuvent être considérés comme une « monnaie d’échange », un don – comme les histoires, d’ailleurs –, qui formalise une alliance commune. Chants et histoires sont la « propriété intellectuelle » par excellence, car ils n’ont pas d’autre matérialisation que le moment sonore éphémère de leur interprétation24. À travers cet échange de « propriété intellectuelle » se forge une communauté symbolique qui dépasse les seules nations. La création d’une telle communauté symbolique est un élément central de tous les mouvements de résistance nord-amérindiens, formés autour d’un certain type de chants partagés.

20Le fait de « chanter et danser tout le temps » dépasse largement l’aspect visible du partage et de l’affirmation d’une unité : il sert aussi à ancrer un événement et son contexte dans la mémoire collective.

La « mémoire chantée »25 : transmettre l’identité26 secwepemc du passé au futur

  • 25 Dans le sens de garder à l’esprit quelque chose du passé par le chant. Voir le Grand Robert pour la (...)
  • 26 « Identité » venant du latin idem, qui se traduit par « le même » (cf. Grand Robert), je prends ici (...)
  • 27 Juste à titre de rappel : le terme « chant » ne se limite pas à la seule action de chanter ; il eng (...)
  • 28 Comme les noms familiaux, d’ailleurs, qui doivent être transmis, afin de ne pas « mourir ». Les enr (...)

21Les cérémonies, les rituels, les légendes et histoires et les chants27 se complètent pour former un tout : la tradition orale. Les chants y jouent un rôle aussi important que les trois autres éléments, loin d’un simple « agrément » ou d’une « imposition incontournable » de la part des « sauvages ». L’action de chanter place une cérémonie, un rituel, une histoire particuliers dans un système de temporalité. Ce système de temporalité se joue sur deux dimensions : l’une appartenant au monde intégral et l’autre au monde humain. Le chant génère de la mémoire car chaque nouvelle interprétation d’un chant actualise toutes les interprétations précédentes. Il crée un lien « virtuel », mais bien réel, entre la dernière interprétation et la toute première, tout en anticipant déjà l’interprétation suivante, établissant ainsi une chronique orale des événements, compréhensible pour toute personne ayant accès au code. Un chant ne vit qu’aussi longtemps qu’il est régulièrement interprété28. En complémentaire aux dons d’objets et à la présence de pairs, d’autres êtres humains, le chant sert de « témoin » lors des cérémonies, rituels et histoires : à travers sa présence, le monde non humain participe à l’action.

22La fonction du chant dans les cérémonies est multiple. Tout d’abord, en tant que langage entre êtres vivants ne parlant pas la même langue, il porte les prières des humains vers le monde non humain. Ensuite, le chant cérémoniel exprime la cohésion du groupe : savoir partager les mêmes chants en groupe signifie appartenir au même ensemble social. Enfin, à travers le chant, un acte cérémoniel est juridiquement fixé, en parallèle avec le échange de nourriture et/ou d’objets entre hôtes et invités. Les chants rituels comportent aussi la dimension de communication avec le monde intégral, mais c’est un aller-retour et non pas une expression unidirectionnelle. Lors des chants cérémoniels, certains faits sont communiqués vers le monde non humain, alors que les chants rituels sont des prières en vue d’obtenir une aide précise. Lors des rituels, les humains cherchent par le chant le soutien de leurs alliés non humains, les sweméc, Les légendes en particulier, mais aussi les histoires, servent à transmettre aux jeunes tous les concepts éthiques. Ces récits sont ponctués par des bruitages et des chants, donnant ainsi les diverses dimensions du récit.

  • 29 Par exemple le chant VI.M.153(119) de la collection de Teit (1912-1921), à l’origine un chant de je (...)
  • 30 Le tout premier jeu lehal date de l’époque où humains et démons vivaient ensemble sur la terre. Com (...)

23Avec chaque nouvelle interprétation, les chants servent aussi à commémorer un événement particulièrement important29. Certaines mélodies sont très vieilles. Elles sont généralement partagées par tous et lient le groupe entier à un passé commun plus ou moins lointain, voire aux origines du temps. Les chants qui existent « depuis l’origine » se présentent souvent sous une version pour les femmes et une autre pour les hommes. Tel est le cas de deux chants de hutte de sudation et de deux chants de lehal. La hutte de sudation et le lehal sont considérés par les Secwepemc et les autres nations salish de l’intérieur comme des cérémonie et rituel « fondateurs », dans la mesure où ils leur ont été transmis directement par Old One, celui qui a rendu le monde vivable30.

24La « mémoire chantée » des Secwepemc(Shuswap) ne se limite pas à l’interaction entre chants, légendes et histoires, cérémonies et rituels, qui ne sont que sa partie directement audible, et parfois visible. Outre le savoir culturel, elle transmet de manière inhérente l’articulation de la société : les généalogies, les accès aux biens matériels et immatériels et aux ressources, ainsi que la manière de les utiliser. Cette transmission inhérente, ou partie indirectement audible et/ou visible, passe par les droits d’accès.

  • 31 Comme ils le formulent eux-mêmes.

25Tout d’abord, tout chant n’est pas accessible à toute personne. L’accès se définit en plusieurs cercles, formant parfois des intersections, parfois non. Ces cercles sont les chants personnels, les chants familiaux, les chants communautaires, les chants partagés par toute la nation et ceux partagés par plusieurs nations. Selon la perspective, ces cercles s’agencent de différentes manières. Comme nous l’avons entrevu plus haut, l’accès direct aux chants familiaux, communautaires et nationaux ne se fait que par lien de sang, l’accès indirect par une cérémonie officielle de transmission du droit d’entamer un chant dans certaines conditions, définies par le gardien de l’accès (ou le « propriétaire »). Autrement dit, en sachant qui a le droit de chanter quel chant, on connaît aussi les liens généalogiques entre les diverses personnes. Ceux que d’autres nations nord-amérindiennes expriment, entre autres, par des mâts totémiques et d’autres formes d’expression d’art plastique, est transmis chez les Secwepemc et leurs voisins du Plateau « dans la tête31 », et entre autres par les chants.

  • 32 Voir l’exemple VI.M.65(31) de la collection de Teit (1912-1921) « Chant de danse ou Chant de Skius. (...)

26Ensuite, l’interprétation d’un chant particulier donne lieu à la commémoration de la généalogie du ou des chanteurs. De cette manière les généalogies sont actualisées et gardées en mémoire32. Les généalogies sont également tracées par la transmission de noms appartenant aux diverses familles, fonctionnant selon des règles bien précises, similaires aux cercles d’accès aux chants. La transmission de chants, de noms et de la connaissance du territoire garantit l’unité familiale et collective.

  • 33 Je préfère les termes de « biens matériels » et « immatériels » à ceux de « propriété intellectuell (...)

27Finalement, la « mémoire chantée » transmet le code des droits d’accès aux biens « matériels » et « immatériels »33, ainsi qu’aux ressources – trois volets biens distingués – et, par là le système juridique secwepemc. L’accès aux ressources et leur gestion se déterminent par la connaissance du territoire, du tmicw (voir supra), laquelle est transmise de génération en génération. Autrement dit, la durée d’occupation d’un endroit détermine qui en a la meilleure connaissance, et donc le droit de déterminer qui accède à quoi. Ce droit n’est pas aliénable, mais on peut le partager et l’ouvrir à d’autres en leur transmettant le savoir indispensable à une gestion durable des ressources locales. La connaissance du territoire, le savoir-faire lié et les voies de transmission de ce savoir (i.e. les chants) forment les « biens immatériels » de la collectivité. En revanche, parmi les bien matériels, on distingue les biens personnels (toutes les possessions personnelles d’une personne, comme son cheval, ses paniers, sa voiture, sa chaîne hi-fi…) des biens collectifs (les plates-formes de pêche, les palissades pour la chasse, le surplus de produits fabriqués ensemble…). Ils sont aliénables, sur décision individuelle pour les biens personnels et sur décision du groupe pour les biens collectifs. Ce genre de « possessions » constitue d’ailleurs la mise lors des affrontements au jeu lehal, qui ne se joue jamais sans mise.

Le jeu lehal, la mémoire chantée secwepemc et le monde contemporain

  • 34 Cérémonie qui se tient un an après l’enterrement et qui clôt la période de deuil officielle.

28Le jeu lehal estsans aucun doute l’élément de la culture ancestrale secwepemc qui a le mieux survécu. Au cours de la dernière décennie en particulier, les confrontations à ce jeu sont devenues de nouveau très fréquentes. Il est joué de nouveau lors des powwow et autres rassemblements, lors des mariages, des funérailles et des memorials34. Pour beaucoup d’adolescents et de jeunes adultes secwepemc, c’est l’activité qui les lie le plus à leur culture ancestrale. Jadis, le lehal occupait une fonction centrale dans la société secwepemc. Hier comme aujourd’hui, les divers groupes s’affirment, à travers la constitution des équipes, comme une unité, l’une face à l’autre. De même, la mise constitue toujours un élément important, bien que sa composition ait changé. Les chants de jeu lehal continuent à être transmis. Ils permettent aux jeunes d’aujourd’hui de renouer un lien avec les anciennes techniques de chant rituel. Finalement, les outils principaux du jeu, les deux paires d’« os » fabriqués en corne de cerf, ainsi que la mise en scène du jeu, perpétuent le lien entre le monde humain et le non humain. De cette manière, certains concepts de perception du monde continuent à être transmis aux jeunes. Par ces quatre éléments, le lehal symbolise la culture secwepemc : les liens sociaux (les équipes), la gestion et le partage des biens (la mise), le lien sonore et visuel avec leur environnement (les chants et les « os »).

29Tout comme le chant, le lehal crée une temporalité d’événements qui lie, d’une part, chaque nouveau chant/jeu à ceux chantés/joués entre les mêmes personnes/équipes présentes auparavant, et, d’autre part, la communauté entière aux temps mythologiques. Avec les chants, le lehal génère une mémoire collective du passé, tout en anticipant l’avenir, puisque chaque partie de lehal exige sa revanche et chaque chant n’est vivant que s’il est régulièrement interprété. La chaîne continue à l’infini – du moins tant qu’il y aura des êtres vivants. Lors des mariages, des funérailles et des memorials, le lehal marque la fin de la cérémonie et fonctionne comme remerciement aux participants.

  • 35 Il existe d’ailleurs un parallèle intéressant entre le don de nourriture et/ou d’objets et le jeu l (...)
  • 36 Communication sur le terrain. Il s’agit ici d’une manière de résoudre des litiges territoriaux entr (...)
  • 37 Cf. Teit (1909 : passim)

30Finalement, associé aux cérémonies de don (skectém en langue secwepemc) le lehal participe à la sanction de diverses transactions35. Il s’intègre, tout comme le chant, dans le système de passation de droits et de validation d’événements. Lors du lehal la mise est représentée au cours du jeu par un bâton particulier, le kickstick. Or, le kickstick a toujours son double, son jumeau. Lors de jeux « ordinaires », ce double est rangé dans la sacoche qui sert à garder les outils de jeu. Toutefois, ce double peut aussi être ailleurs, par exemple planté dans un lieu de pêche, de chasse ou de cueillette de baies. Dans ce cas, c’est la responsabilité sur ce territoire qui est l’enjeu, et l’équipe gagnante obtient la gestion de ce territoire36. Il existe aussi des histoires où une intention de guerre est transformée en affrontement par lehal37

Fig. 4. Équipe de jeu lehal : transmission aux nouvelles générations.

Fig. 4. Équipe de jeu lehal : transmission aux nouvelles générations.

Photo Cathy Manuel, Secwepemc Cultural Education Society, 2006.

Fig. 5. Clôture d’une partie de lehal : les joueurs forment un cercle autour du « terrain de jeu ».

Fig. 5. Clôture d’une partie de lehal : les joueurs forment un cercle autour du « terrain de jeu ».

Photo Cathy Manuel, Secwepemc Cultural Education Society, 2006.

  • 38 Voir Reuther 1993 pour plus de détails.

31Socialement, la profession de joueur est reconnue comme étant aussi importante que les trois autres, celles de chasseur, de guerrier et de t’ekwilc (« homme-médecine »), car un bon joueur réunit les qualités des trois autres professions : il doit avoir la perspicacité du chasseur pour pouvoir traquer l’« os » recherché, la force du guerrier pour ne pas se laisser intimider par l’adversaire et le savoir-faire du t’ekwilc, afin de savoir se servir correctement de ses chants comme stratégie de jeu. Les compétitions au lehal se font toujours en présence d’un « arbitre » ou d’un « juge », en général un joueur reconnu, qui observe le jeu, comptabilise les mauvais tirs et n’intervient qu’en cas de tricherie ou d’abus. Les grands joueurs voyagent beaucoup et cumulent ainsi beaucoup d’expérience. C’est pourquoi on leur demande souvent leur avis sur des questions litigieuses38.

32Le fonctionnement de ce système demande une mémoire des chants extrêmement précise. Teit (1909 : 621) remarque déjà à son époque que cette technique de transmission du savoir culturel avait tendance à disparaître, une conséquence directe du chamboulement de l’ancien rythme de vie. Dans le monde actuel, avec ses stimulations nouvelles continuelles et la recherche constante du nouveau, la place pour une telle mémoire orale paraît toujours plus restreinte, voire superflue. La télévision par satellite et les cassettes vidéo sont devenues trop omniprésentes, fournissant d’autres histoires qui remplacent souvent les anciennes légendes. De même, l’ancien partage du chant est remplacé par l’écoute de musique enregistrée, et les jeux traditionnels par des jeux de cartes ou d’ordinateur. Autrement dit, les structures sont restées les mêmes, mais les contenus ont changé, et du coup le savoir transmis est autre.

  • 39 Voir par exemple Kolstee (1988), pour la Côte Nord-Ouest, et Brown (2002) pour les Carrier. Un syst (...)
  • 40 « Leur » ne signifie pas ici que les êtres humains « possèdent » la terre ou qu’ils en sont « propr (...)
  • 41 Le livre Drumbeat. Anger and Renewal in Indian Country, publié par l’Assembly of First Nations en 1 (...)

33Le lien entre certains chants et droits d’accès aux biens familiaux et aux ressources n’est pas spécifique aux Secwepemc, ni aux Salish de l’intérieur. Dans la littérature ethnologique, il est mentionné de manière plus ou moins apparente et claire pour d’autres peuples nord-amérindiens39. Ce lien est toujours présent, mais souvent de manière implicite, quand les nord-Amérindiens parlent du lien avec « leur40 » terre, comme le montrent maints exemples dans l’histoire de l’établissement des Européens sur les terres nord-américaines et les questions de juridiction sur l’accès aux ressources qui s’en suivent41. L’interprétation des chants rythme les événements, les lie entre eux, les met en rapport et forge ainsi une mémoire collective. Les chants servent à « maintenir vivant », à réaffirmer des droits ancestraux en les rechantant régulièrement.

34Les Secwepemc se rendent très bien compte que la transmission de leur mémoire orale collective est en danger, et pas seulement parce que les légendes sont moins souvent racontées. Avec l’ouverture des réserves aux technologies modernes, notamment depuis le milieu des années 1990, l’oralité a – comme ailleurs dans le monde – perdu de son importance. Les adultes essayent néanmoins de fournir de plus en plus souvent ces moments privilégiés, afin que la transmission de cet ancien savoir ne soit pas complètement interrompue.

Haut de page

Bibliographie

ABRAHAM Otto et Erich M. VON HORNBOSTEL, 1906, « Phonograhierte Indianermelodien aus Britisch Kolumbien ». Reprint from the F. Boas Memorial Volume (New York) :447-474.

BROWN Doug, 2002, « Carrier Sekani Self-Government in Context: Land and Resources ». Western Geography 12 : 21-67

BROWNER Tara, 2002, Heartbeat of the People. Music and Dance of the Northern Pow-wow. Urbana and Chicago : University of Illinois Press.

CULIN Stewart, 1907, Games of the North American Indians. Washington, D.C. : Bureau of American Ethnology, Annual Report XXIV.

KOLSTEE Anton, 1988, To impersonate the supernatural : music and ceremony of the Bella Bella/Heiltsuk Indians of British Columbia, thèse de Ph.D. Urbana-Champaign : Université de l’Illinois.

REUTHER Nina, 1992, The Bonegame among the Secwepemc, Secwepemc. Cultural Education Society. Kamloops B.C./Canada : Shuswap Museum and Archives.

REUTHER Nina, 1993, Le llek’me’wes, un jeu à paris nord-amérindien. Etude ethnographique et ethnomusicologique. Maîtrise non publiée. Paris : Université Paris-X-Nanterre.

RHODES Willard, 1974 [1953], « A study of Music Diffusion Based on the Wandering of the Peyote Opening Song », in D.P. McAllester (ed.) : Readings in Ethnomusicology, New York & London : Johnson Reprint Coop. : 132-141.

RICHARDSON, Boyce (éd), 1989 [1924], Drumbeat. Anger and Renewal in Indian Country. Préfacé par Georges Erasmus. Toronto : Summerhill Press/Assembly of First Nations.

SCHULTE-TENCKHOFF Isabelle, 1997, La question des peuples autochtones. Paris : Bruylant.

TEIT James Alexander, 1909, « The Shuswap », Jesup North Pacific Expedition, Part II. Leiden-New York : Memoirs of the American Museum of Natural History vol. VII.

TEIT James Alexander, 1912-1921, Collection non publiée de chants, accompagnée de notes manuscrites. Kamloops B.C. : Shuswap Archives.

WATSON Irene, 2002, « Raw Law : la loi vierge », in Isabelle Schulte-Tenckhoff, dir. : Altérité et droit. Contributions à l’étude du rapport entre droit et culture. Bruxelles : Bruylant : 367-397.

Haut de page

Notes

1 « You know, I didn’t even sing up there that time. I was so much wrapped up in my thoughts ! Otherwise the bear-cub probably wouldn’t have come. But this way he had a feast ! »

2 Nation nord-amérindienne habitant le Plateau septentrional situé au centre-sud de la Colombie britannique (Canada). Leur langue fait partie du groupe salish de l’Intérieur, dont ils représentent la nation la plus septentrionale.

3 Le système fait penser un peu aux song-lines des Aborigènes d’Australie, c’est du moins le résultat de quelques rares discussions que j’ai pu avoir avec certains d’entre eux à ce sujet (voir par exemple Watson 2002).

4 Les Secwepemc répartissent les êtres vivants en deux catégories complémentaires : les humains, qui communiquent entre eux par des langues (= ensembles de mots structurés) particulières, pas forcément intelligibles entre elles, et les « non-humains », avec lesquels les humains peuvent communiquer par le chant (= ensemble de sons structurés), catégorie qui regroupe les animaux, les plantes, les esprits et tous les autres êtres vivants qui peuplent le monde.

5 Cf. par exemple Teit (1912-1921) la note du chant no. VI.M.165 (131).

6 Sur la polysémie du terme tmicw, voire infra.

7 Le « stickgame », également appelé « bonegame » et « handgame », est un jeu à mises pour adultes, très répandu dans tout l’Ouest nord-américain (voir Culin 1907 pour les détails sur la distribution et les variantes). J’utiliserai l’appellation « lehal » dans la suite du texte.

8 Les joueurs secwepemc utilisent le terme bones (« os »), bien qu’il s’agisse en fait d’objets fabriqués en corne de cerf. Je garderai par la suite le terme « os ».

9 Par delà de l’amusement, ce jeu comporte une dimension économique, voire juridique, incontournable de distribution et de redistribution de biens et d’accès aux ressources.

10 Cf aussi Browner (2002 : 87)

11 C’est aussi la raison pour laquelle Abraham et von Hornbostel (1910) n’ont pas pu classer les échantillons sonores provenant de la région de la rivière Thompson qui lui avaient été envoyés par Boas. Ils ont essayé de le faire à partir des mélodies et du système harmonique.

12 Toutes ces indications ne sont pas absolues, mais justes indicatives. Elles peuvent varier d’un endroit à l’autre, mais restent les mêmes dans l’ordre des choses.

13 Le texte intégral du Wilfried Laurier Memorial et de son contexte est consultable sur <www.secwepemc.org>.

14 Coyote est le trickster sur le Plateau. Il est passé sur terre après Old One (celui qui a créé les montagnes, les rivières et qui a indiqué aux êtres vivants comment et où vivre) pour « arranger » le travail d’Old One.

15 Une famille, définie par des termes de consanguinité, est répartie sur plusieurs communautés et une communauté regroupe plusieurs familles alliées par le mariage.

16 Le gardien maintient d’ailleurs tous ses droits : ce n’est pas une cession de droits de l’un en faveur de l’autre, mais un partage de droits. Il arrive d’ailleurs que le gardien ne transmette que le droit de chant dans certains contextes précis, et s’en garde d’autres pour lui seul. Un certain nombre de chants sont ainsi partagés en temps ordinaire et personnels lors de cérémonies.

17 Malheureusement, Teit ne donne pas plus d’informations sur les histoires particulières de ces deux chants.

18 Dans ses notes d’enregistrement, Teit (1912-1921) donne de nombreux exemples de chants que les Ntlakapmux partageaient avec les Okanagon, les Shuswap, les Nicola et d’autres voisins. Cf. aussi Kolstee (1988 : 253-267).

19 J’ai assisté à de nombreuses scènes où des gens revenus de divers powwow s’échangeaient des chants qu’ils avaient récemment découverts et qui leur avaient plu.

20 Dans la collection de Teit (1912-1921) existent plusieurs exemples, allant d’un chant de hutte de sudation [VI.M.103(69)] jusqu’à une danse de mariage [VI.M.211(P)], en passant par un chant d’au revoir interprété à la fin de festivités [VI.M.85(51)].

21 Il serait toutefois erroné d’affirmer que tous les chants appartenant à ces catégories sont destinés à circuler entre les nations. il existe pour chacune de ces catégories beaucoup d’exemples montrant que certains chants ne sont utilisés qu’à l’intérieur des nations, voire des communautés ou même des familles. Il est quasiment impossible d’établir une règle déterminant quel chant est plus propice à circuler et lequel l’est moins. Cela dépend de l’histoire individuelle des chants et du pouvoir personnel qui leur est associé. L’existence d’un « domaine public », dans lequel passent généralement les chants après la mort de leurs auteurs ou de leurs récepteurs, favorise une telle circulation.

22 Comme le montre entre autres l’article de W. Rhodes, « A study of Music Diffusion Based on the Wandering of the Peyote Opening Song » (1974 [1953]).

23 Ou de la Native American Church, que Rhodes (1974 : 140, n. 2) définit comme une « religion synthétique » réunissant des anciennes croyances religieuses avec le symbolisme et les enseignements du Christianisme .

24 Du moins dans un système de tradition orale. A partir du moment où il y a transcriptions écrites et enregistrements, cette donnée change. Beaucoup de mes interlocuteurs nord-amérindiens m’ont d’ailleurs affirmé qu’ils considèrent la mise en écrit ou l’enregistrement minutieux de la tradition orale comme une sorte de mise à mort, car cela correspondrait à retenir une interprétation particulière comme la norme, empêchant de ce fait la mémoire de s’entraîner. Ces affirmations ne concernent cependant pas la littérature nord-amérindienne contemporaine, ni la publication de multiples disques, puisqu’il s’agit ici de chants et d’histoires conçus pour être publiés.

25 Dans le sens de garder à l’esprit quelque chose du passé par le chant. Voir le Grand Robert pour la définition de « mémoire ».

26 « Identité » venant du latin idem, qui se traduit par « le même » (cf. Grand Robert), je prends ici ce terme comme synonyme de ce qui est exprimé par les Secwepemc comme étant partagé par toute la nation.

27 Juste à titre de rappel : le terme « chant » ne se limite pas à la seule action de chanter ; il englobe quatre éléments : la mélodie, le texte, l’accompagnement instrumental et la danse.

28 Comme les noms familiaux, d’ailleurs, qui doivent être transmis, afin de ne pas « mourir ». Les enregistrements sonores posent d’ailleurs un problème : d’un côté ils aident à « garder une mémoire » des chants qui, faute de pratique, auraient autrement disparus (et tout mon travail n’aurait pas été faisable sans une telle documentation sonore) ; mais, par ailleurs, un enregistrement « fige » un chant, il l’immobilise en quelque sorte, alors que la dimension individuelle de la mémoire chantée joue justement dans les interprétations singulières, toujours liées à des moments et des situations uniques.

29 Par exemple le chant VI.M.153(119) de la collection de Teit (1912-1921), à l’origine un chant de jeune fille pubère, sert avant tout à commémorer un événement historique : une jeune fille en entraînement pubertaire surprend un parti de guerriers ennemis, prêts à attaquer son village à l’aube ; elle devient – grâce à ce chant – si féroce, qu’elle réussit à surprendre les guerriers et à alerter les gens de son village. Depuis, chanter ce chant revient à se rappeler sa bravoure et son courage, ainsi que son acte.

30 Le tout premier jeu lehal date de l’époque où humains et démons vivaient ensemble sur la terre. Comme ils ne s’entendaient pas, ils se livraient à des guerres de plus en plus sanglantes. Au bout d’un certain temps, Old One décida que cela ne pouvait pas continuer ainsi, et incita les deux parties à jouer au premier lehal. L’enjeu était le droit de rester sur terre, le perdant devant partir vivre sous la terre. Le jeu dura très longtemps, mais les humains finirent par gagner. C’est pourquoi nous vivons aujourd’hui sur la terre et non pas en dessous. La cérémonie de sudation date de la même époque et avait été donné par Old One pour pouvoir nettoyer le corps et l’esprit (Communications sur le terrain en 1992).

31 Comme ils le formulent eux-mêmes.

32 Voir l’exemple VI.M.65(31) de la collection de Teit (1912-1921) « Chant de danse ou Chant de Skius. Hommes et femmes dansent ce chant. Parfois appelé chant de Skius, qui introduisit ce chant. Cet homme, Skius (« meneur » ?), appartenait à la bande de Sp[ences] Br[idge]. C’était le grand-père de feu Skius alias Long Jack (qui mourut il y a plus de 25 ans). […] »

33 Je préfère les termes de « biens matériels » et « immatériels » à ceux de « propriété intellectuelle » et « matérielle », car le terme propriété, bien que couramment employé par les nord-amérindiens contemporains, comporte d’autres définitions et connotations que la compréhension européenne de ce concept. C’est avant tout une question de droits d’accès qui, selon la compréhension des Secwepemc, ne peuvent pas être vendus, mais seulement élargis. Les occupants d’origine ne renoncent pas à l’accès; ils ne font que le partager en définissant les conditions d‘utilisation. Il faut une formulation explicite pour renoncer définitivement à des droits.

34 Cérémonie qui se tient un an après l’enterrement et qui clôt la période de deuil officielle.

35 Il existe d’ailleurs un parallèle intéressant entre le don de nourriture et/ou d’objets et le jeu lehal, qui apparaît de diverses manières dans les notes de Teit : dans un chant de don de nourriture (1912-1921 : VI.M.182(148)), les hommes sont assis en ligne. Ce dispositif ressemble exactement à celui d’une équipe de lehal. Teit explique ailleurs (1912-1921 : VI.M.73(38)) que les objets qui étaient trop gros pour faire partie de la danse du don de cadeaux (i.e. des chevaux) étaient représentés par des bâtons.

36 Communication sur le terrain. Il s’agit ici d’une manière de résoudre des litiges territoriaux entre deux groupes limitrophes, ayant la même connaissance du territoire.

37 Cf. Teit (1909 : passim)

38 Voir Reuther 1993 pour plus de détails.

39 Voir par exemple Kolstee (1988), pour la Côte Nord-Ouest, et Brown (2002) pour les Carrier. Un système similaire existe chez les Aborigènes d’Australie (cf. Watson 2002) et les Saami du Nord de l’Europe (communications personnelles).

40 « Leur » ne signifie pas ici que les êtres humains « possèdent » la terre ou qu’ils en sont « propriétaire », dans la mesure où la terre est considérée comme quelque chose d’aliénable et de vendable. C’est l’inverse : ils appartiennent à la terre, au territoire où ils vivent et qui les définit.

41 Le livre Drumbeat. Anger and Renewal in Indian Country, publié par l’Assembly of First Nations en 1987, en donne un bon exemple : il parle de l’histoire des revendications des Indiens canadiens concernant la juridiction sur leur terre à travers l’exemple de neuf cas précis. Explicitement, il n’est question de tambour et de chant qu’à deux reprises dans ce livre : lors du tout début d’un grand procès concernant les droits sur les terres des Giktsan-Wet’suwet’en (Delgamu’ukw), et on voit à deux reprises des tambours sur les photos illustrant le livre. Implicitement, le chant est omniprésent, car toute manifestation publique de leurs revendications se fait toujours en présence de chants, comme cela a également été le cas lors de l’entrée à l’ONU en 1977 (cf. Schulte Tenckhoff 1997 : 1).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le chant à tambour des anciens.
Crédits Photo Cathy Manuel, Secwepemc Cultural Education Society, 2006
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2. La jeune génération perpétue la tradition.
Crédits Photo Cathy Manuel, Secwepemc Cultural Education Society, 2006.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 3. Partage des chants VI.M.56(22) (en hachuré de gauche à droite) et VI.M.44(16) (en hachuré de droite à gauche)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/267/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 4. Équipe de jeu lehal : transmission aux nouvelles générations.
Crédits Photo Cathy Manuel, Secwepemc Cultural Education Society, 2006.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/267/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 5. Clôture d’une partie de lehal : les joueurs forment un cercle autour du « terrain de jeu ».
Crédits Photo Cathy Manuel, Secwepemc Cultural Education Society, 2006.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/267/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nina Reuther, « Chant et territorialité chez les Secwepemc (Shuswap) ou comment tracer des frontières par la portée du chant », Cahiers d’ethnomusicologie, 20 | 2007, 147-163.

Référence électronique

Nina Reuther, « Chant et territorialité chez les Secwepemc (Shuswap) ou comment tracer des frontières par la portée du chant », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/267

Haut de page

Auteur

Nina Reuther

Ethnomusicologue, travaille depuis 1990 avec la nation secwepemc, notamment avec les communautés de Skeetchestn et de Kamloops. Elle a passé plusieurs années sur le terrain, ce qui lui a permis d’établir une collaboration étroite avec ces communautés. Elle termine actuellement une thèse de doctorat en ethnologie à l’Université de Strasbourg 2 – Marc Bloch sur La mémoire chantée : transmission orale des savoirs chez les Secwepemc / Shuswap (Canada).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page