Navigation – Plan du site
Thèses

Benjamin LAGARDE : Réunion maloya. La créolisation réunionnaise telle qu’entendue depuis sa « musique traditionnelle »

Thèse de doctorat en anthropologie soutenue le 13 décembre 2012 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (Université Aix-Marseille)
p. 338-339
Référence(s) :

Benjamin LAGARDE : Réunion maloya. La créolisation réunionnaise telle qu’entendue depuis sa « musique traditionnelle »
Thèse de doctorat en anthropologie soutenue le 13 décembre 2012 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (Université Aix-Marseille)
624 p., 2 CD annexes (43 plages)
Directeur de la thèse : Jean-Luc Bonniol

Texte intégral

1Première étude doctorale entièrement dédiée à cet art musical créole aujourd’hui classé à l’UNESCO, cette « maloyanthropologie » propose une approche fouillée de ses implications dans le continuum socioculturel réunionnais, documentée par une écoute approfondie de sa relativement jeune discographie (débutant en 1976) et de ses acteurs. Rencontrés entre 2000 et 2009, ces derniers permirent à l’auteur d’identifier trois différents « bordages » du maloya qui sont autant de manières de le vivre, de le faire et de le ressentir. De la « mise en l’air » autonomiste (portée par des chanteurs tels Firmin Viry, Simon Lagarrigue, Danyèl Waro ou des personnalités aussi décisives qu’Alain Lorraine ou le Père Christian Fontaine) au champ religieux des cultes de possession destinés aux ancêtres créoles et afro-malgaches (cf. les œuvres du Rwa Kaf et des granmoun Lélé, Bébé ou Baba) en passant par sa « mise en tourisme » (initiée par le Groupe Folklorique de La Réunion, Jacqueline Farreyrol ou René-Paul Élléliara), nous est ainsi présentée la diversité d’une musique qui, comme le dit l’ethnomusicologue Gilbert Rouget, est toujours bien plus que de la musique…

2À l’aide d’un système inédit de notation du chant maloya ainsi que d’une attention soutenue portée à des critères musicaux (modes, échelles, tempi, rythmes, instrumentations…), linguistiques (les variétés de créole employées) et poétiques (les thèmes abordés ainsi que leur organisation strophique), l’auteur parvient à mettre au jour plusieurs composantes non explicites de cette pratique. Après avoir démontré l’existence de quatre répertoires du maloya ainsi que l’importance cardinale du chant kabaré, il insiste sur la figure du pot-pourri ainsi que sur une seconde, qu’il nomme la « réduction », dont les trois niveaux analysés donnent directement accès à certaines logiques de ce mode d’expression puisant ses racines en différents lieux et époques. Ces éléments permettent à l’auteur de prendre vue de manière originale sur la créolisation insulaire, tant historique que contemporaine, et tout particulièrement sur la contribution qu’y apportèrent les esclaves et leurs descendants, c’est-à-dire les couches sociales « traditionnellement » les moins nanties de l’île. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Benjamin LAGARDE : Réunion maloya. La créolisation réunionnaise telle qu’entendue depuis sa « musique traditionnelle » », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 338-339.

Référence électronique

« Benjamin LAGARDE : Réunion maloya. La créolisation réunionnaise telle qu’entendue depuis sa « musique traditionnelle » », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 14 novembre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2649

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page