Navigation – Plan du site
Thèses

Ingrid LE GARGASSON : La fabrique des maîtres. Anthropologie des pratiques de transmission de la musique hindoustanie ou les enjeux de l’institutionnalisation d’un savoir dans l’Inde contemporaine

Thèse de doctorat en anthropologie sociale et historique, soutenue le 14 décembre 2015 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
p. 267
Référence(s) :

Ingrid LE GARGASSON : La fabrique des maîtres. Anthropologie des pratiques de transmission de la musique hindoustanie ou les enjeux de l’institutionnalisation d’un savoir dans l’Inde contemporaine
Thèse de doctorat en anthropologie sociale et historique, soutenue le 14 décembre 2015 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
592 p. dont 125 p. d’annexes, 1 DVD
Directeur de thèse : Gilles Tarabout

Texte intégral

1Cette thèse propose une anthropologie de la transmission de la musique hindoustanie, de la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. L’analyse des différents espaces de production de cette musique de concert, souvent dénommée « musique classique » de l’Inde du Nord, en constitue l’axe principal. Tour à tour occupation héréditaire de basses castes (essentiellement musulmanes), loisir de l’élite urbaine hindoue – prompte à la présenter comme l’héritière d’une science traditionnelle brahmanique –, et enfin discipline académique, la musique hindoustanie se meut en fonction des structures et des hommes qui la produisent. Chaque « lieu de savoir » s’inscrit dans un type de légitimité et un système de valeurs qui lui est propre, et illustre, à ce titre, différentes manières de vivre la musique autant que des rapports contrastés à l’histoire.

2L’étude vise à appréhender les caractéristiques discursives, sociales et techniques de la transmission de la musique hindoustanie. Celles-ci sont au cœur d’enjeux socio‑politiques et artistiques qui mettent en miroir le niveau microsociologique (l’acte de transmission) et le niveau macro (le système de patronage et son idéologie). La définition de cette tradition musicale illustre, in fine, les implications de la circulation et de la réappropriation d’un savoir dans l’Inde contemporaine. Cette recherche s’appuie sur une ethnographie, réalisée essentiellement à Delhi au cours d’une enquête de terrain étendue sur neuf années, et sur une étude historique des processus d’institutionnalisation à l’œuvre depuis 1870. En évaluant les conséquences sociales et esthétiques de l’institutionnalisation du savoir musical, ce travail d’anthropologie historique souhaite contribuer aux nouvelles recherches sur les arts de la performance en Asie du Sud, et participer aux réflexions menées dans le domaine de l’histoire et de l’anthropologie des savoirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Ingrid LE GARGASSON : La fabrique des maîtres. Anthropologie des pratiques de transmission de la musique hindoustanie ou les enjeux de l’institutionnalisation d’un savoir dans l’Inde contemporaine », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 267.

Référence électronique

« Ingrid LE GARGASSON : La fabrique des maîtres. Anthropologie des pratiques de transmission de la musique hindoustanie ou les enjeux de l’institutionnalisation d’un savoir dans l’Inde contemporaine », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2637

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page