Navigation – Plan du site
Dossier : Ethnomusicologie appliquée

L’ethnomusicologie face à l’industrie du spectacle en Algérie

Maya Saidani
p. 175-191

Résumé

L’Algérie, à l’instar des autres pays du Maghreb (Tunisie, Maroc), n’a pas accordé officiellement de crédits au développement de la recherche autour des musiques et des danses traditionnelles. La contribution du CNRPAH, en 1974, a ouvert la voie à la discipline et plus de 300 heures de son ont été enregistrées, documents aujourd’hui en cours de valorisation. L’activité scientifique connaît quelques années de relâchement, faute de spécialistes. Depuis 2008, le laboratoire relance plusieurs projets dont la création en 2015 d’un master d’ethnomusicologie. Le CNRPAH n’a pas vocation à former des ethnomusicologues, mais compte tenu du nombre réduit de spécialistes en fonction, un projet de formation s’imposait. Outre les objectifs classiques attendus, dans le domaine de la formation et de la recherche en ethnomusicologie, ce projet permet de rééquilibrer une situation bien préoccupante. En effet, dans la sphère publique, la prise de parole autour de sujets musicologiques est devenue le monopole des médias et de leurs interlocuteurs associatifs. A travers ces formes de patrimonialisation, nous enregistrons une pratique revisitée, encadrée par des techniciens du son, des réalisateurs et des producteurs en quête de nouveaux marchés. Ces pratiques entraînent des modifications rapides des chants et des danses traditionnels, dont le suivi sur le terrain reste difficile. Peut-on, à ce titre, prétendre à travers une formation de qualité en ethnomusicologie occuper favorablement le terrain et répondre aux compétences exigées de tout scientifique ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Introduction
Situation actuelle des écrits et des données de la recherche scientifique
Les écrits et données de la recherche scientifique
État des lieux de la transmission
Les risques de déperdition et les tentatives passées de préservation
Pour une gestion d’une transmission réfléchie et adaptée au cas par cas
Valoriser les musiques traditionnelles et créer les conditions d’une professionnalisation méritée
Former des ethnomusicologues
Développer le laboratoire d’ethnomusicologie et créer une banque de données
Créer les conditions d’échanges entre chercheurs et musiciens traditionnels
Dépasser les insuffisances de la transmission portée par les associations
Implanter de nouvelles associations
Former les formateurs et réglementer la profession
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

L’Algérie, à l’instar des autres pays du Maghreb (Tunisie, Maroc) n’a pas accordé officiellement de crédits au développement de la recherche autour des musiques et des danses traditionnelles. La politique culturelle algérienne a connu quelques turbulences : ainsi, après les années sombres de terrorisme qui ont duré une dizaine d’années et ébranlé le pays à partir de 1991, le ministère de la Culture a développé un vaste programme incluant l’instauration de festivals. Ce projet avait pour but ultime de sortir la société algérienne de son marasme en facilitant les échanges culturels au sein de la jeune génération. Une des conséquences directes de ce programme fut l’accroissement des associations, devenues la vitrine des diverses coutumes locales. Ces associations font l’objet d’un recensement destiné à la fois au ministère de l’Intérieure et au ministère de la Culture.

Parallèlement à ces programmes étatiques, conçus par des mélomanes, des journalistes, des anthropologues et...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maya Saidani, « L’ethnomusicologie face à l’industrie du spectacle en Algérie », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 175-191.

Référence électronique

Maya Saidani, « L’ethnomusicologie face à l’industrie du spectacle en Algérie », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2595

Haut de page

Auteur

Maya Saidani

Maya SAIDANI est titulaire d’un doctorat en histoire de la musique et musicologie à Paris IV Sorbonne. En 2003, elle intègre l’enseignement supérieur à l’ENS de Kouba Alger où elle obtient le grade de professeur, et en 2007 le CNRPAH où elle est directeur de recherche. Elle dirige de nombreux colloques autour de la préservation et de la valorisation du patrimoine des musiques et des danses traditionnelles. Elle publie de nombreux articles, ainsi que deux ouvrages, l’un (en cours de réédition) sur le corpus des musiques de Constantine et l’autre, collectif, sur les répertoires des musiques et des danses traditionnelles en Algérie.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page