Navigation – Plan du site
Dossier : Ethnomusicologie appliquée

De l’ethnomusicologie historique à la Notte della taranta : l’impact du chercheur sur l’objet étudié

Flavia Gervasi
p. 157-174

Résumé

La Notte della taranta, le plus grand festival italien de musiques du monde, qui se déroule depuis 1998 dans les Pouilles (au sud de l’Italie), a été crée par un ethnomusicologue italien, Maurizio Agamennone, élève de Diego Carpitella. Ethnomusicologues et chercheurs ont joué au départ un rôle fondamental dans la conception, l’organisation et la direction artistique de l’événement, jusqu’au moment où les politiciens et les opérateurs culturels locaux ont entrevu dans celui-ci un moyen puissant pour développer le tourisme dans une région historiquement pauvre. Les ethnomusicologues, dont le fondateur du festival, abandonnèrent le projet laissant les représentants de la politique locale et régionale acquérir un rôle crucial dans la conception et l’organisation de la Notte della taranta. À partir de ce changement de direction, le festival acquit une nouvelle signification modifiant de façon déterminante l’image nationale et internationale de la région. Le cas de ce festival, qui s’est développé sur un terrain faisant l’objet d’études ethnomusicologiques capitales en Italie, nous permet de réfléchir sur le fait que l’action de l’ethnomusicologie ne peut plus être considérée comme un acte sans conséquence sur une culture. Cet acte peut indirectement influencer le développement économique d’une région et devenir politiquement déterminant. À travers cette étude nous voulons contribuer à une réflexion qui viserait à comprendre l’impact de l’ethnomusicologue dans les sociétés qu’elle étudie et à réinterroger les rapports entre recherche ethnomusicologique et politiques culturelles, enjeux épistémologiques et engagement civil.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

L’expérience de Diego Carpitella au Salento
L’ethnomusicologie n’est pas un acte sans conséquences : le Salento après Carpitella et La Notte della taranta
L’ethnomusicologie entre les enjeux de la recherche et les impératifs de la politique

Aperçu du texte

La création d’un festival développé en Italie sur un terrain ayant fait l’objet d’études ethnomusicologiques suscite une réflexion sur les incidences de la recherche sur la vie de la communauté concernée. Une telle initiative peut avoir des conséquences économiques et politiques directes sur le développement d’une région. À travers cette étude, nous voulons contribuer à une réflexion sur l’impact de l’activité de l’ethnomusicologue sur les sociétés qu’il étudie et à réexaminer les rapports entre ethnomusicologie et politique, enjeux épistémologiques et expériences artistiques.

La Notte della taranta est le plus grand festival italien de world music consacré à la musique traditionnelle d’une région, les Pouilles. Il se déroule depuis 1998 à Melpignano dans le Salento, au sud de l’Italie. Ce festival a été créé par un ethnomusicologue italien, Maurizio Agamennone, élève de Diego Carpitella, considéré comme un des pères de l’ethnomusicologie italienne. À partir des années 1950, Carpitel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flavia Gervasi, « De l’ethnomusicologie historique à la Notte della taranta : l’impact du chercheur sur l’objet étudié », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 157-174.

Référence électronique

Flavia Gervasi, « De l’ethnomusicologie historique à la Notte della taranta : l’impact du chercheur sur l’objet étudié », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2594

Haut de page

Auteur

Flavia Gervasi

Flavia GERVASI est professeure à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, où elle enseigne la sociomusicologie et la world music. Elle est spécialiste des pratiques vocales paysannes et revivalistes de la région des Pouilles, en Italie du Sud. Ses recherches concernent aussi les politiques culturelles, la festivalisation et la création musicale dans les circuits de la world music. Elle a dirigé un livre sur la voix chantée et codirige avec Michel Duchesneau l’équipe de sociomusicologie de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (Faculté de Musique, Université de Montréal).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page