Navigation – Plan du site
Livres

Patrick LAVAUD : Petite histoire de l’accordéon diatonique dans les Landes de Gascogne.

Préfaces de Marc Perrone et Bernard Lubat. Bordeaux : éditions Confluences/Langon : Les Nuits Atypiques, 2014
Luc Charles-Dominique
p. 278-280
Référence(s) :

Patrick LAVAUD : Petite histoire de l’accordéon diatonique dans les Landes de Gascogne. Préfaces de Marc Perrone et Bernard Lubat. Bordeaux : éditions Confluences/Langon : Les Nuits Atypiques, 2014. 144 p., ill. n.b. et coul., avec un CD.

Texte intégral

1En 2014, presque coup sur coup, deux ouvrages consacrés aux musiques instrumentales traditionnelles de Gascogne (Sud-Ouest de la France) ont vu le jour. En effet, à peine trois mois avant la publication de l’anthologie du hautbois du Couserans Eth nòste aboès (Saint-Girons, ADECC, 2014), Patrick Lavaud publiait sa Petite histoire de l’accordéon diatonique dans les Landes de Gascogne aux éditions Confluences du festival girondin Les Nuits Atypiques de Langon. Edition soignée, qualité éditoriale irréprochable, nombreuses photographies inédites, le tout agrémenté d’un disque copieux de 98 phonogrammes. Un petit événement, surtout si l’on prend en compte le manque évident d’intérêt que l’on porta à l’accordéon (comme à l’harmonica) dans les écrits des folkloristes (par exemple chez Félix Arnaudin, collecteur landais, 1844-1921) ou, plus récemment, au sein du mouvement revivaliste.

2Responsable du déclin précoce de nombreux instruments « traditionnels » pour les uns (dans les Landes de Gascogne, de la vielle à roue, de la cornemuse locale boha, du couple instrumental flûte à une main-tambour bourdon à cordes), instrument allogène, universel, sans spécificité pour les autres, l’accordéon fut globalement ignoré, en tout cas ne suscita jamais l’attention que l’on porta aux instruments élevés au rang d’emblèmes régionaux et territoriaux, comme les cornemuses, les hautbois, les flûtes à une main ou encore, par endroits, la vielle à roue. Ainsi, l’accordéon – diatonique ou non – demeure en retrait de la frénésie patrimoniale actuelle, où de nouveaux projets d’inscriptions ne cessent de germer au sein du secteur français des musiques traditionnelles. Il fait partie de cette immense « forêt » instrumentale (accordéons, clarinettes, harmonicas, tambours de toutes sortes, guimbardes, voire violons, etc.) cachée par quelques « arbres » emblématiques, bien visibles, fabricants d’identités, graines de patrimonialisation. Cet ouvrage, à son niveau, rétablit donc un certain équilibre et propose une réhabilitation que d’autres, auparavant, ont tentée dans d’autres régions (Defrance 1984).

3Patrick Lavaud, accordéoniste passionné, a débuté, enfant, non pas par le « diatonique », mais par le « chromatique » et son répertoire musette – circonstance longtemps aggravante dans les milieux français des musiques traditionnelles. Ce n’est qu’au début des années 1980 qu’il découvre l’accordéon diatonique et les musiques traditionnelles de Gascogne. Il participe alors en 1983 au fameux Festival d’Uzeste Musical, dirigé de main de maître par Bernard Lubat et dans lequel de nombreux musiciens de tous horizons côtoient de vieux musiciens, en particulier des accordéonistes diatoniques. C’est alors que Patrick Lavaud décide de rejoindre certains d’entre eux au sein du groupe des Pinhadars (composé d’Alban Lubat – le père de Bernard – à la caisse claire, d’André Lassalle et de Jean Pascual à l’accordéon diatonique). Dans cette région de Gascogne et autour de l’accordéon diatonique, une génération de musiciens âgés, encore active, fera merveilleusement la jonction avec la jeune génération des musiciens revivalistes (c’est un peu le même phénomène que j’avais observé dans le Morvan, à Anost, il y a environ vingt-cinq ans, où un groupe de ménétriers âgés, mais infatigables et à la cadence énergique et impeccable, avait joué une grande partie de la fête, jusqu’à une heure avancée de la nuit, mêlant avec bonheur sa musique à celle de musiciens revivalistes plus jeunes et attentifs).

4Cette génération de ménétriers landais accordéonistes, pour la plupart nés dans les années 1910 et 1920, possédait encore très récemment quelques éminents représentants, puisque Noël Bourdessoulles, par exemple, est décédé en 2014 à l’âge de 102 ans !

5Cet ouvrage leur est donc consacré en grande partie, même si Patrick Lavaud, après avoir présenté le terroir de cette pratique (et de ses enquêtes), l’instrument et son histoire doublement séculaire, s’attarde aussi sur les générations d’« accordéoneux » décédés pour la plupart dans les premiers temps du revivalisme (années 1970 et 1980) et qui ont précédé celle des musiciens qu’il a pu collecter.

6Ces derniers, qui furent occasionnellement ou plus régulièrement ses compagnons (André Lassalle, Noël Bordessoulles, Gaston Lagardère, Albert Bordes, Marc Labesque, Jean-Adrien Raoul Lapeyre, Gérard Brustis, Jean Pascual), disposent de plus de 80 pages, à travers des notices biographiques, de longs témoignages extraits des entretiens de collecte et, surtout, les 98 enregistrements du disque joint. Ceux-ci sont, pour les 35 premiers d’entre eux, des fragments de témoignages (soigneusement retranscrits et traduits dans le livre), suivis de 63 airs – principalement à danser, notamment des rondeaux, soit chantés, soit instrumentaux. Le tout est agrémenté de plusieurs centaines de photographies, soit anciennes, soit contemporaines, qui s’attardent sur ces fortes personnalités musicales et montrent l’instrument dans toutes ses fonctions sociales (fêtes des bœufs gras, de conscription, mariages, bals de toute nature, plantations de « mais » – mâts rituels et emblématiques, etc.). Enfin, les photographies des Pinhadars ou du Festival d’Uzeste Musical, attestent de la poursuite d’une pratique intergénérationnelle et de son actualité incontestable.

7Comme il se devait, ce petit ouvrage est introduit par Bernard Lubat et Marc Perrone. Beaux parrainages, attestant chez Patrick Lavaud une filiation évidente et aussi une véritable reconnaissance. Mais Patrick Lavaud, en instrumentiste chevronné, en musicien passionné totalement immergé dans cette pratique et ce milieu musical locaux, n’a pas besoin d’attestation de légitimité pour nous livrer le fruit de trente-cinq ans de recherches, d’amitiés, de complicités musicales, de partage, d’action.

8Ce livre, qui n’est pas un ouvrage d’ethnomusicologie à proprement parler, mais une invitation à une approche sensible, vient s’ajouter à une liste de plus en plus fournie, et contribue à un peu mieux dessiner les contours d’univers musicaux complexes et encore largement méconnus.

Haut de page

Bibliographie

DEFRANCE Yves, 1984, « Traditions populaires et industrialisation : le cas de l’accordéon », Ethnologie française, nlle série, t. 14, no 3, p. 223-236.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Charles-Dominique, « Patrick LAVAUD : Petite histoire de l’accordéon diatonique dans les Landes de Gascogne. », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 278-280.

Référence électronique

Luc Charles-Dominique, « Patrick LAVAUD : Petite histoire de l’accordéon diatonique dans les Landes de Gascogne. », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 20 septembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2545

Haut de page

Auteur

Luc Charles-Dominique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page