Navigation – Plan du site
Livres

Jean LAMBERT et Samir MOKRANI, dir. : Qanbus, Tarab. Le luth monoxyle et la musique du Yémen

Paris : CEFAS/Geuthner, 2013
Nicolas Elias
p. 276-277
Référence(s) :

Jean LAMBERT et Samir MOKRANI, dir. : Qanbus, Tarab. Le luth monoxyle et la musique du Yémen, Paris : CEFAS/Geuthner, 2013. 291 p., ill. n.b. et coul.

Texte intégral

1Rares sont les études d’ethnomusicologie prenant le parti d’aborder la musique par l’un de ses instruments – un parti qui ne se réduit nullement à l’approche organologique – et l’ouvrage dirigé par Jean Lambert et Samir Mokrani apporte à ce propos une somme appréciable, déroutante et féconde. Déroutantes, ces pages le sont d’abord en ce qu’elles débordent à la fois la monographie et la collection d’articles que l’on pourrait attendre. Si la couverture indique que l’ouvrage est écrit « sous la direction » de Jean Lambert et Samir Mokrani, il ne consiste pourtant pas en une succession d’articles réunis par un thème commun, mais plutôt en un heureux travail de mutualisation du savoir au service d’un instrument et de sa musique. Chaque chapitre associe ainsi entre un et quatre auteurs, Jean Lambert signant une grande partie de ce travail.

2D’autre part, dès le titre, le projet est double : Qanbus, Tarab. Le luth monoxyle & la musique du Yémen. En deux parties, le livre articule une enquête richement documentée sur la famille des luths à laquelle appartient ce tarab, celle des luths monoxyles (« faits d’une seule pièce de bois »), et une monographie fine d’un petit luth de Sanaa. Double travail, donc : retracer à la fois les filiations d’un type instrumental sur quelques siècles comme sur un vaste espace, et celle d’une école stylistique depuis le XIXe jusqu’à aujourd’hui. Cette profusion quelque peu intimidante n’entame en rien la cohérence de l’ensemble. Le point de départ, comme l’explique Jean Lambert dans l’introduction, en est l’enquête qu’il mena à partir de 1985 sur la musique de Sanaa, la capitale yéménite, et qui donna matière à son livre La médecine de l’âme (1997). Mais si ce dernier faisait la part belle à la pratique du « salon de musique » (magyal) – sociabilité masculine de salon où la musique se mêle à la mastication du qat –, dans une perspective résolument anthropologique, il s’étendait peu sur cet instrument « intimement lié » (p. 6) au répertoire de Sanaa qu’est le tarab. Petit luth monoxyle, doté d’une table en peau et de quatre cordes (dont trois doublées), le tarab a longtemps joué un rôle majeur dans la vie musicale de la ville avant de connaître un déclin subit à la fin du XXe siècle. C’est autour de cette spécificité de Sanaa, et de ce déclin relativement récent que se construit l’ouvrage.

3Après une mise en perspective historique du luth monoxyle, depuis les premières traces en Asie centrale jusqu’à ses rares occurrences contemporaines au Yémen, en Inde ou en Asie centrale (chapitre 1), le propos s’ouvre progressivement de la ville de Sanaa vers l’ensemble du Yémen puis les rives de l’Océan indien. Le second chapitre retrace ainsi un siècle de vie musicale à Sanaa, en décrivant les filiations de musiciens gravitant autour du tarab depuis la figure tutélaire de Sa’d ‘Abdallah (mort en 1905), et s’attardant sur les rapports heurtés entre musique et religion par une analyse nuancée et riche d’anecdotes. Le troisième et le quatrième chapitre procèdent différemment, élargissant la perspective à une famille organologique en identifiant une succession d’écarts signifiants, d’abord par la dichotomie interne à la péninsule arabique entre « une « aire tarab » au nord-ouest et une « aire qanbus au sud-est » (p.92), puis par les avatars de ce luth yéménite sur les rives de l’Océan indien, à Zanzibar, en Malaisie ou encore aux Comores.

4La seconde partie de l’ouvrage est quant à elle – et à l’exception du dernier chapitre – plus spécifiquement consacrée aux gestes propres à l’instrument, double histoire gestuelle par laquelle existe le tarab : geste du musicien et geste du luthier. À une étude d’« organologie comparée » (chapitre 5) caractérisant la lutherie du tarab au sein de la famille des luths monoxyles, succède une étude complète de la fabrication de l’instrument (chapitre 6) qui témoigne de la fréquentation assidue de l’atelier d’un luthier (Fu’ad al-Gu’turi dans le cas présent), et une analyse des techniques de jeu propres à l’instrument comprises dans le cadre d’une esthétique musicale propre à Sanaa (chapitre 7). Le dernier chapitre (chapitre 8) tient lieu de conclusion, revenant aussi bien sur les hypothèses concernant les origines du tarab que sur la symbolique de ce luth à Sanaa.

5A suivre ainsi l’histoire et les avatars de ce petit luth, on est amené à lire en transparence, ou au détour d’une phrase, une autre histoire : celle du oud, grand luth composite qui s’imposera comme l’emblème incontestable d’une « musique arabe ». Le oud, lui, ne connaît pas la crise, et l’on comprend que sa fortune pan-arabique accompagne l’abandon du tarab. Car ce dernier est pleinement, face au oud, un instrument mineur. C’est même là une de ses qualités : petit, quelquefois même pliable, il est facile à cacher lors des accès de fièvre rigoristes qui pouvaient à l’occasion saisir la ville (p. 70-71). Mais certainement, dans l’homogénéisation régionale, et dans l’instauration de musiques nationales par le biais d’orchestres et d’instruments identitaires, il ne fait plus l’affaire. Ce point amène le parallèle avec un autre luth mineur, le lavta, instrument d’Istanbul un temps plébiscité avant de s’effacer devant le oud. Les ressemblances sont troublantes : deux luths locaux rendus obsolètes par la concurrence du oud au début du XXe siècle, obsolescence due en partie a à leur manque de volume sonore dans les orchestres en formation (en tout cas pour ce qui est du lavta), mais également à leur manque de prestige. Cette comparaison place le tarab dans une autre histoire, celle de l’homogénéisation des luths dans une vaste région au cours du siècle dernier, et la relation entre tarab et oud mériterait une étude à part entière. Pour conclure, rappelons que, presque à l’abandon à Istanbul au cours du XXe siècle, c’est par l’action d’un musicien étranger (Ross Daily), qui l’a popularisé en Grèce, que le lavta a retrouvé les faveurs de sa ville d’origine. Souhaitons que, de la même manière, ce livre contribue à la pérennité du tarab, à Sanaa ou ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Elias, « Jean LAMBERT et Samir MOKRANI, dir. : Qanbus, Tarab. Le luth monoxyle et la musique du Yémen », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 276-277.

Référence électronique

Nicolas Elias, « Jean LAMBERT et Samir MOKRANI, dir. : Qanbus, Tarab. Le luth monoxyle et la musique du Yémen », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 20 septembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2543

Haut de page

Auteur

Nicolas Elias

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page