Navigation – Plan du site
Livres

Donna A. BUCHANAN : Soundscapes from the Americas: Ethnomusicological Essays on the Power, Poetics, and Ontology of Performance

Farnham : Ashgate, 2014
Julian Whittam
p. 266-268
Référence(s) :

Donna A. BUCHANAN : Soundscapes from the Americas: Ethnomusicological Essays on the Power, Poetics, and Ontology of Performance, Farnham : Ashgate, 2014. 194 pp.

Texte intégral

1Ce court ouvrage rédigé par Donna A. Buchanan réunit huit textes autour du thème de la performance. On pourrait voir en ce livre une sorte d’hommage à Gerard Béhague, à qui la publication est dédiée, et à l’école d’ethnomusicologie de l’Université du Texas à Austin, que ce dernier a instaurée dans les années 1970. Tout comme les recherches de Béhague, ce livre concerne différents sujets : l’identité, la culture populaire, les musiques des marges, le pouvoir, la représentation culturelle.

2Mis à part les chercheurs qui étudient la performance, cet ouvrage intéressera aussi les américanistes. Tous les textes traitent de la musique des Amériques (ou des musiques en Amérique) et les auteurs couvrent des terrains allant des Andes au sud-ouest des États-Unis en passant par les Caraïbes et Hawaï. Ce choix éditorial, clairement énoncé dans le titre de l’ouvrage, est lié aux champs d’études de Béhague et à la place importante qu’il occupe dans le panthéon des ethnomusicologues américanistes.

3L’introduction, signée par Buchanan, professeure de musicologie et d’anthropologie à l’Université d’Illinois, trace l’évolution des idées sur la performance, incluant notamment les contributions de l’Université du Texas et de Béhague lui-même, avec qui elle a travaillé pendant plusieurs années. Peut-être que la force de ce livre réside dans la façon dont Buchanan explicite la pensée de l’école du Texas (Texas-Style dans le texte) en ce qui concerne la performance, particulièrement dans les années 1970 et 1980. À cette époque, en plus de Béhague, on rencontrait à l’Université des chercheurs tels que Roger Abrahams en anthropologie, Richard Bauman en folklore et Norma McLeod en ethnomusicologie. Ce survole de la performance que Buchanan nous présente est complet, bien rédigé et à jour. Le texte couvre le domaine de la performance dans les champs de l’anthropologie, de la linguistique et de l’ethnomusicologie, en passant par les performance studies étatsuniennes et les études critiques en performance, notamment par Judith Butler, avec ses idées sur la performance et le genre sexe (gender studies). La seule critique qui peut être portée serait peut-être le manque d’idées venant de penseurs non étatsuniens. Cependant, ce choix s’explique facilement par le regard géographique assumé du livre.

4La première section traite des thèmes du pouvoir social et de l’identité tels qu’ils s’expriment dans la performance musicale. Regroupant des articles qui adoptent une approche historique, cette section trace un lien entre des changements de performance ou de répertoire et des changements sociaux plus larges. Robin Moore, professeur d’ethnomusicologie à l’Université du Texas, signe le premier texte et prend pour sujet le teatro buffo cubain. Ressemblant au minstrel show des États-Unis au XIXe siècle, ce type de théâtre mettait en scène des comédiens déguisés en blackfaces. Moore montre que la représentation des Noirs sur les scènes cubaines changeait en fonction de la façon dont ils étaient perçus par la société dominante, passant de joyeux et satisfaits de leur sort à dangereux et menaçants entre le début et la fin du XIXe siècle, période qui correspond aux mouvements abolitionnistes. Ketty Wong, professeure d’ethnomusicologie à l’Université de Kansas, explore l’idée de la nationalité par l’entremise de la música nacional équatorienne. Au début du XXe siècle, cette étiquette était apposée à un répertoire essentiellement issu du passilo, une musique liée à un patrimoine européen. Cependant, au XXIe siècle, c’est le sanjuanito, associé aux populations indigènes par son utilisation de gammes et d’instruments locaux, qui est plus souvent classée sous la rubrique de música nacional. Ces changements sont à mettre en parallèle avec la conception de la nationalité équatorienne, d’abord vue comme étant le domaine de la seule élite créole, associée à l’empire espagnol, mais maintenant comprise comme une société métisse qui valorise la mixité de son peuple. Dernièrement, la musique des travailleurs portoricains à Hawaï est examinée par Ted Solis, professeur d’ethnomusicologie à l’Université d’Arizona. Initialement coupée de Porto Rico par la distance et le manque de communication, la musique des travailleurs a évolué à son propre rythme sur la grande île. Solis montre que, depuis la facilitation d’un contact régulier avec Porto Rico, l’évolution de la musique de cette population est liée à la création d’une identité distincte composée d’éléments associés à la fois au passé africain et latin de cette population et à son présent étatsunien et hawaïen.

5Alors que cette première section portait sur le lien entre la performance et les identités nationales ou étatiques, la deuxième partie du livre se penche sur la performance et les représentations individuelles. L’improvisation dans le jazz à Austin au Texas est le terrain utilisé par Tim Brace de l’Université du Texas pour jeter un regard sur la transformation de l’individu à travers la performance. Brace postule qu’en créant, des musiciens de jazz se créent en même temps. Ce texte offre une réflexion sur des pratiques musicales interactives en tant que pratiques sociales. De même, Emily Pinkerton, ethnomusicologue à l’Université de Pittsburgh, étudie les relations inégales entre hommes et femmes au Chili à travers la poésie improvisée de payadores, artistes qui pratiquent la poésie chantée canto a lo poeta. Selon Pinkerton, chanteurs masculins et féminins adoptent des styles poétiques différents, notamment lors des compétitions de payadores, qu’elle décrit comme des espaces musicaux masculins. Ces différences sont représentatives des structures sociales patriarcales existant au Chili, qui donnent peu de place aux voix des femmes.

6La troisième partie de cette publication se concentre sur des festivals. Professeure et américaniste au Département d’espagnol et de portugais de l’Ohio State University, Michelle Wibbelsman nous offre une étude comparative de deux manifestations de la même fête religieuse, la Via Dolorosa, par une communauté en Equateur. La première de ces représentations du chemin de croix de Jésus Christ était plus théâtrale et dramatique. Présentée en ville, elle était conçue pour attirer des touristes. La deuxième, dévotionnelle par nature, était célébrée en zone rurale, principalement par des pratiquants. Même si elle considère que l’aspect divertissant de la première amoindrit son caractère sacré, Wibbelsman maintient que dans les deux cas il ne faut pas comprendre la Via Dolorosa comme une représentation de célébration religieuse, mais plutôt comme un événement vécu par ses participants. Ainsi, les officiants et les spectateurs sont réunis par leur participation commune à l’événement. Dans le dernier chapitre du livre, Thomas Solomon, professeur de musique à l’Université de Bergen en Norvège, étudie la performance musicale à l’intérieure de la province de Bustillo en Bolivie. Solomon se penche notamment sur les différences entre la performance lors de fiestas, célébrations communautaires, et lors de festivals. Modifications des paroles des chansons, des instruments et des costumes représentent pour Solomon un effort conscient de la part des performeurs pour répondre aux attentes des spectateurs. Ce faisant, les performeurs se créent plusieurs conceptions de soi différentes – autochtone, paysan, membre de la communauté locale – qu’ils mettent en scène de façon variable selon la situation. Cependant, Solomon maintient que ce n’est pas uniquement un processus fait pour les spectateurs. En adoptant ces diverses identités, les performeurs s’associent à chaque groupe, ce qui leur permet de concrétiser leur appartenance multiple à l’intérieur d’une même société ou communauté.

7Comme indiqué dans le titre du livre, chaque chapitre présente un paysage sonore différent. Dans l’introduction, Buchanan explique que chaque auteur devient le narrateur du paysage qu’il présente, une méthode qui rappelle les débuts des études sur la performance en ethnopoésie, littérature et communication. Quoiqu’ils traitent de sujets ou de terrains différents, chaque chapitre associe la performance à la pratique et à la subjectivité tout en l’ancrant dans des expériences corporelles et vécues. Prise comme un ensemble, la publication est cohérente et donne une vision claire des concepts, des idées, et des assises des études actuelles sur la performance en Amérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julian Whittam, « Donna A. BUCHANAN : Soundscapes from the Americas: Ethnomusicological Essays on the Power, Poetics, and Ontology of Performance », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 266-268.

Référence électronique

Julian Whittam, « Donna A. BUCHANAN : Soundscapes from the Americas: Ethnomusicological Essays on the Power, Poetics, and Ontology of Performance », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 20 septembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2534

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page