Navigation – Plan du site
Dossier : Le goût musical

Le lisse, le plein, l’amer. Critères du goût musical sur l’île de Flores (Lamaholot, Indonésie)

Dana Rappoport
p. 207-227

Résumé

Sur la presqu’île de Tanjung Bunga, à la pointe orientale de l’île de Flores en Indonésie, la musique, presque exclusivement vocale, se pratique en duos, lors des travaux agraires, rythmant la culture du riz et du maïs sur essarts. Les paires de chanteurs, non mixtes, se constituent selon différentes façons, par affinités locales, affectives, familiales et esthétiques. Que les voix sonnent bien constitue une des conditions minimales pour chanter ensemble. Dans le choix de leur compagnon de chant, les chanteurs opèrent un jugement de goût implicite, rarement verbalisé, que cette recherche entend expliciter, à partir de l’étude comparative de deux villages voisins, aux stylistiques différentes. Bien que les appréciations musicales varient souvent d’un chanteur à l’autre, et d’un village à l’autre, des constantes montrent que, loin d’être déterminé exclusivement par des critères sonores, le goût musical est forgé selon trois classes de critères relatifs à l’ethos, aux sons et au langage.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Le plaisir d’en parler
Les paradigmes de l’appréciation musicale
Appréciation de l’ethos
Appréciation des voix
Appréciation de la langue
Des critères aux valeurs

Aperçu du texte

À Tanjung Bunga (« Le Cap des Fleurs »), sur l’île de Flores, dans l’est de l’archipel indonésien, le chant polyphonique à deux voix se pratique à différents moments de l’année, selon un calendrier agraire cérémoniel. La question du goût musical s’est imposée dès le début de ma recherche sur cette pratique, en 2006, à partir de deux constats, suite à l’écoute des musiques que j’avais enregistrées : d’abord, le jugement dépréciateur des chanteurs d’un village envers l’autre, certains grimaçant, d’autres ricanant, d’autres encore ne disant rien mais n’en pensant pas moins, sans compter celui des Occidentaux, plutôt sceptiques à l’écoute de ces chants lors de mes retours de mission. En outre, lors de mon apprentissage du chant, quand j’arrivais à (bien ?) chanter, la chanteuse ne me disait pas « c’est juste » mais plutôt « c’est triste », la tristesse émergeant comme critère d’appréciation majeur. Du point de vue des chanteurs, qu’est-ce qu’un chant réussi ? Que savourent-ils en lui ? ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dana Rappoport, « Le lisse, le plein, l’amer. Critères du goût musical sur l’île de Flores (Lamaholot, Indonésie) », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 207-227.

Référence électronique

Dana Rappoport, « Le lisse, le plein, l’amer. Critères du goût musical sur l’île de Flores (Lamaholot, Indonésie) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2520

Haut de page

Auteur

Dana Rappoport

Dana Rappoport (1968) est ethnomusicologue au Centre Asie du Sud-Est (CNRS/EHESS). Ses recherches portent sur les musiques de l’archipel indonésien, étudiées à la fois sous l’angle de la musicologie formelle, de l’anthropologie de la religion et de l’organisation sociale. Elle a mené successivement des enquêtes de longue durée sur deux terrains de recherche, chez les Toraja de l’île de Sulawesi (1991-2005), et depuis 2006, chez les Lamaholot d’Indonésie orientale (Flores, Solor, Adonara, Lembata). Elle est l’auteur de Chants de la terre aux trois sangs : musiques rituelles des Toraja de l’île de Sulawesi (2009), traduit en anglais et en indonésien, aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page