Navigation – Plan du site
Dossier : Le goût musical

À plusieurs voix. Modalités d’exécution et d’appréciation de la ronde dansée kaikoṭṭukaḷi au Kerala (Inde du Sud)

Christine Guillebaud
p. 185-206

Résumé

À partir de l’exemple de la ronde dansée kaikoṭṭukaḷi au Kerala, l’auteure souligne l’extrême tension observable entre voix individuelles et collectives lorsqu’il s’agit de rendre compte des jugements de goût, tension que cherche à retranscrire l’expression « À plusieurs voix » utilisée en titre. L’approche par le portrait de musiciennes permet de faire surgir les prises de position subjectives, les rivalités individuelles ou encore l’organisation quasi concurrentielle des points de vue sur ce qu’il est convenu de « bien réaliser » et de « bien faire ensemble ». À partir d’une enquête effectuée par triangulation auprès de trois chefs de troupe, l’auteur identifie les critères et les valeurs qui coexistent au sein de ce monde chorégraphique hétérogène. Il ressort que les critères du « bien réalisé » ont un faible ancrage dans le registre de l’émotion et de l’attachement. Plus que sur la « beauté » d’une performance ou sur le ressenti des danseuses, les appréciations se focalisent sur les aspects compositionnels (le rapport entre chant et danse, la simplicité, la complexité), la perception globale de la forme (l’intelligibilité des textes, l’harmonie visuelle de la ronde) ou encore l’attitude intérieure et visible de l’extérieur des danseuses (dévotion, sérieux, discipline). Enfin, à la lumière d’une analyse « axiologique » de ces critères, l’étude conclut que c’est principalement la valeur d’authenticité (la sensibilité à l’origine) qui est la clé de voûte commune aux discours des danseuses.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Un seul nom pour plusieurs catégories de kaikoṭṭukaḷi
Les critères d’Omana 
Le Sérieux
L’originel
La discipline
L’équilibre /l’harmonie
La pureté du genre
Les critères de Lila
L’intersection chant/mouvement
Les gestes contenus
La pureté du genre
Les critères de Savitri
Le Sucré
La complexité par la variété
Conclusion

Aperçu du texte

L’expression « à plusieurs voix » est consacrée en musique pour désigner le caractère collectif d’une œuvre ou d’une performance. Elle y prend un sens acoustique – lorsqu’elle concerne l’association de plusieurs émissions vocales dans le même espace-temps – ou bien par extension un sens compositionnel – par le fait de désigner les parties assurées par chaque exécutant ou groupe d’exécutants au sein d’une même performance. Cette dimension collective des « voix » présente également un paradoxe si l’on considère à présent son sens sociologique. Exprimer sa « voix », c’est énoncer son point de vue, son opinion, c’est prendre parti pour une cause ou pour une personne, c’est encore laisser la trace de sa parole ou de ses idées afin qu’elles soient transmises à de potentiels successeurs. Dans cette seconde acception, le réseau sémantique renvoie plus volontiers au champ de l’individualité, sans complètement s’extraire de son premier sens, notamment compositionnel, où c’est l’ensemble des v...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Guillebaud, « À plusieurs voix. Modalités d’exécution et d’appréciation de la ronde dansée kaikoṭṭukaḷi au Kerala (Inde du Sud) », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 185-206.

Référence électronique

Christine Guillebaud, « À plusieurs voix. Modalités d’exécution et d’appréciation de la ronde dansée kaikoṭṭukaḷi au Kerala (Inde du Sud) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2514

Haut de page

Auteur

Christine Guillebaud

Christine Guillebaud est chargée de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC, Université Paris Ouest-Nanterre) et associée au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS-EHESS/CNRS). Les travaux qu’elle mène en Inde du Sud ont porté sur les processus de création musicale, la multimodalité, la propriété intellectuelle, l’humour musical ou encore la perception des environnements sonores quotidiens. Elle est l’auteure du livre Le chants des serpents. Musiciens itinérants du Kerala (2008), primé par l’Académie Charles Cros, et éditrice de l’ouvrage Toward an Anthropology of Ambient Sound (à p. 2015). Elle a également coédité les volumes La Musique n’a pas d’auteur (2010) et Notes d’humour (2013). Elle développe au sein du collectif de recherche MILSON « Pour une anthropologie des MILieux SONores » (www.milson.fr) des travaux sur le sonore ordinaire des espaces publics et des lieux de culte. Elle coordonne enfin le programme POLIMUS « Musiques et politiques mémorielles » du Laboratoire d’excellence « Passés dans le Présent » (www.passes-present.eu/fr), dédié à l’étude située des narrations du passé et des reconstitutions musicales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page