Navigation – Plan du site
Dossier : Le goût musical

Le goût suspendu. Goût, fadeur, notoriété en Chine

François Picard
p. 145-156

Résumé

L’esthétique musicale chinoise telle qu’elle est connue et documentée est écartelée entre deux univers : l’un, classique, se réclame de la fadeur (dan 淡) ; à l’opposé, l’univers populaire du Jingxi (opéra de Pékin) met en avant le goût (wei 味) comme appréciation et le savoir du goût comme critère d’interreconnaissance des connaisseurs. Où situer alors la musique d’ensemble et les réunions entre amis où le jugement esthétique apparaît comme suspendu ? Finalement, le principal critère de jugement d’un artiste ne tient en Chine pas compte de sa prestation, mais de la notoriété (ming名) de l’interprète. Les deux stratégies étudiées, éloge de la fadeur et suspension du jugement de goût, sont alors à saisir comme une réponse à cet impératif oppressant.

Haut de page

Notes de la rédaction

Communication au colloque Qu’en est-il du goût musical dans le monde au XXI e siècle ?, OICRM, Montréal, 28 février – 2 mars 2013.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Constatation A : l’esthétique chinoise est fondée sur le goût
Constatation Ā : l’esthétique chinoise est fondée sur la fadeur
Constatation B : l’esthétique chinoise est fondée sur le mauvais goût
Proposition 1, rationnelle, aristotélicienne
Proposition 2, dialectique
Proposition 3, yinyang
Proposition 4, sociologique
Proposition 5, voir Constatation C
Constatation C : l’appréciation esthétique chinoise est fondée sur la renommée (ming)
Excursus, en Amazonie
Proposition 6, mādhyamika
Pour résoudre le tétralemme : une ethnographie plus fine…
En silence, anonyme

Aperçu du texte

« La distinction et l’élégance sans la trivialité, c’est incorrect »
Jean Rochefort

Constatation A : l’esthétique chinoise est fondée sur le goût

L’évaluation esthétique en Chine a pour critère principal le goût, la saveur (wei ou weidao 味道) (Blanchon 1995). C’est ce qu’a mis en valeur pour le jingju 京劇 (opéra de Pékin) Isabelle Duchesne (1996), ethnomusicologue et sinologue, dans sa remarquable thèse. C’est aussi la valeur que – après d’autres – j’ai constatée comme ayant cours dans les maisons de thé de Shanghai, là où l’on se réunit au sein de clubs, comme on joue ailleurs à la belote dans un café, et où l’on joue la musique de soies et bambous (Jiangnan sizhu), une musique d’hétérophonie et de répertoire, où l’on joue régulièrement (une fois par semaine) toujours les mêmes quatre pièces, auxquelles on ajoute occasionnellement quelques airs de musique cantonaise ou d’opéra local.

Constatation Ā : l’esthétique chinoise est fondée sur la fadeur

L’évaluation esthétique en Chine a pour ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Picard, « Le goût suspendu. Goût, fadeur, notoriété en Chine », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 145-156.

Référence électronique

François Picard, « Le goût suspendu. Goût, fadeur, notoriété en Chine », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2511

Haut de page

Auteur

François Picard

François Picard est professeur d’ethnomusicologie analytique à l’Université Paris Sorbonne et chercheur à l’IReMUS Institut de recherche en musicologie UMR 8223, et associé au Groupe Sociétés, Religions, Laïcité. Il a été l’organisateur principal de deux conférences internationales, « Chime », et « Luoshen fu arts et humanités ». Ancien élève du conservatoire de musique de Shanghai, il joue de la flûte xiao et de l’orgue à bouche sheng au sein de l’ensemble Fleur de Prunus qu’il dirige et collabore avec des compositeurs contemporains et l’ensemble XVIII-21, le baroque nomade.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page