Navigation – Plan du site
Dossier : Le goût musical

« Étrangement musical » : les jugements de goût de Bernard Lubat à propos du logiciel d’improvisation ImproteK

Marc Chemillier et Jérôme Nika
p. 61-80

Résumé

Cet article rend compte d’une enquête menée en 2011-2013 auprès du musicien de jazz Bernard Lubat pour le développement du logiciel ImproteK dédié à l’improvisation. Ce logiciel capte le jeu du musicien jouant sur un clavier de synthétiseur et se sert des phrases enregistrées pour en créer de nouvelles dans un cadre idiomatique (standards de jazz) où l’improvisation est basée sur une pulsation régulière et une grille harmonique. Nous avons recueilli de nombreuses appréciations formulées par Bernard Lubat sur les résultats produits par la machine qui constituent autant de « jugements de goût ». Ceux-ci traitent d’aspects purement idiomatiques comme le phrasé (raideur versus souplesse) ou la justesse du tempo, et plus généralement des notions d’erreur et de transgression des limites de ce qui est acceptable au regard de l’idiome. Mais, au-delà de ces aspects techniques, l’enquête dévoile une pensée esthétique qui entremêle la musique (improvisation considérée comme le franchissement d’obstacles) et des considérations plus politiques et philosophiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Enquête avec un musicien de jazz : Bernard Lubat
Description du logiciel ImproteK
Jugements de goût de Bernard Lubat
Conclusion

Aperçu du texte

L’une des formes habituelles de l’observation participante en ethnomusicologie consiste, pour le chercheur sur le terrain, à apprendre lui-même à jouer des instruments dont il étudie la pratique. Mantle Hood (1960 : 55) a souligné à quel point cette approche nécessite le développement d’habiletés particulières qu’il a regroupées sous le terme de « musicalité » : travail des oreilles, des yeux, des mains, de la voix afin d’acquérir l’aisance indispensable non seulement à l’exécution, mais aussi à la compréhension des musiques qui nous sont étrangères. Le présent article décrit un cas d’observation participante en ethnomusicologie à ceci près que celui qui s’efforce d’apprendre à jouer de la musique sur le terrain n’est pas un ethnomusicologue muni de son instrument de musique, mais un ethnomusicologue qui manipule un programme informatique. À ce titre on pourrait dire que l’enquête décrite ici introduit une part de « simulation » dans l’observation participante au sens où, par exempl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Chemillier et Jérôme Nika, « « Étrangement musical » : les jugements de goût de Bernard Lubat à propos du logiciel d’improvisation ImproteK », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 61-80.

Référence électronique

Marc Chemillier et Jérôme Nika, « « Étrangement musical » : les jugements de goût de Bernard Lubat à propos du logiciel d’improvisation ImproteK », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2496

Haut de page

Auteurs

Marc Chemillier

Marc Chemillier est directeur d’études à l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales), membre du Centre d’Analyse et de Mathématique Sociales (CAMS – UMR CNRS 8557). Il s’intéresse à l’improvisation musicale et développe depuis quelques années le logiciel ImproteK en collaboration avec l’IRCAM et avec la participation de musiciens de jazz (Bernard Lubat) et de musiciens traditionnels. Après avoir travaillé en Afrique centrale sur le répertoire des harpistes nzakara, il a orienté son terrain vers Madagascar pour étudier les aspects mathématiques et cognitifs de la divination, puis la musique de cithare marovany jouées dans le culte de possession tromba. Il s’intéresse à la modélisation des savoirs relevant de l’oralité, titre de son séminaire de l’EHESS, et a publié en 2007 Les mathématiques naturelles aux Éditions Odile Jacob.

Articles du même auteur

Jérôme Nika

Jérôme Nika est doctorant de l’école doctorale EDITE de l’Université Pierre et Marie Curie sous la co-direction de Marc Chemillier (CAMS - EHESS) et Gérard Assayag (Représentations Musicales - IRCAM UMR STMS 9912 CNRS) depuis 2012, après avoir été diplômé d’un cursus suivi à l’ENSTA ParisTech, puis Télécom ParisTech (Économie, stratégie, et ingénierie d’Internet, des télécoms et des médias), ainsi que du Master ATIAM (Acoustique, traitement du signal, informatique, appliqués à la musique, Ircam – UPMC – Télécom ParisTech). Il s’intéresse à l’introduction de connaissances a priori pour guider l’improvisation musicale et à la dialectique entre planification et réactivité à travers le développement et les enquêtes liées au système ImproteK sur lequel il travaille depuis 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page