Navigation – Plan du site
Rencontres

L’enseignement de l’ethnomusicologie en Europe

Un cours du Séminaire européen d’ethnomusicologie, Barcelone, avril 1992
Maria Antonia Juan i Nebot
p. 337-338

Texte intégral

1Organisé par l’Institut Català d’Antropologia (ICA), un cours intensif d’ethnomusicologie a eu lieu à Barcelone du 28 au 30 avril 1992, donné par des spécialistes appartenant au Séminaire européen d’ethnomusicologie (SEEM). Son organisation a bénéficié de la collaboration de la Diputació de Barcelona, de la Generalitat de Catalunya, de la Fondation La Caixa et de l’Université de Barcelone.

2Ce cours était en fait une expérience nouvelle au sein de la dynamique habituelle du SEEM. L’initiative en revient à Josefina Roma, professeur au Département d’anthropologie de l’Université de Barcelone, et à Peter Russell Crowe, Secrétaire général du SEEM qui, avec la collaboration des professeurs Geneviève Dournon, (Musée de l’Homme, Paris), Laurent Aubert (Musée d’ethnographie et Ateliers d’ethnomusicologie, Genève) et Jeremy Montagu (Université d’Oxford), conçurent le cours autour de deux axes principaux : « Qu’est-ce que l’ethnomusicologie ? » et « Le travail de l’ethnomusicologue », selon les expériences personnelles de chaque professeur invité.

3Placée sous la responsabilité de Peter Crowe, la première session permit de délimiter le thème principal du cours : qu’est-ce que l’ethnomusicologie ? Sa présentation donna une bonne idée de l’ampleur du sujet, reflétée par les différentes tendances actuelles de l’ethnomusicologie dans une Europe en pleine mutation ; l’importance du rituel dans le contexte socio-culturel, fonctionnel et esthétique de toute manifestation musicale apparut ainsi avec évidence. Une séance expérimentale d’écoute permit à l’assistance d’approfondir son approche du problème.

4Dans la présentation de matériaux ethnomusicologiques recueillis par les orateurs, le champ de l’organologie eut une importance particulière grâce aux interventions de Geneviève Dournon et de Jeremy Montagu. Tous deux traitèrent, selon des points de vue différents, des méthodes de recherche organologique – localisation, étude, classification systématique, conservation et restauration des instruments – à partir de leur expérience respective, avec la Bate Collection d’Oxford pour Jeremy Montagu, et au Musée de l’Homme en ce qui concerne Geneviève Dournon. Les réflexions de cette dernière à propos de l’esprit qui anime – ou devrait animer – le travail de terrain et l’éthique qu’il convient d’y appliquer méritent d’être soulignées.

5Laurent Aubert aborda le thème de la diffusion de l’ethnomusicologie en Europe. Grâce à son expérience de pédagogies inédites au sein des Ateliers d’ethnomusicologie et de publications spécialisées comme les Cahiers de musiques traditionnelles, son intervention mit en relief l’importance croissante acquise au sein de notre société par des musiques provenant de groupes culturellement définis, ainsi que les éventuelles influences mutuelles de ces musiques.

6La partie plus directement liée au travail de terrain fut développée par Peter Crowe, qui parla notamment de sa collaboration avec les chercheurs indigènes de Mélanésie dans le domaine de l’étude des rites locaux de l’abattage des porcs.

7Le cours se conclut sur une table ronde, qui fut l’occasion de débattre la question du rôle des ethnomusicologues catalans dans le contexte européen ; l’importance des échanges et des études comparées avec des cultures voisines ressortit clairement de ces discussions.

8Le grand intérêt suscité par ce cours, premier de son espèce à Barcelone, et les espoirs qu’il a éveillés ont encouragé les institutions organisatrices à renouveler l’expérience, et une suite est d’ores et déjà prévue pour l’année prochaine. Ainsi, comme le signalait Josefina Roma dans son exposé inaugural, il sera possible de franchir un cap dans les échanges culturels, un cap depuis longtemps atteint par d’autres collectifs d’ethnomusicologues en Europe.

9Cette première expérience doit être vue comme une prise de contact initiale des ethnomusicologues catalans avec leurs collègues étrangers. Il conviendra peut-être d’envisager à l’avenir des thèmes et des méthodologies d’application immédiate dans la recherche catalane, laquelle porte pour l’instant essentiellement sur sa propre culture. Le prochain cours devrait aussi pouvoir être organisé plus longtemps à l’avance, afin d’en faire bénéficier un plus grand nombre de personnes potentiellement intéressées.

10L’effort réalisé pour l’organisation de « L’enseignement de l’ethnomusicologie en Europe », ainsi que la deuxième édition, cette année, du Séminaire de Valence sur les études méditerranéennes et le projet d’accueillir en 1993 la réunion plénière du Séminaire européen d’ethnomusicologie : toutes ces initiatives vont certainement susciter une meilleure prise de conscience de l’importance de la discipline dans la péninsule ibérique. Nous espérons qu’une meilleure connaissance de « ce qu’est l’ethnomusicologie » nous permettra de tracer de nouvelles lignes de travail dans un champ encore partiellement inexploré : celui de la musique qui nous définit culturellement, une musique dont, malgré des collectes déjà importantes, nos connaissances demeurent encore largement insuffisantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Antonia Juan i Nebot, « L’enseignement de l’ethnomusicologie en Europe », Cahiers d’ethnomusicologie, 5 | 1992, 337-338.

Référence électronique

Maria Antonia Juan i Nebot, « L’enseignement de l’ethnomusicologie en Europe », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 5 | 1992, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2478

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page