Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Patrick Moutal. A Comparative Study of Selected Hindustānī Rāga-s based on Contemporary Practice | Patrick Moutal. Hindustānī Rāga-s Index, Bibliographical References on Descriptions, Compositions and Vistāra-s of Hindustānī Rāga-s based on Selected Major Contemporary Works in Devanāgarī

Bernard Lortat-Jacob
p. 291-292
Référence(s) :

Patrick Moutal. A Comparative Study of Selected Hindustānī Rāga-s based on Contemporary Practice. Delhi : Munshiram Manoharlal Publishers Pvt Ltd, 1991. 580 p

Patrick Moutal. Hindustānī Rāga-s Index, Bibliographical References on Descriptions, Compositions and Vistāra-s of Hindustānī Rāga-s based on Selected Major Contemporary Works in Devanāgarī. Delhi : Munshiram Manoharlal Publishers Pvt Ltd, 1991. 340 p

Texte intégral

1Le rāga, on le sait, occupe une place essentielle dans la théorie de la musique indienne autant que dans sa pratique. Il est d’abord une échelle modale (d’ailleurs souvent asymétrique lorsqu’elle n’a pas la même structure en mouvements ascendant et descendant), qui a ses degrés forts et faibles, ses notes « parlantes » (vādī) et « co-parlantes » (samvādī) et qui, enfin, donne lieu à des compositions.

2Aborder les rāga-s et décrire leurs structures respectives - ce que fait avec grande maîtrise Patrick Moutal dans son Étude - obéit à deux intentions théoriques que, ordinairement, la musicologie occidentale distingue, mais qui sont ici instrinsèquement liées : rendre compte du système musical indien et également de la compétence des musiciens à partir de leurs pratiques contemporaines.

3Chaque rāga (l’analyse n’est pas exhaustive : 67 sont traités, regroupés en cinq familles, et l’auteur envisage un deuxième volume) est présenté dans ses caractéristiques propres et sur la base de la notation indienne - ce qui exige un effort initial de la part du lecteur occidental, mais les principes de solmisation indiens sont suffisamment simples et rationnels pour être maîtrisés sans trop de problèmes et avec un peu de patience.

4Les analyses et points de vue qu’en donnent différents auteurs (principalement V. N. Bhatkande, qui est la plus haute autorité en la matière, et K. C. Gan-grade, qui fut le guide spirituel et le maître de musique de l’auteur durant de nombreuses années) sont discutés dans le corps du texte et, pour chaque rāga, très soigneusement complétées par une bibliographie analytique précisant où et de quelle façon tel ou tel auteur en a parlé. Enfin et puisque comme le dit Robert (l’auteur du dictionnaire du même nom), il n’est pas de (bon) dictionnaire sans exemple, chaque rāga est complété par une suite de mouvements mélodiques caractéristiques (calana) provenant de recueils de compositions publiés, ou tirés de pratiques musicales confirmées.

  • 1 Référence complémentaire : Patrick MOUTAL. « La notation musicale indienne : degré de représentati (...)

5Le rāga est donc abordé dans sa dimension strictement formelle et dans ses propriétés génératives dont les calana-s ne présentent que quelques cas de figure. On comprend dès lors mieux sa fonction dans le système compositionnel indien : il est d’abord un « être mélodique » (Moutal 1991 : 351), mais il est aussi plus que cela ; « il est une matrice sonore, c’est-à-dire un générateur de mélodies : sur un nombre fini de rāga-s, élément stable de la tradition, il existe une infinité de compositions vocales et instrumentales » (ibid.).

6Instrument de travail complémentaire à l’ouvrage précédent, l’index bibliographique des rāga-s d’Inde du Nord s’appuie sur le dépouillement systématique de 79 ouvrages traitant des rāga-s, pour la plupart écrits en hindi. L’entrée est alphabétique (au total, 665 items). Pour chaque auteur, il est précisé si le rāga donne lieu à une description ou s’il est figuré à travers diverses compositions ou formules spécifiques (vistāra).

7Le travail considérable de Patrick Moutal, nourri d’une énorme documentation et de dix-sept ans d’apprentissage musical en Inde (il obtint en 1983 le titre de Docteur de Performance and compositions) s’inscrit donc dans une perspective théorique moderne ; il permet non seulement à l’amateur de musique indienne qui s’interrogerait par exemple sur les structures respectives des rāga-sbhairavi et kanada (pour ne citer que deux des plus importants), d’être immédiatement éclairé sur leur nature et leur structure, mais encore au musicologue généraliste, d’avoir des notions très techniques et une idée extrêmement précise sur la nature du système compositionnel indien. Un magnifique travail.

Haut de page

Notes

1 Référence complémentaire : Patrick MOUTAL. « La notation musicale indienne : degré de représentativité », Analyse Musicale N° 24, juin 1991 : 30-5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lortat-Jacob, « Patrick Moutal. A Comparative Study of Selected Hindustānī Rāga-s based on Contemporary Practice | Patrick Moutal. Hindustānī Rāga-s Index, Bibliographical References on Descriptions, Compositions and Vistāra-s of Hindustānī Rāga-s based on Selected Major Contemporary Works in Devanāgarī », Cahiers d’ethnomusicologie, 5 | 1992, 291-292.

Référence électronique

Bernard Lortat-Jacob, « Patrick Moutal. A Comparative Study of Selected Hindustānī Rāga-s based on Contemporary Practice | Patrick Moutal. Hindustānī Rāga-s Index, Bibliographical References on Descriptions, Compositions and Vistāra-s of Hindustānī Rāga-s based on Selected Major Contemporary Works in Devanāgarī », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 5 | 1992, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2459

Haut de page

Auteur

Bernard Lortat-Jacob

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page