Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Vincent Doucet. Musique et rites afro-américains. « La marimba éclot dans les astres... »

Paris : L’Harmattan, 1989. 257 p.
Isabelle Leymarie
p. 233-234
Référence(s) :

Vincent Doucet. Musique et rites afro-américains. « La marimba éclot dans les astres... ». Paris : L’Harmattan, 1989. 257 p.

Texte intégral

1Il s’agit ici d’un recueil de notes de travail et de transcriptions d’émissions de radio compilées par la mère de Vincent Doucet, jeune ethnomusicologue décédé à l’âge de vingt-cinq ans. Dans leur ensemble, ces notes relèvent plutôt de l’ethnologie ou de la sociologie que de la musicologie, et sont plus souvent descriptives qu’analytiques.

2Le premier essai, qui traite des origines noires du tango, ne défriche guère de terrain vierge. Il existe déjà de nombreuses études sur ce sujet, notamment celles de Vincente Gesualdo, José Gobello, Blas Matamora, Jorge Rivera et Luis Sierra, et celles de Coriún Aharonián en ce qui concerne la musique afro-uruguayenne, que Doucet évoque en relation avec le tango. Il rappelle certaines racines bantoues du mot tango. Selon une étymologie que Doucet ne mentionne pas, « tango » signifierait un groupe d’hommes, une fraternité, ce qui n’a rien d’étonnant lorsqu’on sait qu’au thème du tango est souvent lié, dans la littérature argentine du moins, celui de l’homosexualité. A Cuba, lors des fêtes du Corpus Christi, les sectes congo (bantoues) défilaient en dansant le « tango congo », dont la musique a inspiré de nombreux compositeurs dans les registres classique et populaire. En passant, Doucet mentionne la relation entre la musique cubaine et le tango. Effectivement, le tango provient de la habanera, dont la ligne de base syncopée est identique à la sienne. Cette figure rythmique de la basse : ♩ ♫ں♫ ♩ (nommée cinquillo par les Cubains), se retrouve également dans le ragtime. De même, l’instrumentation des orchestres « typiques » de tango à partir des années vingt et trente, avec contrebasse et violons, descend en droite ligne de celle des típicas et charangas cubaines.

3Consacré à l’Equateur, l’essai suivant consiste en d’abondants extraits de Juyungo, le célèbre roman d’Adalberto Ortiz, en des passages sur la marimba (comprenant des références aux origines de divers xylophones africains), le bambuco et le currulao, ainsi qu’en des passages inattendus, puisque l’ouvrage s’intitule Musiques et rites afro-américains, sur... le cimetière de locomotives de Duran et sur la colonie chinoise de Guayaquil.

4Si la marimba a sans doute des origines africaines, la manière dont en jouent les Indiens guatémaltèques n’a pas grand-chose à voir, stylistiquement, avec la musique noire et le chapitre sur le Guatemala sert surtout à Doucet de prétexte pour évoquer Miguel Angel Asturias et Jacques Soustelle et parler d’ethnologie guatémaltèque.

5Suit un essai relativement développé mais assez hétérogène sur Barlovento décrivant certains mythes et cérémonies afro-vénézuéliens et fournissant une nomenclature de quelques instruments de musique.

6Le livre se termine par un petit texte sans grande originalité sur la capoeira brésilienne et un autre sur les peintres du groupe Cobra et le jazz.

7Il est évident que l’auteur de ce petit ouvrage désorganisé et un peu fou était un tout jeune ethnomusicologue : « Accompagnées du battement sauvage du tambour, les fluctuations sonores du xylophone réminiscentes du clapotis des vagues, nous invitent à refaire en sens inverse la traversée des bateaux négriers », lisons-nous par exemple à la page 75. Mais, malgré ses faiblesses -il s’agit, rappelons-le, d’un ouvrage posthume que l’auteur n’a pas été en mesure de revoir et dont nous ne sommes pas sûrs qu’il eut souhaité la publication sous cette forme - ce livre touchant comble des lacunes certaines. En effet, en ce qui concerne la musique noire d’Amérique latine, il n’existe pratiquement aucune publication de fond en langue française, la plupart des ethnomusicologues francophones s’étant plus volontiers penchés sur l’Afrique que sur la diaspora noire du Nouveau Monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Leymarie, « Vincent Doucet. Musique et rites afro-américains. « La marimba éclot dans les astres... » », Cahiers d’ethnomusicologie, 3 | 1990, 233-234.

Référence électronique

Isabelle Leymarie, « Vincent Doucet. Musique et rites afro-américains. « La marimba éclot dans les astres... » », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 3 | 1990, mis en ligne le 15 octobre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2405

Haut de page

Auteur

Isabelle Leymarie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page