Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

La Revue Musicale. Tràn Van Khê et le Viêt Nam

Triple numéro 402-403-404, Paris, 1987, 146 p. et xvi de photos
François Picard
p. 282-283
Référence(s) :

La Revue Musicale. Tràn Van Khê et le Viêt Nam. Triple numéro 402-403-404, Paris, 1987, 146 p. et xvi de photos

Texte intégral

1Le grand mérite du musicien traditionnel du Vietnam Tràn Van Khê est d’avoir été reconnu par la communauté musicologique française et internationale grâce à une assimilation des règles de celle-ci et un parcours parfait dans le cursus honorum. Cela lui vaut à la fois d’entrer vivant dans le temple saint-sulpicien de La Revue Musicale et de subir le sort réservé ici aux Anciens : la mise à la retraite. Celui qui a suivi plusieurs années son activité protéiforme ne peut que s’en désoler et y voir les limites de l’intégration par l’Occident des valeurs qui fondent les relations humaines en Extrême-Orient. Cette diversité d’activités, de colloques en cours, de publications en concerts, de disques en transcriptions, n’est jamais une dispersion, mais le souci constant « en partant du particulier pour aller au général », de considérer comme légitimes les musiques traditionnelles et leur étude. Historiquement, et peut-être par essence, celle-ci est interdisciplinaire. Tràn Van Khê a sa manière à lui d’occuper tous les domaines : comme dans un début de partie de jeu de go, il a placé un pion dans chaque discipline et lieu d’exercice : en acoustique il étudie avec Émile Leipp deux instruments, un ancien et un actuel ; en ethnomusicologie, les chants alternés par garçons et filles — quan ho — de la province de Bac Ninh ; en musicologie il définit le mode ; en anthropologie musicale il cherche l’universlaité du pentatonisme ; il illustre les théories diffusionnistes et la question des aires culturelles par l’étude de la dispersion des cithares à chevalets mobiles.

2Après avoir ainsi fait le tour des domaines, il revient, observe la réaction des partenaires, consolide les acquis, cherche à élargir son territoire. C’est ainsi que, dans les années soixante, il tenta d’aborder le domaine chinois en posant quelques jalons. Sa méthode est ainsi d’avoir constitué des configurations imprenables. S’ils se présentent comme des définitions ou des théorèmes à caractère scientifique (plus précisément, Tràn emploie les termes « observations » et « remarques »), les « yeux » qui donnent ces libertés révèlent pour nous un savoir-faire qui relève de sa culture extrême-orientale par l’emploi du style formulaire, magnifié par un extraordinaire talent de conteur. Ses capacités de synthèse alliées à une formidable mémoire développée dans la double tradition, typique des cultures d’influence chinoise, d’oralité et de mémorisation des ouvrages de référence, sont mises au service d’un art qui vient, nous semble-t-il, de son expérience d’improvisateur : attention permanente à l’auditoire, faculté d’adapter son propos à la longueur de son temps de parole. Si, d’article en cours, de communication en note, Tràn Van Khê se répète, c’est toujours à la manière d’un musicien iranien, indien ... ou vietnamien qui réutilise les mêmes formules, les combinant de manière inédite pour ainsi avancer et constituer un style, une œuvre. Cependant, le caractère lapidaire de ses formules lui permet de préserver un des critères essentiels de la scientificité, la réfutabilité, entendu qu’il reste toujours possible en droit de les réfuter. Si Tràn Van Khê est un joueur habile, il respecte toujours les règles.

3Ce que révèle également cette livraison de La Revue Musicale, c’est la splendide solitude d’un homme qui a voulu se situer au plus haut niveau, imposant à ses collaborateurs (ici Tràn Quang Hai) une piété filiale bien confucéeenne. Là où on aurait attendu une Festschrift, un bouquet d’hommages, nous trouvons une partie de go, une carte d’une histoire universelle de la musique jalonnée de pierres blanches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Picard, « La Revue Musicale. Tràn Van Khê et le Viêt Nam », Cahiers d’ethnomusicologie, 2 | 1989, 282-283.

Référence électronique

François Picard, « La Revue Musicale. Tràn Van Khê et le Viêt Nam », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 2 | 1989, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2361

Haut de page

Auteur

François Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page