Navigation – Plan du site
En marge

Les ateliers d’ethnomusicologie se présentent

Laurent Aubert
p. 225-232

Texte intégral

Objectifs

1En de nombreuses régions du monde, l’ampleur des mutations sociales et politiques contemporaines menace l’existence même de traditions artistiques millénaires. La généralisation du processus d’acculturation tend à réduire, voire à effacer les spécificités culturelles en imposant partout l’assimilation aux modèles de l’Occident moderne. De musiques mortes parce que privées de leur fonction et de leur environnement originels ne subsistent alors souvent que les parodies que sont les reconstitutions folkloriques à usage touristique et commercial. Face à cet état de fait, il apparaît urgent de développer une démarche cohérente et globale de revalorisation des arts traditionnels, non seulement par un travail approfondi de recherche et de documentation, mais aussi par une action soutenue auprès de leurs détenteurs, en leur offrant notamment la possibilité de faire connaître et de transmettre leur savoir hors de ses frontières ordinaires. Cette œuvre de sensibilisation, à laquelle les Ateliers d’ethnomusicologie entendent concourir dans la mesure de leurs moyens, présente le double bénéfice de renforcer le sentiment d’identité culturelle des artistes et des communautés concernées, tout en offrant à un public sensibilisé l’opportunité de découvrir et d’apprécier des pratiques artistiques issues de civilisations différentes.

2Cet élargissement de nos horizons artistiques se révèle extrêmement stimulant ; agissant comme catalyseur, il met en question de nombreux préjugés, il vivifie la création contemporaine par l’apport de dimensions nouvelles, de techniques inconnues, de conceptions souvent radicalement différentes des nôtres. A cet égard, un phénomène relativement récent est l’intérêt pour la pratique de musiques et de danses d’origine « exotique ». Pour répondre à cette demande croissante, les Ateliers d’ethnomusicologie ont créé un secteur d’enseignement régulier des musiques et danses traditionnelles du monde, qui compte à ce jour quinze ateliers de musique et cinq de danse.

3L’« ethnomusicologie d’urgence » et la « bi-musicalité » n’ont de sens que si elles débouchent sur le respect et l’appréciation juste et lucide de l’autre. Ainsi, par une action soutenue et diversifiée, les Ateliers souhaitent contribuer à une meilleure compréhension d’expressions artistiques, et à travers elles de civilisations entières, aussi riches que généralement sous-estimées.

Historique

4C’est en 1974, dans le cadre de l’Association pour la musique de recherche (AMR) de Genève, que les Ateliers d’ethnomusicologie ont engagé leurs premières activités. Ils se sont constitués en association autonome en décembre 1983, grâce à l’attribution d’un budget de fonctionnement ordinaire par la Ville et l’Etat de Genève. La situation particulière de Genève, cité internationale, nécessitait en effet la présence d’un organisme interculturel à même de développer la connaissance des musiques et des arts traditionnels du monde entier. Cet objectif est aujourd’hui en grande partie atteint par l’organisation de manifestations publiques — concerts, spectacles, conférences — tout au long de l’année et d’un festival annuel de films, par le développement d’un secteur d’enseignement et par différentes publications écrites et audio visuelles.

5En 1979, un événement allait jouer un rôle décisif dans l’essor des Ateliers d’ethnomusicologie : leur rattachement au Comité pour les arts extra-européens (EEAC) en tant que membre régulier représentant la Suisse. Les Ateliers d’ethnomusicologie étaient désormais intégrés à un réseau international d’échanges et de coopération, dont l’importance n’a depuis cessé de s’accroître. En 1987 a pu être créé un Comité suisse pour les arts traditionnels, prolongement national de l’EEAC regroupant à l’heure actuelle huit institutions représentant autant de villes du pays.

6A Genève, les Ateliers d’ethnomusicologie collaborent régulièrement avec le Musée d’ethnographie et ses Archives internationales de musique populaire, ainsi qu’avec la Salle Patiño, la Radio-télévision suisse romande et plusieurs festivals et organismes culturels locaux, de façon à augmenter l’impact de leurs réalisations.

Manifestations publiques

7Tout au long de l’année, des concerts et des spectacles sont organisés, en salle ou en plein air, donnés par des artistes et ensembles venus du monde entier. Cette programmation est complétée par un choix de films et de conférences de spécialistes internationalement reconnus. Plusieurs fois par an, des événements pluridisciplinaires regroupent un certain nombre de prestations sous un thème commun :

1975 :

Musique et danse de l’Inde

1976 :

Traditions méditerranéennes

1977 :

Rencontre Afrique-Asie

1978 :

Festival de musique arabe

1979 :

Musique et danse d’Afrique noire

1980 :

Masques et musiques d’Asie

1981 :

Musique et danse des derviches

1982 :

Amérique latine

1983 :

Dhrupad Mela

Japon 83, arts traditionnels

1984 :

Himalaya, cultures du toit du monde

Musique à la croisée des cultures

1985 :

Musique d’Asie centrale soviétique

Musique et danse de Corée

1986 :

Musiques populaires suisses

Musiques du Japon, tradition et création

1987 :

L’Inde traditionnelle : musique, danse, théâtre

Marionnettes traditionnelles d’Orient et d’Occident

1988 :

Musiques populaires de Roumanie

Musiques et danses du Pacifique

Musiques populaires de Grèce

Les chants de la Route de la soie

Récital de chikuzen biwa par Madame Yamasaki Kyokusui

Récital de chikuzen biwa par Madame Yamasaki Kyokusui

Cour de l’Hôtel-de-Ville, Genève, 1983 (photo : Dany Gignoux).

« Musiciens d’ici — Musiques d’ailleurs »

8Un des phénomènes les plus significatifs de l’époque contemporaine est l’éclatement des frontières culturelles. Nombreux sont ceux qui abordent aujourd’hui une pratique artistique à laquelle leur origine ne semblait pas les destiner, parfois au point d’en acquérir une réelle maîtrise. Cette manifestation en principe biennale présente une sélection de musiciens ayant assimilé une expression musicale de leur choix. Depuis sa création en 1982, elle a révélé le talent de musiciens européens et nord-américains dans l’interprétation de musiques japonaise, chinoise, indonésienne, indienne, afghane, iranienne, baloutche, caucasienne, arabe, turque, grecque, albanaise, occitane, andalouse, marocaine, ivoirienne et bolivienne.

« Festival du film des musiques du monde »

9Le film est un moyen d’information important sur les musiques traditionnelles et leur contexte. Présenté annuellement en collaboration avec le Musée d’ethnographie de Genève, ce festival propose un choix de films ethnomusicologiques, dans lequel les réalisations récentes voisinent avec les « classiques ». Il offre ainsi un débouché à une production cinématographique de qualité, mais ignorée par les circuits ordinaires.

Enseignement

10Dès leur fondation, les Ateliers d’ethnomusicologie ont développé ce secteur en vue d’encourager la pratique des arts traditionnels du monde. Quinze ateliers de musique et cinq de danse attirent actuellement plus de cent cinquante élèves. Pour stimuler leur travail, ceux-ci sont parfois appelés à se produire en public.

Ateliers de musique

Percussions d’Afrique occidentale

Guitare flamenca

Musique à bourdon d’Europe occidentale

Vielle à roue

Chant byzantin

Musique roumaine

Musique populaire turque

’Oud, luth oriental

Percussions arabes et turques

Musique indienne

Percussions de l’Inde du Nord

Musique balinaise

Musique chinoise

Percussions afro-brésiliennes

Musique andine

Ateliers de danse

Danse d’Afrique occidentale

Flamenco

Danses grecques

Danses bulgares et macédoniennes

Danse indienne

Audio-visuel

Phonothèque — vidéothèque

11De nombreux documents sonores et audio-visuels sont conservés aux Ateliers d’ethnomusicologie, ainsi qu’aux Archives internationales de musique populaire du Musée d’ethnographie de Genève. Consultables sur demande, il s’agit aussi bien de disques et d’émissions de radio que de documents inédits, enregistrés sur le terrain ou en concert à Genève.

Productions

12A ce jour, les Ateliers d’ethnomusicologie ont coproduit une série de films sur les traditions musicales suisses, présentés en première mondiale lors du troisième Festival du film des musiques du monde en 1986 : Les Sylvesterkläuse — la porte de l’année, de Jean-François Rohrbasser (16 mm, 25 min., avec la TVCO), Canti dal fondo del sacco, de Pietro Bianchi (vidéo, 40 min., avec L’Associazione Banduria, Lugano), ainsi que la tétralogie de Hugo Zemp sur le Jüüzli du Muotatal : Youtser et yodler , Les noces de Susana et Josef, Glattalp , et Voix de poitrine et voix de tête (16 mm, 50/50/30/30 min., avec le CNRS, Paris). D’autre projets sont en cours, dont notamment la publication d’une série de documents vidéo sur les techniques musicales dans le monde.

13Les Ateliers d’ethnomusicologie sont par ailleurs régulièrement associés à la Radio suisse romande pour des programmes sur les musiques traditionnelles. Depuis 1987, cette collaboration est concrétisée par les « Rendez-vous de musiques traditionnelles », une émission réalisée par Laurent Aubert et Thierry Fischer dans le cadre de « Démarge » (RSR/Espace 2), dans laquelle les concerts des Ateliers sont fréquemment diffusés.

Publications

14Chaque manifestation publique est complétée par une plaquette documentée et illustrée, destinée à fournir aux spectateurs une information substantielle sur les formes, l’esthétique et le contexte des prestations auxquelles ils assistent. Grâce à un important travail rédactionnel, de nombreux articles originaux ont ainsi été portés à la connaissance du public.

Les Cahiers de musiques traditionnelles

15Depuis 1988, une revue annuelle paraît sous ce titre. Chaque numéro est centré sur un thème, dont les différents aspects sont développés par plusieurs auteurs. Parmi les autres rubriques figurent des articles de portée générale, des comptes rendus, des portraits, des entretiens, des critiques, etc. Seule revue ethnomusicologique de langue française, les Cahiers de musiques traditionnelles offrent aux spécialistes une tribune régulière d’audience internationale.

Collaborations

16Le travail des Ateliers d’ethnomusicologie s’inscrit dans une démarche inter culturelle impliquant de nombreuses ramifications locales, nationales et internationales. Des collaborations soutenues à ces différents niveaux ont progressivement permis aux Ateliers d’élargir leur champ d’activités et le rayonnement de leurs réalisations.

A Genève

17Sur le plan local, les Ateliers collaborent régulièrement avec la Salle Patino, l’AMR et la Radio suisse romande, ainsi qu’avec le Musée d’ethnographie et ses Archives internationales de musique populaire. Des relations épisodiques existent aussi avec plusieurs autres organismes culturels en vue de réaliser certaines manifestations ponctuelles. A plusieurs reprises, les Ateliers ont, par exemple, participé aux « Etés à thème » patronnés par le Département des Beaux-Arts et de la Culture de la Ville de Genève.

En Suisse

18L’intérêt manifesté par d’autres villes suisses pour les activités des Ateliers a suscité un certain nombre de collaborations. En 1987 a été créé un « Comité suisse pour les arts traditionnels » regroupant des organismes culturels des villes de Bâle, Fribourg, Lausanne, Lugano, Neuchâtel et Zurich, Plusieurs projets ont en outre été réalisés grâce au soutien de la Fondation Pro Helvetia.

A l’étranger

19Les Ateliers d’ethnomusicologie sont depuis 1979 le membre représentant la Suisse au « Comité pour les arts extra-européens ». L’importance de ce rattachement est inestimable, car il permet d’organiser des manifestations en accord avec des partenaires de cinq autres pays européenns. Il constitue par ailleurs un lieu d’échanges et d’informations indispensables. Ce Comité comporte les institutions suivantes :

France :

Maison des cultures du monde (Paris)

Allemagne :

Institut international de musicologie comparée (Berlin)

Grande Bretagne :

Cultural Cooperation (Londres)

Pays-Bas :

Holland Festival (Amsterdam)

Institut royal des tropiques (Amsterdam)

Italie :

Centre de recherche théâtrale (Milan)

Suisse :

Ateliers d’ethnomusicologie (Genève)

Financement

20Les Ateliers d’ethnomusicologie bénéficient d’un financement régulier de la part du Département des Beaux-Arts et de la Culture de la Ville de Genève, du Département de l’Instruction publique de l’Etat de Genève, et de la Salle Patiño. Le reste de leurs ressources provient notamment de la cotisation des adhérents, de coproductions, de la vente des billets et abonnements, et de fonds spéciaux obtenus pour la réalisation d’événements particuliers.

Structure-Bureau

21Association culturelle sans buts lucratifs, les Ateliers d’ethnomusicologie ont une structure administrative souple et légère. Le bureau est composé de quatre personnes travaillant à temps partiel et d’un certain nombre de collaborateurs occasionnels.

  • Direction artistique : Laurent Aubert

  • Administration, audio-visuel : Jean-François Rohrbasser

  • Relations publiques, accueil : Inge Sjollema

  • Enseignement, fichiers : Pierre Jonneret

L’atelier de gamelan angklung, dirigé par le maître balinais I Made Geridem

L’atelier de gamelan angklung, dirigé par le maître balinais I Made Geridem

Genève, 1984 (photo : Lawrence McCauley)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Récital de chikuzen biwa par Madame Yamasaki Kyokusui
Légende Cour de l’Hôtel-de-Ville, Genève, 1983 (photo : Dany Gignoux).
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre L’atelier de gamelan angklung, dirigé par le maître balinais I Made Geridem
Légende Genève, 1984 (photo : Lawrence McCauley)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Aubert, « Les ateliers d’ethnomusicologie se présentent », Cahiers d’ethnomusicologie, 1 | 1988, 225-232.

Référence électronique

Laurent Aubert, « Les ateliers d’ethnomusicologie se présentent », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 1 | 1988, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2320

Haut de page

Auteur

Laurent Aubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page