Navigation – Plan du site
Entretiens

... Avec Tomiyama Seikin

Tokumaru Yoshihiko
Traduction de Isabelle Schulte-Tenckhoff
p. 190-194

Texte intégral

1Tomiyama Seikin, célèbre compositeur et interprète de jiuta (musique de chambre pour shamisen, koto, kokyū et shakuhachi) est né à Osaka en 1913. En 1969, le gouvernement du Japon reconnaît officiellement son art comme étant une « propriété culturelle inaliénable », afin de protéger sa tradition de jiuta au sein du patrimoine national. Tomiyama Seikin est très actif en tant qu’interprète et compositeur pour instruments japonais traditionnels. Mme Tomiyama et son fils, Tomiyama Kiyotaka, appartiennent à la même tradition et sont également d’actifs interprètes de jiuta.

T. Y.

Tomiyama Seikin Sensei (grand maître), vous êtes notre trésor national vivant grâce à votre spécialité, le jiuta. Je voudrais tout d’abord vous poser quelques questions sur vos expériences musicales en général. Avez-vous, dans votre enfance, écouté de la musique occidentale, en plus de la musique traditionnelle japonaise ?

Oui, bien sûr. Je suis né dans une famille de marchands, nous y étions exposés. Je me souviens très bien d’un orchestre que j’ai entendu quand j’avais sept ou huit ans.

Ecoutez-vous toujours de la musique occidentale ?

Oui, j’écoute tous les styles de musique. Par exemple, j’écoute souvent des chants et de la musique populaires, aussi bien que de la musique classique occidentale.

Quels sont vos compositeurs préférés ?

Plutôt les classiques. J’aime la musique de Bach, Mozart, Beethoven et Schubert. Dans cette musique, je sens quelque chose qui se rapproche de ma propre tradition.

Avez-vous étudié un instrument occidental ?

Non, mais j’en ai acheté quelques-uns.

Pourquoi ?

Si j’avais la vue comme vous, je n’aurais pas besoin de les acheter, mais comme je ne peux visualiser ni les instruments ni la manière d’en jouer, j’ai des difficultés à comprendre la musique sans support visuel. Pour moi, la manière la plus aisée de la comprendre consiste à toucher l’instrument avec mes propres mains. C’est pourquoi j’ai acquis un violon, un violoncelle, une ukelele et une série d’autres instruments.

Tomiyama Seikin jouant du shamisen

Tomiyama Seikin jouant du shamisen

Genève, 1983 (photo : Dany Gignoux)

Procédez-vous de la même manière en ce qui concerne les instruments japonais autres que le koto, le shamisen et le kokyū dont vous jouez régulièrement ?

Oui. Maintenant vous comprenez sans doute pourquoi je possède un shamisen destiné au bunraku (théâtre traditionnel de marionnettes). Je ne compte pas en jouer, mais je dois le toucher pour mieux comprendre la musique du bunraku. Pour la même raison, le fait de posséder un violon est également très important.

Cherchez-vous à le comparer avec l’instrument japonais à archet, à savoir le kokyūt ?

Oui. J’ai envisagé la possibilité de changer le volume et la stabilité des tons du kokyù en le comparant avec le violon.

Je voudrais maintenant vous poser quelques questions sur votre formation professionnelle. J’ai appris que vous avez perdu la vue déjà à l’âge d’un an et quatre mois. Quand vous n’aviez pas encore cinq ans, vous avez commencé à étudier le shamisen et le koto auprès du grand maître Tominaga Keikin, et vous avez obtenu le diplôme de shamisen de l’école Nogawa et celui de koto de l’école Tsuguyama. Le fait de les avoir obtenus signifie que vous avez réussi à maîtriser un répertoire très difficile et ample, et cela à l’âge de douze ans et demi déjà. Comment est-ce possible ?

J’ai bien évidemment étudié et pratiqué très sérieusement. Mais en même temps, je pense que j’ai eu la chance d’avoir une excellente mémoire. Les gens me plaignent souvent, car je suis aveugle. Mais je n’ai pas le sentiment d’être défavorisé, puisque j’ai une mémoire dont la plupart des gens qui possèdent la vue ne bénéficient pas.

En vous entendant, j’ai honte en songeant à ma mauvaise mémoire musicale quand je joue du shamisen.

Vous ne devriez pas hésiter à vous servir de partitions.

Même en concert ?

Oui, vous pouvez y recourir puisque vous avez la vue. Je recommande aux gens dotés de vue de recourir plus souvent aux partitions. C’est mieux que d’oublier la musique en concert.

Vous servez-vous d’aide-mémoire pour la documentation, c’est-à-dire de quelque chose pour stabiliser ou préserver vos compositions ou vos arrangements ?

Oui, j’utilise la notation occidentale.

Comment ?

La notation occidentale, mais en braille. Comme nous n’avons pas encore développé une application du braille au système traditionnel d’écriture pour le koto et le shamisen, j’utilise le braille en notation occidentale.

Si je prends l’exemple du shamisen, il importe de distinguer la note si jouée sur la corde ouverte la plus aiguë du même ton joué en position sur les autres cordes. Dans ce cas la notation occidentale ne représente-t-elle pas un inconvénient ?

Non, parce que nous pouvons utiliser des marques additionnelles pour répondre à ces besoins. Comme vous le savez, je recommande à mes étudiants de n’utiliser l’écriture musicale occidentale que dans certaines limites.

Pourquoi ?

Notre système traditionnel d’écriture est fondé sur des indications relatives aux cordes et aux positions sur les cordes.

Oui, c’est ce qu’on appelle des tablatures. Voilà un avantage sur l’écriture musicale occidentale.

Mais j’ai constaté que la notation occidentale est assez efficace pour rendre les étudiants conscients des intervalles.

Pour revenir sur votre propre formation, je voudrais mentionner le fait que vous êtes né à Osaka où vous avez également acquis l’essentiel de votre connaissance du shamisen, du koto et du kokyū. Dans ce sens, vous êtes un représentant de la tradition d’Osaka. Pourquoi avez-vous gagné Tokyo à l’âge de dix-sept ans ?

Pour être le disciple du grand maître Tomisaki Shunsho qui appartenait à la tradition d’Osaka mais vivait à l’époque à Tokyo.

Selon le mode traditionnel de formation musicale au Japon, vous avez étudié auprès de lui pendant cinq ans. Je pense qu’il vous a transmis nombre de pièces que vous ne pouviez apprendre qu’avec lui. Mais depuis 1936, je crois savoir que vous avez aussi composé vos propres œuvres. Etiez-vous encouragé à vous lancer dans la composition à l’époque ?

Je sentais que j’étais prêt à composer. Comme vous savez, avant la guerre il y avait un mouvement de revitalisation de la musique japonaise.

Vous vous référez là au mouvement dit de « nouvelle musique japonaise » représenté par Miyagi Michio ?

Oui. Grâce à cette ambiance constructive, j’ai pu publier mes compositions.

Et vous avez obtenu plusieurs prix pour vos compositions.

A ce sujet, je tiens à remercier les critiques qui ont manifesté leur intérêt envers mes travaux, bien qu’ils ne fussent pas nécessairement des spécialistes de la musique traditionnelle japonaise.

Je crois savoir que vous avez reconstitué des pièces du répertoire du jiuta, qui avaient été perdues.

Oui. Quelques-unes des pièces importantes de jiuta s’étaient perdues, comme vous le savez. Mais certaines d’entre elles ont été préservées et transmises dans d’autres genres musicaux. Un bon exemple en est la pièce intitulée « Hachirobyōe ». Fort heureusement, feu Nozawa Matsunosuke, le maître du gidayū-bushi, en possédait une ancienne transcription.

L’a-t-il interprétée ?

Oui, mais dans son propre style qui est le gidayū-bushi. Sur la base de cette information et avec sa collaboration, j’ai été en mesure de reconstituer la pièce dans mon propre style.

Dommage que je ne savais pas que vous deux étiez en train de collaborer à un projet si important. A l’époque, j’étudiais le gidayū-shamisen auprès de lui. Votre activité de compositeur influence certainement votre interprétation des pièces traditionnelles. Votre approche de shamisen kumiuta, notamment de l’ancien répertoire, témoigne toujours d’une intuition merveilleuse et unique. Bien sûr, il y a beaucoup de raisons à cela, mais pour moi, deux d’entre elles apparaissent clairement : premièrement, la clarté de votre prononciation des paroles, et deuxièmement votre fine manipulation des séquences rythmiques qui sont étroitement liées à d’infimes changements de tempo. Je voudrais vous poser une dernière question concernant votre rencontre avec le public étranger.

Mon expérience dans ce domaine est assez limitée. J’ai été quelques jours à Hawaï, mais je n’ai jamais visité le continent américain. Quant au public européen, je n’ai eu que des expériences positives en 1973, en 1981 et en 1983. Tout d’abord, je craignais que, ne comprenant pas les paroles, il ne fût pas en mesure de me suivre. Mais j’ai été heureux de découvrir qu’il réagissait remarquablement bien à la musique. En d’autres termes, il semble que les musiciens traditionnels japonais jouissent aujourd’hui d’une meilleure qualité d’écoute en Europe qu’au Japon.

Pourquoi ?

Les Européens m’écoutent très poliment et me reçoivent chaleureusement, contrairement à une partie de mon public japonais.

Propos recueillis par Tokumaru Yoshihiko

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tomiyama Seikin jouant du shamisen
Légende Genève, 1983 (photo : Dany Gignoux)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tokumaru Yoshihiko, « ... Avec Tomiyama Seikin », Cahiers d’ethnomusicologie, 1 | 1988, 190-194.

Référence électronique

Tokumaru Yoshihiko, « ... Avec Tomiyama Seikin », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 1 | 1988, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2311

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page