Navigation – Plan du site
Dossier

Tradition - trahison ?

Réflexions sur trois ballades et trois comptines recueillies au Tessin
Pietro Bianchi
p. 63-76

Texte intégral

  • 1 Des extraits des enregistrements de Geering figurent notamment sur les disques Canti liturgici pop (...)

1Deux possibilités s’offrent à celui qui, comme moi, oriente sa recherche vers le répertoire des chants traditionnels de sa région natale : soit consulter les recueils publiés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, soit entreprendre sa propre enquête de terrain. Mon étude des fonds documentaires a débuté alors que j’étais étudiant à Paris, loin de toute réalité locale, par l’examen de trois périodes correspondant aux publications d’Emmy Fisch (1917), à celles de Hanns in der Gand (1933), et aux enregistrements sur bandes effectués par Arnold Geering de 1949 à 1952, qui comprennent quelque quarante heures de chants de la tradition orale religieuse et profane1. C’est en rédigeant les résultats de cette analyse sous forme d’une thèse de maîtrise sur le chant populaire au Tessin (Bianchi 1979) que j’ai eu envie, trente ans après les derniers enregistrements de Geering, d’aller vérifier sur place l’état du chant de tradition orale et d’en aborder la pratique.

2Le problème du style se posait. Il fallait écouter attentivement les exemples fournis par les bandes, dont les informateurs étaient presque tous morts, puis compléter les textes — Geering n’enregistrait qu’environ une minute de chaque chant, alors que la plupart de nos ballades durent de cinq à dix minutes — et partir avec un magnétophone à la recherche de chanteurs dans les vallées tessinoises.

3J’ai commencé dans mon propre village, en enregistrant mon père et une voisine à l’aide d’un appareil fourni par la Radio suisse italienne. Mon premier informateur a ensuite été Oreste Zanetti, un facteur de violons d’Olivone dans le Val Blenio. L’urgence d’un travail de recherche et de revival des chansons entendues m’est tout de suite apparue, et j’ai proposé à la Radio une émission hebdomadaire sur ce thème, « La Cuntrada », qui se déroulerait chaque samedi dans un village différent. Consacrées aux enregistrements de Geering et à ceux fraîchement réalisés auprès de chanteurs, de violonistes, de mandolinistes et de joueurs d’accordéon diatonique, les premières émissions ont rencontré un succès étonnant. Les propositions et les invitations à aller renconter un instrumentiste ou à recueillir le répertoire d’un chanteur pleuvaient de toutes les régions du canton.

  • 2 Les Walser sont une population alpine d’origine valaisanne. Au Valais, il y a encore des Walser à (...)

4A titre d’exemple, je rapporte ci-dessous la mélodie et le texte d’une ballade qui apparaît chez Costantino Nigra (1957 : 345), appelée « Il cattivo custode » (« Le mauvais gardien »), et qui avait été publiée pour la première fois par Damase Arbaud (1862) sous le titre de « Louison ». Elle m’a été chantée par Madame Elena Tomamichel de Bosco Gurin, seul village tessinois de tradition walser2. Madame Tomamichel m’avait un jour téléphoné à la Radio pour me dire : « J’ai quelques chansons pour vous ». Après une heure et demie de route, j’étais à Bosco Gurin, et mon seul regret a été de ne pas avoir apporté assez de bandes pour enregistrer le répertoire impressionnant de mon interlocutrice, qui comportait aussi bien des contes en walser-ditsch, un dialecte alémanique, que des chansons dans son dialecte et dans celui de la Valle Maggia. Je suis par la suite retourné plusieurs fois à Bosco Gurin, mais le joyau des chansons d’Elena Tomamichel était cette ballade du « Cattivo custode », enregistrée lors de notre première entrevue. Sa technique vocale était très saccadée, presque parlato, comme disait Bartók. Chaque fin de phrase était suivie d’une petite pause, qui se révéla être une des caractéristiques du chant traditionnel de la Valle Maggia et du Val di Campo, où se trouve Bosco Gurin.

Exemple 1. Il cattivo custode : version Elena Tomamichel (récoltée par P. Bianchi)

Exemple 1. Il cattivo custode : version Elena Tomamichel (récoltée par P. Bianchi)

L’è la figlia d’un pastur tücc i disan che l’è bela
2. tanto bela come l’è (l’era bella come un fior) il suo papà la fa guardà
la fa guardà da tre suldà da tre suldà d’armada
4. il più bello di quei tre l’è stà quel che l’ha rubada
l’han menada da luntan cent cinquanta miglia via (150 e passa miglia)
6. l’han metùda in un Castel in una stanza di lei sola (stanzetta scüra)
l’han lasada là sett ann senza vedé nè sol nè lüna (dersett ann)
8. ala fin di dersett ann finestrella g’han verdüda
finestrella g’han fai fa che vardava vers la Francia
10. Oh papà caro papà cos i dis da mi là in Francia
tutti dicon di te che tu sei une figlia rubada
12. o no no o mio papà non son figlia stà rubada
l’anelin che porti al dit l’è stà quel che’l ma spusada.

5Les textes entre parenthèses correspondent aux variantes de la version de Madame Tomamichel par rapport à celle de Madame Pina Gamboni, enregistrée en 1932 par Hanns in der Gand. Malheureusement, celui-ci n’a pas transcrit la mélodie du Val Onsernone, parallèle au Val di Campo.

  • 3 La cascina est la maison d’alpage du berger et de sa famille, dans laquelle ils vivent en été.

6Un point commun entre ces dames est qu’elles ont toutes deux appris la ballade de leur mère, alors qu’elles travaillaient sur l’alpage, ce qui nous ramène dans le milieu des bergers du siècle passé. En effet, les mères et les filles ont vécu longtemps, et Madame Tomamichel est décédée à 90 ans. Faite de transhumances, leur existence avait pour bases les villages de Bosco et de Comologno, avec des déplacements aux monti au début juin, et aux alpi un mois plus tard. De longues soirées passées en famille à filer la laine dans la cascina3 leur permettaient d’entendre et d’apprendre les chansons et les comptines de la bouche de leurs parents.

7Le fait que cette ballade soit une des plus diffusées au Tessin est prouvé par d’autres versions, recueillies par Hanns in der Gand à Spruga (exemple 2), par Raffaelle Paverani à Cureglia (exemple 3A), et par Emmy Fisch à Lugano (exemples 3B, 4).

Exemple 2. Il cattivo custode : version Garbani-Nerini (récoltée par H. in der Gand, 1933)

Exemple 2. Il cattivo custode : version Garbani-Nerini (récoltée par H. in der Gand, 1933)

2. Tanto bella come l’è,
tre soldati l’han rubada
3. L’han portada tant lontan
cinque cento pass a Milan
4. Il più bel di questi tre
l’è stai quel che la sposada.

Exemple 3. Il cattivo custode : A. variante Cureglia (récoltée sans mélodie par R. Paverani, 1982)
B. variante Lugano (récoltée par E. Fisch, 1917)

1. L’era la figlia d’un paesan (A) E la figlia d’on paesan (B)
sempre stata la più bella (A)
2. l’ha s’è fada rimirar dal più bel soldo d’armada (A)
e i dragon l’han rubada (B)
5. l’han menada di lontan più di trecento e passa miglia (B)
6. l’han portada in un castel in un castello della Francia (A)
l’han menada in un Castel e l’è staia là sett ann (B)
7. tegnüda (A)
8. a la fin de sett ann e un di g’han aprὶ une finestrella che (A)
la guardava in mezzo al mar (A,B) la vedeva i bastiment (B)
9. e la vide il suo papà che veniva dalla Francia (A)
si l’ha vist ol so papà che vegneva dall’armada (B)
10. cusa gh’è da növ in Francia (A)
son ’na figlia stai rubada (B)
11. tütt la gent parlan di te che sei figlia stà rubada (A)
13. l’anelin che gò sul dit si l’è per segn (A)
quell’anellin che goo sül dii sì son donna maridada (B)
14. mi a goo di una fantolin ma ch’el porta già la spada (B)
15. e la piuma in sul capell eh ’el someia on generale

Exemple 4. 77 cattivo custode : version Lugano (récoltée par E. Fisch, 1917)

Exemple 4. 77 cattivo custode : version Lugano (récoltée par E. Fisch, 1917)
  • 4 Une version de cette ballade apparaît sur le disque de R. Maggini et P. Bianchi : Canti e musiche (...)

8En réinterprétant cette ballade avec Roberto Maggini4, j’ai utilisé pour l’accompagnement une vielle à roue, l’instrument des mendiants ambulants qui ont probablement introduit cette chanson au Tessin. En dialecte tessinois, cet instrument s’appelle en effet viula di orbi, « vielle des aveugles », et le dernier musicien ambulant qu’on ait connu au Tessin était l’Orb da Malvaia, « l’aveugle de Malvaglia », qui chantait aux fêtes patronales de tout le canton, accompagné du nain Siro Poncia, chargé de « passer le chapeau ».

9La diffusion nord-italienne de cette ballade est attestée notamment par une version vénétienne, transcrite par G. Bernoni (exemple 5), et par une autre, piémontaise celle-ci, récoltée par C. Nigra (exemple 6).

Exemple 5. Il cattivo custode : version vénétienne (récoltée par G. Bernoni, 1873)

Exemple 5. Il cattivo custode : version vénétienne (récoltée par G. Bernoni, 1873)

Exemple 6. Il cattivo custode : version piémontaise (récoltée par C. Nigra, 1888)

Fia d’un paizan, dio ch’a l’è tan bela
2. So pare la fa guarnè da tre soldalin d’guera.
’L pi giuvo de cui tre l’è cul ch’a 1 l’à rubeja.
4. L’à mnà-la tan luntan, sinquanta e na giuneja ;
Butà-la ’nt in castel, vëdia nè ciel nè aqua.
6. La fin de li set agn la bela s’büta a la fnesta,
Risguarda an sà e an là, riguarda anver la Fransa.
8. D’an Fransa l’à vist a vnì tre soldalin de guera :
— Soldalin dej bei soldalin, che nove j’è-lo an Fransa ?
10. An Fransa parlo d’vui, a dio ch’i sè rubeja.
— Rubeja 1 so sun pa, ch’i sun dona marideja.
12. J’àipià 7 bel solda, ch’i füssa ante l’armeja ;
Porta 1 capei borda cun la sua piümassera,
14. Porta la spà da cant cun sua bandoliera.

10Le chanteur de la ballade suivante est Carlo Rossini, un curé de la Valle Capriasca, qui n’était jamais sorti de la vallée. C’était un poète et un fin chanteur, qu’Arnold Geering avait rencontré en 1952 à Certara, assis sur le parvis de l’église en train de chanter. En fait, Geering était surtout à la recherche de chants latins de la messe traditionnelle afin de se documenter sur l’existence d’une polyphonie « primitive » dans les villages. Il a ainsi enregistré une quarantaine de messes complètes et, pour remplir ses « fins de bandes », quelques chants profanes. Cette « Cecilia » en fournit un exemple sous forme d’un chant narratif d’une longueur exceptionnelle, exécuté de façon très libre, chacune des dix-sept strophes constituant une variations de la mélodie de base reproduite ici (exemple 7).

Exemple 7. Cecilia : version Carlo Rossini (récoltée par A. Geering, 1952)

Exemple 7. Cecilia : version Carlo Rossini (récoltée par A. Geering, 1952)

La povera Cecilia la piange 1 suoi marì
2. La piange e la sospira che i gh el voi fà mori
Ala matin buon ’ora Cecilia va al Castel
4. La cerca il capitani, la incontra il colonel
Veh, lü, sciur colonello, una grazia ’el me dev fà
6. Se goo ’l mari in prigione lu 7 ga da liberà
’Na grazia l’ho già fatta, un’altra voi da ti
8. Venir, bella Cecilia, venir dormir con mi
Avanti, avant Cecilia, salvom la vita a mi
10. Mett sii la vesta bianca, scusa a che to fai mi
Che a cà dal capitani bisogna andar pulì
12. Tun tun, pica la porta, tun tun pica lì
La povera Cecilia che vuol venir dormir
14. Avanti, avant Cecilia vorì scena con mi
Nè rose ne pivioni non è cena per mi
16. Pizzem la candeleta andiamo a dormir
Quando fu mezzanotte Cecilia tra un sospir
18. Cose gavrè Cecilia che non potè dormir
Che g’ò une doglia al cuor, ho voglia di morir
20. Dormi, dormi Cecilia lassèm dormi anca mi
Le ciave della Legione gli ho chi in scarzela mi
22. Ala matin buon’ora Cecilia va al balcón
Vede il suo marito, l’è là a penzolon
24. Vè lù, sciur Capitani, l’è lù che m’ha tradi
A me ha tolto l’onore, la vita al me marὶ
26. Son qui tre capitani, togliè chel che vorì
Non voglio mè l’ün nè l’altro, voglio il mio marὶ
28. Tö sü la rocca e il füso, anderò lontan da qui
Anderò di là dai mari, nessun mi vedrà più
30. O Barchirol del mare, vorì imbarcam di là
Mi si ve imbarcheria ma mi vuoi vess pagà
32. La mia borsetta d’ora senza dena non stà
Se macherò dell’oro, d’argent non mancherò
34. Se mancherò d’argento, impegnerò al scusaa.

11La seule version tessinoise comparable est « La povera Cicilia », publiée par E. Fisch (1917, 2 : 39), dont l’arrangement à deux voix montre qu’il s’agissait d’un recueil destiné au chœur féminin qu’elle dirigeait à Lugano. Cette façon de chanter en tierce représente cependant le style traditionnel de toute la Lombardie, et naturellement du Tessin (exemple 8). L’interprétation a cappella semble être la seule manière d’aborder ce chant, qu’on rencontre d’ailleurs dans toute l’Italie ; « Cecilia » est, en effet, une des rares ballades qu’on rencontre de part et d’autre de la ligne de démarcation représentée par la tradition toscane et marchigiana.

Exemple 8. La povera Cicilia : version tessinoise (récoltée par E. Fisch, 1917)

Exemple 8. La povera Cicilia : version tessinoise (récoltée par E. Fisch, 1917)

2. Scior cont e capitani ’na grazia ’1 m’ ’ha dev fà.
Se goo ’l mari in prigione Lu ’l l’ha da liberà.
3. La grazia l’è già fada Vegnii ’na nott con mi.
E andaroo alla ferrada a dimandà al me marὶ.
4. bis - Va pur, va pur Cicilia a salvamm la vita a mi.-bis
5. A mezzanott in punto Cicilia la trà’n sospir.
Dormii, dormii Cicilia Che doermaroo anca mi.
6. E alla mattin bonora Cicilia la va al balcon
la ’vede el so marito ch’el fa dindin, dindon.

12Ma relation avec les gens de Cavergno a commencé au temps de la Cuntrada, lorsque je me suis rendu dans ce village de la Valle Maggia, invité par le Musée d’ethnographie local, à y faire entendre les bandes de Geering. Après une soirée riche en échanges, une femme du village — qui n’avait pas fermé l’œil la nuit — vint me voir le lendemain matin pour m’apporter les paroles de « L’Eroina », une ballade qu’elle avait apprise dans son enfance d’un vieux chanteur de Cavergno. Ici encore, on se retrouve face à un texte de diffusion très large, parvenu en ce milieu alpin à travers les migrations des travailleurs du bois et de la pierre. En effet, les ouvriers cavergnesi en partance pour Rome, pour les Pays-Bas ou la Californie ont pu rencontrer dans leur village des immigrants venus de Trente ou de Bergame.

13La présente version de la ballade de « Barbe-Bleue » s’est transmise oralement à Cavergno. La redécouverte de ce chant a suscité la formation d’un ensemble vocal, le Gruppo Spontaneo di Cavergno, qui s’est assigné pour but de perpétuer le répertoire des chants traditionnels du village, actuellement au nombre de deux cents environ. La deuxième version, celle de Pacifico Meroni, figure ici à titre de comparaison. Il y apparaît un élément intéressant sur le plan littéraire, à savoir que la fille du chevalier s’appelle là Inglesa, ce qui laisse supposer une provenance nordique de cette ballade (exemple 9).

Exemple 9. L’Eroina : A. Version famille Tonini (récoltée par P. Bianchi, 1984)
B. Version Pacifico Meroni (récoltée par P. Bianchi, 1985)

14Version A

Tò mié, to mié scior conte scior conte tò mié
2. e va a sposar la figlia e la figlia d’un cavalier
la sera la dimanda la notte la sposò
4. E la mattin buon’ora in Francia la menò
ne fece trena miglia sanza mai poter parlar
6. ne fece trenta d’altre la incomincia a sospirar.
A che sospiri o figlia a che sospiri tu ?
8. Sospiro alla mia mamma che mai più io rivedrò.
Se sospiri per questo sarete perdonà
10. se sospiri per altro il coltel l’è preparà.
Rimira là quel monte rimira quel castel
12. cinquanta tosann belle sono già rimaste là.
O lei, o signor conte mi presti il suo pugnai
14. go da taià una rama per far ombra al mio cavai.
Quand’ebbe quel pugnale nel cuor glielo piantò
16. e poi montò a cavallo e a casa ritornò.

15Version B

Gh’era il fio del conte el vöreva tö miuer
2. el vöreva un’inglesina l’era figlia d’un cavalier
alla mattina la dimanda e la notte la sposò
4. e poi la mena in Francia lontan da suo paes
la fece trenta miglia senza mai parlar
6. po ne fece altre trenta sempre a pianger e sospirar
cosa sospiri inglesa cosa sospiri mai
8. sospiro padre e madre che mai più io rivedrò
rimira quel castello tu lo devi rimirar
10. che trentasei ragazze mi là dentro go menà
prima go tolt l’amor poi la testa go taià
12. così faremo inglesa quando poi saremo là
o lei signor conte mi presti su pugnai
14. go da taià ’na rama per far ombra al mio cavai
quand’ebbe il pugnale nel cuor glielo piantò
16. e poi montò a cavallo e a casa sua ritornò.

16Dans la version publiée par Nigra (1957 : 100), la Inglesa devient Monchesa, et le Comte Barbe-Bleue ne tue que trente-six femmes, au lieu de cinquante ! L’héroïne est ici modeste, et elle affirme que son mari a été tué par quatre bandits de grand chemin (exemple 10).

Exemple 10. L’Eroina : Version Alessandro d’Ancona (transcrite par C. Nigra, 1888)

Era d’un signur cunto, voleva tôr mojer.
2. Voleva tôr Monchesa figlia di un cavalier.
La sera la dimanda, a matina la sposò.
4. Subit che la fi sposa, via se la menò.
Quando fu a metà strada Monchesa sospirò.
6. — Cosa sospir-t, Monchesa ? sospir-t forsi per mi ?
— Sospiro padre, (madre), non li vedrò mai più.
8. — Quelli che te l’àn detto t’àn det la verità.
Mira quel bel castello, ancor quella città ;
12. Mi a trantases mojeri la testa g’ò tajà.
Così farem, Monchesa, quando saremo là.
14. — Ch’a ’l diga lü, siur cunto, m’impresta la sua spà.
— Dizi, dizi, Monchesa, coza ne volὶ fa ?
16. — Mi voi tajar na frasca, far umbra al me caval. Subit che l’avi in mano, la testa ghe tajò.
18. — Va là, va là, siur cunto, va là in cul brüt fossun ! Quando fu a meta
strada l’incuntra so fradel.
20. — Dizi, dizi, Monchesa, si-v sula da per vü ?
— Quattro assassin de strada àn massà mio marὶ.
22. — Dizi, dizi, Monchesa, sarisse-v fors stà vü ?
— No, no, fratello mio, il mio cor non è così.
24. — Dizi, dizi, Monchesa, vrì-v gnir a cà cun mi ?
— Mi voi andar a Roma a farmi confessar.
26. Mi voi andar dal papa a farmi batezzar.

17Pour terminer, voici trois comptines sur la base desquelles j’ai pu attester l’existence du violon dans la musique populaire du Tessin. Il s’agit en fait d’un « collage » de toutes les comptines dont se souvenait mon informateur (exemples 11,12 et 13).

Exemple 11. Comptine 1 : Malcantone (récoltée par P. Bianchi, 1986)

Bonasira, bona gent
a sii content ca vegna dent
cui mi pee
cui me quatro marossee
cur me violin e ra me viola
a sii content che a vegna a trova
ra vossa filiola ?...

(Bonsoir, bonnes gens
Etes-vous contents si je rentre chez vous
Avec mes pieds,
Avec mes quatre compagnons,
Avec mon violon et mon alto (ou vielle à roue) ?
Etes-vous contents si je vais voir
Votre fille ?...)

18Dans la deuxième, on parle encore d’une compagnie de sonneurs ambulants et de leur salaire :

Exemple 12. Comptine 2 : Morbio Inferiore (récoltée par P. Bianchi, 1986)

Tri viulitt
par trenta sold
a chisa se maia darann
anima büzarona
la vegia tuntona
la bala e la sona
la va al marcà
la crumpa la saa
la torna indre
la pesta i pe
la grata i galun
frin frun
tri viulitt
par trenta sold
e chisa se maia daran ...

(Trois violons [jouent]
Pour trente sous,
Qui sait s’ils nous paieront ?
Ame desespérée.
La vielle
Joue et danse,
Elle va au marché,
Elle achète du sel
Puis revient ;
Elle tape des pieds,
Elle se gratte les cuisses,
Frin ! Frun !
Trois violons
Pour trente sous,
Et qui sait s’ils nous paieront ? ...)

19Dans la troisième comptine, enfin, on dit :

Exemple 13. Comptine 3 : Valle Capriasca (récoltée par P. Bianchi, 1986)

Trenta quaranta
leon, leon de Francia
ra dona d’importanza
tri fiö la gheva
tri la i mantegneva
tri la i gheva in cuna
tri vestit de bruna
tri ala finestra
tri che fava festa
tri leva già da bass
cor contin che fava fracass
fava fracass col violon
taca taca i cinch boton
con na spiga de formenton ...

(Trente, quarante,
Lion, lion de France,
La femme d’importance
Elle avait trois fils,
Trois elle les maintenait,
Trois étaient dans le berceau,
Trois autres habillés de brun,
Trois étaient à la fenêtre,
Trois faisaient la fête,
Trois étaient en bas,
Avec le Comte qui faisait du bruit,
Il jouait du violone [contrebasse à trois cordes]
Attache-moi cinq boutons
Avec un épi de blé ...)

20La présence d’une musique pour violon et guitare, ou violon, alto et violone n’est pas seulement prouvée par le témoignage des comptines. Il existe aussi une série de daguerréotypes de la fin du siècle dernier montrant des musiciens du Val Blenio et du Val di Colla avec leurs instruments sur la porte d’un grotto (cave à vin et à fromage).

  • 5 Voir note 4.
  • 6 La bandella est la version réduite de la banda villageoise. Il s’agit d’un ensemble de cinq ou six (...)

21Ce fait nous a incités, Roberto Maggini et moi-même, à réintroduire la musique pour instruments à cordes, toujours présente dans la mémoire des mandolinistes, et à enregistrer quelques-uns de nos concerts entre 1980 et 1985, pour en produire un disque5. Ce disque a amorcé le mouvement du folk revival tessinois, tout en apparaissant comme une sorte de trahison par rapport à l’image que la majorité des Tessinois entendaient donner à leur musique. En effet, de 1920 à 1980, le Tessin a surtout été représenté hors de ses frontières par des mandolinistes et des bandelle6. Ce retour du violon jure, en effet, avec le cliché du « pays du soleil » souriant, et nous fait revenir à une dimension plus alpine, historiquement plus véridique, laquelle nous rattache musicalement aux Grisons, à certaines vallées alpines de Lombardie et du Tyrol, voire à Vienne, plutôt qu’à Naples et à ses mandolines !

Pietro Bianchi (violon) et Roberto Maggini (guitare)

Pietro Bianchi (violon) et Roberto Maggini (guitare)

Conches, Suisse, 1986 (photo : Dany Gignoux).

  • 7 Mea d’Ora a réalisé en 1987 un disque intitulé Canti popolari d’Onsemone (éd. Museo onsernonese, L (...)

22L’exemple a fait école puisque, depuis 1985, plusieurs nouveaux groupes folk ont surgi, faisant des recherches dans leur vallée et se produisant en public. L’un d’entre eux est Mea d’Ora, dans le Val Onsernone, dont les instruments sont un violon, une guitare et un accordéon, soit chromatique, soit diatonique. Ce dernier instrument est appelé au Tessin fisarmonica a nümar, « accordéon à chiffres », parce qu’on peut en jouer à l’aide de tablatures chiffrées, sans avoir besoin de connaître la notation musicale7.

23Nommé Vox Blenii, un autre groupe vient du Val Blenio, comme son nom l’indique. Il est constitué de deux violons, d’un alto, d’une contrebasse, d’une guitare et d’un accordéon chromatique. L’un des violonistes est aussi un luthier autodidacte d’Iragna, et deux des instruments du groupe sont de sa fabrication.

  • 8 La série Musica Helvetica produite par Radio Suisse Internationale prépare un disque compact compr (...)

24Un troisième de ses ensembles appelé Friketek a récemment été formé dans le Mendrisiotto. Il n’a pas de violon, mais comporte une note originale : il a réintroduit la piva, cornemuse tessinoise et nord-italienne, dont j’ai eu l’occasion de relever la présence dans le passé (Bianchi 1983). J’avais en effet eu la chance de découvrir par hasard le chanter d’une cornemuse ayant appartenu au dernier sonneur de Sonogno, du Val Verzasca, un certain Cherubino Patà, peintre et musicien mort au début de ce siècle. Sur la base de cette étude et des peintures murales de Maggia et de Solduno, nous avons fabriqué trois pive, dont une est jouée par Friketek8.

Haut de page

Bibliographie

ARBAUD Damase
1862 Chants populaires de Provence. Aix-en-Provence.

BERNONI Giuseppe Domenico
1873 Canti popolari veneziani Venise : Fontana Ottolino.

BIANCHI Pietro
1979 Musiques et chants du peuple en Suisse italienne. Thèse de maîtrise, Université Paris VIII.

1983 « Il Suono ». Almanacco (Bellinzona) 2 : 54-60.

FISCH Emmy
1917 Canti popolari ticinesi Lugano : Hug & Co., 2 vol.

IN DER GAND Hanns
1933 Canzoni popolari ticinesi Bâle/Lugano : Edition Arnold (Société suisse des traditions populaires).

NIGRA Costantino
1957 Canti popolari del Piemonte [1888]. Turin : Giulio Einaudi (rééd.).

Haut de page

Notes

1 Des extraits des enregistrements de Geering figurent notamment sur les disques Canti liturgici popolari nel Ticino (SGV/SSTP 1), FM 84002 (1983) et Musique populaire suisse. Collection Constantin Brǎiloiu (SGV/SSTP 3-4 - AIMP VII-VIII), VDE 30-477/478 (1986).

2 Les Walser sont une population alpine d’origine valaisanne. Au Valais, il y a encore des Walser à Simpeln et au Gomsertal, d’où ils sont partis s’établir dans le haut Val Formazza (Pomatt) et à Bosco Gurin dès 1300.

3 La cascina est la maison d’alpage du berger et de sa famille, dans laquelle ils vivent en été.

4 Une version de cette ballade apparaît sur le disque de R. Maggini et P. Bianchi : Canti e musiche popolari nel Ticino, EMI 13C, 1763591 (1985), A 2.

5 Voir note 4.

6 La bandella est la version réduite de la banda villageoise. Il s’agit d’un ensemble de cinq ou six instrumentistes, dont la formation comporte la clarinette, le cornet, le trombone, le bombardon et le tuba. Son répertoire comprend essentiellement des danses traditionnelles telles que Polka, Mazurka, Walser, Scottish.

7 Mea d’Ora a réalisé en 1987 un disque intitulé Canti popolari d’Onsemone (éd. Museo onsernonese, LOCO, M2P003).

8 La série Musica Helvetica produite par Radio Suisse Internationale prépare un disque compact comprenant des enregistrements de ces groupes, attestant ainsi la vitalité de la musique populaire tessinoise.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exemple 1. Il cattivo custode : version Elena Tomamichel (récoltée par P. Bianchi)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Exemple 2. Il cattivo custode : version Garbani-Nerini (récoltée par H. in der Gand, 1933)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Exemple 4. 77 cattivo custode : version Lugano (récoltée par E. Fisch, 1917)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Exemple 5. Il cattivo custode : version vénétienne (récoltée par G. Bernoni, 1873)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Exemple 7. Cecilia : version Carlo Rossini (récoltée par A. Geering, 1952)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Exemple 8. La povera Cicilia : version tessinoise (récoltée par E. Fisch, 1917)
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Pietro Bianchi (violon) et Roberto Maggini (guitare)
Légende Conches, Suisse, 1986 (photo : Dany Gignoux).
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/2297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pietro Bianchi, « Tradition - trahison ? », Cahiers d’ethnomusicologie, 1 | 1988, 63-76.

Référence électronique

Pietro Bianchi, « Tradition - trahison ? », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 1 | 1988, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2297

Haut de page

Auteur

Pietro Bianchi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page