Navigation – Plan du site

Texte intégral

1A plus d’un égard, cette fin de siècle apparaît comme une période de récapitulation. Aucune autre époque n’a jamais offert un tel luxe d’informations, dans quelque domaine que ce soit. La musique n’est pas restée étrangère à ce phénomène : jamais le goût musical n’a pu jouir d’une telle latitude de choix, jamais le discours sur la musique n’a été aussi fécond. Mais ce privilège n’est-il pas lié aux besoins d’une culture désorientée, en quête de nouveaux modèles d’identification ?

2La technologie audio-visuelle a de toute évidence largement contribué à la diffusion et à l’appréciation de pratiques musicales originellement réservées à l’usage interne de groupes sociaux déterminés. De même, la multiplication des publications à caractère musicologique a fourni de nombreuses clés nécessaires à une meilleure évaluation des musiques du monde.

3Pour la plupart en anglais, des revues spécialisées offrent aux ethnomusicologues la possibilité de confronter régulièrement les résultats de leurs recherches. Mais à ce jour, aucune tribune francophone à vocation internationale n’a réussi à s’imposer de façon durable, et les articles écrits en français paraissent soit en traduction, soit disséminés dans des périodiques d’intérêt général ou consacrés à des sciences voisines. Cet éparpillement de la littérature ne favorise guère une bonne diffusion dans les milieux concernés. C’est pourquoi les Ateliers d’ethnomusicologie de Genève ont décidé de créer cette revue, afin de susciter et de rassembler de tels travaux. Par la publication d’articles inédits ou inaccessibles, les Cahiers de musiques traditionnelles visent à offrir un outil destiné en priorité aux ethnomusicologues francophones, sans exclure le concours de ceux s’exprimant en d’autres langues. Toutefois, les Cahiers de musiques traditionnelles n’entendent pas se limiter à une approche purement ethnomusicologique, et leurs colonnes sont ouvertes à des auteurs venant d’autres horizons, dans la mesure où leur contribution correspond à l’orientation générale de la revue.

4Avec une périodicité annuelle, les Cahiers de musiques traditionnelles envisagent de consacrer chaque numéro à un thème particulier. Intitulé « De bouche à oreille », le premier dossier aborde celui de la transmission de la musique, processus souvent ébranlé dans ses fondements mêmes par les transformations radicales de l’environnement socio-culturel.

5Dans ce premier numéro également, un hommage important est rendu par Monique Brandily à l’ethnomusicologue français Pierre Sallée, récemment décédé. Les deux entretiens qui lui font suite présentent deux personnalités marquantes : l’africaniste Gilbert Rouget et le musicien japonais Tomiyama Seikin, un des maîtres actuels du shamisen. Enfin, une rubrique permanente est réservée aux comptes rendus de publications récentes.

6La création d’une nouvelle revue est une aventure dont on n’imagine a priori ni les difficultés, ni les satisfactions. En effet, sa réussite n’est qu’en partie du ressort de ses initiateurs, et ceux-ci restent constamment dépendants du savoir, du talent et de la bonne volonté de nombreux collaborateurs, réguliers ou occasionnels. A ce propos, le Comité de rédaction tient à remercier ici tous les auteurs qui ont bien voulu lui témoigner leur confiance en contribuant à ce premier numéro des Cahiers de musiques traditionnelles.

La Rédaction

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Editorial », Cahiers d’ethnomusicologie, 1 | 1988, 9-10.

Référence électronique

« Editorial », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 1 | 1988, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2291

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page