Navigation – Plan du site
Thèses

Virginie JOHAN : Du je au jeu de l’acteur : ethnoscénologie du Kutiyattam, théâtre épique indien

Thèse de doctorat en Théâtre et Arts du spectacle (ethnoscénologie), soutenue le 20 mai 2014 à l’Université Paris-III Sorbonne
p. 347
Référence(s) :

Virginie Johan : Du je au jeu de l’acteur : ethnoscénologie du Kutiyattam, théâtre épique indien
Thèse de doctorat en Théâtre et Arts du spectacle (ethnoscénologie), soutenue le 20 mai 2014 à l’Université Paris-III Sorbonne
3 volumes (546, 490 et 450 p.), 3 DVD-DL avec livrets descriptifs (60 p.)
Directrice de thèse : Martine de Rougemont

Texte intégral

1Le Kutiyattam du Kerala est un théâtre épique qui entremêle drame et récit et dont le jeu d’acteur, central, se caractérise par une constante distanciation. Cette hypothèse d’ordre esthétique – l’« épique » renvoie à Brecht – est démontrée dans une approche pluridisciplinaire, ethnoscénologique. Tout commence par une « première scène » et un enfant jouant un rôle d’Acteur, puis devenant acteur-conteur. Fil conducteur de la thèse, cette cérémonie contient « tout », tous les fondements et les ingrédients de l’esthétique épique, ensuite explicités par l’exemple du Ramayana, l’épopée que le Kutiyattam porte en scène, entre autres œuvres anciennes en sanskrit.

2Le Livre I (vol. 1) traite des compétences, et tout d’abord du je des concepteurs et maîtres du Kutiyattam, les Cakyar (première partie). Après cette ethnographie, il s’attache aux apprentissages sous-tendant la formation du corps-acteur, véritable enjeu en soi par son extrême codification (deuxième partie).

3Le Livre II (vol. 2), dédié aux performances, étudie les textes en jeu (troisième partie) dans les cinq cycles performatifs ramaïques représentés dans les temples : cinq actes dramatiques en sanskrit et les longs récits en malayalam qui s’y enchâssent, consignés dans les manuels scéniques des praticiens. Ces textes forment un répertoire unifié présentant des structures d’emboîtements multiples où se combinent à un pivot d’arrêt du temps des changements de perspective et des retours en arrière, générateurs de distanciation. Le jeu scénique (quatrième partie) exalte cette dramaturgie : performeur aux multiples fonctions – personnage, conteur, danseur et surtout régisseur –, l’acteur jongle en maître avec les temps fictionnel, scénique et mondain, et avec ses fonctions, lorsqu’il entre dans la « substitution », jeu de rôles aux saisissants effets de simultanéité.

4Les annexes (vol. 3) contiennent les analyses et les documents complémentaires (annexes I), ainsi que les textes (annexes II) et les supports audiovisuels (3 DVD-DL avec livrets descriptifs) nécessaires à l’étude des performances.

5La forme de la thèse et le montage des films, procédant notamment à des arrêts et à des extensions du temps, reflètent également la dramaturgie étudiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Virginie JOHAN : Du je au jeu de l’acteur : ethnoscénologie du Kutiyattam, théâtre épique indien  », Cahiers d’ethnomusicologie, 27 | 2014, 347.

Référence électronique

« Virginie JOHAN : Du je au jeu de l’acteur : ethnoscénologie du Kutiyattam, théâtre épique indien  », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 14 novembre 2014, consulté le 20 février 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2234

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page